.
-

Les Insectivores
Les insectivores ont formé un ordre de la classe des Mammifères comprenant en particulier les taupes, les hérissons et les musaraignes, qui tous se nourrissent principalement d'lnsectes. Les classifications actuelles ne reconnaissent plus les Insectivores comme un ordre particulier et répartissent les différentes espèces qu'on y range dans des groupes différents.
-
Insectivores.
Exemples d'Insectivores. Musareignes, Taupes, Hérissons, etc.

Tous les Insectivores, comme les Chiroptères, auxquels ils ressemblent par bien des caractères, sont des animaux de petite taille, onguiculés, plantigrades ou subplantigrades, généralement pourvus de cinq doigts à tous les membres, le pouce n'étant jamais opposable : ils sont organisés pour marcher, sauter, fouir ou pour nager dans les eaux douces, et quelques-uns grimpent sur les arbres.

Les Insectivores se rapprochent des Carnivores par leurs canines et par leurs molaires destinées à percer la carapace des insectes. Il en est de même des Chauves-Souris, qui ne sont autre chose que des insectivores adaptés au vol. Les dents molaires sont pourvues de trois ou quatre tubercules coniques et pointus; quant aux dents antérieures, il est souvent difficile de les distinguer en incisives, canines et prémolaires; les incisives, au nombre de deux paires au moins dans chaque mâchoire, sont bien développées, mais les canines sont généralement faibles et ne se distinguent par aucun caractère tranché des incisives ou des prémolaires. Le remplacement des dents (dentition de lait) se fait d'une manière très différente de ce que l'on observe chez les Carnivores : ainsi chez les Musaraignes (Sorex), d'après les recherches déjà anciennes de Duvernoy (1844), la seconde dentition est très précoce, le jeune ayant déjà des dents de lait sorties avant la naissance (comme chez les Rongeurs), et toutes les dents se renouvelleraient à la fois. Chez le Hérisson (Erinaceus), les douze dents permanentes de la partie antérieure de chaque mâchoire paraissent appartenir en partie (5 paires) à la première dentition, et pour le reste (7 paires) à la seconde (Leche). Ces particularités expliquent en partie les anomalies que l'on remarque dans la formule dentaire de ces animaux.
-

Denture de la taupe.
Denture d'Insectivore (Taupe).
pm, petites molaires. m, molaires.

Les Insectivores (à l'exception du Potamogale) sont claviculés; la peau est couverte de poils ou de piquants; les organes génitaux du mâle sont internes et dépourvus de scrotum, le pénis seul faisant saillie au dehors pendant l'accouplement; l'utérus est bicorne et souvent en forme de canal simple sans renflement distinct ; l'ouverture du vagin est très rapprochée de l'anus, au point que ces animaux semblent au premier abord pourvus d'un cloaquecomme les Marsupiaux. Le placenta est discoïde et caduc. Le cerveau, dépourvu de circonvolutionstions, ne recouvre pas le cervelet. Tous ces caractères anatomiques sont l'indice d'une organisation primitive et d'un type peu élevé par rapport aux autres Mammifères onguiculés.

Par leur apparence extérieure, les Insectivores ressemblent beaucoup aux Rongeurs, qui sont comme eux un type archaïque et peu modifié, au moins dans ses caractères externes; mais les Insectivores ont toujours le museau beaucoup plus pointu et le nez faisant saillie en avant de la mâchoire supérieure, ce qui les distingue des Rongeurs. 

Le canal intestinal des Insectivores est presque de même calibre dans toute son étendue, variant de trois à douze fois la longueur du corps, le premier chiffre étant celui des Musaraignes, le second celui des Hérissons. Il existe un caecum chez les espèces arboricoles (Tupaia) qui se nourrissent aussi bien de matières végétales que d'Insectes. Les glandes mammaires sont ventrales et en nombre variable suivant les espèces. Il existe des glandes cutanées odoriférantes dont la position est très variable. Les plus petits Mammifères connus appartiennent au groupe des Musaraignes.

La systématique des Insectivores

Si l'on veut bien encore considérer les Insectivores comme un ordre et que l'on met à part le genre Galéopithèque, on voit que les Insectivores actuels se subdivisent en deux sous-ordres, bien distincts à la fois par leur dentition et par leur distribution géographique :

1° Insectivores des régions boréales, à molaires à couronne en forme de W et à quatre tubercules; 
5 familles : Tupaiidae, Macroscelididae, Erinaceidae, Soricidae, Talpidae.
2° Insectivores des régions australes, à molaires en forme de V simple et à trois tubercules; 
4 familles : Potamogalidae, Solenodontidae, Centetidae, Chrysochloridae.
Quant à la distribution géographique, on remarque que les Insectivores de la première série, qui représentent le type le plus moderne et le plus modifié de l'ordre, sont seuls répandus aux latitudes moyennes et élevées l'hémisphère boréal et font complètement défaut dans les régions tropicales et australes ou ils sont remplacés par des Marsupiaux (hémisphère austral). Les Insectivores de la seconde série, qui appartiennent à un type plus ancien et moins modifié, n'habitent que les régions intertropicales du globe (Antilles, Afrique, Madagascar), et semblent par leur dentition, comme par cette répartition, intermédiaires entre les Marsupiaux et les Insectivores de la première série (Trouessart). A part deux ou trois types, le centre de dispersion de ces derniers paraît être en Asie centrale (Mongolie); le centre de dispersion des Insectivores de la deuxième série est à Madagascar et dans l'Afrique australe.

La paléontologie des insectivores

Comme nous l'avons dit ci-dessus, les Insectivores se rapprochent des plus anciens Mammifères connus, bien que leur dentition se soit considérablement modifiée depuis l'époque éocène, époque où cet ordre se confond d'une part avec les Carnivores primitifs (Créodontes), de l'autre avec les Lémuroïdes qui datent de la même époque. Les plus anciens Mammifères que l'on puisse rapporter avec certitude à l'ordre actuel sont en Europe les genres Adapisorex et Adapisoriculus (Lemoine) de l'éocène de Reims, animaux comparables à de petites Musaraignes. Les genres Orthaspidotherium et Pleuraspidotherium en sont plus voisins encore. Dans l'Amérique du Nord, les genres Ictops, Diacodon, Centetodon, Lepticlis, etc., qui datent du plus ancien tertiaire, se rapprochent des Insectivores de la seconde série, ou même des Marsupiaux. Les familles actuelles se montrent dans l'oligocène et le miocène d'Europe, où des types voisins des Taupes (Amphidozotherium, Geotrypus, etc.), des Desmans (Echinogale), des Musaraignes (Necrosorex, Dimylus, Cordylodon), des Tupaïas (Galerix, Plesiosorex) et des Hérissons (Neurogymnurus, Tetracus), font leur apparition. Les genres vivants se constituent dans le miocène et le pliocène où ils présentent déjà leur répartition géographique actuelle (Talpa, Sorex, Erinaceus en Europe ; Scalops en Amérique). (E. Trouessart).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.