.
-

La découverte du monde > Le ciel > Les constellations
Mythologie et histoire des constellations
La constellation de la Flèche
On dit que la constellation de la Flèche (Sagitta) est une des flèches, dont se servit Héraclès, pour tuer le vautour, qui dévorait le foie de Prométhée. L'Aigle semble la tenir dans ses serres (Germanicus). Elle est placée entre le tropique et l'équateur, et partagée par le colure qui va du Cancer au Capricorne. Elle touche près de l'épaule Ophiuchus, ou le fameux Asclépios. Elle se couche au lever de la Vierge' Déméter et se lève avec le Scorpion, suivant Hyginus, qui lui compte quatre étoiles.

La Flèche dans la mythologie ancienne

La Flèche dans le mythe de Prométhée.
Hyginus nous dit que les Anciens avait pour usage de sacrifier aux dieux  avec beaucoup de magnificence et d'appareil  et qu'ils consumaient dans les flammes les chairs de toutes les victimes. Cette manière de sacrifier était dispendieuse, et les pauvres ne pouvaient suffire d'aussi grandes dépenses. Prométhée, connu pour son intelligence qui fut telle qu'il vint à bout de former un homme et de l'animer, demanda à Zeus, qu'on eût la liberté de ne brûler qu'une partie des chairs des victimes, et qu'on pût employer le reste à son usage personnel, ce qui devint ensuite l'usage. Lorsqu'il en eut obtenu la permission, il immola deux Taureaux; dont il déposa les entrailles sur un autel; et rassemblant le reste des chairs, il les couvrit de la peau des Taureaux. Il en fit autant des os; qu'il couvrit de l'autre peau; et alors il proposa à Zeus de faire choix de l'un ou de l'autre, pour être brûlé. Zeus , qui n'était pas, sans doute, des plus éclairés sur les desseins des mortels et dont la suprême prévoyance était souvent en défaut, prit les os, et laissa les chairs. Le dieu ayant appris par la suite, qu'on l'avait trompé, se fâcha, et retira aux humains le feu afin que Prométhée n'acquit pas parmi les mortels plus de considération que les dieux, et que la chair des animaux, leur devînt inutile, dès qu'ils ne pourraient plus la faire cuire. 

Mais Prométhée, toujours fécond en artifices, s'occupa des moyens de rendre aux mortels le feu, que le maître des dieux venit de leur ôter. En conséquence, il s'approcha du lieu, ou était en dépôt le feu de Zeus; il en saisit quelques parcelles, qu'il mit sur la plante appelée ferula, et joyeux de sa conquête, il fuit, aussitôt, non pas en courant, mais en volant, en même temps qu'il agitait sa plante, afin d'entretenir l'activité de l'air, et d'empêcher son feu de s'éteindre. Pour perpétuer le souvenir de cet événement, on a établi des courses, dans lesquelles on secoue des flambeaux avec une extrême rapidité. Zeus, de son côté, donna aux mortels une femme nommée Pandore, formée par Héphaistos et que les dieux avaient ornée de toutes sortes de qualités, et comblée de leurs présents. Il attacha ensuite sur les rochers du Caucase, avec des chaînes de fer, Promethée, qui y resta ainsi enchaîné pendant trente mille ans; et il plaça à ses côtés un vautour, qui rongeait son foie, lequel toutes les nuits se reproduisait de ses blessures. Quelques-uns disent, que ce vautour ou cet aigle était né de Typhon et d'Echidna; d'autres de la Terre et du Tartare. Le plus grand nombre le fait fabriquer par Héphaistos, et animer par Zeus. Voici comment Prométhée en fût délivré.

On rapporte, que Zeus étant devenu amoureux de Thétis, sans pouvoir obtenir ses faveurs, et continuant toujours ses poursuites, les Moires annoncèrent, que l'époux de Thétis aurait un fils, qui serait plus puissant et plus célèbre que son père.

Prométhée, que ses douleurs tenaient toujours éveillé, entendit la conversation des Moires, et en fit part à Zeus, qui craignit, en suivant plus longtemps ses amours pour Thétis, d'en avoir un fils, qui fît à son égard, ce que lui-même avait fait à Cronos son père; et qui le chassât de son trône. Il crut devoir marquer à Prométhée sa reconnaissance, en brisant ses liens; mais en même temps, pour ne pas violer le serment qu'il avoir fait, que Prométhée serait toujours enchaîné, il voulut qu'il porta à son doigt un anneau de fer, et un peu de la pierre, à laquelle il avait été attaché. C'est pour perpétuer ce souvenir, que par la suite les autres humains ont porté de semblables anneaux. Quelques-uns même prétendent, qu'il porta aussi une couronne; et que c'est depuis cette époque, que les humains portent des couronnes, en signe de joie, dans la victoire, et dans les repas et les fêtes

On remarquera, que Prométhée, ou l'Ingeniculus (Hercule), qui porte ce nom, est placé aux cieux entre la Couronne Boréale et le Vautour (La Lyre). Quant au Vautour, on dit qu'Héraclès / Hercule, chargé par Eurysthée d'aller cueillir des pommes au jardin des Hespérides, gardé par le Dragon céleste, placé près du Vautour, se trompe de chemin, et arriva au Caucase. Là il trouva Prométhée enchaîné, qui lui indiqua sa route. Ce héros , après la conquête des pommes, revint trouver Prométhée, et le délivra de ses chaînes, en reconnaissance du service qu'il lui avait rendu. L'aigle fut tué par la Flèche portée ensuite parmi les constellations; et on mit sur les autels des dieux, depuis ce temps-là, les entrailles des victimes, oû on les brûla, comme pour apaiser les dieux, en leur donnant les entrailles, puis-qu'ils avaient paru avides de celles de Prométhée.

D'autres traditions.
D'autres auteurs, tels qu'Eratosthène, prétendent que cette Flèche est celle, dont fit usage Apollon, pour tuer les Cyclopes, qui avaient forgé la foudre, dont s'était servi Zeus, pour tuer Asclépios / Esculape, ou le Serpentaire (Ophiuchus), que suit la Flèche à son coucher. On ajoute, qu'Apollon avait caché cette Flèche, chez les Hyperboréens, dans son temple formé d'ailes. On dit, qu'elle fut d'abord portée à Apollon, dans le temps ou Zeus lui pardonna le meurtre de ses Cyclopes, et l'affranchit de l'esclavage, où il était réduit chez Admète.

On dit aussi que cette Flèche fut aussi portée à travers les airs par le vent, avec
les présents de Déméter, qui venaient de naître; elle était énormément grande. Apollon la plaça aux cieux pour être un monument de sa victoire sur les Cyclopes.

Les autres noms de la Flèche

Les Grecs nomment encore cette constellation Oistos (Hipparque). Les Latins la nomment Telum (Ausone). 

Parmi les Arabes, Al-Ferghani lui donne cinq étoiles, et la nomme Alsohan; d'autres, Alahance, Satan, Muscator, Musator (Scaliger), Daemon, Schaam, Sahm, Alsahm, ou encore : Alahance, Alahanze, Alchanzato, Alsoham, Istusc, Feluco (Caesius, Bayer). Chez les Hébreux on lui donne le nom de Chets. Chez les Turcs, c'est : Orfecalem, Obelus, Jaculum, Telum, Canna, Arundo, Calamus,  Virga, Missile, Vectis vel fossorium, Missore, Musator. Chez les Arméniens, Tigris. D'autres, la nomment Temo Meridianus, Virgula jacens.

L'année de la Flèche

Columelle fixe, au crépuscule du huit des calendes de mars, le commencement du lever de la Flèche; il marque temps variabIe pour ce jour. Là commencent les jours des alcyons, et l'on jouit d'un calme profond dans l'océan Atlantique. (Ch. Dupuis).
.


[Histoire culturelle][Biographies][Constellations]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.