.
-

Le Moyen Âge
L'Europe latine

Le haut Moyen âge

Les royaumes des Goths
L'Espagne Wisigothique*
Les dynasties Franques
Les Mérovingiens*
Les Carolingiens*
Dans les îles Britanniques

L'époque féodale

Les Capétiens*

Des peuples dans la tourmente

La guerre de Cent ans
Les invasions
Les Vikings
Les Sarrasins
Les Magyars
La grande criminalité
Les épidémies et les pestes
Parias et réprouvés
Les Lépreux, les Cagots
Les Goliards, les Cathares
Les Juifs
 

La vie culturelle

Les universités
La religion populaire
 
 L'Europe du Nord

Le Danemark
La Suède et la Norvège
L'Islande, le Groenland, etc.
La Finlande
 

Les Chrétiens en Orient

Slaves, Baltes, Hongrois

La formation des Etats slaves
La Lituanie et les Pays baltes
La Hongrie médiévale

L'Empire byzantin

La dynastie macédonienne
Les Comnènes

Les croisades

De 1096 à 1204
De 1217 à 1270

Les moines soldats

Les Templiers
Hospitaliers et Chevaliers de Malte
Les Chevaliers Teutoniques
 
Les Grèce et les Etats latins d'Orient
La Grèce médiévale
La principauté d'Achaïe
Le duché d'Athènes
Les îles grecques

Le royaume de Jérusalem
Antioche*, Tripoli*, Edesse*
La Petite Arménie
L'empire de Constantinople

L'Égypte chrétienne

L'Empire Arabe

La naissance de l'Islam

Les dynasties

Les Omeyyades
Les Abbassides
Les Fatimides d'Egypte

L'Espagne musulmane

La vie culturelle

Lettres, droit, médecine, arts


Le commerce au Moyen Âge
Les communes
-
Le Moyen âge, en tant que période de l'histoire, est d'une invention assez récente, puisqu'elle ne date que des débuts du XIXe siècle (auparavant, ce que nous appelons le Moyen âge n'avait pas de nom et était compris dans l'histoire moderne), et l'on peut faire bien des reproches à son introduction. Mais n'est-ce pas le lot de toute périodisation que de véhiculer sa part d'artifice? L'expression de Moyen âge, semble-t-il d'ailleurs, a d'abord été employée, avec ce que les philologues appelaient depuis la Renaissance la moyenne latinité (qui ne se doit pas confondre avec le Moyen âge, puisqu'elle correspond à la période comprise entre Sulpice Sévère et la fin de l'Empire, fut mise à la mode et propagée par les écrivains de l'époque romantique et bientôt consacrée en France par les programmes d'enseignement de la Restauration.

Quoi qu'il en soit, on désigne habituellement par Moyen âge la période chronologique comprise entre la fin de l'Antiquité et la Renaissance, époque où l'on fait commencer les Temps modernes. Conventionnellement, et pour plus de commodité, les historiens ont généralement adopté des dates plus précises : comme terme initial, soit le partage de l'empire romain en empire d'Occident et empire d'Orient en 395, soit, plus communément, la fin de l'empire romain en 475; comme terme final, la chute de l'empire d'Orient et la prise de Constantinople par les Turcs Ottomans en 1453 (L'empire ottoman, d'Osman à Bayézid II). Une autre limite est également souvent choisie, c'est 1492. Cette date est à la fois celle de la prise de Grenade par les Chrétiens, faisant ainsi tomber le dernier bastion musulman en Europe occidentale, et celle de la "découverte" de l'Amérique par Christophe Colomb, et marque le signal d'un soudain décloisonnement du monde. 

Au XIXe siècle, certains historiens ont voulu faire remonter le Moyen âge jusqu'à la naissance de Jésus et le commencement de l'ère chrétienne; d'autres en ont reculé le début jusqu'à l'avènement de Charlemagne; mais ces dates ne correspondent pas à la réalité : le christianisme n'a eu d'importance sociale qu'à partir du moment où il s'est substitué à la religion de l'Empire (dans la classe au pouvoir), ce qui marque bien le commencement du Moyen âge, mais coïncide avec l'époque indiquée plus haut, et, d'autre part, le règne de Charlemagne - et avec lui, ce que l'on a appelé parfois abusivement la "renaissance carolingienne" - loin d'être le point de départ d'un âge nouveau, n'a été qu'un retour éphémère et superficiel à l'ancienne conception romaine.
--
C'est avec le démembrement de l'Empire, la ruine progressive du paganisme, les invasions, l'établissement des royaumes barbares, la propagation du christianisme qu'est véritablement né un ordre social nouveau, dont l'évolution, caractérisée par la formation des nations occidentales, le développement des institutions ecclésiastiques, l'établissement du régime féodal, a duré jusqu'au moment où l'esprit de réforme, le retour à une valorisation de l'Antiquité, les grandes inventions et découvertes, ont provoqué vers le XVe siècle, à travers toute l'Europe, le grand mouvement appelé Renaissance, qui marque le début des temps nouveaux.

Ce millier d'années constitue ainsi pour l'Europe une période historique assez distincte à la fois de l'Antiquité et des Temps modernes, une époque de ce point de vue "intermédiaire", et à laquelle convient finalement assez bien le nom de Moyen âge qui lui a été attribué. Pendant cette époque, divisée en royaumes qui devinrent peu à peu des nations, la chrétienté s'organisa en une hiérarchie puissante qui engloba à la fois les personnes et les terres, l'ordre laïque et l'ordre ecclésiastique, et dans laquelle durent trouver place tous les organismes du corps social. Ce fut le régime féodal. Ce milieu donna naissance à des institutions, à des moeurs, à des idées, à une littérature et à un art très particuliers et d'un développement très original, dont l'ensemble constitue la civilisation médiévale.

Mais on peut bien sûr déjà faire deux critiques à cette façon de voir. Il est patent, pour commencer que cette période n'a pas d'unité : sur ce millénaire qu'on attribue au Moyen âge, au mieux il n'y a pas un mais plusieurs moyen âges, distincts selon les époques et les lieux. Quels points communs existe-t-il par exemple entre l'obscur Xe siècle et le temps flamboyant des cathédrales? Et comment comparer la situation de l'Empire Byzantin, qui n'a jamais rompu le cordon ombilical avec l'Antiquité classique, et celle de de l'Europe du Nord, qui jaillit pour ainsi dire de la Préhistoire? Par ailleurs, on l'a déjà noté, cette période ne concerne et n'a de sens que pour l'Occident. L'Orient n'a pas connu à proprement parler de Moyen âge. Et si 1492 marque bien une rupture dans l'histoire de l'Amérique, les époques qui l'on précédées ne peuvent en rien être qualifiées de "médiévales". Cet Occident, il est vrai, ne peut se restreindre à la seule Europe chrétienne. Les événements de 1453 et de 1492, l'expriment assez clairement, l'histoire du monde arabo-musulman (puis turco-musulman) lui est inséparable. Par son histoire politique, mais aussi et surtout par sa littérature, par sa philosophie, par se religion, par ses sciences, la civilisation arabo-musulmane est une composante de la civilisation occidentale. Au Moyen âge, du moins entre les VIIIeet XIIe siècles, elle en aura même été la plus brillante. (A. G.).

.


[Histoire politique][Biographies][Cartothèque]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.