.
-

Histoire de l'Europe > La France > Géographie historique de la France

Le Poitou

Le Poitou est une ancienne province et un des trente-trois grands gouvernements de la partie occidentale de la France, entre la Bretagne, l'Anjou et la Touraine au Nord et au Nord-Est, le Berry et la Marche à l'Est, l'Angoumois, la Saintonge et l'Aunis au Sud, et l'Océan Atlantique à l'Ouest, où il se prolonge par les îles de Noirmoutier et d'Yeu. Le sol offre une variété de plaines, de coteaux et de marais du côté de l'Océan. Il est généralement fertile, surtout en céréales, vins, fruits et pâturages.

Le Poitou s'étendait sur environ 20.000 km², correspondant à peu près aux trois départements actuels de la Vienne, des Deux-Sèvres et de la Vendée. Ses frontières, du reste, comme il arrivait souvent aux anciennes provinces, n'étaient pas très précises, certains villages, certaines villes même étaient disputés entre deux provinces voisines : tel était le cas de Loudun et de Richelieu qui dépendaient à fois de la Touraine et du Poitou. Il se divisait en Haut-Poitou à l'Est et Bas-Poitou à l'Ouest, et comprenait le pays de Gâtine. Capitale : Poitiers.

La Région Poitou-Charentes (réunie désormais aux régions Aquitaine et Limousin pour former la Grande-Aquitaine) reprenait seulement les deux premiers départements  de l'ancien Poitou (auxquels s'ajoutaient la Charente-Maritime et la Charente); la Vendée est restée rattachée à la région Pays-de-la-Loire.

Géographie physique

Le Poitou ne constitue pas une région naturelle, ou du moins son unité apparaît peu. Au point de vue géologique, presque tous les terrains y sont représentés. La partie occidentale est composée de roches anciennes (cristallines et primaires) qui dépendent, par leur composition et leur orientation en longues bandes Sud-Est Nord-Ouest, de la zone bretonne qu'elles prolongent au Sud de la Loire. A l'Est, les pays de Montmorillon et de Confolens, formés de roches éruptives anciennes (granits) et de schistes cristallins, continuent vers l'Ouest la région limousine et forment la bordure de l'îlot ancien du Massif Central. Entre les deux, réunissant le Bassin parisien au Bassin aquitain, et se prolongeant à l'Ouest vers l'océan Atlantique, s'insinuent des terrains plus récents (jurassique moyen et supérieur pour la plus grande partie, crétacé supérieur dans le Châtelleraudais). Les terrains anciens forment le sous-sol de ce détroit et apparaissent à la surface en quelques points. C'est la région essentiellement poitevine, celle où se trouvent les deux villes principales, Poitiers et Niort. Sur la côte, les deux « Marais » poitevin et breton, ainsi que l'île de Noirmoutiers, ont été formés par des alluvions modernes, pendant que l'île d'Yeu, au large, est un débris de l'ancien littoral, composé de schistes cristallins.

Le relief reproduit la même disposition : deux bornes de hautes terres enserrent à l'Ouest et à l'Est une bande de plaines. A l'Ouest, les hauteurs de la Gâtine et du Bocage vendéen, plateaux boisés sans massif montagneux, culminent à l'Ouest au-dessus des plaines du Bas-Poitou (mont Mercure, 285 m). Les vallées dirigées du Sud-Est au Nord-Ouest continuent l'orientation du sillon de Bretagne. La hauteur moyenne est de 150 m environ. A l'Est, les collines du Limousin se terminent vers Confolens sur les bords de la Vienne. Entre les deux, le seuil ou détroit du Poitou forme un plateau d'une hauteur moyenne de 145 m qui se soude au Nord aux plateaux de Touraine, au Sud, par la Saintonge et l'Angoumois, à l'Aquitaine. Il est traversé par quelques lignes de hauteurs (Montalembert, 190 m) qui, par leur orientation Est-Sud-Est -Ouest-Nord-Ouest, semblent réunir le Massif Central aux hauteurs du Bocage; sans cependant interrompre vraiment la dépression. Celle-ci fait partie du grand cercle de plaines qui entourent le Massif Central; elle met en communications faciles les pays de la Seine et de la Loire avec ceux de la Charente et de la Garonne. Les plaines se prolongent vers l'Ouest par la vallée de la Sèvre-Niortaise et viennent border le rivage de l'Océan de plages sablonneuses et souvent marécageuses.

Au point de vue du climat, le Poitou continue au Sud la région arrosée et de température douce de la Touraine, et fait la transition avec la région plus ensoleillés et plus chaude de l'Angoumois et de la Saintonge. Les eaux du Poitou vont en majeure partie à la Loire; le versant Nord de la trouée poitevine, du Bocage et des hauteurs du Massif Central se déversent en effet dans ce fleuve par la Vienne et ses affluents, le Thouet, la Sèvre-Nantaise, etc. Le reste du pays s'égoutte directement dans l'Océan par de petits fleuves côtiers, la Vie, le Lay, la Sèvre-Niortaise ou la Charente. Toutes ces rivières sont abondantes et claires, mais peu sont navigables.

Il est difficile de trouver dans la géographie physique du Poitou les éléments d'une division naturelle du pays. Aussi la plupart des noms de pays employés dans le langage courant n'ont-ils le plus souvent qu'une faible importante topographique et ne désignent-ils que les régions dépendant de quelques villes plus importantes que les autres. On peut cependant distinguer le Haut et le Bas-Poitou : le premier comprenait les villes de Poitiers, Châtellerault, Loudun, Mirebeau, Richelieu et Thouars; le second, celles de Maillezais, Luçon, Niort, Saint-Mixent, Fontenay-le-Comte, Beauvoir, les Sables-d'Olonne. Comme petit pays, la Gâtine seule a eu une existence féodale et administrative assez tranchée, en même temps que sa pauvreté agricole lui donnait une originalité peu enviable. Parmi les autres pays, on peut citer :  le Thouarsais, le Mirebalais, le Loudunais, le Bressuirois, le Mellis, le Niortais et le Châtelleraudais, les Marais breton et poitevin.

Histoire du Poitou

L'histoire du Poitou a été la conséquence de sa situation géographique. La partie occidentale, Bocage et Plaine vendéenne, un peu en dehors du mouvement, n'a joué de rôle que dans les guerres civiles et religieuses : 
« Le Poitou est le centre du calvinisme au XVIe siècle, il recrute les armées de Coligny et tente la formation d'une république protestante; et c'est du Poitou qu'est sortie de nos jours l'opposition catholique et royaliste de la Vendée. La première époque appartient surtout aux gens de la côte ; la seconde, surtout au Bocage vendéen. Toutefois, l'une et l'autre se rapportent à un même principe, dont le calvinisme républicain, dont le royalisme catholique n'ont été que la forme : esprit indomptable d'opposition au gouvernement central » (Michelet, Tableau de la France).
La trouée du Poitou, au contraire, seul point par où les communications fussent faciles entre le Nord et le Midi de la France, a joué un plus grand rôle, mais d'un caractère plus passif qu'actif. C'est dans ses plaines, aux environs de Poitiers, que se sont livrées les grandes luttes entre les « Français » et les Méridionaux : 
« Le Poitou est la bataille du Midi et du Nord. C'est près de Poitiers que Clovis a défait les Goths, que Charles-Martel a repoussé les Sarrasins, que l'armée anglo-gasconne du Prince Noir et pris le roi Jean. Mêlé de droit romain et de droit coutumier, donnant ses légistes an Nord, ses troubadours au Midi, le Poitou est lui-même, comme sa Mélusine, assem blage de natures diverses, moitié femme et moitié serpent. C'est dans ce pays du mélange, dans le pays des mulets et des vipères que ce mythe étrange a dû naître » (id., ibid., le morceau entier est à lire). 
Mais sa situation même sur une grande voie lui a fait perdre bien vite son indépendance, et il s'est alors noyé dans la nation française sans pouvoir y conserver d'originalité, sans que sa nature trop moyenne lui permit de jouer un grand rôle. 

Epoque préhistorique. 
Le Poitou est, après la Bretagne, une des régions de la France où l'on retrouve le plus de restes de la civilisation préhistorique. De nombreuses cavernes, montrant des vestiges d'activité humaine ou avant servi de sépultures, ont été trouvées sur les bords du Clain, de la Vienne et de la Charente. Quant aux monuments mégalithiques, leur nombre est considérable.

Epoque gauloise et gallo-romaine. 
Le nom de Poitou vient de celui des Pictons ou Pictavii qui occupaient la région poitevine actuelle et s'étendaient jusqu'à la rive gauche de la Loire depuis Saumur. Aux Pictons, peuplade principale, on ajoute quelques petits peuples peu connus, les Ambiliates ou Ambilatri, les Anagnutes (Agnutes ou Agnotes) et les Agesinates, qui occupaient, semble-t-il, les bords de la Loire depuis le Thouet et le Bas-Poitou, sur les bords de l'Océan, depuis l'embouchure de la Loire jusqu'à la Sèvre Niortaise. La capitale des Pictons était Limonum, dont on discute l'emplacement exact : les uns le voient dans le lieu dit Vieux Poitiers, au confluent du Clain et de la Vienne; les autres le placent au Poitiers actuel, avec plus dr raisons, semble-t-il. On cite encore quelques autres villes alors importantes : Roranum (Rom), Ratiatum (Rezé dans le pays de Retz); enfin, en 1878 on a exhumé, à Sanzay, les restes d'une ville qui dut être importante, mais dont le nom est inconnu.

Lorsque César entra en Gaule, les Pictavii furent ses alliés. Le chef du parti aristocratique, Duratius, lui fournit des vaisseaux pour sa guerre contre les Vénètes. Mais Duratius fut renversé du pouvoir lors de la grande révolte de 52, et les Pictavii envoyèrent un contingent de 8000 hommes à l'armée de secours qui tenta de délivrer Alésia. Une nouvelle révolution ramena Duratius au pouvoir, et avec lui le parti romain. Les partisans de l'indépendance tentèrent bien de se soulever en 51, avec l'aide de Dumnacus, chef des Andes, mais ils échouèrent; Duratius fut définitivement rétabli par les Romains, et le pays resta desormais fidèle; il fournit à l'armée romaine l'Ala Atectorigiana qui survécut longtemps.

L'histoire du Poitou romain est obscure; la cité des Pictons ne fut sans doute pas démembrée, car l'évêché de Poitiers s'étendit dans la suite sur la province presque entière. Elle fut, semble-t-il, tributaire, son nom ne se trouve pas en effet sur la liste des cités libres ou fédérées; cependant, Lucain appelle les Pictones « immunes ». Elle fit d'abord partie de la Celtique, puis fut rattachée par Auguste à l'Aquitaine, par Valentinien Ier, à l'Aquitaine IIe. Cette époque a été une période de prospérité; la capitale qui, suivant la coutume générale, avait abandonné son nom de Limonum pour prendre celui de la cité, Pictavii ou Poitiers, a longtemps conservé de beaux restes de constructions gallo-romaines : un superbe amphithéâtre datant des Antonins, des thermes remontant peut-être à Claude, un monument funéraire mentionné dans la célèbre inscription du temple Saint-Jean. Trois aqueducs amenaient dans la ville les eaux des sources du voisinage; huit grandes voies la réunissaient aux villes voisines : Melle, Nantes, Angers, Tours, Orléans, Bourges, Limoges et Angoulême, sans compter d'autres voies de moindre importance. 

La religion chrétienne fut apportée assez tôt en Poitou. Le polythéisme gallo-romain avait depuis longtemps remplacé la religion des druides lorsque le christianisme fit son apparition dans le pays. Si on en croyait la tradition, l'apôtre aurait été saint Martial, au Ier siècle de notre ère, mais Grégoire de Tours recule cette date jusqu'au IIIe siècle; une autre tradition attribue encore la fondation de l'église Notre-Dame à l'empereur Constantin ou au moins à son époque. L'histoire du christianisme en Poitou est très obscure jusqu'à l'épiscopat de saint Hilaire, neuvième évêque, qui lui donna un véritable essor. Converti en 342, évêque de Poitiers en 350, il mourut en 366. Protecteur de saint Martin, il l'aida à fonder l'abbaye de Ligugé, une des premières de France. Il a été enseveli dans l'église qui porte son nom.

La situation du Poitou sur la grande route naturelle du Nord au Midi de la Gaule l'exposait particulièrement aux invasions. La grande invasion de 407 ravagea le pays et s'empara peut-être de la capitale; plus tard, les Wisigoths d'Ataulf , ayant obtenu d'Empire l'Aquitaine, s'étendent au Nord de la Garonne et entrent en possession du Poitou vers 462. C'est à peu de distance de Poitiers qu'eut lieu le premier choc entre les peuples du Nord et da Sud; en 507, Clovis écrasait les Wisigoths à Vouillé. Cette victoire amenait la soumission au chef des Francs de toute la partie du royaume des Wisigoths située au Nord des Pyrénées.

Epoque mérovingienne. 
La période mérovingienne fut, pour le Poitou, comme pour le reste de la France, une époque de troubles. L'Aquitaine, dont le Poitou faisait partie, était considérée comme une conquête et ne fut jamais un royaume particulier : elle était divisée entre les royaumes de la France du Nord; le Poitou a successivement dépendu des royaumes d'Orléans, de Soissons, d'Austrasie même, dont les rois se le sont disputé avec acharnement, dans des guerres au cours desquelles le pays était atrocement ravagé. Poitiers est alors une ville importante Chramn y tenait sa cour lorsqu'il se révolta contre son père (556) ; c'est à Poitiers que se retira sainte Radegonde, l'épouse de Clotaire, et qu'elle fonda son monastère (vers 544).

Dagobert Ier réunit un moment la France entière sous son autorité, mais il laissa le gouvernement de l'Aquitaine à son frère Caribert, puis, après la mort de celui-ci, à ses descendants. Mais le Poitou ne suivit pas les destinées de l'Aquitaine, transformée en duché par Eudes. Rattaché à l'Austrasie après 638, puis plus tard à la Neustrie, il fut gouverné par ses évêques, qui appartenaient à la puissante famille de Léodegaire. Ceux-ci prirent part aux troubles graves qui eurent lieu dans la France du Nord, Dido, le premier, soutint Grimoald, mais fit ensuite sa paix avec Clotaire III et Bathilde. A Dido succède son parent Ansoald, qui fréquente la cour de Thierry III de Neustrie et assiste au concile neustrien de Rouen (689). Puis les destinées du Poitou deviennent très obscures; tout ce que l'on peut savoir, c'est que, au commencement du VIIIe siècle, le Poitou était annexé par les ducs d'Aquitaine, à peu près à la même époque que le Berry. Comment s'est faite cette annexion, on l'ignore. Il suivit alors les destinées de ce duché; c'est entre Poitiers et Tours que s'est livrée la grande bataille improprement appelée bataille de Poitiers (732), ou Charles-Martel arrêta l'invasion sarrasine. A la suite de cette victoire, Charles conquit l'Aquitaine entière sur Eudes (734) qui mourut en 735. Son fils Hunald lui succéda, mais, vaincu et pris par Charlemagne, il s'enfuit en Italie. L'Aquitaine fut réunie à la France (769).

Les comtes de Poitou, ducs d'Aquitaine. 
Le Poitou fit partie du royaume d'Aquitaine constitué en 778 par Charlemagne en faveur de son fils Louis. Poitiers reçut alors un comte, comme chacune des quinze principales cités d'Aquitaine. Le premier de ces comtes, d'abord simples fonctionnaires de l'Empire, puis presque souverains, fut Abbon, qui vivait encore en 811. A la mort de Charlemagne, Louis, devenu empereur, donna l'Aquitaine à son fils Pépin; le comte de Poitiers était alors Bernard, qui vivait encore en 826 et mourut peut-être après 830. Les troubles amenés par les partages de l'Empire carolingien par Louis entre ses fils eurent leur écho dans le Poitou; Pépin se révolta en 832, mais mourut à Poitiers (838) et y fut enseveli dans l'église de Sainte-Radegonde. Le comte Emenon, fils de Bernard, se prononça alors pour Pépin II, mais Louis, qui avait d'autres intentions, arriva à Poitiers et proclama son dernier fils Charles, roi d'Aquitaine, révoqua Emenon et le remplaça dans les fonctions de comte par Ranulfe Ier, fils de Gérard d'Auvergne (839). 

La mort de Louis le Débonnaire (840) amena de nouveaux troubles, Charles le Chauve se réfugia à Poitiers avec sa mère Judith; il y soutint une lutte acharnée contre Pépin II; le traité de Fleury intervint, par lequel Charles abandonnait à Pépin II l'Aquitaine méridionale, se réservant seulement le Poitou, la Saintonge et l'Angoumois, dont il forma un duché en faveur de Ranulfe (845). Les invasions normande avaient commencé, et le Poitou ne fut pas épargné. Les comtes combattirent les envahisseurs. Ranulfe fut battu par eux à Brillac (853), puis remporta à son tour une victoire près de Poitiers (855); mais, alliés à Pépin II, les Vikings revinrent, dévastèrent Poitiers (857), incendièrent Saint-Hilaire (863) et forcèrent la ville à payer rançon. Poitiers fut encore brûlée en 865. Le comte s'allia alors avec Robert le Fort, duc de France, mais mourut des blessures reçues à la bataille de Brissarthe (867). 

Son fils Ranulfe II lui succéda avec peine, et régna jusqu'en 890. Il repoussa les Vikings de Poitiers en 868. La déposition de Charles le Gros (888) inaugura la longue période de luttes entre les Carolingiens et la famille robertienne des ducs de France; les comtes de Poitiers restèrent fidèles aux descendants de Charlemagne. Ranulfe Il refusa de reconnaître Eudes et, dit-on, se fit proclamer roi d'Aquitaine par les autres comtes. Allié aux Vikings (il épousa même la fille d'un de leurs chefs), il forma un parti en faveur de Charles le Simple. Eudes envahit le Poitou, mais fit la paix, reconnut Ranulfe comme comte, puis le fit empoisonner (893). Le fils de Ranulfe, Ebles Manzer, essaya de se soutenir contre Eudes et le comte nommé par lui, Adhémar, neveu de l'ancien comte Emenon. L'avènement de Charles le Simple amena la disgrâce d'Adhémar (902), qu'Ebles chassa du Poitou.

Ebles Manzer (890 puis 902-935) combattit les Normands devant Chartres (914), puis, ayant hérité de l'Auvergne et du Limousin (927-928), il prit le titre de duc d'Aquitaine, concurremment avec Raymond III de Toulouse. Dépouillé de l'Aquitaine par Raoul, roi robertien, il ne garda que le Poitou et mourut en 935.

A Ebles succéda sans opposition son fils, Guillaume Ier Tête d'Etoupes (935-962). Celui-ci continua la politique de ses ancêtres;  il se porta au secours de Louis d'Outremer assiégé dans Laon par Hugues le Grand (940); il reçut, en récompense, le comté d'Auvergne et le titre de duc d'Aquitaine que portèrent après lui ses successeurs. Comme duc d'Aquitaine, il prit le nom de Guillaume III. Il commença la célèbre dynastie des Guillaume. 

« Cette famille voulait être issue des deux fameux héros de romans, saint Guillaume de Toulouse et Gérard de Roussillon, comte de Bourgogne. Elle fut en effet grande et puissante et se trouva quelque temps à la tête du Midi. Ils prenaient le titre de ducs d'Aquitaine, mais ils avaient affaire à trop forte partie dans les populations de Bretagne, et d'Anjou qui les serraient au Nord; les Angevins leur enlevèrent partie de la Touraine, Saumur Loudun, et les tournèrent en s'emparant de Saintes. Cependant les comtes de Poitiers s'épuisaient pour faire prévaloir dans le Midi, particulièrement sur l'Auvergne, sur Toulouse, ce grand titre de ducs d'Aquitaine. Ils se ruinaient en lointaines expéditions d'Espagne et de Jérusalem; hommes brillants et prodigues, chevaliers troubadours, souvent brouillés avec l'Eglise, moeurs légères et violentes, adultères célébres, tragédies domestiques » (Michelet, loc. cit.).
A la mort de Louis d'Outremer, Guillaume continua son opposition à Hugues le Grand; mais celui-ci, protégeant le roi carolingien Lothaire, amena le roi à Poitiers qu'il assiégea et obligea, malgré un échec, à payer rançon et à fournir des otages (955). Le Poitou resta cependant indépendant sous son comte. En 962, Guillaume Ier se retira dans le couvent de Saint-Maixent, où il mourut le 3 avril 963.

Guillaume II (IV en Aquitaine) Fier-à-Bras (962-990) ne reconnut pas Hugues Capet, bien que celui-ci fût son beau-frère. Il finit cependant par se réconcilier avec lui (989), peut-être à la suite d'une expédition où Hugues aurait assiégé Poitiers. Il fit plusieurs guerres malheureuses contre le comte d'Anjou, Geofroy Grisegonelle, contre Aldebert, comte de la Marche et de Périgord; il perdit le Loudunais que le comte d'Anjou lui rendit cependant contre l'hommage. Des chagrins domestiques le décidèrent à se retirer dans un monastère (990) où il mourut le 3 février 994.

Guillaume III (V en Aquitaine) le Grand (990-1029) succéda à son père. Il continua ses guerres contre le comte de la Marche, Boson. Après des alternatives de succès et de revers, soutenu par Robert le Pieux, roi de France, il fut définitivement victorieux à Gençais et, après la mort de son ennemi, épousa sa veuve (1006) et obtint la suzeraineté sur la Marche et le Périgord. Il se fit battre deux ans après par les Normands (1008). S'il ne fut pas très heureux à la guerre, son rôle fut cependant important, et le surnom de « Grand » semble avoir été mérité. Il avait des relations avec les rois de France, d'Angleterre, de Navarre, l'empereur. En 1024, à la mort de l'empereur Henri II, des seigneurs lombards vinrent lui offrir la couronne impériale qu'il eut la sagesse de refuser après un voyage en Italie. Il était ami des savants, en correspondance avec eux, en particulier avec Fulbert de Chartres, il créa une bibliothèque dans son palais. Un grand incendie ayant consumé une partie de la ville de Poitiers, il reconstruisit la cathédrale et la grande salle du Palais (1018). Des conciles se tinrent à Poitiers en 1000 et 1023. Comme ses deux prédécesseurs, il se retira du monde en 1029 et termina ses jours dans l'abbaye de Maillezais (1030). L'époque de Guillaume le Grand est celle où naquit (ou du moins se répandit) en Poitou la légende de Mélusine.

Guillaume IV (VI en Aquitaine) le Gros (1029-1038), fils de la première femme de Guillaume le Grand, eut à soutenir une guerre acharnée contre sa belle-mère Agnès de Bourgogne, troisième femme de Guillaume III, qui s'était remariée avec Geofroy Martel, comte d'Anjou, et qui voulait mettre son fils sur le trône. Battu à Saint-Jouin (1034), il fut fait prisonnier et n'obtint la liberté qu'au bout de trois ans en échange d'une rançon considérable, payée sur le trésor des monastères et des églises. Il n'en jouit du reste pas longtemps, car il mourut, sans enfants, en 1038.

Eudes ou Odon (1038-1039), fils de la deuxième femme de Guillaume III, Brisque de Gascogne, ne fit que passer sur le trône. Il était le plus grand feudataire du royaume, car il avait hérité de sa mère la Gascogne et le Bordelais. Il dut lutter, lui aussi, contre Geofroy Martel et, malgré l'aide du sire de Parthenay, il fut battu et tué devant Manzé en Aunis (1039). Il ne laissait pas d'enfants.

Guillaume V (VII en Aquitaine) le Hardi, ou Aigret (Acerrimus) (1039-1056), fils de Guillaume III et d'Agnès de Bourgogne, fut, jusqu'en 1044, sous la tutelle de sa mère et de Geofroy Martel, mais Agnès ayant été répudiée, la guerre reprit avec l'Anjou. Il mourut après une tentative sur Saumur (1056) sans, lui non plus, laisser d'enfants.

Ce fut son frère, Guy-Geofroy, qui lui succéda. Il prit le nom de Guillaume VI (VIII en Aquitaine) et régna de 1056 1087. Son rôle fut assez important. Il termina, malgré la défaite de Chef-Boutonne (21 mars 1061), la guerre avec l'Anjou auquel il reprit la Saintonge (1062) et Saumur (1068); il battit le comte d'Armagnac et lui reprit Bordeaux et la Gascogne (1070); il conquit Toulouse (1079) et assiégea Limoges (1081); il poussa même ses expéditions jusqu'en Espagne et secourut Barcelone contre les Maures de Saragosse qu'il défit à Barbastro (1065). Il obligeait en même temps à l'obéissance le remuant sire de Lusignan (1060). Mais ses malheurs conjugaux et ses démêlés avec l'Eglise sont célèbres. Le pape l'obligea à répudier, pour cause de parenté, ses deux premières femmes (1058, 1068). La troisième ne trouva pas grâce devant le clergé, et un troisième concile se réunit à Poitiers pour examiner son cas. Guillaume perdit patience, et, soutenu par l'évêque de Poitiers, dispersa le concile. La paix fut enfin signée, et même le pape Grégoire VII le chargea de faire des remontrances à Philippe Ier, roi de France, sur sa conduite. Les rapports de Guillaume VI avec les rois de France furent amicaux; il soutint successivement Henri Ier et Philippe Ier contre Guillaume le Conquérant. Il mourut en 1086 à Chizé, et fut enseveli sous un beau tombeau, au Montierneuf, qu'il avait fait bâtir pour des moines clunysiens.

Guillaume VII (IX en Aquitaine) le Jeune (1087-1127) était le fils de Guillaume VI. Ce fut un curieux composé de qualités et de vices. Guerrier courageux, aimant les sciences et la poésie, il écrivit des poèmes licencieux et eut des moeurs dissolues; esprit fort, il alla cependant à la croisade, mais se fit excommunier. Comme guerrier, il s'empara de Toulouse, qu'il revendit à Raymond IV, battit le sire de Parthenay à la suite de longues guerres.. Il assista au concile de Clermont (1095), mais ne prit pas la croix, ce qui explique que peu de Poitevins prirent part à la première croisade. Quelques années plus tard, en 1400, il se croisa à Limoges et partit avec plus de 60.000 hommes. Cette expédition fut du reste désastreuse; il subit un sanglant échec en Asie Mineure, arriva cependant à Jérusalem et livra aux musulmans la bataille de Rama (26 mai 1102) (Les Croisades). Il revint presque seul. De retour dans son comté, il dut se défendre contre Geofroy Il Martel, comte d'Anjou, et construisit à Poitiers deux tours, dont l'une fut appelée Maubergeon, du nom de la troisième femme du comte (1105). Il fut en conflit presque constant avec la papauté: excommunié une première fois pour avoir soutenu Philippe Ier contre le pape (1100), il le fut de nouveau pour avoir enlevé la vicomtesse de Châtellerault et avoir eu une scène violente avec l'évêque. Il mourut à Poitiers le 10 février 1127.

Guillaume VIII (X en Aquitaine) (1127-1137) était très jeune à la mort de son père et subit l'influence de Gérard, évêque d'Angoulême qui l'entraîna du côté d'Anaclet contre Innocent II dans le schisme qui déchirait alors la chrétienté. L'évêque de Poitiers, partisan d'Innocent, fut chassé; saint Bernard lui-même, venu à Poitiers pour essayer de ramener le jeune comte, fut menacé de mort. Enfin, en 1135, la paix se fit. Guillaume, pour obtenir son pardon, alla en pèlerinage à St-Jacques-de-Compostelle, mais il y mourut le vendredi saint 9 avril 1137. Il y fut enterré. Une tradition voulait cependant qu'il s'y fût fait ermite. Les seigneurs qui l'accompagnaient revinrent en France, racontant qu'à son lit de mort il avait désigné sa fille, Aliénor ou Eléonore, comme son héritière, et avait choisi comme son époux le fils du roi de France Louis VI.

Première réunion du Poitou à la France. 
Les dernières instructions de Guillaume VIII furent exécutées. Aliénor, qui n'avait que quinze ans, ne pouvait manifester de volonté; d'autre part, Louis VI voyait trop d'avantages à l'union de son fils avec l'héritière d'Aquitaine pour s'opposer à ce mariage. Il eut lieu le 27 juillet 1157 à Bordeaux, et les deux époux, repassant par Poitiers, y furent reconnus et couronnés comme comtes de Poitou et ducs d'Aquitaine le 8 août. Les possessions qu'Aliénor apportait en dot étaient considérables. Outre le Poitou et ses annexes, Aunis, Saintonge, Touraine au Sud de la Loire, Châteauroux et Issoudun, Marche, Angoumois, Périgord, Limousin et Auvergne, elles comprenaient le Bordelais, l'Agenois, la Gascogne jusqu'aux Pyrénées. C'était un territoire plus considérable que celui sur lequel régnait alors le roi de France, mais éloigné, séparé, et par conséquent difficile à gouverner. Peu d'événements marquèrent le règne de Louis VII le Jeune et d'Aliénor. Une tentative des habitants de Poitiers pour constituer une commune eut lieu en 1138, Louis VII la réprima, mais pardonna à la ville et lui accorda un prévôt. Les deux époux allèrent à la croisade (1147), expédition malheureuse, où leurs dissentiments se manifestèrent d'une façon éclatante, surtout à Antioche où les imprudences de la reine irritèrent son mari. De retour de Palestine, Louis VII, qui n'était plus retenu par l'influence de Suger, fit prononcer par le concile de Beaugency son divorce, sous prétexte d'une parenté plutôt douteuse (1152).

Poitou angevin et anglais. A peine divorcée, Aliénor, qui avait repris sa dot, fut recherchée par plusieurs prétendants, dont quelques-uns même tentèrent de s'emparer d'elle par la force; elle échappa à grand peine à Thibaut de Blois et à Geofroy de Chinon, Loudun et Mirebeau qui s'étaient postés sur sa route, mais six semaines seulement après son divorce elle épousa Henri Plantagenet, comte d'Anjou et du Maine (1152) qui, deux ans après, montait sur le trône d'Angleterre (1154). Toute la partie occidentale de la France dépendait dorénavant de l'Angleterre. Aliénor et Henri II furent, pour le Poitou, d'assez bons souverains : grands bâtisseurs, ils reconstruisirent l'enceinte de la capitale et commencèrent l'église Saint-Pierre. Ils tentèrent d'augmenter leurs possessions. Guillaume VII avait vendu le comté de Toulouse à Raymond Henri essaya de le racheter à son successeur, et, sur son refus, lui fit la guerre; mais Raymond résista courageusement, avec l'aide de Louis VII, et repoussa les attaques (1159). Les seigneurs poitevins n'avaient pas accepté volontiers la domination anglaise; ils se révoltèrent sous la conduite du sire de Lusignan; leur rébellion fut vigoureusement domptée, Henri soumit la Marche, l'Angoumois, prit Thouars et Lusignan, dont le turbulent seigneur quitta le Poitou pour la Palestine.

Pendant cette période, Poitiers (1149-1199), Niort et quelques autres villes obtinrent des chartes de commune « confirmant leurs anciennes libertés » : liberté de mariage, de testament, de partage, liberté individuelle, extension des droits aux étrangers établis, tels sont les principaux avantages que concède la charte accordée à Poitiers. L'administration de la commune est organisée à peu près sur le modèle de celle de Rouen : un conseil de 100 pairs (75 bourgeois, 12 conseillers, 12 échevins et 1 maire) se recrute par cooptation; le maire est nommé chaque année par le comte sur une liste de trois candidats proposés par le conseil.

La bonne entente ne dura pas longtemps entre Henri et Aliénor; le premier n'était pas fidèle, la seconde était jalouse; elle excita ses fils, et en particulier Richard, comte de Poitou, contre leur père, et la guerre éclata. Au moment où Aliénor tentait d'aller rejoindre son ancien époux Louis VII, toujours prêt à soutenir les ennemis du roi d'Angleterre, elle fut prise par Henri et enfermée pour quinze ans à Rouen (1173). Henri battit Richard à Saintes (1174), mais lui pardonna et le nomma comte de Poitou et duc d'Aquitaine (1182).

Richard Coeur de Lion résida à Poitiers et à Montreuil-Bonnin; il eut à réprimer plusieurs soulèvements des seigneurs poitevins et se révolta lui-même contre son père, avec l'aide de son frère Jean sans Terre et du roi de France Philippe Auguste. La mort de Henri Il mit fin à la guerre (1189).

Devenu roi d'Angleterre, mais désirant partir pour la croisade, Richard confia le gouvernement à sa mère, mais donna l'Aquitaine et le Poitou à son neveu Othon de Brunswick, fils de l'empereur Henri le Lion (1196) et déjà seigneur de Civray, Isle-Jourdain et le Dorat. Othon gouverna pendant la troisième croisade et le reste du règne de Richard. Lorsque celui-ci fut mort à l'assaut du château de Châlus en Limousin (1199), Aliénor reprit à titre d'usufruit son ancien domaine; elle le gouverna sagement. Elle renouvela la charte de commune de Poitiers (mai 1199). Le premier maire de la ville, Savari, entra en fonction en 1200. Lorsque Aliénor mourut, le 31 mars 1204, elle enlevait aux Plantagenet leur plus solide appui en Poitou. Un mouvement avait déjà en lieu en faveur d'Arthur de Bretagne, mais avait été durement réprimé par le nouveau roi d'Angleterre, Jean sans Terre. Celui-ci s'était vu refuser l'entrée de la ville de Poitiers, et la légende, pieusement conservée, attribuait à une prétendue intercession miraculeuse de Notre-Dame-la-Grande (miracle des clefs) l'échec d'une tentative qu'il avait faite pour entrer dans la ville par trahison (9 avril 1200). Mais la domination anglaise ne devait pas durer bien longtemps, et quand Philippe-Auguste, en exécution d'un jugement du Parlement de Paris qui condamnait Jean à la confiscation de ses biens pour forfaiture, envoya Henri-Clément de Metz à la tête d'une armée, Poitiers ouvrit ses portes sans résistance (1204). Le vainqueur reçut le vicomté de Thouars et le titre de sénéchal du Poitou.

Le Poitou à la couronne de France. 
Philippe-Auguste entra en vainqueur à Poitiers le 10 août 1204 et garantit la charte de commune accordée par Aliénor. Cette charte fut confirmée et étendue en 1222. Bien que le pays fût plutôt partisan de la France, Jean sans Terre avait conservé quelques amis : les villes de La Rochelle et de Niort tenaient pour lui, ainsi que Guy de Thouars. Les milices de Poitiers s'emparèrent des villes rebelles, et une tentative de Jean échoua complètement en 1206 devant Poitiers. Une trêve de deux ans fut signée à Thouars le 26 octobre 1206, par laquelle Jean se décidait à abandonner tous ses droits sur la Normandie, le Maine, la Touraine, la Bretagne et l'Anjou. Une nouvelle expédition, en 1208, conduite par Louis de France, s'empara de Moncontour et renferma Jean dans Parthenay que Philippe-Auguste assiégea; Innocent III intervint et fit signer une trêve de cinq ans contre la somme de 60.000 livres sterling payée par Jean sans Terre. En 1224, enfin, nouvelle expédition de Louis VIII qui prit Niort, Saint-Jean-d'Angély, La Rochelle, s'empara du Limousin et du Périgord. Une nouvelle trêve fut accordée pour trois ans contre la somme de 30.000 marcs (1225).

La mort de Louis VIII (1226) ramena de nouveaux troubles qui furent naturellement excités par le roi d'Angleterre Henri III. Blanche de Castille, dans sa campagne contre Pierre Mauclerc, s'empara de Mirebeau et eut une entrevue avec le vicomte de Thouars aux Ponts-de-Cé.

Louis VIII avait institué des apanages en faveur de ses fils puînés. Alphonse, né le 11 novembre 1220, avait reçu le Poitou. Mais il n'entra en possession de son comté qu'en 1241, date où il fut intronisé par son frère, confirma les privilèges de Poitiers, reçut l'hommage de ses vassaux. Le plus remuant de ceux-ci, le sire de Lusignan, refusa l'hommage avec insolence, et, soutenu par le comte de la Marche et le roi d'Angleterre, prit les armes. Louis IX, décidé à mettre fin à toute tentative de révolte, entra dans le pays à la tête d'une forte armée, s'empara de la Marche, força et détruisit un grand nombre de places (Montreuil-Bonnin, Moncontour, Fontenay, Vouvant, Frontenay, qui en a gardé le surnom de « l'abattu ») et écrasa les Anglais à Taillebourg et à Saintes. Henri III signa une trêve de cinq ans, confirmée plus tard par le célèbre traité de 1259, qui unissait définitivement le Poitou à la France. 

Alphonse de Poitiers, marié depuis 1241 à Jeanne, fille du comte de Toulouse, qui lui apportait en dot les possessions considérables de son père, gouverna le Poitou pendant tout le règne de saint Louis. La féodalité poitevine était définitivement abaissée depuis la campagne de 1242; Alphonse ne résida que peu de temps dans ses terres, mais, si l'on en juge par sa correspondance, il s'occupa beaucoup de leur administration; il travailla à établir solidement l'autorité royale, les sénéchaux lurent ses agents; il conserva les communes qui le soutenaient contre les seigneurs. 

Si l'on n'entre pas dans le détail des petits faits, peu d'événements importants marquèrent son règne : un désaccord avec l'évêque de Poitiers, Hugues de Châteauroux, une charte remplaçant le droit de rachat à merci par un droit fixe (1267), une ordonnance sur la libération des serfs (1270), plusieurs embellissements à la ville de Poitiers. Alphonse prit part, avec sa femme, aux deux croisades de saint Louis et mourut au retour de celle de Tunis, à Savone en Italie, le 21 août 1271; Jeanne l'ayant suivi dans la tombe trois jours plus tard sans qu'ils laissassent d'enfants, la réunion à la couronne se produisit naturellement d'après la loi des apanages, et d'après le traité de 1229.

La période qui suivit, jusqu'à la guerre de Cent ans, n'offre que peu d'événements importants. Philippe le Hardi confirma les privilèges de Poitiers, acquit le château de la baronnie de Montmorillon (1281), obtint du Parlement de Paris un jugement déboutant Charles d'Anjou de ses prétentions sur le Poitou (Pentecôte, 1283). Philippe le Bel, passant à Poitiers lors de la guerre de Guyenne, y signa la paix par l'intervention du pape Clément V. Deux nouvelles entrevues entre le roi et le pape eurent lieu dans la même ville an sujet de l'affaire des templiers en 1306-1308; le pape demeura même à Poitiers pendant presque toute l'année 1308. Philippe le Bel acquit encore le pays de Lusignan (1344). A sa mort, le Poitou fut donné en apanage à son deuxième fils Philippe le Long (1315), puis réuni à la couronne à l'avènement de celui-ci (1316). Philippe V donna cependant à son frère Charles le Bel les terres de Niort, Montmorillon, Fontenay, etc. 

Des Etats généraux furent tenus à Poitiers en 1321 au sujet du projet d'unification des poids et mesures. Une tentative des Anglais fut repoussée par les milices poitevines en 1324.

De la guerre de Cent ans à la Réforme. 
La guerre de Cent ans fut, pour le Poitou, une période de ruines. Limitrophe des possessions anglaises de Guyenne, traversé par la grande voie naturelle du Sud-Ouest de la France vers Paris, il fut souvent un champ clos pour les armées. Peu de grandes batailles s'y livrèrent (sauf celle de 1356), mais un grand nombre d'actions de détail y eurent lieu et les compagnies de gens de guerre, amis ou ennemis, le pillèrent cruellement. Sous le règne de Philippe de Valois, le comte de Derby, gouverneur règne Guyenne, entra en Poitou après Crécy, échoua dans trois assauts devant Niort, mais prit Saint-Maixent dont la garnison fut massacrée, Mortagne, brûla Lusignan, Montreuil-Bonnin, assiégea Poitiers courageusement défendue par ses habitants, mais qui fut prise par ruse : 700 personnes furent massacrées; les Anglais, ne pouvant garder la ville, l'abandonnèrent. Une ordonnance du roi de France réglementa la défense de la ville par les habitants. Les Anglais gardèrent Lusignan jusqu'en 1351. Le duc de Normandie, le futur. Jean le Bon, mit, la même année, le siège devant SaintJean-d'Angely. Sous le régne de Jean le Bon, en 1356, le prince Noir fit une grande expédition vois le Nord; il passa le 19 août 1356, à l'extrême limite du Poitou, à Lussac-les-Eglises. Un combat fut livré aux environs de Poitiers entre un parti anglais et la garnison de la ville, dont le maire, Herbert Guichard, fut pris. Ayant subi un échec près de Romorantin, menacé par l'armée considérable du roi Jean qui risquait de le couper de sa retraite, le prince Noir revint en arrière et s'établitdans une forte position aux environs de Poitiers, à Maupertuis, disent les chroniqueurs. Cet endroit est difficile à identifie. Les Anglais furent complètement victorieux (17 septembre 1356), et le roi Jean fut fait prisonnier. A partir de ce moment, la guerre fut confuse, et livrée plutôt entre de « grandes compagnies » qu'entre des armées. On peut citer la tentative infructueuse faite sur Poitiers en 1389. 

Le traité de Brétigny cédait le Poitou à l'Angleterre (1360) ainsi que les fiefs de Thouars et de Belleville. Les Poitevins ne se soumirent qu'à contre-coeur et après avoir reçu des lettres de jussion du roi de France. L'évêque, Aymeri de Mons, refusa le serment de fidélité. Le Prince Noir fit son entrée dans Poitiers en 1302 et confirma les privilèges de la ville. Il donna le commandement du Poitou à Jean Chandos, qui résida à Niort. Mais les impôts excessifs éta blis par le Prince Noir exaspérèrent les populations du Midi et de l'Ouest, un parlement, ou assemblée générale tenue à Niort, fit appel au roi de France (1368), et Charles V, heureux d'avoir un prétexte pour recommencer la lutte dans de meilleures conditions, cita son vassal à comparaître à Paris (25 janvier 1369). Le Prince Noir déclara qu'il s'y rendrait à la tête de 60.000 hommes, et la guerre reprit.

Elle fut fort confuse. Dans une première partie, les Anglais furent heureux; conduits par Chandos et Pembroke, ils s'emparèrent de La Roche-sur-Yon, du Loudunais, d'une partie de la Touraine et de l'Anjou. Mais Chandos fut tué au pont de Lussac, pendant que ses troupes s'emparaient de Moncontour dont la garnison fut passée au fil de l'épée (1369). Une armée française, commandée par Du Guesclin assisté des ducs de Berry, Bourbon, Alençon, des comtes de Sancerre et d'Auvergne, des sires de Clisson, Laval, Rohan et Beaumanoir, s'avançait en Poitou et le conquérait place à place; successivement Montmorillon, Champigny, Lussac, Moncontour tombèrent entre les mains du connétable; à Poitiers, le parti français, malgré le maire, ouvrit les portes (1371). En récompense, Charles V accorda aux officiers municipaux la noblesse héréditaire (1372). Niort, il est vrai, était prise par les Anglais qui massacraient la garnison, mais Saint-Maixent, Melle, Aulnay, Fontenay-le-Comte, Thouars, tombaient entre les mains des Français. Du Guesclin s'attaqua alors à Niort, refuge des Anglais. A la tête de 1400 lances, il remporta une grande victoire à Chiré, ce qui força la garnison anglaise de Niort à capituler; ceux de Lusignan, Mortemart, Mortagne, Cousais, puis de La Roche-sur-Yon, furent réduits à la même extrémité (1373). Les Anglais étaient complètement chassés du Poitou.

Cependant celui-ci ne fut pas absolument réuni au domaine de France. Jean le Bon avait nommé son fils Jean comte de Poitiers en même temps que duc de Berry. Charles V lui abandonna le Poitou pour se décharger de l'obligation de lui payer une rente de 6000 livres tournois. Jean resta comme une sorte de souverain en Poitou jusqu'à sa mort. Ses pouvoirs, qui furent confirmés par lettres patentes de Charles VI, sont extrêmement étendus :

Il est « lieutenant pour le roi dans les provinces de Berry, Auvergne, Poitou et Guyenne, avec pouvoir d'instituer et destituer tous officiers de quelque qualité qu'ils fussent, donner lettres de grâce, de justice, d'état, de répit, sauvegarde, sauf-conduit aux ennemis, lettres d'abolition même pour crime de lèse-majesté, rappel de ban, permission de légitimer les bâtards, créer notaires royaux, les destituer, amortir lettres des églises, conférer les bénéfices étant à patronage royal, permettre aux roturiers de posséder des fiefs, mettre oblats et autres personnes aux abbayes, ordonner des hôpitaux, maladreries, etc. ». 
Armé de ces pouvoirs, il gouverna assez bien son domaine. Il confirma les privilèges de Poitiers, rendit une ordonnance sur le guet et la garde, obligeant tout le monde à y participer, força les gens de guerre à payer les denrées, limita le droit de prise, mais surtout appliqua son goût fort artistique à embellir Poitiers, bien qu'il n'y résidât que rarement. Il fit rebâtir le palais, l'orna en particulier de l'admirable cheminée de la grande salle, qui subsiste encore, reconstruisit la tour Maubergeon, le château (1383 à 1408); il acheva la cathédrale, dont la dédicace fut faite le 18 octobre 1379, construisit la tour de la Grosse Horloge (1383-1390). Il réunit dans son palais une bibliothèque remarquable, en fonda une autre à l'hôtel de ville. Mais tout cela nécessitait beaucoup d'argent. Le duc de Berry a laissé le souvenir d'un seigneur avide, quoique ses exactions aient été moins épouvantables en Poitou qu'en Languedoc. D'autre part, le peuple était pressuré par les gens de guerre, et une sorte de Jacquerie de paysans ruinés ensanglanta l'Auvergne et le Poitou (1383); la répression, conduite par Jean de Berry, fut rigoureuse (1384).

La guerre avec les Anglais reprit en 1385; ils furent d'abord victorieux et se répandirent dans la Saintonge, l'Angoumois et le Poitou, mais furent chassés par le duc de Bourbon à la tête d'une armée levée à l'aide d'un fouage volontaire de 60.000 livres. Verteuil fut prise. Des Grands Jours du Parlement de Paris furent tenus en 1387, 1390, 1396, 1405; ces derniers, présidés par le roi Charles VI lui-même, essayèrent de mettre un frein à l'abus des épices des gens de justice. La querelle des Armagnacs et des Bourguignons eut son écho dans le Poitou, et Jean de Berry, un des chefs du parti armagnac, sa vit confisquer son comté par Charles VI, alors au pouvoir du duc de Bourgogne (janvier 1412) : Poitiers se soumit aux gens du roi. La paix d'Auxerre rendit du reste le Poitou à Jean. Celui-ci mourut le 15 juin 1410 à Paris. Charles VI donna alors la province à son propre fils Jean, duc de Touraine, mais celui-ci étant mort l'année suivante, le Poitou passa au dauphin Charles (17 mai 1417). La même année, le vaillant La Hire recevait du roi la seigneurie de Montmorillon.

A ce moment commença pour le Poitou uns période brillante : Poitiers fut, pendant quatorze ans, la capitale de la France, bien réduite, il est vrai. Le dauphin Charles, chassé de Paris par les Bourguignons (1418), se réfugia à Poitiers et, ayant pris le titre de lieutenant général du royaume, organisa le gouvernement dans cette ville. L'avènement même de Charles VII (1422), qui amena la réunion définitive du Poitou à la couronne et mit fin pour jamais à son rôle indépendant, ne diminua pas l'importance de Poitiers, pour quelque temps du moins. Charles VII y résida souvent pendant la période des désastres, et aurait aussi bien mérité le surnom de « roi de Poitiers » que celui de roi de Bourges. Il y avait transféré le Parlement dès 1418, il s'y fit couronner une seconde fois (1422), il y transporta la cour des aides, y tint les Etats généraux en 1424 et 1425; il y réinstitua une sénéchaussée. C'est à Poitiers que Jeanne d'Arc fut soumise à un examen sérieux après qu'elle se fut présentée au roi à Chinon (mars-avril 1429). 

Charles VII, qui voulait décidément faire de sa nouvelle capitale une grande ville, y installa une Université : une bulle du pape Eugène IV du 28 mai 1431, des lettres patentes du 16 mars 1422 l'instituèrent. Les premières leçons y furent professées les 5, 6, 7, 11 février 1432 dans les quatre facultés de théologie, droit, médecine et arts, aux élèves des quatre « nations » de France, Aquitains, Touraine et Berry; les bâtiments ne furent construits que de 1447 à 1465. L'Université de Poitiers prospéra par la suite; elle comptait 4000 étudiants sous Louis XII. Charles VII fit, en outre, une tentative pour rendre le Clain navigable; il acheta la seigneurie de Parthenay et la réunit au Poitou jusqu'à 1425, époque où il la céda à la Bretagne. Mais tous les efforts de Charles VII pour faire de Poitiers une capitale étaient artificiels, et l'on s'en aperçut quand, Paris ayant été repris, le gouvernement tout entier s'y transporta de nouveau. Le Parlement y retourna dès 1436, au grand désespoir des Poitevins, désespoir que la création d'un siège royal (1er août 1436) ne parvint pas à calmer. Un siècle auparavant (1317), la création des évêchés de Luçon et de Maillezais avait retiré au diocèse de Poitiers tout le Bas-Poitou. La vie se retira de la ville qui tomba au grand calme monastique qui a caractérisé si longtemps la « ville des couvents ».

La fin de la guerre de Cent ans n'intéressa que très peu le Poitou, en dehors du centre des opérations; les francs-archers de Poitiers prirent cependant part à l'expédition de Normandie en 1449. La Praguerie éclata à Niort sous l'influence du duc d'Alençon et du dauphin. Ils prirent Saint-Maixent, mais Charles VII, parti de Poitiers, la reprit, ce qui mit fin à la révolte dans le Poitou (1440). C'est à Poitiers enfin, dans la grande salle du Palais, que Jacques Coeur dut faire amende honorable le 5 juin 1453.

A partir de la mort de Charles VII, et pendant assez longtemps, il n'y a que peu de chose à dire sur l'histoire du Poitou. Louis XI avait gardé une certaine reconnaissance à la ville de Niort qui l'avait soutenu lors de la Praguerie, il en anoblit le maire et les échevins (11 février 1462), puis l'érigea en sénéchaussée (1483); il réunit la vicomté de Thouars au domaine. Un moment encore, Poitiers put espérer reprendre un rôle important; lorsque Louis XI céda la Guyenne à son frère Charles, le Parlement de Bordeaux fut transporté à Poitiers (novembre 1469), mais lorsque Charles de Guyenne mourut, le Parlement retourna à Bordeaux, malgré les supplications des Poitevins (12 mai 1472). Ce ne fut que beaucoup plus tard, en 1493, qu'ils obtinrent la création d'une Chambre souveraine, dépendant de Paris, mais cette création de principe ne fut jamais effective. 

Les troubles qui marquèrent la minorité de Charles VIII eurent leur écho en Poitou; pendant la « guerre folle », Dunois, un des chefs de la révolte, se réfugia dans sa ville de Parthenay, mais celles-ci fut prise par le roi et ses fortifications furent rasées. Le duc d'Orléans, fait prisonnier à la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier, fut enfermé quelque temps à Lusignan (1486), En 1488, la ville de Poitiers fut exemptée de droits pour favoriser l'industrie naissante des draps. Sous les règnes de François Ier et de Henri II, la tranquillité du royaume fait que peu d'événements importants sont à signaler; Civray fut érigé par François Ier en comté et en sénéchaussée; Châtellerault, qui appartenait au connétable de Bourbon, fut confisqué après sa trahison. En 1548, la révolte des « gabelles », qui souleva la Guyenne, ne s'étendit pas jusque dans Poitou; les Poitevins se prépareront même à repousser les insurgés s'ils tentaient de venir dans la province. En janvier 1551, Henri Il créa un présidial à Poitiers, ce qui fut une petite compensation à le suppression du Parlement; en 1559, enfin, une commission fut instituée pour réformer les coutumes très diverses de la province.

Réforme et guerres de religion. 
Les idées religieuses nouvelles et les querelles qui en furent la conséquence donnèrent au Poitou un renouveau de vie. Peu de pays furent aussi profondément pénétrés par la Reforme, aussi profondément troublés par les Guerres de religion que le Bas-Poitou. Dès le commencement du XVIe siècle, quelques lettrés de Poitiers et de Fontenay commencèrent la prédication des idées nouvelles, mais c'est Calvin qui apporta la direction; on montre encore sur le Clain, près Saint-Benoît, une grotte appelée grotte de Calvin, où aurait été célébrée la première Cène. Il se lia, en 1534, avec plusieurs personnes, appartenant à l'Université, au palais ou au clergé : Lesage (de Noyon comme lui), François Fouquet, prieur des Trois-Moutiers, Antoine de la Duguie, le procureur Philippe Véron, Jean Verusse, Albert Babinot, etc. Ce dernier, devenu «-professeur de la ministrerie », se fit l'apôtre des réformes et parcourut les campagnes. La répression fut rapide : en 1534, une femme fut brûlée; en 1544, le roi donna les ordres les plus sévères contre « ceux qui semaient leur damnée doctrine ». L'Eglise se constitua en 1555; le 27 mars 1559, les huguenots ayant pillé le couvent des Jacobins, on en mit un certain nombre à mort, puis le présidial défendit les prédications et rendit l'assistance à la messe obligatoire au moins une fois sur trois dimanches, sous peine de prise de corps (23 septembre 1559).

Les Guerres de religion commencées, les Poitevins devaient s'en mêler. En 1562, La Rochefoucault, Belleville, Vigean, Saint-Georges, et quelques autres huguenots soulevèrent le peuple de Poitiers dont ils se rendirent maîtres; le gouverneur, comte de Lude, dut s'enfuir à Niort, Condé envoya son ami Sainte-Gemme qui, à la tête de 4000 à 5000 routiers gascons, ouvrit les portes à Grammont (26-27 mai). Les églises furent pillées et ravagées par les iconoclastes. Des événements semblables se produisirent à Châtellerault. Mais une armée royale, commandée par le maréchal de Saint-André, arriva le 1er août et, aidée par les gens du château, s'empara de la ville. Un affreux pillage de huit jours eut lieu après lequel les habitants furent désarmés, le maire Herbert pendu. D'autres villes, Chauvigny, La Trémouille, Saint-Savin, Montmorillon furent prises; Fontenay-le-Comte fut le théâtre d'un épouvantable carnage. Pendant quelques années, le pays resta calme; Charles IX créa la juridiction consulaire à Poitiers (mai 1566), des Grands Jours y furent tenus. 

Mais, en 1568, lors de la troisième guerre de religion, les troubles recommencèrent. La guerre fut extrêmement confuse. Condé et Coligny, chefs des huguenots, se rendirent maîtres de La Rochelle et du Bas-Poitou, ils essayèrent de s'emparer de la région catholique et de Poitiers en particulier. Peu de grandes actions militaires, mais beaucoup de sièges et de prises de villes, à la suite desquelles avaient lieu d'abominables massacres, les garnisons passées au fil de l'épée, les habitants eux-mêmes n'étant pas épargnés. Les faits les plus importants de cette guerre furent ceux de l'année 1569. Au début, Brissac, commandant l'armée catholique, surprit les huguenots pendant l'absence de Coligny et les battit à La Mothe-Sainte-Héray, mais, après la bataille de Jarnac et la mort de Condé (13 mars), Coligny revint, réunit des troupes, aidé de Dandelot, son frère, qui fit des levées dans le Poitou; Henri de Béarn, chef des protestants depuis la mort de son père, était dans l'armée. Les catholiques, commandés par du Lude et par le duc d'Anjou, reculèrent devant leurs adversaires, puis s'emparèrent d'un grand nombre de petites places environnant Poitiers. 

Coligny tenta alors le siège de la capitale. Il s'installa devant elle le 24 juillet. Mais Poitiers, défendue par du Lude et dans laquelle Guise et Mayenne étaient entrés, résista avec acharnement. Après un assaut infructueux, Coligny dut lever le siège sur la nouvelle que le duc d'Anjou attaquait Châtellerault (6 septembre). Les deux armées se rencontrèrent près de Moncontour (30 septembre); les protestants furent complètement battus et obligés d'abandonner le Poitou, sauf La Rochelle où ils se réunirent. L'année 1570 ne fut marquée que par de petits faits d'armes; les protestants, commandés par La Noue, Pluviant et Soubise, battirent les catholiques à Sainte-Gemme et se rendirent maîtres du Bas-Poitou. La paix de Saint-Germain arrêta provisoirement les hostilités. Les Poitevins observèrent mieux la paix que les habitants de beaucoup d'autres provinces de France; la Saint-Barthélemy n'amena que très peu d'excès; Poitiers « s'y porta plus mollement », quelques meurtres seulement furent commis dans la capitale, une émeute eut lieu à Parthenay, mais la peur amena beaucoup de conversions (1572).

La Saint-Barthélemy ralluma la guerre. Le siège infructueux de La Rochelle par le duc d'Anjou (1573) en fut le principal épisode. Le parti des « malcontents » ou « politiques-», dirigé par La Haye, lieutenant général de la sénéchaussée de Poitiers, s'entendant avec le duc d'Alençon et le roi de Navarre, fit plusieurs tentatives sur Poitiers (1573, 1574, 1575), mais La Haye semble avoir été un chef de partisans plutôt qu'un chef de guerre véritable. Il fut exécuté en effigie, puis tué quelque temps après. Quelques succès des protestants furent arrêtés par le duc de Montpensier qui, à la tête de 10.000 hommes s'empara, entre autres places, de Fontenay et de Lusignan dont les remparts furent détruits (1576). Cependant les Guerres de religion prenaient un caractère de plus en plus politique. La Ligue se formait, Louis de La Trémouille, duc de Thouars, le plus puissant seigneur du Poitou, la fit signer à plus de 80 gentilshommes de la province; le roi Henri III essaya de la détourner à son profit et après s'en être déclaré le chef aux Etats de Blois (1576), ordonna aux gouverneurs de provinces de la faire signer aux habitants. 

Du Lude exécuta l'ordre (26 janvier 1577), mais les habitants de Poitiers firent des remontrances et n'obéirent que sur l'ordre réitéré du roi. Ils furent du reste assez froids, et, après quelques succès des protestants, La Trémouille leur ayant demandé des secours, ils refusèrent. Il s'empara cependant de quelques places et mourut au siège de Melle (25 mars 1577); Condé avec 1500 protestants s'empara des Sables-d'Olonne, mais le roi fit assiéger La Rochelle et s'avança jusqu'à Poitiers (juillet 1577).  La paix fut signée à la fois à Poitiers et à Bergerac (1577). Elle dura peu de temps, puisque les protestants reprirent les armes en 1579 avec 1500 hommes, mais ils furent assiégés dans Montaigu. La paix de Nérac (1579) arrêta les opérations. Une session des Grands Jours se tint à Poitiers de septembre à décembre 1579 et essaya de mettre un peu d'ordre dans le pays troublé par tant de guerres.

Mais on n'en avait pas fini. En 1584, la guerre des Trois Henri commença; Mercœur, à la tête des ligueurs, ravagea le pays par le Nord, pendant que Condé tenait le Sud. Poitiers resta au roi, et du Lude mort fut remplacé par Malicorne (1585). En 1587, Henri de Navarre, parti de La Rochelle, marcha vers le Nord, prit Chizé, Sansais, Saint-Maixent, assiégea Fontenay, mais Condé se fit battre par Joyeuse à La Mothe-Sainte-Héraye, et Saint-Maixent tomba aux mains des troupes royales. La bataille de Coutras n'amena aucun résultat. En 1588, l'armée royale commandée par Nevers, reprit la majeure partie des petites places poitevines, dont Niort. L'édit de Réunion, signé alors, apaisa les esprits, les Poitevins restèrent même fidèles au roi après l'assassinat de Henri de Guise. Un petit parti de ligueurs cependant, sous la direction du gouverneur de Poitiers, Boisseguin, de l'évêque et du maire, tenta quelques barricades en mai 1589; on n'eut même pas besoin de la force pour réprimer cette tentative, mais Henri III ayant voulu venir à Poitiers, une partie du peuple rasa le château et tira le canon sur les troupes royales.

Henri III déclara la ville rebelle, ce qui donna du courage aux ligueurs. Ils instituèrent un conseil particulier (août 1589). La mort de Henri III et l'avènement du roi huguenot donna de l'activité à la rébellion, mais Conti, d'Abain, lieutenant du roi au delà de la Vienne, l'empêchèrent de se propager et tinrent bloquée la ville de Poitiers où com-mandait Cossé-Brissac, pendant que beaucoup d'habitants s'entendaient avec les troupes royales. Ce n'est qu'en 1594, après l'abjuration de Henri IV, que la ville se soumit définitivement. Elbeuf, qui avait remplacé Cossé-Brissac, se fit payer du gouvernement du Poitou et de 30.000 livres de pension; Sully estime à 970.000 livres les sommes données à Elbeuf et à plusieurs Poitevins.

Un édit du 16 juin 1594 rétablit le culte catholique seul à Poitiers et dans les autres villes, d'après l'édit de 1577. Tout n'était cependant pas fini et Mercoeur, gouverneur de Bretagne, occupa plusieurs villes du Poitou jusqu'en 1598. Henri IV, venu lui-même dans la province, obtint l'aide des habitants de Poitiers; les villes abandonnèrent la Ligue à la nouvelle de sa marche, et Mercœur finit par traiter à Angers (mars 1598). Le Poitou était définitivement réduit, et l'édit de Nantes fut exécuté sans la moindre difficulté sous la direction de Parabère, lieutenant général, de Langlois, conseiller d'État, et de Malicorne, gouverneur de la province (1598). Les protestants eurent comme villes de sûreté les principales places du pays : Châtellerault, Loudun, Thouars, Saint-Maixent, Niort, Fontenay, Maillezais, Marans, Talmont, Beauvoir-sur-Mer et plus tard La Ganache.

Le Poitou au XVIIe et au XVIIIe siècle. 
Le règne de Henri IV fut une période de calme presque absolu : Sully fut nommé gouverneur en 1603, après avoir acheté la charge à Malicorne et à Lavardin, qui en avait la survivance (16 décembre). En 1604, les jésuites s'installèrent à Poitiers sur l'ordre du roi; celui-ci fut obligé de réitérer son ordre, le 7 mars 1605, devant les difficultés faites par les habitants. La compagnie entra en possession du collège créé depuis 1522. La même année 1605, une assemblée générale des protestants eut lieu à Châtellerault sous la présidence de Sully.

Mais la mort de Henri IV et les premières années du règne de Louis XIII ramenèrent des troubles. La première révolte de Condé (1614) n'eut que peu d'effet en Poitou, Poitiers et les autres villes principales ayant refusé d'y prendre part. Cependant, après la paix de Sainte-Menehould, le marquis de Bonnivet fit la guerre au nom de Condé dans les environs de Lusignan; il se soumit du reste très vite. Quelques troubles sans importance eurent lieu dans la capitale. La révolte de 1615 eut plus de gravité parce que le roi était à Poitiers (septembre 1615); il allait à Bordeaux à la rencontre de sa fiancée. Les armées de Condé et de La Trémouille entrèrent par le pays de Châtellerault, pendant que l'armée royale pénétrait par Chauvigny; elles pillèrent des deux parts. Sully, tou-jours gouverneur, mais très mal en cour, réunit une assemblée des seigneurs et gouverneurs de places à Fontenay-le-Comte, pour pourvoir au maintien de l'ordre (12 octobre). Le roi alla cependant à Bordeaux et, à son retour, une victoire de Guise sur Condé à Nanteuil amena les négociations de Fontenay (janvier 1616) et la paix de Loudun (mai). Après l'assassinat de Concini, Rohan, gendre de Sully, succéda à celui-ci comme gouverneur, et fit son entrée solennelle le 29 mars 1617. Quelques troubles eurent encore lieu dans Poitiers en 1617 pour une question de détail, le roi ayant voulu nommer le capitaine d'une des compagnies de la ville, alors que les habitants prétendaient garder le droit d'élection. L'évasion de Marie de Médicis de Blois, et les troubles qui eurent lieu ensuite n'eurent que peu d'écho dans le Poitou.

Les affaires de religion amenèrent de nouveaux troubles dans la province. Le parti protestant était fort dans le Poitou qui formait, avec la Bretagne, un des cercles, sous la présidence de Soubise. Louis XIII vint dans la province (1622), retira le gouvernement de Saumur à Duplessis-Mornay et ne rencontra presque aucune résistance, les villes se rendirent, même Saint-Jean-d'Angély commandé par Soubise (janvier 1622). Mais, dès février, celui-ci alla prendre les Sables-d'Olonne; il se fit battre aux Roches-Baritaux, échoua devant Saint-Gilles, Talmont, Noirmoutiers; le roi dut revenir en mars et faire campagne dans le Marais breton; Soubise s'enfuit, et la paix de Montpellier mit provisoirement fin aux hostilités (1623). Cette paix ne satisfit pas les habitants catholiques qui molestèrent les protestants, et il fallut que le roi envoyât un conseiller d'Etat pour les obliger à obéir à l'édit. Cependant le Poitevin Richelieu arrivait au pouvoir et mettait à exécution son plan de gouvernement. Il s'attaqua d'abord aux huguenots, et, par les deux guerres de La Rochelle, les mit à la raison. Pendant le célèbre siège de La Rochelle, Poitiers fut encore le siège du gouvernement; le grand Conseil y siégea du 29 novembre 1627 au 28 novembre 1628. En même temps (juin 1628), une assemblée du clergé de France se réunissait à Poitiers et accordait au roi un subside de 3 millions pour le siège de La Rochelle. Pendant le gouvernement de Richelieu, le Poitou fut très calme, la noblesse de la province, cependant remuante, ne participa à aucune tentative contre le ministre. Peu d'événements méritent d'être cités : le procès d'Urbain Grandier à Loudun (1634) fut le plus intéressant; une assemblée des Grands Jours fut tenue à Poitiers la même année, et, le 16 septembre, rendit une ordonnance imposant l'observance du dimanche et des jeûnes, et ordonnant la destruction du temple protestant de Saint-Maixent bâti sur un fief de l'abbé du monastère de cette ville.

Avec la Fronde recommença pour la France une période troublée, mais le retentissement en fut faible dans le Poitou. Cependant Marcillac, gouverneur, était un des meneurs du mouvement; après l'arrestation des princes (1650), il réunit des troupes, mais s'enfuit à l'arrivée de La Meilleraye à la tête de l'armée royale. Louis XIV passa à Poitiers en 1650 et 1651, lors de son voyage à Bordeaux. C'est à Poitiers que Mazarin, de retour d'exil, fut reçu avec des honneurs royaux (janvier 1632). Cependant, après le départ du roi, le marquis de La Roche-Posay, lieutenant du roi, s'empara de quelques places pour le compte des princes, places qui furent reprises par Roanès, gouverneur du Poitou, sans la moindre difficulté.

Les rigueurs de Louis XIV vis-à-vis des protestants se manifestèrent dans le Poitou; le roi et Louvois y trouvèrent des collaborateurs pleins de zèle clans les intendants Marillac et Nicolas Foucault. Ceux-ci détruisirent des temples  et firent les dragonnades avec la dernière rigueur (1681 et 1685). Les dragons furent employés tant à convertir par force qu'à poursuivre ceux qui se réfugiaient dans les bois; ils recevaient un écu par homme pris dans ces conditions. Les protestants poitevins ne disparurent pas complètement, malgré ces rigueurs et celles qui suivirent; en 1700, les biens des fugitifs furent saisis. Mais le Poitou se ressentit longtemps de l'émigration des religionnaires adonnés à l'agriculture et à l'industrie.

Peu d'événements marquèrent les règnes de Louis XV et de Louis XVI. Cependant on fit dans le Poitou l'essai des assemblées d'élection et des assemblées provinciales imaginées par Turgot. Les premières se tinrent dans les élections de Poitiers, Fontenay, Thouars, Niort, Les Sables-d'Olonne, Châtillon, Confolens, Saint-Maixent, Châtellerault. L'assemblée provinciale tint sa première session en août 1787, sa seconde et dernière le 12 novembre de la même année.

Les États généraux ayant été convoqués pour 1789, les élections se firent dans le plus grand calme dans le Poitou. Les premiers membres du clergé qui s'unirent au tiers état le 13 juin 1789 furent trois curés poitevins, ceux de Poiré, Sainte-Triaire et Chérigné. Avec la division en trois départements  (Vienne, Deux-Sèvres et Vendée) cesse l'histoire du Poitou en tant qu'entité administrative.

Administration du Poitou

Le Poitou était, à la fin de l'Ancien régime, une des plus grandes provinces de France. D'après un ouvrage de Necker sur l'administration des finances (1784), il avait une superficie de 1057 lieues carrées; la population s'élevait à 600.500 habitants, soit 653 par lieue carrée. L'administration était, comme dans toutes les provinces alors, des plus compliquées. Le Poitou formait un grand gouvernement, ou plutôt un comté, donné en apanage au comte d'Artois, frère de Louis XVI, et dont Poitiers était la capitale. Au point de vue militaire, il était divisé en deux parties ou lieutenances, le Haut et le Bas-Poitou.

L'arrêt du Conseil du 26 avril 1670, se référant à ceux du 23 janvier 1636 et du 12 septembre 1645, avait établi comme limites entre les deux lieutenances une ligne suivant les rivières du Thouet et de l'Autise en passant par Secondigny, Parthenay et Thouars; un arrêt du 6 juillet 1670 décidait en outre que les faubourgs de Thouars, Parthenay et Saint-Loup faisaient partie du Haut-Poitou. Les lieutenants généraux résidaient à Poitiers pour le Haut-Poitou, à Fontenay-le-Comte pour le Bas-Poitou. Les villes et châteaux de Poitiers, Loudun, Châtellerault, Niort, Fontenay-le-Comte et Melle, avaient des gouverneurs particuliers. Outre les garnisons régulières et les milices bourgeoises de quelques villes, il y avait une compagnie de maréchaussée avec, 4 lieutenances à Poitiers, Fontenay-le-Comte, Montaigu et Montmorillon; une milice spéciale, celle des canonniers gardes-cêtes, se recrutait sur le littoral dans les 5 divisions de Luçon, Les Sables-d'Olonne, Beauvoir, Noirmoutiers et Bouin.

Au point de vue proprement administratif, le Poitou formait une intendance; l'intendant qui résidait à Poitiers avait sous ses ordres 23 subdélégués dans les subdélégations de Poitiers, Civray, Montmorillon, Chauvigny, Parthenay, Niort, Chef-Boutonne, Fontenay-le-Comte, La Châtaigneraie, Luçon. Saint-Maixent, Melle, Les Sables-d'Olonne, Pal-luau, Châtillon, Montaigu, Thouars et Bressuire, Confolens, Rochechouart, Châtellerault, les îles de Noirmoutiers et de Bouin; Loudun et Richelieu étaient des subdélégations de Tours.

La généralité financière de Poitiers, créée en 1577, comprenait tonte la province, sauf Loudun et Richelieu qui dépendaient de Tours. Elle se divisait en 9 élections, celles de Poitiers, Niort, Saint-Maixent, Fontenay-le-Comte, Thouars, Châtillon, Les Sables-d'Olonne, Confolens et Châtellerault. Une partie du pays, appelée les Marches, sur les limites de la Bretagne et de l'Anjou, composée des paroisses de La Bruffière, Gétigné, Cugand, Boussay, Saint-Etienne-du-Bois, Péault, Bois de Céné, Grand-Landes, était exempte d'impôts directs et ne payait qu'une somme variable « sous forme d'abonnissement », fixée et répartie par les représentants des paroisses qui se réunissaient à Montaigue chaque année. La ville de Poitiers, cinq paroisses de l'élection de Confolens, les îles de Bouin, Noirmoutiers et Yeu jouissaient de l'exemption de tailles et autres impôts accessoires et ne payaient qu'une capitation. Dans le reste de la province, les impôts étaient assez considérables. Les impôts indirects (enregistrement, tabac, boissons et poste aux lettres) augmentaient encore beaucoup les charge de la population. Cependant la province était affranchie des gabelles.

La justice était rendue dans le Poitou, qui faisait partie du ressort du Parlement de Paris, par un présidial, créé en 1551; il se composait de 12 conseillers et d'un greffier et jugeait d'après la coutume de la province. Etaient distraits du ressort de ce présidial-: le Loudunais, qui dépendait de Tours, et avait une coutume particulière; les Marches, qui ressortissaient à l'Anjou; La Roche-sur-Yon et Le Luc, qui formaient des principautés-pairies; la Basse-Marche et le Dorat, qui se rattachaient à Guéret; enfin du tribunal de la duché-pairie de Châtillon, on appelait directement au Parlement de Paris. Au-dessous du présidial se trouvaient le siège ordinaire de Poitiers, la cour conservatoire des privilèges de la même ville, et les sièges royaux de Lusignan, Châtellerault, Montmorillon, Fontenay-le-Comte, Niort, Civray et Saint-Maixent. Il y avait autant de juridictions de première instance que de seigneurs justiciers; des sénéchaussées existaient à Civray, Lusignan, Montmorillon, Fontenay-le-Comte, Niort, La Châtaigneraie, Saint-Maixent et Châtellerault, des prévôtés royales à Usson, Aunay, Chizé et Melle. Enfin, des tribunaux spéciaux connaissaient de questions variées : le bureau des finances de Poitiers, les maîtrises des eaux et forêts de Poitiers, Fontenay-le-Comte, Niort et Châtellerault, la gruerie d'Aunay, l'amirauté des Sables-d'Olonne, la cour des monnaies de Poitiers, etc.

Le Poitou axait longtemps formé un seul diocèse, celui de l'évêché de Poitiers, dépendant de l'archevêché de Tours; en 1317, on en avait soustrait les diocèses de Luçon et de Maillezais (transféré par Richelieu à La Rochelle); les diocèses de Tours, Nantes et Limoges empiétaient aussi sur la province. L'évêché de Poitiers était divisé en 3 archidiaconés et comprenait 735 paroisses, celui de Luçon comprenait le même nombre d'archidiaconés, mais 236 paroisses seulement. Les établissements religieux étaient innombrables et avaient des revenus considérables. Il faut remarquer que le monachisme est apparu en Gaule pour la première fois dans le Poitou : l'abbaye d'Ansion (SaintJouin-les-Marnes) fut fondée par saint Hilaire, celle de Ligagé, par saint Martin. D'autres célèbres abbayes existaient dans la province : le Montierneuf, Saint-Cyprien, la collégiale de Saint-Hilaire à Poitiers, les monastères de Saint-Benoît, Fontenay-le-Comte, Nouille, Charroux , Saint-Savin, Airvault, Saint-Maixent, Maillezais, Luçon, Noirmoutiers, etc.

Sciences et lettres dans le Poitou

Au point de vue scientifique et littéraire, le Poitou a eu un rôle assez effacé en France. L'Université de Poitiers, fondée par Charles VII, a eu, il est vrai, une certaine importance au XVIe siècle, où elle compta 4000 étudiants; les études juridiques y furent assez florissantes. Fontenay-le-Comte a partagé un moment avec la capitale le privilège de la culture intellectuelle, mais un très petit nombre d'hommes ayant brillé dans les lettres, les arts ou les sciences, est sorti du Poitou. Quelques théologiens, catholiques comme saint Hilaire, évêque de Poitiers (mort en 367), Gilbert de la Porrée, son successeur (mort en 1154), protestants comme Corneille Bertram, de Thouars (1531-1594), un certain nombre de jurisconsultes et de médecins, des poètes d'ordre secondaire, tel serait le bilan de la province, si une très grande figure n'était à citer, le mathématicien François Viète, né à Fontenay-le-Comte (1340-1603). Théophraste Renaudot, de Loudun (1584-1653), médecin et surtout fondateur de la Gazette de France, mérite, lui aussi, une mention. (J.-G. Kergomard).
.


Dictionnaire Territoires et lieux d'Histoire
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.