.
-

Les marais

Le terme de marais (palus, en latin) désigne un terrain recouvert ou saturé d'une eau qui n'a pas d'écoulement; une étendue de terrains recouverts de marais forme un marécage. Dans le langage scientifique, le sens de ce mot s'étend non seulement aux marais proprement dits, mais encore à toute portion du sol plus ou moins couverte par les eaux d'une manière permanente ou temporaire; ainsi, étangs, lacs, plages découvertes, canaux, etc. 

Constitués généralement par un sol argileux, les marais contiennent des eaux vaseuses, plus ou moins fétides, et qui donnent naissance à une végétation toute spéciale et à tout un monde d'animalcules. Les plantes aquatiques seules y réussissent; les céréales, les plantes potagères y sont de qualité inférieure, les fruits y sont mauvais. 

Les marais sont formés, quoique souvent dans le voisinage de la mer, par des infiltrations souterraines d'eau douce, ou par la stagnation, dans des terrains d'un niveau inférieur aux collines voisines et au rivage de la mer, de rivières trop peu considérables pour former des lacs ou franchir le littoral. Tels sont les marais répandus sur les côtes méridionales de la Baltique, ceux de la Hongrie et de la Russie, les Marais Pontins et les Maremmes en Italie
-

Marais en Louisiane.
Un marais en Louisiane (Bayou Sauvage). Photo : USFWS.

Dans le bassin des fleuves sujets à des débordements périodiques et considérables, on rencontre des marais qui, dans le temps de la crue, sont des bras du fleuve, et, dans la saison sèche, des réservoirs isolés ou quelquefois même se dessèchent et forment de riches pâturages. Tels sont les Marigots du Sénégal, les Bayous du Mississippi et les Olboutes des fleuves de Ia Sibérie méridionale.

Les plus vastes marais du globe sont au Sud de l'Himalaya et à l'Est des Andes du Chili, en Inde septentrionale et en Argentine, où les torrents précipités des glaciers dans les plaines croupissent longtemps avant de rencontrer la pente qui les verse dans les affluents du Gange et de la Plata, et forment ainsi, sur plus de 1200 kilomètres de longueur et sur une largeur de 300 à 400 kilomètres, des terrains marécageux.

Quelques marais présentent le curieux spectacle des îles flottantes : ce sont des terrains de nature tourbeuse, mais très légers, qui, tirés par les eaux, se détachent du sol avec les arbres qu'ils portent; on voit de ces îles sur le lac de Kolk (province d'Osnabruck), et sur celui de Gerdau en Iran. Quand un marais est recouvert d'une couche de végétation qui le fait ressembler à une prairie, on parle de marais vert. On désigne, par ailleurs, sous le nom de marais salantun terrain inondé à volonté par les eaux de la mer et disposé de manière qu'on puisse y recueillir, après évaporation, le sel que ces eaux laissent précipiter.



Olivier Manneville, Le monde des tourbières et des marais, Delachaux et Niestlé, 2006.
.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.