.

-


France
République française


46 00 N, 2 00 E
La France (lat. Gallia ou Francia) est un État d'Europe, occupant l'extrémité occidentale et la partie centrale de ce continent. Superficie : 547,030 km²  (643,427 km² en comptant les territoires et départements d'outre-mer). C'est une république, peuplée de 64,7 millions d'habitants (janvier 2010). Elle se place, en 2011, au neuvième rang mondial par son PIB, et au 35e rang mondial par son PIB par habitant (au 16e rang sur 35 pays de l'OCDE). 

Elle est divisée administrativement 13 régions métropolitaines et quatre (ou cinq) régions d'outre-mer (Mayotte étant un département doté des compétences d'une région). Ces régions sont  subdivisées en 101 départements; s'ajoutent à cela plusieurs territoires d'outre-mer dotés de statuts administratifs divers. Capitale : Paris. Autres grandes villes : Marseille, Lyon, Toulouse, Lille, Bordeaux, Strasbourg, etc.

Les régions de la France et ses possessions d'outre-mer



Grand-Est
Nouvelle-Aquitaine
Normandie
Bretagne
Centre-Val-de-Loire
Corse
Bourgogne-Franche-Comté
Ile-de-France
Occitanie
Hauts-de-France
Pays de la Loire
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Auvergne-Rhône-Alpes

Régions (et départements) d'outre-mer

Guyane
Guadeloupe

Martinique
Réunion
Mayotte

Territoires d'outre-mer

TAAF [Iles Crozet, Amsterdam, Saint-Paul, Iles Kerguelen, Iles Eparses (Bassas da India, Ile Europa, Iles Glorieuses,
Ile Juan de Nova, Ile Tromelin), Terre Adélie]
Ile de Clipperton
Nouvelle-Calédonie
Polynésie Française
Wallis et Futuna
Saint-Barthélémy; Saint-Martin
Saint-Pierre et Miquelon

De l'hexagone approximatif que forme la France, trois côtés sont bordés de mers (Mer du Nord, Manche, Océan Atlantique, Méditerranée), deux limités par des montagnes (Pyrénées, Alpes), un ouvert sur les plaines de l'Europe du Nord et de l'Est. 

Orographie.
Au centre de la France s'élève la citadelle du Massif Central, d'où les eaux s'écoulent en divergeant de tous côtés. Autour du Massif Central, partout le sol s'abaisse, les plaines s'étendent, à peine ondulées de collines. La plaine du Nord descend vers la Manche et la mer du Nord, celle de l'Ouest vers l'Océan Atlantique, celles du Sud et de l'Est vers la Méditerranée. A la périphérie, on rencontre deux autres massifs  : le Massif Armoricain en Bretagne et les Vosges, dans l'Est. Au Sud la chaîne des Pyrénées marque la frontière avec l'Espagne; au Sud-Est, le Jura marque celle de la Suisse et les Alpes celle de l'Italie

La ceinture de plaines où coulent les fleuves et les rivières ouvrent des grands axes de communication entre ces différents reliefs. Ainsi, la trouée du Rhône, prolongée par celle de la Saône, conduit depuis la Méditerranée jusqu'aux passages voisins des sources de la Seine, de la Meuse, de la Moselle, tributaires de la Manche et de la mer du Nord. De la Seine moyenne, on passe sans difficulté, soit au bassin du Rhin, soit à celui, tout voisin, de la Loire. Entre la Loire et la Garonne, voisines par leurs estuaires, aucun obstacle n'interrompt la plaine; enfin par la trouée supérieure du bassin de la Garonne, entre Pyrénées et Massif Central, on atteint facilement la Méditerranée. Ce bref résumé montre que toutes les formes de relief sont représentées sur le sol français. Plaines, hauts plateaux, chaînes de montagnes s'y succèdent de l'Ouest à l'Est selon des altitudes croissantes, figurant, sur un territoire d'étendue restreinte, les principaux accidents du relief de l'Europe, dont la France présente comme un raccourci.
-

Carte de France.
Carte de la France. Source : The World Factbook.
(Cliquer sur l'image pour afficher une carte plus détaillée).

On peut considérer comme formant l'arête dorsale de la France le bourrelet à peu près continu qui unit les Pyrénées aux Vosges, fortement redressé entre le seuil de Naurouze et le seuil de la Bourbince, sous les noms de Montagne-Noire (1210 m), Cévennes (1702 m), monts du Vivarais du Beaujolais (1012 m), du Charolais (605 m), s'abaissant ensuite au plateau de Langres, mais sans cesser de présenter ce trait caractéristique d'une très forte déclivité du versant Est. A l'Ouest de l'arête se développent des étendues considérables de plateaux inclinés dans la direction de l'Océan Atlantique : au Nord, plateaux du Bassigny (350 à 400 m); au Sud, plateaux calcaires des Causses, de 700 à 1100 mètres, et, surtout, au centre, la large masse du Massif Central, dont le socle paléozoïque, élevé d'abord de 1000 à 1100 mètres, s'étale vers l'Ouest en immenses croupes : plateaux de Mille-Vaches (954 m), de Gentioux (731 m), de Combrailles (721 m), de la Marche, (550 m), mais dont la partie orientale a été remaniée par les éruptions cénozoïques qui ont dressé, sur le soubassement primitif, les alignements volcaniques du Velay (1423 m), le cône du Cantal (1856 m), étalé les basaltes de la Planèze (1100 m), du Cézallier (1206 m) et du Mont-Dore (1886 m), ouvert les cratères des Puys (1465 m), en un mot dressé de nouvelles montagnes sur le soulèvement en partie rasé, et accusé davantage les dépressions anciennes du Velay, du Forez et de la Limagne.

Au Massif Central il faut rattacher, au Nord-Est, le Morvan (902 m) et surtout les Vosges, dressant entre 1400 et 1000 mètres leurs ballons au-dessus de la plaine alsacienne, vers laquelle elles tournent leur versant abrupt, tandis que le versant ouest s'incline doucement au-dessus du plateau lorrain. Il faut y rattacher, surtout à l'Ouest, les arêtes granitiques, qui constituent en Bretagne les montagnes Noires (223 m), le Bocage vendéen (mont Mercure, 309 m), et, plus au Nord, les collines de Normandie (413 m).

Entre la Marche et le Bocage, le Poitou (145 m) fait communiquer les deux grandes dépressions, fort dissemblables, de l'Ouest français. Au Nord, le bassin Parisien présente une remarquable disposition de cuvettes emboîtées, l'affleurement des couches géologiques, de plus en plus récentes à mesure qu'on avance vers le centre, étant marqué par un ressaut de terrain, ou falaise : côtes de Moselle (410 m), de Meuse (385 m), falaise de Champagne (397 m), de Brie (207 m). Sur la périphérie prédominent les hautes plaines (Champagne, Lieuvin, pays de Caux, Beauce). Au centre s'accusent les fonds du Gâtinais et de la Sologne.

Le bassin Aquitain est autrement disposée. Au Nord-Ouest, les plateaux du Quercy rappellent, atténués, les causses rouerguats. Au Sud, au contraire, au pied du gradin abrupt des Pyrénées, dont les cimes se dressent entre 2500 et près de 3500 mètres, se développe un large plateau fluvio-glaciaire, dont le sommet principal est au plateau de Lannemezan, par 710 m d'altitude; l'éventail des rivières du Comminges, de l'Astarac et du Bigorre l'a découpé en longues traînées de coteaux divergents. La Midouze et la Gélise marquent au Nord-Ouest leur limite d'extension, au delà de laquelle se développent les plaines de l'Albretet des Landes.

Le fossé du Rhône et de la Saône marque la séparation entre les reliefs de date ancienne et ceux de date récente Alpes et Jura. Les derniers contreforts des Alpes embarrassent la vallée du fleuve, à partir de Lyon. A mesure que l'on avance vers l'Est, la violence et la netteté des reliefs, escarpements de calcaires, aiguilles de granit, trahissent la jeunesse du soulèvement, dont les gradins, séparés par de profondes vallées longitudinales, s'étagent à des altitudes croissantes : Préalpes, avec les montagnes de Lure (1827 m), du Lubéron (1125 m), du Vercors (1608 m), de la Grande-Chartreuse (2087 m); Alpes calcaires, avec les massifs du Dévoluy (2793 m), du Pelat (3053 m), etc.; Alpes cristallines, où se dresse le mont Blanc (4810 m). Ici encore, la dissymétrie de la chaîne, s'élevant par efforts successifs du côté français pour tomber en abrupt sur le Piémont est flagrante. 

Même caractère dans le Jura. Le relief de la chaîne est moindre, variant entre 1700 et 930 mètres. Au-dessus clos plateaux étagés qu'entaillent l'Ain et le Doubs, se multiplient à l'Est. les longs chaînons parallèles, coupés d'étroites cluses, dont les derniers dominent comme un mur la dépression de Neuchâtel. Par le Jura, qu'une trouée peu élevée (Valdieu, 343 m) sépare des Vosges, l'accès du sol français achève de se trouver fermé à l' Est.

Géologie.
La France est formée par trois massifs anciens, individualisés dès la fin du Paléozoïque (Massif Armoricain, Vosges, Massif Central), réunis par les sédiments des mers mésozoïques et cénozoïques. Le Bassin Parisien a émergé à la fin de l'Oligocène; le Bassin Aquitain au milieu du Miocène; enfin, la vallée du Rhône, exondée après le Pliocène inférieur, a soudé les Alpes au Massif Central. Des montagnes volcaniques se forment, pendant le Miocène supérieur et le Pliocène, dans le Velay et l'Auvergne, Sur le sol ainsi constitué, l'oeuvre des agents atmosphériques a créé le modelé actuel.

Précambrien et Paléozoïque.
a) Extension des mers. Les terrains paléozoïques et antécambriens affleurent seulement dans les massifs anciens et dans quelques points des Alpes et des Pyrénées. Aussi est-il très difficile de reconstituer la géographie de la France aux différentes périodes de ces période. L'Archéen, avec ses gneiss et ses micaschistes, présente partout des caractères à peu près identiques. Le Cambrien, bien représenté dans l'Ardenne (phyllades de la vallée de la Meuse), le Cotentin, la Bretagne (schistes, phyllades et poudingues), n'a livré de fossiles que dans la montagne Noire. Le Silurien, dans les mêmes régions, est formé par des ardoises (Angers), des schistes à Graptolithes (Normandie, Anjou, Pyrénées), ou des calcaires (Cotentin, montagne Noire). Le Dévonien lui est le plus souvent associé; dans les Pyrénées, il est formé par des marbres griottes, activement exploités. Dans tous les massifs anciens, on retrouve les dépôts marins (schistes et calcaires) du Carbonifère; les dépôts continentaux, riches en anthracite, occupent de grandes surfaces dans le Beaujolais et le Roannais. La houille affleure, dans le nord de la France (Carbonifère moyen), Massif Central (Carbonifère supérieur). Le régime continental se poursuit à l'époque permienne (schistes d'Autun et de Lodève,grèsrouges des Vosges).

b) Phénomènes orogéniques. A la fin du Silurien, le plissement calédonien, ne se traduit dans le nord de la France que par une discordance entre le Silurien et le Dévonien. Pendant le Carbonifère a pris naissance la chaîne hercynienne, qui s'étendait sur les massifs anciens actuels. Ses plis, partant de la Bretagne, passaient dans le Massif Central et, de là, après avoir subi un changement de direction de près de 120°, traversaient le Morvan, les Vosges et la Forêt-Noire.

c) Phénomènes éruptifs. Le Massif Armoricain, les Vosges et le Massif Central ont été le siège d'une grande activité éruptive, pendant le Paléozoïque. De cette époque datent les granits, diorites, diabases, porphyres, porphyrites, etc.

Mésozoïque.
Extension des mers. Les terrains secondaires qui forment les couches profondes des bassins de Paris, de l'Aquitaine et du Rhône, se relèvent autour des massifs anciens. Ils entourent le Massif Central et limitent le bassin de Paris. La mer localisée à la fin du Permien à l'Europe orientale et au bassin méditerranéen, recouvre le nord-est de la France jusqu'à la lisière du Morvan et du Massif Central ; elle dépose des calcaires très fossilifères (Muschelkalk). Vers la fin de la période, les lagunes laissent déposer du gypse et du sel gemme. Pendant le Lias, la mer recouvre graduellement toute la France, à l'exception de la Bretagne, du Massif Central et d'une partie des Vosges.

Les marnes, les calcaires ou les schistes qui constituent le Lias sont très fossilifères. Les dépôts coralligènes et oolithiques, les calcaires à débris d'Encrines, prennent un grand développement dans la Normandie et le Jura, au Jurassique moyen. Pendant le Lias et le Jurassique moyen, une partie des Vosges et du Massif Central était immergée. Le Bathonien marque, pour le centre de la France, une période de soulèvement, et, sur le pourtour du Massif Central, on trouve fréquemment des assises continentales avec lignites intercalées dans les couches marines. Le Jurassique supérieur est remarquable par le développement des formations coralligènes progressivement cantonnées à la fin de la période dans la région méditerranéenne. Les calcaires oolithiques forment une auréole aux récifs, tandis que les dépôts de haute mer sont des calcaires lithographiques. A la fin de la période, la mer ne subsiste que dans l'Aquitaine et la région méditerranéenne.

Ces conditions se retrouvent au début du Crétacé. Le Nord de la France émergé fait partie du continent wealdien. La mer recouvre cette terre pendant le Crétacé inférieur; elle y dépose de puissantes assises de craie. Dans la région méditerranéenne, la sédimentation n'a subi aucune interruption : il y a passage insensible du Jurassique au Crétacé, que caractérisent des Lamellibranches spéciaux, les Rudistes. Une émersion presque complète du sol se produit, à la fin du Crétacé.  De très courte durée dans le bassin de Paris, elle persiste au début du Cénozoïque dans le Midi, sauf sur l'emplacement des Pyrénées et des Alpes.

Le Cénozoïque.
 a) Extension des mers. Un golfe occupe le Bassin parisien pendant l'Eocène; des mouvements de faible amplitude déterminent, sur les bords, de nombreuses alternances de dépôts marins (sables de Bracheux, de Beauchamp, calcaire grossier de Paris) et de dépôts d'eau douce ou de lagunes (argiles et lignites du Soissonnais, calcaires de Saint-Ouen, de Champigny, etc.). Les produits de l'évaporation des lagunes (sel et gypse) occupent une grande place, à la fin de la période. Dans le Midi, une mer plus profonde abandonne d'épais sédiments nummulitiques (Paléogène). Une nouvelle transgression marine se produit à l'Oligocène; le bassin de Paris est recouvert, et des golfes profonds pénètrent dans la vallée du Rhin et dans le Massif Central. Cette situation est d'ailleurs de courte durée : la mer disparaît et de grands lacs, vite asséchés, couvrent une grande partie du sol.

Dans le Bassin Aquitain, les dépôts d'eau douce alternent avec les dépôts marins. La mer n'empiète que fort peu dans le bassin du Rhône, où la plupart des dépôts oligocènes ont pris naissance dans des eaux douces. Le Miocène débute par une transgression d'abord sensible dans le Bassin Aquitain et la vallée du Rhône, mais qui recouvre ensuite ces deux bassins, ainsi que la basse vallée de la Loire. Les phénomènes orogéniques qui se produisent alors chassent la mer et ne laissent plus subsister, dans la vallée du Rhône, que des lagunes. La mer y revient encore au début du Pliocène, puis disparaît définitivement.

Le Pliocène est encore une période de grands lacs pour la vallée de la Saône; mais c'est, avant tout, une époque d'activité éruptive.

b) Phénomènes orogéniques. La fin de l'époque éocène est marquée par des plissements qui ont l'ait surgir les Pyrénées et les chaînes de Provence, autrefois continues. A cette époque aussi se sont produits les derniers mouvements du pays de Bray, faisant apparaître les terrains jurassiques à travers une boutonnière de Crétacé et de Tertiaire. La trace de ces plissements se retrouve dans tout le Nord, jusque dans le Boulonnais. Ces mouvements ont préparé la pénétration de la mer à travers les massifs anciens des Vosges (vallée du Rhin) et du Massif Central (Limagne). Au milieu du Miocène, les mouvements orogéniques dressent la chaîne des Alpes et le Jura. La poussée se transmet jusqu'au Miocène Central et y détermine des plis à grand rayon, dont les synclinaux forment les vallées de l'Allier et de la Loire et du Rhin. Des mécanismes semblables se produisent à la fin du Miocène et font naître la vallée du Rhône.

c) Phénomènes éruptifs. Les phénomènes volcaniques ont acquis une remarquable intensité, pendant le Miocène et le Pliocène. Les volcans entrent en activité dès le Miocène supérieur dans le Vivarais et l'Auvergne. Au Pliocène inférieur, le Mézenc, le Cantal, le mont Dore, émettent des basaltes, des phonolites, des trachytes. Au Pliocène supérieur, l'activité se transporte dans la région des Puys, où les cratères ont conservé leur fraîcheur.

d) Glaciations. Le Pléistocène est l'époque des grands glaciers qui, par deux fois s'étalent autour des Alpes, des Pyrénées, du Massif Central et des Vosges, et des grands cours d'eau qui ont creusé les vallées du nord de la France. L'Homo sapiens se signale pendant la phase interglaciaire.

Hydrographie
La France se trouve divisée en deux versants principaux, celui de la Méditerranée, du Nord au Sud, et celui de l'Océan Atlantique et de la Manche du Sud-Est au Nord-Ouest. Chacun de ces versants est subdivisé en un certain nombre de bassins. 

Les cours d'eau.
La Moselle, la Meuse et l'Escaut portent leurs eaux vers la mer du Nord; la Somme, la Seine, l'Orne, la Vire, la Rance se jettent dans la Manche; l'Aulne, le Blavet, la Vilaine, la Loire, la Sèvre Niortaise, la Charente, la Gironde et l'Adour affluent dans l'Atlantique; le Tet, l'Aude, le Rhône et le Var arrosent le versant le la Méditerranée. 

Les cours d'eau de France se répartissent sur le pays comme un réseau organisé. Tandis que la Seine, la Meuse, la Moselle et la Saône partent de points proches pour s'éloigner à peine nées, d'autres, comme la Loire et la Seine, lointaines à leur naissance, se rapprochent à presque se toucher au milieu de leur cours. La Loire finit dans le même golfe que la Garonne, qui, par les trouées orientales de son bassin, communique largement avec la Méditerranée et le Rhône. Ce réseau a été complété par des canaux, sauf entre la Loire et la Garonne, à l'Ouest. La frontière de  l'Est est marquée par le Rhin.

Les lacs.
Les lacs, peu nombreux, n'ont que peu d'étendue; parmi les principaux, il faut citer : le lac du Bourget (Savoie), qui a 20 km de long sur 4 de large; le lac le Grandlieu (Loire-Atlantique), qui mesure 10 km de long, sur 8 de large, puis les lacs de Saint-Point (Jura), de Palladru (Isère), de Nantua (Ain), d'Annecy (Haute-Savoie), etc. 

Les étangs salés sont nombreux sur les côtes du Languedoc, du Roussillon et de la Gascogne; les plus connus sont ceux de Carcans, de la Canau, de Biscarosse, de Cazau, de Sanguinet, sur les côtes de l'Océan Atlantique; ceux de Leucate, de Sijean, de Thau, de Maguelonne, de Perols, de Mauguès, de Valcarès et de Berre sur la Méditerranée

Les étangs d'eau douce se trouvent dans les pays de plaines, tels que les Dombes (Ain) et la Sologne. Les bassins de la Somme, de l'Escaut, de l'Aisne, de la Sèvre Niortaise, des Landes de Gascogne et de la Loire contiennent quelques marais dont
nombre diminue chaque jour à cause des travaux de dessèchement. On en rencontre aussi quelques-uns dans les Bouches-du-Rhône. Une partie du bas Poitou en renferme tellement qu'elle a reçu le nom de Marais

Le climat.
Les températures d'été sont réglées par la latitude; celles d'hiver par l'Océan; les pluies sont accrues par l'altitude. Les variations de ces éléments ont fait admettre en France plusieurs zones climatiques. Leur nombre varie selon les auteurs; on en retiendra ici cinq :

1° le climat séquanien ou de la Seine, dont la température est douce, modérée, chaude en été et peu rigoureuse en hiver et dont la moyenne est de 10,9 °C;

2° le climat vosgien, dont la température est chaude en été, avec des pluies abondantes et froide en hiver avec des pluies peu fréquentes et dont la température moyenne est de 9,3 °C; 

3° le climat rhodanien ou du Rhône, dont le vent brûlant et desséché du Sud-Est alterne avec le vent froid du Nord et cause de brusques changements; la température moyenne est de 11°C;

4° le climat méditerranéen, dont les étés sont secs et chauds, les pluies peu fréquentes, mais longues et abondantes; le vent impétueux et glacial du Nord-Ouest y porte le nom de mistral et le vent du Sahara, qui apporte la sécheresse et la chaleur étouffante, y est appelé sirocco; la température moyenne est de 14,8 °C';

5° le climat girondin, (température moyenne 12° C), où les vents du Sud-Ouest dominent, où les pluies sont abondantes dans les Pyrénées et plus abondantes encore dans les hautes terres du centre de la France, terres qu'on pourrait classer dans un climat particulier appelé le climat du Massif Central

Les régions de forêts et d'élevage sont assez également réparties sur tout le territoire, sauf sur les parties trop élevées des grandes montagnes Alpesou Pyrénées. Les régions à vin sont limitées aux plaines qui entourent le Massif Central. Ce massif et les montagnes frontières ne mûrissent pas la vigne, faute de chaleur. Par la même raison, le Nord-Ouest remplace le vin par le cidre. La première des cultures alimentaires, celle du blé, se localise également dans les plaines. L'olivier ne s'éloigne pas de la Méditerranée

La flore.
La répartition des végétaux à la surface de la France dépend d'un certain nombre de facteurs, les mêmes que ceux indiqués pour l'Europe : distribution de la chaleur, puis la lumière, l'eau, la nature du sol, etc. D'une façon générale, on peut distinguer deux flores (ou associations végétales distinctes : 1° la flore méditerranéenne, qui est analogue à celle de tous les bords de la Méditerranée; 2° la flore des forêts des régions tempérées boréales, qui se retrouve dans la majeure partie de l'Europe. Au total, la flore française comprend plus de 800 genres et plus de 6000 espèces de plantes. 

Région méditerranéenne.
Les bords de la Méditerranée montrent des buissons toujours verts (maquis de Corse, garrigues du Languedoc et de la Provence), avec des feuilles persistantes. On y trouve les Myrtes, Arbousiers, Lauriers, Chênes verts, Olivier, Figuier, Chênes-lèges. L'oranger se montre sur la côte de Provence et de Nice, où le Palmier nain, le palmier dattier et les Eucalyptus d'Australie ont été acclimatés.

Région de la flore des forêts boréales.
Dans la majeure partie de la France, on voit surtout des forêts d'arbres feuillus ou à feuilles caduques : Chêne, Hêtre, Saule, Aune, Orme, Noyer, Châtaigner, avec quelques forêts d'arbres toujours verts (Pins, Sapins), à feuilles persistantes, du groupe résineux ou conifère.

En allant de l'Est à l'Ouest, on constate des changements dans la répartition des végétaux, car le climat maritime des bords de l'Océan Atlantique fait, place au climat plus extrême de l'Est. Aussi voit-on sur le littoral de l'Atlantique certains arbustes toujours verts, à affinités méditerranéennes (Laurier, Arbousier, Houx, Laurier-rose, Myrte, Grenadier, Figuier, Chêne vert); ils disparaissent à l'Est d'une ligne qui va de Carcassonneà Montauban, Niort et Cherbourg.

Etages de végétation en montagne.
L'influence de la distribution de la chaleur se montre nettement dans les régions montagneuses. Gravit-on les Alpes en partant de la Méditerranée, on constate l'existence de flores superposées, presque identiques à celles que l'on trouve dans les plaines d'Europe en allant jusqu'à l'Océan Arctique : 1° zone des orangers, oliviers et maïs, sur le littoral; 2° culture des céréales jusqu'à 1300 m, avec des forêts de Hêtre et de Chêne jusqu'à 2000 m, et des Conifères (Mélèze, Pin sylvestre), avec le Bouleau jusqu'à 2300 m; 3° zone alpine, avec des prairies de plantes vivaces et des arbustes nains jusqu'à la limite des neiges éternelles entre 2500 et 2700 mètres.
-

Carte de la France.
Carte de la France. Cliquez sur la carte pour afficher une carte grand format.
Source du fond de carte : Natural Earth.

La faune.
La faune de la France est celle de la région européenne, avec mélange, dans Ie Sud, de quelques types de la région, méditerranéenne; mais la faune de la Méditerranée ne commence véritablement qu'au sud des Pyrénées et des Alpes. Cette faune est caractérisée, comme celle de l'Europe centrale, par l'abondance de petits insectivores et de petits rongeurs, avec des carnivores de taille moyenne, qui en font leur nourriture.

On trouve, parmi les insectivores, le hérisson, de nombreuses musaraignes, la taupe, le desman, qui est aquatique, creuse ses terriers au bord de l'eau et dont il existe une espèce dans les Pyrénées.

Les carnivores sont représentés par le Loup, dans les Alpes (Parc du Mercantour); le Renard, le Chat domestique redevenu sauvage, la Fouine, la Belette, qui blanchit en hiver; le Blaireau, qui est omnivore; ainsi que l'Ours brun, qui a disparu actuellement de la Corse, des Alpes française et presque de la France, si ce n'est dans les Pyrénées, où il est l'objet d'une politique de réintroduction.

Parmi les rongeurs, on peut citer l'Ecureuil, le Loir, le Hamster, les Campagnols, dont les formes sont si variées les Rats, originaires probablement de la région orientale; le Rat noir était connu en Europe dès le Moyen âge; le Rat gris ou Surmulot, qui s'est répandu au commencement du XIXe s.; le Castor ou Bièvre, autrefois répandu partout en France, comme le montrent de nombreux noms de localités; il n'en reste guère aujourd'hui que dans la Camargue; le Lièvre, le Lapin, répandus partout aujourd'hui.

Les Herbivores ont pour représentants le Sanglier, le Cerf, le Chevreuil (l'Elan, le Bison d'Europe et l'Aurochs ont totalement disparu depuis l'époque historique), et, dans les montagnes (Pyrénées, Alpes), le Chamois (nommé Izard dans les Pyrénées), le Bouquetin et la Marmotte, au sommeil hibernal. Le Mouflon de la Corse est un type méditerranéen.

Quelques Phoques sa montrent sur certains bancs de sable de la Manche et à l'embouchure de la Somme. La Baleine des Basques a disparu des côtes françaises.

Très peu d'Oiseaux sont spéciaux à la France; presque tous vont passer l'hiver plus au Sud. Parmi les Rapaces, il y a les Aigles, les Faucons (Emouchets, Emerilons, Gerfauts, etc.), et, parmi les petits oiseaux, les Grives, Fauvettes, Mésanges, Moineaux, etc.

Les Reptiles les plus communs sont les divers Lézards et l'Orvet, avec la Couleuvre à collier et la petite Vipère, qui se trouve surtout dans les régions forestières. Les Seps résident seulement dans le Sud.

Les Poissons d'eau douce sont représentés par la Carpe, le Goujon, la Perche, le Brochet, l'Anguille, la Truite, etc. Sur les côtes, on rencontre des Raies, des Maquereaux, des Harengs, des Merlans, des Congres, des Soles, et des Sardines.

Parmi les invertébrés, assez nombreux, on peut citer certains Crustacés (Homard, Ecrevisse), des Insectes, le Scorpion du midi de la France; des Mollusques terrestres: Escargots et Limaces. Les Mollusques marins (Clovisses, Moules, Huîtres) ne sont pas très caractéristiques. (DMC / NLI).

Cartes de la France.
 


Géographie de la France.
Topographie
Divisions administratives de la France.
Divisions administratives
Population de la France.
Densité de la population
Régions industrielles de la France.
Régions industrielles
Ressources minérales de la France.
Ressources minérales
Utilisation des sols de la France.
Utilisation des sols
Cliquer sur les miniatures ci-dessus pour afficher les cartes.



Hervé Tardy, Les plus belles départementales de France, Sélection du Reader's Digest,2009.

Marc Lemonier, Dictionnaire de la France insolite, City Editions, 2009.
-
Atlas des plus beaux sites de montagne en France, Glénat, 2007.
-
Hervé Fillipetti, Cléa Rossi, Le patrimoine rural français  (1000 aquarelles et dessins), Eyrolles, 2007.

Yann Arthus-Bertrand, Patrick Poivre-d'Arvor, Une France vue du ciel, La Martinière Beaux livres, 2005.

B. Giblin-Delvallet, Nouvelle géopolitique des régions françaises, Fayard, 2005. 


.






Etats et territoires
[La Terre][Cartotheque][Tableaux de bord][Histoire politique]




[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2009. - Reproduction interdite.