.
-

La découverte du monde > Le ciel > Les constellations
Mythologie et histoire des constellations
La constellation du Dauphin
La constellation du Dauphin (Delphinus) est contiguë à celle de l'Aigle. Elle touche de l'extrémité de sa queue le cercle équinoxial. Sa tête touche presque le nez de Pégase, fils de Poséidon, auquel le Dauphin que figurent ces étoiles est consacré. La constellationl se couche après le lever de la tête de la Vierge, et se lève avec les derniers degrés du Sagittaire. Elle a une forme rhomboïdale (Hipparque). 

Le Daupin dans la mythologie ancienne

La mythologie rapporte que Poséidon recherchant en mariage Amphitrite, celle-ci, qui voulait conserver sa virginité, se réfugia près d'Atlas, où elle se cacha, comme les autres Néréides. Poséidon envoya plusieurs émissaires, pour l'y chercher; entre autres un certain Dauphin, qui, après avoir parcouru plusieurs îles, et cherché longtemps a l'entour d'Atlas, découvrit la belle Amphitrite. Il la détermina a épouser Poéidon, et arrangea tout ce qui était nécessaire au mariage. En reconnaissance de ce service, son image fut placée aux cieux; il obtint lui-même les plus grands honneurs parmi les habitants des mers (Eratosthène, Germanicus, Hyginus, Théon); et Poséidon voulut qu'il lui fût consacré. Aussi ceux, qui élèvent des statues à Poséidon, placent-ils à ses pieds un dauphin, ou ils le mettent dans sa main, pour annoncer combien il est agréable à ce dieu, et pour être comme un monument de la reconnaissance de Poséidon.

D'autres auteurs le placent aux cieux en honneur d'Apollon (Théon); et ils en font un animal , qui aime la musique, sans doute, a cause du nombre des étoiles qui le composent, et qui sont en nombre égal à celui des Muses (Eratosthène, Germanicus). Ceux-ci y voient le Dauphin, qui sauva des eaux le fameux Arion (Théon). On raconte, que cet Arion, excellent musicien, parcourut les différentes îles, pour y exercer son talent et amasser des richesses. Ceux qui l'accompagnaient sur le vaisseau, les uns disent les matelots, d'autres ses esclaves, avides de ses dépouilles, et voulant se partager entre eux ses trésors, formèrent le projet de le jeter dans la mer. 
-


Arion et son (étrange) dauphin.

Arion, ayant connu leur dessein, leur demanda, non pas du ton d'un maître, qui parle à ses esclaves , mais comme un innocent, qui parle à des scélérats, comme un père a ses enfants, qu'il lui fût au moins permis de se revêtir de ses plus riches habits, et de célébrer luimême d'avance ses funérailles. Ayant obtenu ce qu'il demandait, il se mit à chanter des airs funèbres au sujet de sa mort. Ses sons harmonieux touchèrent les dauphins qui accoururent de toutes parts pour entendre ses chants. Alors Arion, après avoir invoqué le secours des dieux, se précipita dans les eaux au milieu d'eux. Un de ces dauphins le reçut sur son dos, et le porta ainsi jusq'au cap Tenare, où l'on voit encore la statue d'Arion, avec son Dauphin, dont l'image fut placée aux cieux. Les esclaves, qui croyaient s'être affranchis de la servitude par cette perfidie, abordant au Cap Tenare, y retrouvèrent leur maître qui les punit du dernier supplice. Germanicus César rapporte cette aventure à l'article d'Orion, qu'il prétend être le célèbre Arion.

Il est encore une tradition sur ce Dauphin que l'on trouve dans le poème de Nonnus, où il s'agit de Zeus enfant, enlevé par des pirates Toscans; elle est aussi rapportée par Hyginus, d'après Aglaosthène, qui avait écrit l'histoire de Naxos. Cet auteur racontait que des matelots Toscans reçurent sur leur bord Dionysos enfant, qu'ils devaient conduire à Naxos avec ses compagnons, et le rendre aux Nymphes ses nourrices. Pendant le trajet, ces matelots, séduits par l'appât du gain, voulurent conduire ailleurs le vaisseau. Dionysos / Bacchus, ayant soupçonné leur dessein, ordonne à ses compagnons de jouer des airs de musique et de chanter. Les Toscans charmés de ces accords se mirent à danser, et dans l'ivresse de leur joie, ils se précipitèrent dans la mer, sans le savoir, et ils y furent métamorphosés en dauphins. Dionysos, voulant perpétuer le souvenir de cet événement, a placé aux cieux l'image d'un de ces dauphins. 

Hyginus raconte ailleurs cet épisode, avec quelques circonstances différentes. Il suppose que ces Toscans étaient pirates de profession; qu'ayant reçu à leur bord Dionysos, jeune enfant, qui les priait de le conduire à Naxos, ils avaient été séduits par ses charmes, et avaient voulu jouir de la fleur de sa jeunesse; que le pilote Acetès, ayant cherché a les en détourner, avait été maltraité par eux; qu'alors Dionysos, voyant qu'ils persistaient dans leur dessein, changea les rames en thyrses entortillés de pampres, les cordages en lierre; que des lions et des pan thères s'élancèrent de toutes parts contre eux; et que les pirates effrayés sautèrent dans la mer, où ils furent métamorphosés en dauphins. C'est de la qu'ils ont pris le nom de Dauphins Tyrrhéniens; et la mer, de mer Tyrrhénienne. Ils étaient douze , dont voici les noms : Ethalion, Medon, Lycabas, Libys, Opheltès, Melanthus, Alcimedon, Epopeus, Dictys, Simon, Proteus et Acetes. C'est ce dernier, que sauva Dionysos.

Ovide a raconté les mêmes aventures mythologiques dans ses Métamorphoses, et dans ses Fastes. Dans les Métamorphoses, il parle de l'outrage fait à Bacchus par les pirates Toscans; et dans ses Fastes, de l'aventure d'Arion, et des noces d'Amphitrite. 

Hyginus rapporte aussi dans ses mythes l'aventure d'Anion, avec quelques circonstances différentes , et dont le résultat est toujours, qu'Apollon, charmé par les talents d'Arion, l'avait placé lui et son dauphin aux cieux. Ces variantes se retrouveront dans l'histoire d'Arion, rapportée à l'article Orion, tiré de Germanicus, qui place Orion ou Arion aux cieux avec son Dauphin.

Théon dit aussi que ce Dauphin fut mis au nombre des constellations  pour avoir porté Arion sur le rivage.

Les noms du Dauphin

Chez les anciens auteurs on nomme aussi cette constellation Ieros Ichtys, le Poisson sacré; l'animal musicien, Simon, Animal repandi rostri Piscium Rex; Hermippus, Curvus, Triton, Apollo. En Grec, Delphis (Aratus), le Lion marin.

Les Arabes nomment le Dauphin Al Dulphin ou Al Delphin. La queue du Dauphin s'appelle dans Ulugh-Beg, Danab al Dulphin. 

L'année du Dauphin et les présages

L'étoile du milieu du rhombe, Lycatès, se lève avec le Soleil, la veille des ides de décembre. Columelle marque, aux trois des calendes de février, le commencement du coucher du Dauphin. C'est aux trois des nones, qu'Ovide fixe son coucher total. Columelle marque, aux ides de juin, un lever du soir du Dauphin, accompagné du souffle du favonius et de petite pluie. 

Ovide fixe un lever achronique du Dauphin, le cinq des ides de juin, et un autre au treize des calendes de juillet, l'entrée du Soleil dans le Cancer, le lendemain du lever d'Orion. C'est cette circonstance qui aurait donné lieu à la fable d'Orion ou d'Arion et de son Dauphin.

Columelle marque, aux ides d'août, un coucher du Dauphin, accompagné de tempête; au dix-neuf des calendes de septembre, un coucher du matin du même Dauphin, également avec tempête. Le même auteur fixe, au six des calendes de janvier, le commencement du lever du Dauphin, au matin, avec tempête.

Varron prétend , que le meilleur temps de concevoir pour les vaches, est depuis le lever du Dauphin. (Ch. Dupuis).

.


[Histoire culturelle][Biographies][Constellations]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.