.

-


Suisse
Confédération Suisse,
Schweizerische Eidgenossenschaft (Schweiz),
Confederazione Svizzera (Svizzera)


47 00 N, 8 00 E
La Suisse ou Confédération suisse est un pays d'Europe situé au centre du continent, dans la région alpestre, entre la France à l'Ouest, l'Italie au Sud, l'Autriche à l'Est, l'Allemagne au Nord. Sa forme est celle d'un ovale irrégulier, mesurant 347 km d'Est en Ouest, et 221 du Nord au Sud. Le périmètre est de 1852 km. C'est une république fédérale composée de 26 petits Etats, appelés cantons, soit 20 cantons proprement dits et 6 demi-cantons, comprenant 41,290  km², peuplés de 7,6 millions d'habitants (2009). Capitale-: Berne (121 000 habitants). Autres villes importantes : Zürich (342 000 hab.), Genève (184 000), Bâle (Basel) (165 000 hab.), Lausanne (117 000 hab.), Winterthur, Saint-Gall, Lucerne, Bienne.
-
Zurich.
Zurich, la principale ville de la Suisse.

Les cantons de la Suisse



Cantons

Aargau (Argovie)
Bern (Berne)
Fribourg
Genève
Glarus
Graubunden
Jura
Luzern (Lucerne)

Neuchâtel
Sankt Gallen (Saint-Gall)
Schaffhausen
Schwyz
Solothurn
Thurgau (Thurgovie)
Ticino (Tessin)
Uri
Valais
Vaud
Zug
Zürich
Demi-cantons*

Appenzell Ausser-Rhoden
Appenzell Inner-Rhoden
Basel-Landschaft
Basel-Stadt
Nidwalden
Obwalden

*Les demi-cantons différent des cantons proprement en ce qu'ils n'élisent qu'un représentant, au lieu de deux, au Conseil des Cantons, et en ce que, lors des référendums dans lesquels la majorité des votes populaires et des votes des cantons sont requis, les demi-cantons ne disposent que d'une demi-voix.

Relief.
La Suisse est essentiellement montagneuse; l'altitude moyenne est de 1300 m, variant de 4634 m au Dufourspitze (mont Rosa), à 195 m au lac Majeur, Le massif alpin occupe 68 % de la superficie totale, le Sud, le centre et l'Est de la Suisse; à l'Ouest et au Nord-Ouest est le Jura qui couvre 12 % de la Suisse; entre ces deux massifs, la plaine suisse, représentant 20 % de la superficie totale et renfermant de grands lacs : Lac Léman (Lac de Genève), altitude 375 m; lac de Neuchâtel, 433 m; lac de Lucerne, 437 m (enclavé dans les Alpes); lac de Zurich, 409 m; lac de Constance, 399 m. Cette plaine, dont l'altitude moyenne est de 400 à 500 m, s'abaisse peu à peu du pied des Alpes où la séparation est peu marquée vers le Jura qui la domine par des escarpements abrupts. 
-

Suisse : le Wetterhorn.
Le mont Wetterhorn (3692 m), près de Grindelwald. 

On trouvera dans les articles Alpes et Jura la description des massifs montagneux. Dans les régions plus basses qu'ils encadrent, il faut distinguer : les collines du Nord du lac de Genève réparties entre le Gros de Vaud, la Côte (de Nyon à Morges), La Vaux (vers Cully); le Jorat (928 m) les sépare du bassin de Fribourg (Uchtland) et de Neuohâtel; puis vient le Vignoble, et le long des lacs de Morat et de Bienne le Seeland; le pays bernois ou Mittelland est dominé par le Gurten (860 m), au Nord duquel s'étendent l'Emmenthal au pied des Alpes, le Buchsgau au pied du Jura; la plaine s'élargit dans l'Argovie que le Lindenberg (900 m) sépare des anciens bailliages libres (Freiamt) au Sud-Est. Puis nous trouvons le bassin de Zurich, la plaine de Rafzerfeld, le Vignoble (Weinland) de Thurgovie, dominé à l'Ouest par l'lschel, à l'Est par l'Ottenberg (671 m), enfin la plaine de Saint-Gall où s'élève le Tannenberg (901 m).

D'une manière, générale, entre les alignements cristallins des Alpes et leurs avant-monts jurassiques d'une part, le Jura d'antre part, dont l'orientation est à peu près la même, du Sud-Ouest au Nord-Est, s'étend une plaine tertiaire très accidentée, large d'environ 70 km entre le lac de Thun et l'Aar; partant du lac de Genève, elle est limitée au Nord-Ouest par la Thièle, puis l'Aar, au Sud-Est par une ligne tirée de Vevey à Appenzell, passant au pied de la dent de Jaman, de l'Oberland bernois, des monts qui encadrent le Sud, du lac des Quatre-Cantons, des Alpes de Glaris et du Sentis. La plaine est bordée des deux côtés de sédiments crétacés particulièrement développés près du lac de Thun, au Pilate, au Sentis, dans la région de Neuchâtel, qui a donné son nom au terrain néocomien. Les formations tertiaires les plus développées sont les calcaires éocènes, à nummulites, le flysh, la molasse, et tout spécialement l'étage helvétien d'origine marine. Les dépôts glaciaires sont très développés et jouent un grand rôle dans la détermination de l'aspect actuel de la Suisse.
-

Carte de la Suisse.
Carte de la Suisse. Source : The World Factbook.
(Cliquer sur l'image pour afficher une carte plus détaillée).

Hydrographie.
Les Alpes centrales, et plus précisément le massif du Saint-Gothard, étant le centre de dispersion des eaux de l'Europe, la Suisse est partagée entre les bassins de la mer du Nord, de la Méditerranée, de l'Adriatique et de la mer Noire. Dans la mer du Nord s'égouttent par le Rhin 27 500 km² dont la moitié appartiennent au bassin de l'Aar (3411 pour la Reuss, 3421 pour la Thièle, 2414 pour la Limmat); le Rhône draine 8.000 km²; - le Tessin (Ticino), affluent du Pô, conduit à l'Adriatique les eaux de 4000 km² ; ajoutez à l'angle Sud-Est la petite vallée de Munster qui appartient au bassin de l'Adige; - l'Inn, origine alpine du Danube, lui apporte les eaux de 1971 km² de Suisse.

Deux traits caractéristiques de la Suisse sont l'étendue des glaciers, 1840 km², plus de 4,5% de la surface totale, et le développement des lacs, 1343 km², non compris la portion étrangère des grands lacs de la frontière.

Le bassin du Rhin qui embrasse environ les 7/10e de la Suisse comprend, d'une part, la vallée du Rhin, qui est presque excentrique par rapport à la république qu'elle contourne à l'Est et au Nord, et le bassin de l'Aar qui occupe la Suisse centrale, du mont Saint-Gothard aux villes forestières et du défilé de Sargans à la vallée de Joux. Le cours du fleuve a été décrit à l'article Rhin; il ne reçoit, une fois formé dans les Grisons, qu'un affluent notable avant de se jeter dans le lac de Constance, tandis qu'il longe le canton de Saint-Gall; cet affluent est l'Ill, qui est autrichien; sorti du lac, il se grossit de quatre rivières suisses, la Thur, la Tors, l'Aar et la Birse. La Thur arrose la plaine septentrionale; descendue du Sentis, elle parcourt le val de Toggenburg, reçoit par son affluent, la Sitter, les eaux de Saint-Gall et d'Appenzell. En aval de la Thur finit la Tors, rivière de Winterthur. Puis l'Aar; puis la Birse, qui corrode le Jura septentrional.
-

Soisse : maisons au bord du lac de Lugano.
Maisons au bord du lac du Lugano.

Le Rhin parcourt 348 km en Suisse et y est alimenté par 500 km² de glaciers, environ 2%, de la surface dont il recueille les eaux; il n'est ni le plus volumineux fleuve suisse, car c'est le Rhône, ni le vrai cours d'eau national, car cette place revient à son affluent, l'Aar. Celui-ci n'a que 280 km de long, mais il est complètement suisse, à la différence de tous les autres cours d'eau qui n'ont dans ce petit pays que leur source et leur val supérieur. Il reçoit les eaux de 294 km² de glaciers, dont moitié par la Reuss. Né au Nord-Ouest du Saint-Gothard, l'Aar recueille les eaux de l'Oberland bernois, confluent vers les deux lacs qu'il forme, lacs de Brienz et de Thoune (Thun); son principal tributaire est ici la Simme grossie de la Kander; l'Aar passe ensuite à Berne, reçoit la Sarine, rivière de Fribourg (126 km pour un bassin de 1882 km², grossie de la Jogne (dr.), de la Singine ou Sense (dr.) et de la Glane (g.). Au confluent de la Thièle, I'Aar, qui courait vers le Nord-Ouest, se heurte à la falaise du Jura et la longe désormais, épousant la direction Nord-Est du grand affluent qui lui apporte les eaux du val de Joux (par l'Orbe), de la Reuse (val Travers) et de la Broye qui forme le lac de Morat; ces cours d'eau se réunissent dans le grand lac de Neuchâtel, forment encore celui de Bienne avant de ressortir par la Thièle ou Zihl, et de se jeter dans l'Aar. Celui-ci reçoit près de Soleure l'Emme, la Wiggern, la Suhr (lac de Sempach), qui descendent des contreforts des Alpes et traversent la plaine bernoise; puis, presque ensemble, ses deux grands affluents alpestres, la Reuss et la Limmat. 

La Reuss (146 km) est la rivière des quatre cantons forestiers qui furent le noyau de la Confédération helvétique, Uri, Unterwald (subdivisé en Obwald et Nidwald), Schwytz et Lucerne. Elle dévale du massif central du Saint-Gothard, dont elle ouvre l'accès vers le lac de Lucerne ou des Quatre-Cantons ou se joignent à ses eaux celles des torrents de Schwytz (la Muotta) et d'Unterwald; elle en sort à Lucerne et reçoit encore la Lorze, déversoir du lac de Zug. 

La Limmat (142 km) écoule les eaux du lac de Zurich, qui dort dans un ancien lit du Rhin; il est alimenté par la Linth, rivière de Glaris et émissaire du lac de Wallenstadt.

Le Rhône (233 km en Suisse) ne draine que 16% du sol helvétique, répartis entre trois cantons : Valais, Vaud, Genève, mais le fleuve français est issu des plus grands glaciers de Suisse et forme son lac le plus ample; 13 % de la surface de son bassin, 104 000 hectares, sont revêtus de glaciers. Son bassin supérieur, avant le lac Léman, forme le canton du Valais. Le lac Léman reçoit du pays de Vaud la Venoge; la rivière savoyarde, l'Arve, se jette dans le fleuve à Genève. Enfin le Jura lui envoie le Doubs.

Au Sud du Saint-Gothard, le canton du Tessin et les vallées méridionales des Grisons empiètent sur le versant italien des Alpes et le bassin du . Du col du Saint-Gothard, en 70 km, le torrent descend jusqu'à la plaine lombarde où le lac Majeur s'étale dans un pays méridional qui contraste agréablement avec les âpres névés; avant de déboucher dans ce lac, le Tessin a reçu le Breno (g.) et la Moesa (g.); dans le lac se jette la Maggia; il reçoit également la Tresa, émissaire du lac italo-suisse de Lugano. Au lac de Côme vont les eaux de la Maira venue du col de la Maloia. De l'autre côté de ce col est l'Engadine, vallée supérieure de l'Inn.

Les cours d'eau de Suisse ne sont pas réellement navigables; leur régime est trop torrentiel; on navigue cependant sur le Rhin, entre Stein et Schaffhouse, et sur le canal de l'Aar qui joint cette rivière au lac de Bienne; il est, toutefois, comme le canal de la Linth, surtout destiné à régulariser le régime de la rivière. 

En revanche, la navigation est fort active sur les lacs, non seulement les beaux lacs de la frontière : lac de Genève (578 km²), lac de Constance (539 km²), lacs Majeur (240 km²) et de Lugano, mais aussi sur ceux de Neuchâtel (240 km²), de Morat (27 km²) et de Bienne (40 km²), des Quatre-Cantons (112 km²), de Zurich (88 km²), de Thun (88 kim²) et de Brienz (30 km²), même de Zug. A la suite de ceux-ci, on peut encore citer quatorze lacs de plus de 100 hectares et une cinquantaine d'autres de plus de 10 hectares.

Le climat de la Suisse.
La Suisse, avec une dénivellation de plus de de 4400 m entre le point le plus haut et le plus bas du sol suisse, y étage tous les climats, depuis celui des neiges persistantes jusqu'à celui de la zone tempérée chaude à laquelle appartiennent les plaines italiennes. Celles-ci ont une température moyenne annuelle de +13°C; au bord du lac Léman, la moyenne dépasse encore +10°C; dans la haute plaine suisse, elle varie de +7°C à + 10°C; puis elle décroît avec l'altitude pour arriver à la moyenne de 0°C vers 2000 m dans les Alpes. A hauteur égale, le climat est plus rude dans le Jura

La hauteur annuelle des précipitations varie de 800 mm à 4 m dans la plaine, atteint 1700 mm dans les Alpes; il pleut 130 à 160 jours par an. Les vents dominants sont le Foehn, la bise du Nord-Est et le vent du Sud-Ouest. (A.-M. B.).
-

Une vallée des Alpes, en Suisse.
Un village suisse, bloti au fond d'une vallée des Alpes. Images : The World Factbook.

.






Etats et territoires
[La Terre][Cartotheque][Tableaux de bord][Histoire politique]




[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2009. - Reproduction interdite.