.
-

Arrière-plans
Histoire politique et sociale
La Préhistoire

Le Paléolithique
Le Mésolitique
Le Néolithique



L'Océanie
L'Australie
La Nouvelle-Zélande
La Nouvelle-Calédonie

L'Asie

La Chine et l'extrême Orient

La Chine et le Tibet
Le Japon et la Corée
L'Asie du Sud-Est

Le monde indien

Inde
Népal
Bhoutan

Le monde turco-mongol

Les Turks
Les Mongols

Le Moyen-Orient

Iran, Afghanistan
Caucase
  Géorgie, Arménie
Chypre

L'Orient arabe

L'Amérique précolombienne

Amérique du Nord
Mésoamérique

Les Aztèques

Andes

Les Chibchas
L'Empire Inca

Amazonie



L'Afrique

Égypte antique
Tunisie, Algérie, Maroc
Madagascar
La forêt équatoriale
La région des Grands lacs

Le monde occidental
L'Antiquité

Le Croissant fertile

L'Elam
Les Hébreux
Les Phéniciens
    Carthage

La Grèce antique

La formation des Cités,
Les guerres médiques,
Athènes et Sparte, etc.

L'Italie antique

Les Etrusques
Les Latins
Rome
La République
L'Empire romain
Le Moyen âge
La Guerre de Cent ans
Byzance
Les Croisades
Les épidémies
La criminalité, etc.

La Renaissance

L'invention de l'imprimerie
Les Grandes découvertes

L'Europe moderne

Le XVIIe siècle
Le XVIIIe siècle
L'Espagne
Le Portugal
La Russie
Le XIXe siècle
L'Amérique depuis 1492
Canada,
États-Unis
Mexique
Haïti, Cuba,
Brésil, Pérou, etc.


Pays et régions d'Europe


L'Espagne
Le Portugal
L'Allemagne
L'Italie
La Russie
L'Angleterre
La France
La Suisse
etc.


Chris Harman, Une histoire populaire de l'humanité, Editions La Découverte, 2011. - Dans ce livre-somme, l'historien britannique Chris Harman s'affronte à l'une des tâches les plus délicates pour un historien : raconter et expliquer, dans un ouvrage accessible au lecteur non spécialiste, la formation et l'évolution de l'histoire de l'humanité, rien de moins. Impossible de réaliser cette gageure sans mettre au jour ses outils théoriques et ses présupposés politiques, tant ce défi oblige à faire face aux grandes questions philosophiques et anthropologiques. Ala manière d'Howard Zinn et de sa célèbre Histoire populaire des Eats-Unis, Chris Harman choisit ici de retracer l'histoire des peuples, de faire une histoire par en bas dont la base interprétative est le matérialisme de Marx, et la base politique une conviction que des formes d'organisation sociales émancipatrices peuvent exister. L'auteur montre donc la manière dont les hommes n'ont cessé de fabriquer et de re-fabriquer des sociétés complexes en poursuivant des objectifs communs. Interagissant avec les forces du changement technologique autant qu'avec celles des individus ou des idées révolutionnaires qui ont marqué leur temps, ces sociétés ont engendré des événements familiers à tous les hommes, de la création des empires de l'Antiquité aux destructions massives des guerres mondiales récentes. Dans sa très belle conclusion, Harman évoque le contentement narquois et étriqué du capitalisme contemporain et se demande ce qui peut bien continuer de nous pousser à croire, dans un monde plus que jamais déchiré par les souffrances et les inégalités, que ce système pourrait, ou devrait, continuer d'exister. Ambitieuse, provocante et stimulante, cette Histoire populaire de l'humanité propose une alternative radicale à l'histoire traditionnelle, une réflexion puissante sur les courants profonds des peuples qui s'agitent sous l'écume des pouvoirs. 
-
Jean-Claude Barreau, Guillaume Bigot, Toute l'histoire du monde : De la préhistoire à nos jours, LGF, 2007. - Il y a un siècle, ceux qui savaient lire savaient aussi se situer dans l'espace et dans le temps. Il n'en est plus ainsi. Les Français, et d'ailleurs tous les Occidentaux, sont devenus, pour la plupart, des hommes sans passé, des "immémorants". Notre modernité fabrique, hélas, davantage de consommateurs-zappeurs interchangeables que de citoyens responsables, désireux de comprendre et de construire. Est-il possible de déchiffrer l'actualité sans références historiques? Comment situer, par exemple, les guerres d'Irak sans avoir entendu parler de la Mésopotamie? On voit tout, tout de suite, en direct, mais on ne comprend rien. D'où l'idée simple, ambitieuse et modeste à la fois, d'écrire un livre assez court qui soit un récit de l'histoire du monde, fermement chronologique, pour tous ceux qui souhaitent "s'y retrouver" et situer leur destin personnel dans la grande histoire collective de l'espèce humaine. (couv.).

Michel Bounan, La Folle Histoire du monde, Allia, 2006.- L'histoire de l'humanité n'est pas seulement celle de son développement technique ou de ses "progrès" en tous genres, ni même celle de ses institutions et de ses révolutions. Elle est aussi l'histoire des folies collectives qui ont permis ce développement et ces institutions.  (couv).

Serge Gruzinski, Les quatre parties du monde, histoire d'une mondialisation, La Martinière, 2004. - A la fin du XVIe siècle, l'Empire espagnol et l'Empire portugais se sont retrouvés unis sous le sceptre de Philippe II. Pendant le long demi-siècle qu'a duré la Monarchie catholique (1580-1640), missionnaires, marchands, administrateurs, savants européens, encouragés par l'Église et la Couronne espagnole, ont tissé de vastes réseaux visant à dominer les quatre parties du monde. En Afrique, en Amérique, en Asie, des milliers d'hommes et de femmes ont alors été confrontés à une première mondialisation occidentale. 

Face-à-face inédit des civilisations dans l'histoire, brassage sans précédent des sociétés, des idées et des modes de vie, confrontation des traditions locales et de la modernité, les différents aspects de cette mondialisation renvoient tous à la scène contemporaine. Du Mexique au Japon, du Brésil à l'Afrique, de Lisbonne à Goa, Serge Gruzinski propose une magistrale exploration des multiples liens qui se créent au sein des quatre parties du monde, montrant qu'ils débordent amplement le champ de l'économie et des technologies. (C.P.).

E. Durschmied,Le facteur climat, quand les forces de la nature ont changé le cours de l'histoire, Jean-Claude Lattès, 2004.

Georges Duby, Grand atlas historique, l'histoire du monde en 520 cartes, Larousse, 2004. - Le Grand Atlas historique présente, dans le temps et dans l'espace, les grandes étapes de l'aventure humaine, de la préhistoire à aujourd'hui. 520 cartes commentées permettent de visualiser et de mémoriser les principaux phénomènes et événements, proches ou lointains, survenus dans le monde entier. Ses cartes tout en couleurs, son index et sa table analytique font du Grand Atlas historique un outil irremplaçable, la référence des chercheurs et de tous les passionnés d'histoire et de cartographie : Le monde ancien jusqu'à l'an mil, L'Europe depuis l'an mil, L'Asie, L'Afrique, L'Amérique, Le monde depuis la chute du mur de Berlin. Ouvrage de référence, le Grand Atlas historique a bénéficié pour cette édition d'une présentation entièrement nouvelle, agrémentée de nombreux encadrés thématiques et illustrations, ainsi que de cartes inédites rendant compte de l'actualité des dix dernières années. G. Duby est ancien titulaire de la chaire d'histoire des sociétés médiévales du collège de France. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment sur le Moyen Âge, qui ont rendu l'histoire plus vivante pour les lecteurs.

Marc Ferro, Les individus face aux crises du XXe siècle (l'histoire anonyme), Odile Jacob, 2005. - La plupart des gens ne vivent pas dans l'Histoire, dans l'actualité, ils vivent leur vie. L'Histoire? Beaucoup de gens la subissent alors que c'est avec eux qu'elle compose ses drames. Ils s'assurent contre le vol ou l'incendie. On ne saurait s'assurer contre l'Histoire.

Telle est l'Histoire anonyme où se nouent de nombreuses intrigues entre les événements et la vie de chacun. Elle concerne aussi bien vous que moi ou des individus que ces mêmes événements ont transformés en personnages historiques... tel De Gaulle, voici Marcel N., qui n'avait rien contre les Allemands et qui, "étant en règle et en vacances" cet été 44, refuse d'échapper à une rafle et meurt dans un camp : il voulait ignorer l'Histoire.

A l'opposé, la participation à l'Histoire est le sang qui fait vivre cette militante, Olga K. Elle s'identifie à la classe ouvrière et, pour sauver son avenir, avoue devant les tribunaux staliniens des crimes qu'elle n'a pas commis.

D'autres, au nom des principes de la Révolution française, se révoltent et, en Algérie, luttent pour l'indépendance du pays. Alors que d'anciens résistants, au nom des mêms principes, participent à l'OAS pour les combattre.

Il en est qui, en 14-18, ignorant les institutions, leurs règles et l'Histoire, quittent le bord de la route lors d'une retraite et ainsi, sans le savoir, désertent et se font fusiller.

En analysant les comportements des individus pendant les grandes crises du siècle passé - révolutions, montée du nazisme, crises économiques, etc. - on éclaire le passé et on tente ainsi de maîtriser mieux l'avenir. (couv).

Jacques Boudet, Chronologie universelle d'histoire, Bordas, 2004.

.


[Histoire culturelle][Biographies][Cartothèque]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004-2007. - Reproduction interdite.