.
-

Bayer

Johann Bayer est un astronome allemand, pasteur protestant fort éloquent, né à Rain (ou Rhain), en Bavière, vers la fin du XVIe siècle (1572?) et mort le 7 mars 1625 à Augsbourg. Il a publié un atlas de 51 cartes sidérales, l'Uranometria (Augsbourg, 1603, 2e édit. augmentée sous le titre de Coelum stellarum, Ulm, 1627, in-fol., souvent réimprimée), ou description des constellations célestes, et catalogue des étoiles qu'elles contiennent. Il s'agit d'ouvrage qui fait date dans l'histoire de l'astronomie du fait de la nomenclature des étoiles qu'ilintroduit . 

Le grand mérite de Bayer, c'est d'avoir désigné les étoiles de chaque constellation, selon leur ordre de grandeur (ou d'éclat), par les lettres de l'alphabet grec, puis par celles de l'alphabet latin, quand la collection des lettres grecques était épuisée, et par des chiffres, en s'arrêtant à la sixième grandeur, c.-à-d. en nommant tous les astres visibles à l'oeil nu. La plus brillante, nommée autrefois la Luisante, s'appelait Alpha, la seconde Bêta, la troisième Gamma, et ainsi de suite. Par exemple, dans la constellation d'Orion, la plus brillante, Betelgeuse, est Alpha Orion (ou plutôt Alpha d'Orion, puisqu'on utilise le génitif : Orionis); celle qui vient ensuite est Rigel, ou Bêta Orion (Bêta Orionis), etc.

Pour le reste l''ouvrage et l'explication sont également médiocres. L''échelle des cartes aurait permis de multiplier beaucoup plus les cercles de déclinaison et de latitude, ainsi que les paralIèles, et autres indications. Quant à la dénomination, si les déterminations des grandeurs (on dirait aujourd'hui des magnitudes) avait été exempte d'erreurs, aurait été précieuse, en permettant de reconnaître aujourd'hui des variations dans l'état de certaines étoiles : ainsi Alpha Cassiopée est aujourd'hui de troisième magnitude, tandis que Bêta est de magnitude 2,3, ce qui semble indiquer que Bêta a augmenté d'éclat, ou que Alpha a diminué. De même pour Bêta Aigle : cette étoile est aujourd'hui de quatrième magnitude, et Gamma, Dzêta, Thêta, sont de magnitude 3. Il est donc possible que l'éclat de Bêta ait diminué. Malheureusement à cause de possibles erreurs (certaines sont d'ailleurs avérées), de la qualité insuffisante des figures, ainsi que des modifications, selon les auteurs, des limites des constellations, l'Atlas de Bayer n'a jamais pu être d'une grande utilité pour les astronomes. (L. Barré).

L'Uranometria de Bayer.
Lalande nous dit que la première édition de l'Uranométrie est de 1603; la deuxième de 1648, la troisième de 1661. Dans la première, l'explication était sur le revers des planches; on l'imprima à part en 1624, 1640 1654; Lalande nous dit encore que ces cartes sont les premières qui aient été faites avec intelligence et avec soin, et qu'on en a fait usage jusqu'au temps où l'on publia l'Atlas de Flamsteed. Les cartes d'Hevélius, publiées en 1687, auraient pu les faire passer de mode, car l'exécution en est plus belle, et probablement encore plus soignée. Les positions des étoiles y doivent être plus exactes; mais ce qui a pu faire continuer l'usage des cartes de Bayer, ce qui fera vivre le nom de ce jurisconsulte astronome, c'est bien, seulement, comme on l'adit,l'idée qu'il eut de désigner les étoiles de ses constellations par les lettres de l'alphabet grec; idée qu'on a étendue par la suite, et qui est si commode, qu'il paraîtra étonnant qu'Hevélius ait négligé de donner le même avantage à son Firmament de Sobieski.

Le frontispice.
Le frontispice de Bayer offre un anachronisme assez singulier; il représente Atlas tenant d'une main le planisphère d'Hipparque et de l'autre un compas, avec cette inscription : Atlanti vetustissimo astronomorum magistro; et à droite Hercule portant un globe avec ces mots : Herculi vetustissimo astronomorum discipulo. Le haut de la planche représente une femme avec une couronne mêlée d'étoiles; sur un char traîné par deux lions, Apollon et Diane; au-dessous on lit : OUDEIS EISITÔ  AGEÔMEGHTOS, et aeternitati; au bas est le Capricorne.
-

Bayer : frontispice de l'Uranometria.
 Frontispice de l'Uranometria, de Bayer.

Les planches du livre sont au nombre de 51. 

La planche 1 ou A.
La première, marquée A, représente la Petite Ourse, les quatre pattes en l'air et la queue en bas; les lettres sont Alpha Bêta gamma delta, Epsilon, Dzêta, Eta, Thêta; la carte est traversée par les deux colures; les cercles de latitudes et ceux de déclinaisons sont, les uns comme les autres, au nombre de douze seulement. On y a tracé de plus les cercles diurnes des principales étoiles. L'obliquité paraît de 23° 1/2. Les étoiles voisines soit informes, soit appartenantes à d'autres constellations, y sont sans lettres et sans nom.

La planche 2 ou B
La feuille 2 ou B, représente la Grande Ourse, qui épuise l'alphabet grec, et emploie les lettres a, b, c, d, e, f, g et h de l'alphabet italique. Cette constellation est un peu plus riche dans Hevélius. Les figures de Bayer sont moins foncées et plus transparentes, mais les étoiles ne s'en détachent pas mieux, et quelquefois moins bien.
-

Bayer : la Grande Ourse.
La Grande Ourse dans l'Uranometria de Bayer (planche 2).

Les autres planches.

3 ou C - Dragon; alphabet grec tout entier, italique jusqu'à i. Les figures de Bayer sont vues par dehors. Hévélius lui en a fait un reproche, et il a dessiné les siennes telles que nous les voyons.

4 ou D - Céphée nous montre le dos, mais le visage est vu de profil; alphabet grec de Alpha jusqu'à Rhô. Il n'a pas le sceptre que lui ont donné Hévélius et Flamsteed. Les jambes n'ont aucune étoile.

5 ou E - Le Bouvier, Alpha-Omega, a-k, se présente de face, tandis que dans Hévélius, il tourne le dos; au lieu de la faucille, Hévélius lui donne la laisse des chiens de chasse; auprès est une gerbe qui tient lieu de la chevelure de Bérénice, des cartes grecques et modernes.

6 ou F - La Couronne (boréale), Alpha - Upsilon.

7 ou G - Hercule, Alpha - Omega, a- z; il est représenté la tête en bas; la main qui portera par la suite Cerbère ne porte qu'un rameau garni de feuilles et de fruits.

8 ou H - La Lyre, Alpha - Iota; le vautour qui la porte a le bec sur Véga.

8 ou I - Le Cygne, Alpha-Omega, a-g.

10 ou K - Cassiopée, Alpha-Omega, a. Bayer y a joint l'étoile de 1572. 

11 ou L - Persée, Alpha-Omega, a - o , présente le dos et la figure de profil; à ne voir que la tête, on croirait qu'il se montre presque en face. Cette situation forcée se reproduit dans beaucoup de figures.

12 ou M - Le Cocher avec la Chèvre sur le dos; le bras replié soutient les Chevreaux, Alpha - Psi; au bas de la planche on voit les huit degrés qui font la demi-largeur du zodiaque; ces degrés sont marqués par des lignes blanches, le reste est ombré.

13 ou N - Ophiuchus vu par le dos, Alpha-Omega, a -f; les seize degrés du zodiaque.

14 ou 0 - Le Serpent, Alpha-Omega, a - e.

15 ou P - La Flèche, Alpha-Thêta.

16 ou Q - L'Aigle et Ganymède, de face; Ptolémée y avait mis Anti noüs. Alpha-Omega, a-h.

17 ou R - Le Dauphin, Alpha-Kappa.

18 ou S - Le Petit Cheval, Alpha-Delta.

19 ou T - Pégase, Alpha-Psi.

20 ou V - Andromède, Alpha-Omega, a-c.

21 ou W - Le Triangle , Alpha-Epsilon.

22 ou X - Aries (le Bélier), Alpha-Tau. 

23 ou Y - Taureau, Alpha-Omega, a- u.

24 ou Z - Gémeaux, Alpha-Omega, a-g.

25 ou Aa - Cancer, Alpha-Omega, a - d.

26 ou Bb - Lion, Alpha-Omega, a -p.

27 ou Cc - Vierge, Alpha-Omega, a - q.

28 ou Dd - Balance, Alpha-Omicron.

29 ou Ee - Scorpion, Alpha-Omega, a - c.

30 ou Ff - Sagittaire, Alpha-Omega, a- h. 

31 ou Gg - Capricorne, Alpha-Omega, a -c. 

32 ou Hh - Verseau, Alpha-Omega, a - i. 

33 ou Ii - Poissons, Alpha-Omega, a - l.

34 ou Kk - Baleine, Alpha-Psi,

35 ou Ll - Orion, vu par le dos,Alpha-Omega, a-p. 

36 ou Mm - Eridan, Alpha-Omega, a - d.

37 ou Nn - Le Lièvre, Alpha-Nu.

38 ou Oo - Grand Chien, Alpha-Omicron; Bêta est a l'anneau du collier; Hévelius
l'a mis à la patte.

39 ou Pp - Procyon (Petit Chien), Alpha-Eta.

40 ou Qq - Vaisseau, (auj. démembré pour former plusieurs constellations : Poupe, Carène, Voiles, Boussole), Alpha-Omega, a - s; en avant on voit un rocher, sur le vaisseau un guerrier et un rameur. 

41 ou Rr - Centaure, Alpha-Omega, a - q. 

42 ou Ss - Coupe, Alpha-Lambda.

43 ou Tt - Corbeau, Alpha-Eta. 

44 ou Uu - Hydre, Alpha-Omega, a-b.

45 ou Ww - Le Loup, Alpha-Upsilon.

46 ou Xx - L'Autel, Alpha-Thêta, renversé, les pieds au nord. 

47 ou Yy - Couronne australe, Alpha-Nu. 

48 ou Zz - Poisson austral, Alpha-Mu.

49 ou Aaa - Paon, Grue, Phénix, Dorade, Poisson volant, Hydre mâle, Caméléon, Apus (L'Oiseau de Paradis), Toucan, Indien; sans lettres; les Grand et Petit Nuages de Magellan; les deux pôles sud.

50 ou Bbb - Hémisphère boréal, sans lettres et sans figures. 

51 ou Ccc - Hémisphère austral, sans lettres et sans figures.

-
Bayer : les constellations australes
Les contellations proches du pôle austral dans l'Uranometria de Bayer (planche 49).
Jean Bayer est un philosophe hongrois du XVIe siècle, qui étudia à Toul et y enseigna quelque temps; auteur d'ouvrages très obscurs, dans lesquels il développe, contre Aristote, une philosophie de la nature d'inspiration à la fois biblique, ontologique et panthéiste, analogue en plus d'un point à celle de Paracelse et de quelques autres contemporains. 

Ces ouvrages ont pour titre : Ostium vlt Atrium naturae iconographice delineatum, id est, fundamenta interpretationis et administrations generalia ex mundo, mente et scripturis jacta (1662 in-8); et Filo labyrinthi, vel Cynosura, etc. (Leipzig, 1685, in-8). 

Selon Bayer, Dieu anime la matière originelle, massa mosaica, et en forme tous les êtres au moyen d'un principe vital, mosaicus plasmator, qui procède de l'esprit et qui, se subdivisant à l'infini, répand partout la vie et l'harmonie. (H. M.).

Gottlieb-Siegfried Bayer est un savant russe d'origine allemande, né à Koenigsberg en 1694, mort à Saint-Pétersbourg le 21 février 1738. Il fit ses études à Koenigsberg, apprit l'hébreu, le chinois, prit le titre de maître ès arts à Leipzig. En 1717 il devint professeur à Koenigsberg où il enseigna la littérature grecque. En 1725 l'Académie de Saint-Pétersbourg l'appela dans cette ville et lui confia l'enseignement des langues orientales. Il se mit tout entier au service de son nouveau pays et publia de nombreux travaux dans les Mémoires de l'Académie. Il consacra un certain nombre de recherches à l'histoire de la Russie, mais il n'apprit pas la langue russe, d'où certaines erreurs parfois assez bizarres de son oeuvre.

Ses recherches sont surtout précieuses pour cette partie de l'histoire qui est particulièrement connue par les documents grecs et latins. Il eut le mérite de reconnaître, le premier, le rôle que l'élément scandinave a joué dans la formation de l'Etat russe. 

Ses publications sont fort nombreuses et remplissent les premiers volumes des Mémoires de l'Académie des sciences. Elles ont trait aux objets les plus divers et attestent une érudition universelle. Les principales sont : Musaeum Sinicum (Saint-Pétersbourg, 1730, 2 vol. in-.8); Historia Osrhoëna et Edessena ex nummis illustrate (Saint-Pétersbourg, 1734, in-4);. Historia regni Graecorum Bactriani (1738). 

Les principaux mémoires relatifs à l'histoire russe publiés dans les Mémoires de l'Académie sont les suivants : De origine et priscis sedibus Scytharum; De Scythiae situ; De Cimmeriis; Chronologia scythica vetus; De Varegis; De Russorum prima expeditione Constantinopolitana; Origines russicae; Geographia Russiae ex Constantino Porphygeneta [...] ex Scriptoribus Septentrionalibus; De Hyperboraeis

Un certain nombre de ces travaux ont été traduits en langue russe. Bayer a encore publié pour l'éducation de Pierre II un manuel d'histoire ancienne, Auszug der oelteren Staatsgeschichte (Saint-Pétersbourg, 1728). (L. Léger).

Jacques Bayer est un organiste, compositeur et bibliophile allemand. Il vivait à Kuttenberg, en Bohème, à la fin du XVIIIe siècle. On ne sait pas les dates de sa naissance et de sa mort, et l'on ne connaît guère sa vie que de 1783 à 1807. Il avait un talent très réel sur l'orgue, et composait avec facilité. Ses morceaux d'orgue, très nombreux. n'ont pas été imprimés. Il avait réuni une bibliothèque musicale des plus riches, contenant des ouvrages fort rares sur la théorie et l'histoire de la musique.
Antoine Bayer est un amateur de musique, né en Bohème en 1785. Il travailla la composition sous Roesler, l'abbé Vogler, et Charles-Marie de Weber, et devint d'une grande habileté sur la flûte. Ces occupations ne l'empêchèrent pas de se livrer à l'étude du droit, ce qui lui permit plus tard de devenir conservateur des hypothèques dans la seigneurie de Reichenbach. Il fut tour à tour première flûte au théâtre de Prague, chef d'orchestre, artiste voyageur, et écrivit divers ouvrages, particulièrement des valses et de petits opéras-comiques, qui furent accueillis avec succès par le public. On cite entre autres : le Jongleur indien et les Amazones bohémiennes

Bayer était aussi un pianiste apprécié. Outre ses compositions musicales, il a laissé une méthode de flûte : Tonleiter für die Flöte (Prague, s. d.). 

Il ne faut pas confondre Antoine Bayer avec Wilhelm Bayer, ténor au théâtre de Munich vers 1830 et 1840, lequel a composé un certain nombre de morceaux de musique vocale. (A. E.).
Hieronymus Johann Paul von Bayer est un jurisconsulte allemand, né à Salzbourg (Autriche) le 21 septembre 1792, mort à Munich le 13 juin 1876. Après avoir étudié le droit à la faculté de Landshut, où il conquit les grades de docteur, puis d'agrégé, il fut nommé, en 1822, professeur ordinaire à la même faculté. En 1826, il fut nommé à la faculté de Munich où il professa jusqu'à ses dernières années. 

On a de Bayer plusieurs ouvrages de droit très estimés, qui traitent pour la plupart des principes et des règles de la procédure civile. Les principaux sont intitulés : Vorträge über den deutschen gemeinen Ordentlichen Civilprozessen (1841; 10e éd., Munich, 1869); Theorie der summarischen Prozesse (7e éd., Munich, 1859); Theorie des Konkursprozessesnach gemeinem Rechte (4e éd., Munich, 1868).

August von Bayer est un peintre d'architecture et graveur allemand (Bade), né en 1804 à Rorschach, mort le 2 février 1875 à Karlsruhe. Il étudia d'abord l'architecture à Karlsruhe et à Paris; mais il se voua bientôt à la peinture de sujets d'architecture et ne tarda pas à acquérir dans ce genre une brande réputation. Il a surtout peint des intérieurs d'églises, des cloîtres, des vues de cathédrales (Strasbourg, Fribourg, Worms). 

La pinacothèque de Munich possède l'Intérieur de l'église des Franciscains de Salzbourg (n° 68), un cloître (n° 191 et n° 234), le transept de l'église de Berchtesgaden (n° 305).

Bayer était peintre de la cour du grand-duché de Bade et conservateur des monuments archéologiques. Il a lithographié une série de dessins pour les Denkmäler deutscher Baukunst des Mittelalters am Oberrhein. (A. M.)

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2015. - Reproduction interdite.