.
-

La Forêt Noire
 Schwarzwald
La Forêt Noire (en allemand Schwarzwald) est un massif montagneux du Sud-Ouest de l'Allemagne, sur la rive droite du Rhin, dans le Bade-Württemberg. Long de 158 km, large de 60 au Sud, 22 au Nord il couvre près de 5000 km², dont deux tiers sont badois; au Sud et à l'Ouest, il s'abaisse en pentes escarpées sur la vallée du Rhin, où débouchent ses vallons; au Nord, la dépression du Kraichgau l'isole de l'Odenwald; à l'Est, il descend doucement vers la vallée du Neckar et se confond au Sud-Est avec le Jura allemand de structure géologique toute différente. Le noyau du Schwarzwald est en effet constitué par le gneiss schistoïde et le granite injecté de porphyre; mais au Nord et à l'Est, ces terrains sont recouverts de schistes carbonifères et de grès bigarré. A la lisière se voient les terrains triasiques plus récents, et à mesure qu'on avance vers la plaine, le jurassique, le tertiaire, l'alluvial (Cénozoïque). Tout le Sud et le Sud-Est est formé de gneiss; le granite enveloppe ce noyau et arrive au Sud jusqu'au Rhin, au Nord jusqu'à la Murg; à l'Est, il reparaît au fond des vallées creusées dans le grès bigarré, très puissant de ce côté; ce dernier terrain forme aussi une bande depuis Walashut sur le Rhin jusqu'à Pforzheim sur l'Enz, Peu de minerais (argent, cuivre, cobalt), quelques sources minérales (Bade, Kniebis, Badenweiler, Wildbad, etc.). 

Dans la partie méridionale de la Forêt Noire, l'altitude moyenne est de 1000 m; le point culminant est le Feldberg (1494 m) d'où rayonnent plusieurs arêtes; citons ensuite, au Sud, le Herzogenhorn (1417 m) et le Hochkopf (1265 m); au Sud-Ouest le Belchen (1415 m) et le Blaue Berg (1167 m); au Nord-Ouest, l'Erzkasten (1286 m); au Nord, le Tote Mann, le Kandel (1243 m). Sur le versant oriental sont de petits lacs (Feldsee, Titisee, Schluchtsee, etc.). Le massif est profondément entaillé par les vallées des affluents du Rhin Wutach, Alb, Wehra, Wiese, Neumayer et Dreisam; au Nord-Est sont les sources du Danube enclavées entre les bassins des affluents directs du Rhin et de ceux du Neckar. La dépression creusée entre la Brigach (Danube) et la Kinzie (affluent du Rhin) sépare les deux parties de la Forêt Noire. Au Nord de cette coupure, elle ne forme plus qu'une sorte de haut plateau, d'altitude moyenne de 600 m, dominé par la Hornisgrinde (1166 m) et le Kniebis (965 m); plus au Nord, les monts de Bade atteignent encore 1002 m, on trouve toujours des lacs sur le versant oriental (Mummelsee, Wilde See). Au Nord de la Murg, les hauteurs déclinent et, de cette rivière au Neckar, ne dépassent plus guère 500 m.

Le climat, rude sur les hauteurs, est doux dans les vallées, revêtues de riches prairies, de vergers et de bois; au-dessus de 750 m sont les sapins. La population vit traditionnellement de la distillation des cerises, de l'élevage du bétail, du travail du bois, de l'horlogerie, etc.

Les communications à travers la Forêt Noire sont assez difficiles. De là, le rôle historique, en particulier pendant les guerres, des villes forestières au Sud, le long du Rhin (Waldshut, Lauffenburg, Saeckingen, Rheinfelden) et celui de Fribourg, au débouché en plaine de la vallée du Dreisam, laquelle par le val d'Enfer (au Nord du Feldberg) permet de traverser massif méridional pour déboucher, soit sur la vallée de la Wutach soit sur cellè du haut Danube vers Schaffhause ou vers Donaueschingen. Moreau la suivit en 1796. Plus au Nord, la vallée de la Kinzig, qui débouche en face de Strasbourg, fait pénétrer le chemin de fer jusqu'au coeur de la Forêt Noire; là il se bifurque par Sommerau vers le Danube au Sud; par Schramberg vers le Neckar au Nord, vers Rottweil. Au Nord de cette route, une autre, par le val de la Rench et le pied du Kniebis, atteint Nagold et Stuttgart. Nous laissons de côté les routes et petites voies ferrées qui de toutes parts se sont multipliées multiplient pour ouvrir aux touristes les sites de la Forêt Noire devenue dès la fin du XIXe s. une des villégiatures préférées de l'Allemagne. (A.-M. B.).



[La Terre][Cartotheque][Etats et territoires][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.