.
-

La découverte du monde > Le ciel > Les constellations
Mythologie et histoire des constellations
La constellation du Scorpion
Ce Scorpion (Scorpius) érigé en constellation est fameux dans la mythologie grecque par sa haine contre Orion , qu'il fait toujours coucher à son lever. C'est ce qui a donné lieu de dire, qu'il qu'il n'était né que pour faire périr Orion, et que celui-ci était mort de la morsure de cet animal, placé aux cieux en opposition avec lui (Germanicus), de manière qu'Orion se couchât toujours au lever du Scorpion (Hyginus). Orion, dit Aratus, paraît toujours fuir, effrayé de sa vue.

Orion s'était vanté, vis-à-vis  d'Artémis et Léto, d'être assez habile chasseur, pour exterminer tous les animaux, que la terre pourrait produire. La Terre indignée produisit le Scorpion, qui dedoit le faire périr lui-même. Zeus, par admiration pour la force de ces deux rivaux, plaça le Scorpion aux cieux avec Orion, pour qui Artémis sollicita cette faveur.

D'autres disent, que c'était Artémis / Diane elle-même (Germanicus), qui avait donné naissance à ce Scorpion, sur le mont Chelippius, dans l'île de Chio, où Orion avait coutume de chasser, et de braver sa puissance. La déesse irritée suscita un scorpion, qui fit périr Orion, et elle obtint ensuite, que l'animal, qui avoir servi sa vengeance, fût place au nombre des constellations. 

Son énorme grandeur lui en fait occuper presque deux entiers. Eratosthène dit qu'Orion avait voulu violer Artémis, et que le Scorpion, défenseur de la déesse, fut placé aux cieux par Zeus, parmi les astres les plus brillants, afin d'apprendre à la postérité sa force et sa puissance. C'est ce monstre, qui effraye aussi les chevaux du Cocher Phaéton, placé audessus d'Orion, et qui se couche peu de temps après lui (Ovide, Les Métamorphoses). C'est lui qui dévore les testicules du Taureau, placé entre le Cocher et Orion, et qui se couche avec eux, comme on peut le voir dans les monuments de Mithra.

Les noms du Scorpion et de ses étoiles

Chez les Grecs, on l'appelle d'un nom générique la Grande Bête (Aratus, Théon); le monstre effroyable. Les Grecs l'appellent aussi : Scorpios, Mega Thêrion; les Latins : Scorpius, Nepa (Cicéron), Fera magna, Retrogradus.

Les Arabes le nomment Acrab, Alacrab, et par corruption, Alatrab (Bayer), Alacrabo; les Hébreux : Acrab; les Syriens : Alcrevo; les Perses : Ghezhdûm; les Turcs : Koirugi et  Uzûn Koirughi; les Indiens : Gazdom, en pelhvi, Ourou Chikam, en sanscrit.

On distingue dans le Scorpion plusieurs parties; à savoir les serres, Chelae (Virgile, Géorgiques), dont nous avons parlé à l'article de la Balance.

On remarque surtout une étoile rouge de première grandeur, placée au
coeur du Scorpion, connue sous le nom d'Antarès (Ptolémée); c'est une des quatre
étoiles royales.

On l'appelle en Arabe Kalbel Acrab, Kalb-al-Acrab (Ulugh-Beg), Colbolacrabi, ou simplement Calb; elle a près d'elle deux autres petites étoiles appelées Al-Nayat, Praecordia. On lui donne aussi le nom d'Alcantub, et de Vespertilio (Riccioli).

Les étoiles du Scorpion.
Les Chaldéens nomment Alascha (Alphonse X), Leschat, Leschaton , Schomlek, Moslek, Lesath, et Lessaa-el-Aakrab, une étoile de l'aiguillon du Scorpion (Riccioli). Peut-être est-ce celle qu'Hésychius désigne, sous le nom de Lêsos ; mais comme il la dit très brillante, peut-être est-ce la brillante du coeur du Scorpion, Antarès, ou Antartès (Scaliger).

Ulugh Beg parle de trois étoiles  nommées Iclil-al-Gjeb'ha. La plus australe est Gjeb'ha-al-Acrab, ou le front; celle de l'aiguillon est Shaula; hors de la constellation sont des nébuleuses qui suivent l'aiguillon. C'est Tali-l-Shaula.

Iclil-al-Gjeb'ha, ou la Couronne du front,  fixe la dix-septièpme station de la Lune; celle du Coeur est la dix-shuitième, et Al-Shaula, la dix-neuvième.

L'année du Scorpion et ses présages

Le Scorpion est placé sous les pieds d'Ophiuchus, et près de l'animal que perce le Centaure, c'est-à-dire du Loup. Il se couche la tête la première et se lève droit (Hyginus); il a près de lui le Renard et Ophiuchus à droite, dit Firmicus, et à sa gauche le Cynocéphale et l'Autel; c'est-à-dire que ces constellations font à son égard la fonction de paranatellons  (= autres astres se levant en même temps), à droite et à gauche. Le Renard est une des étoiles voisines de la seconde du timon du Chariot, comme nous l'avons dit à l'article Taureau.

Columelle fixe aux ides de mars le commencement du coucher du Scorpion qu'il appelle Nepa; il marque  tempête ce jour-là. Il fixe au dix-sept des calendes  d'avril, ainsi qu'Ovide (Fastes), le  coucher  total, avec annonce de froid; il marque  aux calendes d'avril un coucher du matin,  avec indication de tempête. Ovide le marque  aussi, et un coucher cosmique, aux trois des nones. Columelle, ainsi qu'Ovide, marquent la veille des nones  de mai, le coucher de la moitié du Scorpion, avec  indication de tempête. Columelle fixe, au treize des  calendes de novembre, le passage du Soleil au Scorpion; au sept des ides, le lever d'Antarès, avec annonce de tempête, de froid, du souffle de vulturne, et de petites pluies. Il marque, aux ides de décembre, le lever total du Scorpion, le matin, avec annonce de froid. 

Orion était surtout observé des matelots (Théon), comme un des astres, qui donnaient le plus de tempêtes; et son ennemi le Scorpion passait pour être d'une redoutable influence dans les naissances (Horace).

Pour les astrologues, le signe du Scorpion est le domicile de la planètes d'Arès (Mars), et le siège de ce même dieu dans la distribution des douze grands dieux entre les signes. Il est affecté à l'élément de l'eau. (Ch. Dupuis).

.


[Histoire culturelle][Biographies][Constellations]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.