.
-

Espagne
España

40 00 N, 4 00 W
L'Espagne (en espagnol España, du Iatin Hispania) est une État du Sud-Ouest de l'Europe qui, avec le Portugal, forme la Péninsule ibérique, jointe au continent par l'isthme des Pyrénées. L'Espagne est bornée au Nord par les Pyrénées qui la séparent de la France et le golfe de Gascogne ou de Biscaye; à l'Ouest, par l'océan Atlantique et le Portugal ; au Sud, par le même océan (golfe de Cadix), le détroit de Gibraltar et la mer Méditerranée; à l'Est, par la Méditerranée. Sa superficie est de 504,782 km². C'est une monarchie constitutionnelle, peuplée de 40,5 millions d'habitants (2009). Capitale : Madrid. Autres grandes villes : Barcelone, Saragosse, Bilbao, Valence, Murcie, Séville, Cordoue, Malaga, etc. Administrativement, l'Espagne se divise en 17 communautés autonomes ("régions", elles-mêmes généralement divisées en provinces) et deux villes autonomes, enclavées dans la côte du Maroc. S'ajoutent à cela des possessions insulaires d'outre-mer, dites Plazas de soberania, également  le long de la côte marocaine (Islas Chafarinas, Peñon de Alhucemas et Peñon de Velez de la Gomera), administrées directement par le gouvernement central. 

Les communautés et villes autonomes de l'Espagne.

Communautés autonomes

Andalousie
Aragon
Asturies
Baléares
Canaries
Cantabrie
Castille-La Manche
Castille-et-Leon
Catalogne
Comunauté valencienne

Extrémadure
Galice
La Rioja
Madrid
Murcie
Navarre
Pays Basque

Villes autonomes

Ceuta 
Melilla

Limites, côtes.
L'Espagne n'a de frontières terrestres que dans la longueur de l'isthme pyrénéen qui la sépare de la France (et de l'Andorre), et du coté du Portugal; partout ailleurs elle est entourée par l'Océan Atlantique et par la Méditerranée. Ses côtes sont en général peu accidentées. Cependant elle projette dans les eaux du golfe de Gascogne les caps du Figuier, Muchichaco, de Ajo, de Peñas, de Vares; elle se creuse en petits fjords en Galice où se trouve sur l'Atlantique le cap Finisterre, la pointe la plus occidentale de l'Europe continentale. Au Sud, après avoir contourné le Portugal, l'Océan forme le grand golfe de Cadix, puis il se resserre pour communiquer, parle détroit de Gibraltar, avec la Méditerranée. Vers cet étranglement s'avancent le cap Trafalgar, la pointe de Tarifa, la punta de Europa (pointe d'Europe) où se dresse Gibraltar. Plus à l'Est, on est dans la Méditerranée, et le rivage se développe en ondulations ménagées jusqu'à la frontière francaise. Néanmoins, sur cette étendue de côtes, on rencontre successivement les caps de Gata, de Palos, de la Nao et bien plus loin, à l'extrémité orientale des Pyrénées, le cap de Creus ou de la Croix. Les enfoncements les plus considérables des eaux de la Méditerranée sont la baie d'Almeria, le golfe San Jorge et le golfe de Rosas, ce dernier au Sud du cap de Creus. De plus, sur le littoral de Carthagène et de Valence, la Méditerranée empiète sur le sol espagnol pour former des divers autres golfes.
-

Carte de l'Espagne.
Carte de l'Espagne. Source : The World Factbook

Relief du sol.
La Péninsule ibérique, dans son ensemble, constitue un plateau massif, d'une altitude moyenne de 700 mètres, mais parcouru par des chaînes beaucoup plus élevées dont les cimes dominantes sont couvertes de neiges éternelles c'est, après la Suisse, le pays le plus élevé de l'Europe. Le pourtour de ce grand plateau, la Meseta, dans les parties où il confine à la mer, présente des flancs très escarpés. Au Nord et au Sud, il est limité par les deux plus hautes chaînes de toute la Péninsule, les Pyrénées et la Sierra Nevada. Au pied de la partie Ouest des Pyrénées s'étend, du Nord-Ouest au Sud-Est, la grande vallée de l'Ebre qui forme une région à part. Au Sud de l'Espagne, l'Andalousie est une autre région d'une configuration absolument distincte. Tout le reste forme le grand plateau espagnol, dont la pente générale s'incline de l'Est à l'Ouest, et doit la partie septentrionale est beaucoup plus élevée que la partie méridionale. Sur le rivage de la Méditerranée, de la pointe de Tarifa à Carthagène, se développe la chaîne considérable de la Sierra Nevada (chaîne neigeuse) dont le sommet le plus élevé, le Mulahacen, atteint 3554 mètres; un rameau, la Sierra de Gador, a un sommet de 2323 mètres. Le revers septentrional de ces montagnes, beaucoup moins abrupt que le flanc méridional qui surplombe la mer, est la fameuse terrasse d'Andalousie, tournée vers le Nord et dont les gradins sont d'autant plus fertiles qu'ils se trouvent situés plus bas. Puis vient la plaine d'Andalousie arrosée par le Guadalquivir et ses affluents; cette plaine est la Bétique des Anciens. .
-

La péninsule ibérique vue depuis l'espace.
La Péninsule ibérique vue depuis l'espace, de nuit. Source : Nasa.

Le Guadalquivir franchi, on rencontre au Nord la Sierra Morena (chaîne noire), dont la Sierra de Aracena forme le prolongement occidental. La Sierra Morena, d'une altitude de 1000 à 1500 mètres, riche en mines, forme la muraille Sud du grand plateau central qui, de là, s'étend jusqu'à la partie espagnole des Pyrénées. Ce plateau se prolonge vers le Nord-Est jusqu'à la vallée de l'Èbre et vers l'Est jusqu'au voisinage de la Méditerranée. De ce côté, ses limites sont les monts Ibériques qui bordent à gauche la vallée de l'Ebre, ainsi que les plateaux de Teruel et d'Albacete; les uns et les autres se terminent par des pentes très escarpées. Les monts Ibériques commencent à la source de l'Ebre où ils se détachent des monts Cantabriques, se continuent par la Sierra Demanda (2303 mètres), par l'Urbion (2246 mètres) et par le Moncayo (2346 mètres). Puis viennent la Muela de San Juan, noeud hydrographique très important d'où descendent le Tage, le Guadiana et les fleuves côtiers de la province de Valence; enfin les plateaux calcaires de Teruel et d'Albacete. Au Nord de la Sierra Morena, on est en plein plateau central, occupé par les régions de la Castille-La Manche, l'Estramadure espagnole, la Castille-et-Léon, c'est-à-dire par la majeure partie de l'Espagne. En s'avancant toujours vers le Nord, on traverse le Guadiana, puis le Tage, coulant de I' Est à l'Ouest, séparés l'un de l'autre par les monts de Tolède et la sierra de Montanche. Jusqu'aux montagnes de la rive droite du Tage, en d'autres termes jusqu'au Nord de Madrid, on est sur la partie la moins élevée du grand plateau central, celle dont l'altitude moyenne ne dépasse pas 600 mètres.

On entre ensuite dans la Castille-et-Léon, nouveau plateau d'une altitude plus considérable, car elle est de 700 mètres en moyenne; mais auparavant, il faut franchir une nouvelle chaîne dirigée comme les précédentes de l'Est à l'Ouest et qui prend successivement les noms de Sierra de Guadarrama, Sierra de Gredos et Sierra de Gata. Cette chaîne, perpendiculaire, vers son extrémité orientale, aux monts Ibériques, domine le bassin du Douro qui s'étend jusqu'au pied des Pyrénées espagnoles. Vers l'occident; le bord du plateau forme une succession de terrasses qui pénètrent au Portugal pour aller finir sur les bords de l'Atlantique. La haute chaîne des Pyrénées borde au Nord le grand plateau central ainsi que le bassin de l'Ebre. La partie franco-espagnole, c'est-à-dire la partie orientale, de beaucoup la plus puissante, émet des contreforts qui couvrent la Catalogne, une partie de l'Aragon et de la Navarre. Plus à l'Ouest la chaîne se déprime en traversant les provinces basques et en se prolongeant par les monts Cantabriques dont le pied baigne dans le golfe de Gascogne. Au delà, elle se relève, formant les monts des Asturies et s'épandant en un massif qui couvre la Galice, coin Nord-Ouest de l'Espagne.

Hydrographie de l'Espagne.
En Espagne, la ligne de partage des eaux est la limite orientale du grand plateau central. Les Pyrénées espagnoles ne versent dans le golfe de Gascogne que de petits torrents. Le Minho, après s'être grossi du Sil et avoir traversé la Galice, porte ses eaux à l'Atlantique, et tous les cours d'eau importants du grand plateau central, nés sur la limite orientale de celui-ci, se déversent dans le même Océan. Leur direction générale est du Nord-Est au Sud-Ouest. Ces cours d'eau sont le Douro (Duero), le Tage, le Guadiana; il y faut ajouter le Guadalquivir, qui coule au pied de la Sierra Morena et arrose la plaine de l'Andalousie. Ces fleuves ne sont pas navigables, à l'exception du cours inférieur du Guadalquivir; ils ne reçoivent que des affluents insignifiants et dont plusieurs sont à sec une partie de l'année. Ils coulent dans des vallées profondément encaissées, et le Tage, tant célébré par les poètes, n'est qu'un fleuve limoneux et maussade. Le versant oriental de l'Espagne, tributaire de la Méditerranée, n'est parcouru, à l'exception de l'Ebre, que par des fleuves côtiers.  L'Ebre naît à Fontibre dans la province de Santander, à 5 kilomètres à l'Ouest de Reynosa; arrose la VieilleCastille, la Navarre, l'Aragon, la Catalogne,  passe à, Miranda et près de Logroño et de Tudela, arrose Saragosse, Mequinenza, Mombayo Tortosa, au-dessous d'Amposta, où un canal conduit une partie de ses eaux au port des Alfaques; il reçoit à gauche l'Aragon, le Gallego, la Sègre à droite le Jalon, le Guadalope, et tombe dans la Méditerranée. Son cours, d'environ 930 km, se dirige en général au Sud-Est.

Ces cours d'eau n'en sont pas moins précieux parce qu'ils permettent de pratiquer l'irrigation sur une large échelle. Ce sont, en allant du Sud au Nord, la Segura, le Jucar, le Guadalaviar, le Myares, l'Ebre grossi du Jalon sur sa rive droite, de l'Aragon, du Gallego et  de la Sègre sur sa rive gauche. C'est le seul cours d'eau qui mérite le nom de fleuve. Au Nord de l'embouchure de l'Ebre, on ne rencontre plus que le Llobregat et le Ter qui se jettent dans la Méditerranée.

Géologie de l'Espagne.
La constitution géologique du sol de l'Espagne est assez compliquée. Dans les Pyrénées, le terrain crétacé forme la base du versant méridional. Plus haut, ce sont des affleurements du terrain triasique, des schistes' siluriens, des lambeaux jurassiques, des masses granitiques, entremêlés les uns aux autres, qui occupent les parties les plus élevées de la chaîne. Les montagnes des pays basques appartiennent aux terrains de la craie. Le Triassique se montre ensuite sur une faible largeur. Le terrain carbonifère lui succède dans la partie orientale des Asturies; dans l'Ouest de cette province c'est le terrain silurien; enfin la Galice est un massif tout granitique dans lequel sont disséminées, surtout au Nord, de larges taches de terrain silurien. Quant au reste de l'Espagne, voici comment les terrains s'y distribuent : les formations les plus anciennes recouvrent la partie Ouest et les formations secondaires dominent à l'Est. L'espace compris entre les unes et les autres est presque entièrement rempli par le tertiaire miocène.

Entrons dans quelques détails : à l'ouest d'Oviedo, depuis le golfe de Gascogne jusqu'à celui de Cadix, une bande de terrain silurien règne du Nord au Sud tout le long des frontières de la Galice et du Portugal, et elle s'élargit de plus en plus à mesure que l'on s'avance vers le Sud, pour se terminer au Nord du Guadalquivir, dont elle borde la rive droite, jusqu'à Linarès et au delà. Dans l'Estramadure, elle est percée par des masses granitiques assez importantes. Elle est l'élément des monts de Tolède et de la Sierra Morena. Au Sud-Est, elle est enveloppée d'une vaste surface triasique qui se prolonge au Nord de Jaen. Vers son milieu, elle se creuse en une sorte de golfe dont la concavité est tournée vers l'orient. Ce golfe est rempli par les terrains granitiques qui forment les sierras de Gredos et d'Avila et auxquels succèdent, vers le Nord-Est, les roches siluriennes de la sierra de Guadarrama, puis le Triassique. Cette suite de chaînes granitiques et mésozoïques sépare l'un de l'autre les deux plateaux les plus importants de l'Espagne, qui furent, aux temps géologiques, deux lacs considérables, et qui maintenant sont des plaines cénozoïques' miocènes. Le plateau du Nord comprend la castille-et-Léon et le plateau du Sud est formé de la région de Castille-La Manche. De chaque côté de la sierra d'Avila, deux larges espaces du pléistocène recouvrent la plaine miocène. 

Des sources de l'Ebre jusqu'au Nord de Valence, la muraille orientale du grand plateau central est constituée par un enchevêtrement de terrains siluriens, triassiques, crétacés, jurassiques et miocènes, extrèmement compliqué. Le miocène de la Castielle-et-Léon et de la Manche se prolonge vers le Sud-Est, jusqu'à la Méditerranée dont il forme le rivage depuis Carthagène jusqu'au Nord de Valence; mais sur le littoral, il est fréquemment interrompu par des îlots triassiques, jurassiques ou crétacés. Vers le Sud-Est de l'Espagne, toute la Sierra Nevada se compose de roches siluriennes entremêlées de quelques massifs de granit. La plaine de l'Andalousie, sur la rive gauche du Guadalquivir, est miocène. C'est ce même terrain miocène qui affleure dans toute la grande vallée de l'Ebre. Enfin le granit, les couches siluriennes et triassiques apparaissent de nouveau dans la Catalogne où ils forment, le long du rivage de la Méditerranée, une bande qui va s'élargissant du Sud au Nord. 

Les ressources minérales.
Le grand développement des terrains cristallins et paléozoïques fait de l'Espagne un pays très riche en minerais exploités dès la plus haute antiquité. On n'y recueille plus l'or comme au temps des Phéniciens, des Carthaginois et des Romains; mais les mines de plomb, de cuivre, d'argent, de mercure, sont encore importantes. La galène s'extrait dans la sierra de Gador, dans la province d'Alméria où sont les mines du cap de Gata, aux environs de Carthagène, dans la sierra Almagréra où se trouve le fameux filon le Jaroso. La sierra Morena renferme à la fois des mines de galène, d'argent arsenical et de pyrites cuivreuses. Les centres de la production de cuivre sont : Huelva et Aravanès. A Huelva, dans des schistes dévoniens soulevés par des éruptions porphyriques, on exploite de riches filons de pyrite de cuivre; à Arayanès, ce sont des carbonates, des oxydes et des pyrites de cuivre intercalés au milieu du minerai de plomb. Plusieurs mines d'argent sont encore exploitées sur le sol de l'Espagne : telles sont celles de Guadalcanal qui contiennent de l'argent natif, de l'argent arsenical et de l'argent rouge arsenié; telle est encore la fameuse mine d'Hiendelaencina, dans la sierra de Guadalajarra, qui se compose d'argent rouge, d'argent gris, de chlorures et de bromures d'argent. 

Dans le massif silurien compris entre le Guadalquivir et le Guadiana, sont les célèbres mines de mercure d'Almaden et d'Almadenejos, les plus productives de l'ancien monde. Avec le mercure natif, on y rencontre le cinabre, qui est le meilleur minerai de mercure. Les principales mines de fer de l'Espagne sont situées dans la chaîne pyrénéenne et dans l'Andalousie. Les parties des Pyrénées qui fournissent le plus de minerai sont la Navarre, le Guipuzcoa, la vallée de la Bidassoa, la Biscaye où se trouvent la célèbre mine de Sommorostro et les établissements métallurgiques de Bilbao; enfin les environs d'Oviedo. En Andalousie, les mines de l'or exploitées sont réparties dans le district des Alpujarras, au pied méridional de la grande Sierra Nevada, dans la provincede Séville et dans celle de Cordoue. C'est dans les forges de Marbella, de Malaga, de Motril, que sont traités les minerais des Alpujjarras, et la province de Séville a les établissements métallurgiques de Pedroso et de Trubia. 

Les bassins de houille les plus importants sont ceux de San Juan de las Abadesas dans les Pyrénées catalanes, des Asturies où sont les mines de Langreo, et de Cordoue où s'exploitent les filons de Belmez et d'Espiel. Il y a aussi des gîtes exploités dans la Castille-et-Léon, au Sud de l'Aragon (mines de Teruel et de Montalban), ainsi que dans la province de Valence. Le sel gemme forme une montagne entière à Cardona (Catalogne) et il se présente en bancs considérables dans les provinces de Murcie et de Cuenca. Les carrières d'albâtre, de marbre, de gypse, ne se comptent pas. La nature du sol est éminemment favorable à la formation des sources d'eaux minérales dont le nombre s'élève à plus de 1200 sur le territoire espagnol, Les plus importantes se trouvent au pied des deux grandes chaînes des Pyrénées et de la Sierra Nevada.

Climat de l'Espagne.
Bien que l'Espagne soit une région péninsulaire, l'altitude considérable du plateau central est cause que les Castilles, la Manche et une partie de l'Estramadure possèdent un climat continental. Dans toute cette vaste étendue, les hivers sont très rudes et les étés brûlants. L'hiver, on constate souvent à Madrid une température de -10°C et, dans les mois les plus chauds, le thermomètre monte quelque-fois jusqu'à + 40°C. En hiver, le vent du nord amène un air sec et trop pénétrant; en été, le redoutable solano, qui souffle d'Afrique, alourdit l'atmosphère et brûle la végétation. La sécheresse est extrême en tout temps à cause de la rareté des pluies. On a calculé que la hauteur annuelle d'eaux pluviales n'atteint sur la Meseta que 35 centimètres par an en moyenne, et la rapidité de l'évaporation laisse la terre toujours altérée. 

Tout autres sont les conditions climatiques de l'Andalousie, surnommée la terre chaude de l'Europe et le fourneau de l'Espagne. La température des jours les plus froids de l'hiver n'est jamais inférieure à +12°C et les chaleurs de l'été sont si intenses qu'en peu de temps la végétation est complètement brûlée, et que de grandes plaines se transforment en steppes comparables aux déserts de l'Algérie ou à ceux du plateau de l'Iran. Les plantes ne reprennent vie qu'au moment de l'équinoxe d'automne; elles sont dans toute leur fraîcheur et dans tout leur éclat en février, mais ne tardent pas à se flétrir sous le souffle desséchant des premiers jours de chaleur. 

Sur la côte, d'Alméria à Carthagène, le climat est en quelque sorte encore plus africain. On n'y connaît que deux saisons : celle des chaleurs; qui dure neuf mois, et celle de l'hivernage, qui commence en octobre et finit en janvier. Sur tout ce littoral, il ne tombe par an que 20 centimètres de pluie. C'est la région, la plus sèche de l'Europe. La quantité pluie est plus considérable à Murcie et à Valence. Aussi le climat de cette partie de la côte est-il le plus agréable de toute l'Espagne. Plus au Nord, dans la vallée de l'Ebre, le climat redevient continental. Le voisinage des Pyrénées y produit des hivers très rigoureux et l'encaissement du pays rend en été l'atmosphère très lourde et la chaleur intolérable. 

Plus tempéré est le climat de la Catalogne qu'une brise de mer rafraîchit continuellement en été. La Navarre et le Pays basque jouissent d'un climat très tempéré en toute saison, mais aussi très humide et, par conséquent, favorable au développement de la végétation. Dans les monts Cantabriques, dans ceux des Asturies et en Galice, règne un climat essentiellement marin, analogue à celui de la côte Sud de l'Angleterre, mais naturellement un peu plus chaud à cause de la différence des latitudes. Dans toute cette région, la température est tiède en hiver et fraîche pendant l'été. Il y tombe annuellement une énorme quantité de pluie qui entretient la verdure des prairies naturelles. Aussi celles des Asturies et de la Galice sont-elles réputées les plus belles qu'il y ait en Europe.

La végétation et l'agriculture.
Les forêts, par suite de défrichements inconsidérés, sont devenues rares en Espagne. Il en existe cependant encore dans les massifs montagneux qui séparent la Meseta de la vallée de l'Ebre et des terrasses qui longent la Méditerranée. Mais les plus belles forêts se voient dans les Monts Cantabriques, c'est-à-dire dans les provinces de Santander, d'Oviedo et de Léon. Elles sont formées de pins, de chênes, de hêtres et de magnifiques châtaigniers. La Catalogne et les environs de Séville possèdent des forêts de chênes-lièges. Le blé se récolte en abondance sur la Meseta, surtout dans les Castilles et en Estramadure. L'Aragon en produit aussi beaucoup. L'orge est cultivée dans toutes les provinces, et le seigle dans les Pyrénées. Quant au maïs, il ne vient que dans les plaines du Sud et sur le littoral de l'Est. On récolte le riz aux environs de Valence et de Murcie. Les pommes de terre et les patates sont très communes partout et ces dernières constituent, dans le Sud, une précieuse ressource. La culture des Légumineuses consiste en pois chiches, en gesses, en haricots. 

Le climat subtropical de l'Andalousie et de la côte Sud-Est de l'Espagne donnent à la flore de cette région un caractère africain et même, jusqu'à un certain point, équatorial. L'Andalousie peut cultiver le dragonnier, le magnolier, le bambou, le bananier, le dattier, l'eucalyptus, les nopals, le cotonnier, le caféier, la canne à sucre qui prospère plus particulièrement sur la côte andalouse depuis Motril jusqu'à Malaga. Tout le monde a entendu parler de la forêt de dattiers qui fait la gloire de la Huerta d'Elche. Les palmiers nains, qui fournissent le crin végétal, poussent spontanément dans le Sud de l'Espagne. Les arachides y sont l'objet d'une culture suivie. Mais ce sont les provinces de Murcie et de Valence qui constituent le plus beau jardin de l'Espagne. Là se fait une récolte prodigieuse d'oranges, de citrons, d'amandes, de grenades, d'olives, etc. Les vins d'Andalousie, le xérès, le moscatel, le malaga, le grenache, l'alicante, etc., jouissent d'une réputation universelle. L'Espagne produit en outre du vin dans toutes ses provinces, à l'exception des provinces basques qui remplacent cette boisson par le cidre. A ce tableau des produits végétaux de l'Espagne, il faut encore ajouter le mûrier, commun sur le littoral de la Méditerranée, les melons et les pastèques du midi, le bois de réglisse des provinces de Cordoue et de Séville, le sparte, le safran, le sumac et le carthame de la Manche.

La faune et l'élevage.
La faune naturelle de l'Espagne ne diffère notablement de celle des autres parties méridionales de l'Europe que dans l'Andalousie où se rencontrent l'ichneumon, le caméléon, le gecko. Au commencement du XIXe siècle, les ours étaient encore nombreux dans les monts Cantabriques et vers les sources de l'Ebre. De nos jours les loups, les loups-cerviers, les chats sauvages, les renards sont communs dans la chaîne constituée par les sierras de Guadarrama, de Gredos et de Gata; d'énormes sangliers errent dans les forêts de chênes; le bouquetin n'a pas disparu complètement des hautes montagnes. Le cerf, le chevreuil et tout le menu gibier d'Europe vivent dans les lieux boisés. 

L'élevage des moutons a eu autrefois une très grande importance en Espagne, ce qui s'explique par l'extrême étendue des pâturages et des pâtis qu'ils ont occupé. Ces moutons se partagent en deux races, l'une composée d'animaux à laine grossière et peu estimée, et l'autre formée par les mérinos à laine fine et touffue. Quoique la race mérinos soit aujourd'hui en décadence sur le sol de l'Espagne, elle y a prospéré longtemps sous influence du régime d'émigration que l'on désigne sous le nom de transhumance. Les troupeaux transhumants passent l'hiver, les uns, dits léonais, dans le bassin du Guadiana, aux environs de Mérida, les autres, appelés sorians, sur les confins de l'Andalousie, de l'Estramadure et de la Castille-La Manche. 

Les léonais partent de leur hivernage dans la première quinzaine d'avril pour arriver, vers la fin de mai, dans le Léon et sur les montagnes de Castille où ils passent l'été ; les sorians se rendent vers la même époque, partie aux environs de Soria et partie dans la Navarre et les Pyrénées. Sur tout ce long parcours, on est obligé de leur fournir sur les terres des particuliers une route de 80 mètres de largeur, et l'on devine aisément quels dégâts il en résulte pour les récoltes. C'était bien pis autrefois, quand une vaste et puissante association, la mesta, abolie en 1836, possédait le monopole de l'élevage des mérinos et s'op posait à la mise en culture des terres de la Meseta. Les mulets et les ânes sont plus communs en Espagne que les chevaux. Parmi ces derniers on vante surtout ceux d'Andalousie, de Valence et de Galice. Des troupeaux de porcs à demi sauvages se voient dans toutes les provinces, et des de chèvres broutent dans les montagnes. La volaille et les oeufs restent des produits importants de l'agriculture espagnole.
-
Cartes de l'Espagne.

Topographie de l'Espagne.
Topographie
Population de l'Espagne.
Démographie
Divisions administratives de l'Espagne.
Divisions administratives
Régions industrielles de l'Espagne.
Régions industrielles
Ressources minérales de l'Espagne.
Ressources minérales
Utilisation des sols de l'Espagne.
Utilisation des sols
Cliquer sur les miniatures ci-dessus pour afficher les cartes.
-
Localisation de l'Espagne.
Carte de localisation de l'Espagne.
Au-dessous : carte de comparaison de la superficie.
.


Etats et territoires
[La Terre][Cartotheque][Tableaux de bord][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2009. - Reproduction interdite.