.
-

Les Lamellibranches

On donne le nom de Lamellibranches (Blainville, 1816) ou de Pélécypodes (Goldfuss, 1821) à des Mollusques à corps symétrique comprimé latéralement, à tête non distincte du corps; enveloppés par un manteau formé de deux lobes, et contenus dans une coquille formée de deux valves réunies par un ligament dorsal. La respiration s'opère au moyen de lamelles branchiales. Ce groupe répond à celui des Acéphales testacés ou à quatre feuillets branchiaux de Cuvier, et aux Conchifères de Lamarck. Dans la systématique actuelle, les Lamellibranches constituent une classe du sous embrachement des mollusques conchifères.

Les lobes du manteau, dont le point de départ est fixé sur la face dorsale du corps, enveloppent complètement l'animal : leurs bords sont tantôt libres et tantôt soudés dans toute ou dans presque toute leur étendue; mais ces lobes présentent toujours à leur extrémité postérieure deux échancrures, lesquelles, lorsque les bords du manteau sont soudés ensemble, constituent deux orifices en forme de fente. La supérieure, dirigée vers le dos, remplit les fonctions d'ouverture cloacale, et l'inférieure est destinée à amener l'eau dans la cavité branchiale et dans la cavité palléale à l'aide de cils vibratiles disposés à la face interne du manteau et sur les branchies. Le pied en forme de langue ou de hache, parfois en massue ou cylindrique, peut être très développé ou presque atrophié : dans ce dernier cas, les bords du manteau sont à peu près soudés complètement.

Le manteau développe à sa région postérieure un prolongement entourant les orifices branchial et cloacal et constituant deux tubes saillants et contractiles, nommés
siphons, lesquels se développent en longueur d'autant plus grande que les bords du manteau sont plus complètement soudés; les siphons sont réunis à la base, et leurs orifices terminaux garnis de tentacules

Le système nerveux est composé des trois paires de ganglions communs à tous les Mollusques; mais, par suite de l'absence de tête, les ganglions buccaux sont très peu développés, les ganglions pédieux sont placés sous l'oesophage et se rendent dans la région ventrale du corps et dans le pied. Les ganglions viscéraux, les plus développés de tous, situés derrière le muscle adducteur postérieur, donnent naissance aux nerfs des branchies, du coeur, de l'intestin postérieur et du manteau; ils sont reliés au cerveau par de longs connectifs. 

L'appareil digestif est constitué par un orifice situé en avant, la bouche, entourée de deux lèvres, donnant accès à un court oesophage, lequel s'élargit pour former un estomac de forme sphérique; l'intestin est long : il se dirige, en décrivant plusieurs circonvolutions, entourées par le foie et les glandes sexuelles, vers le pied, ensuite vers la partie dorsale de l'animal, derrière l'estomac, traverse le ventricule du coeur et débouche sur une papille en saillie dans la cavité du manteau. 

La respiration a lieu au moyen de branchies en forme de lames commençant derrière les lobes buccaux, et se dirigeant en arrière sur les côtés du corps. Chaque branchie est composée de deux lames ou feuillets. Un épithélium vibratile couvre la surface des branchies et entretient un courant d'eau continu.

Les Lamellibranches sont dioïques, à l'exception d'un très petit nombre de genres, parmi lesquels on cite les suivants : Pandora, Sphaerium, Pecten, Ostrea, qui sont hermaphrodites. Les organes génitaux, de même forme dans les deux sexes, sont situés au milieu des viscères : ils sont constitués par des glandes en grappe, divisées en lobes, placées dans le voisinage du foie; elles entourent les circonvolutions du tube digestif et s'étendent jusqu'à la base du pied.

Classification des lamellibranches.
Les Pélécypodes ou Lamellibranches peuvent être divisés en 4 ordres ainsi caractérisés :

Pholadacés. Manteau fermé; deux siphons allongés, soudés à la base; pied allongé, terminé en massue. Genres principaux : Pholas, Xylophaga, Teredo, Solen (Couteaux), Sphaenia, etc.

Vénéracés. Deux siphons plus ou moins allongés et souvent non soudés à la base; lobes du manteau ordinairement peu soudés; pied comprimé servant à la reptation. Genres principaux : Mactra, Tresus, Psammobia; Soletellina, Tellina, Scrobicularia, Venus, Tridacna (Bénitiers), Tapes (Palourdes). 

 3° Lucinacés. Lobes du manteau très peu soudés; pied situé en-dessous, allongé, cylindrique. Genres principaux : Lucina, Ungulina, Sportella, Poronia, Scintilla, Solenomya, Unio.

Pectinacés. Lobes du manteau ouvert dans toute leur étendue. Genres principaux : Trigonia, Senilia, Pectunculus, Nucula, Pecten (Peignes), Mytilus (Moules), Pedum, Spondylus, Plicatula, Ostrea (Huîtres), Crassostrea (Huîtres portugaises). (J. Mabille).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2012. - Reproduction interdite.