.
-

Constellations > Liste des 88

La Couronne Boréale

Corona Borealis, Coronae Borealis, CrB

Constellation de la Couronne Boréale.



Découverte
La Couronne Boréale, déjà répertoriée par Ptolémée vers 140 ap. JC, est une constellation modeste, mais à la figure bien reconnaissable.

Gemma = Alphekka (la Lumineuse), sa principale étoile est un astre chaud de type spectral A0, 58 fois plus lumineux que le Soleil, correspondant à une magnitude absolue de 0,42. Sa magnitude apparente, elle, est de 2,22 et sa distance de 74 années-lumière. Il s'agit par ailleurs d'une binaire spectroscopique. La deuxième composante, de même type que notre Soleil, accomplit une révolution en 17 jours 10 heures. Cette période correspond également à l'espace des éclipses mutuelles des deux étoiles, que l'on classera donc dans la famille d'Algol (Persée). Les variations de magnitude restent cependant infimes.

Nusakan est située à 110 années-lumière. Sa magnitude vaut 3,70 et son spectre la place dans la catégorie des étoiles F.

[Les étoiles]
[Les étoiles multiples]

Excursion
Eta Coronae Borealis est une étoile quadruple dont seules les deux principales composantes (jaunes) sont faciles à séparer. La première est de magnitude 5,0, la deuxième de magnitude 5,30. Distance du système : 42 années-lumière.
Ce système, découvert par W. Herschel, le 9 septembre 1781, est le premier qui lui ait donné (1803) la notion nette d'un mouvement orbital. Depuis sa découverte, il a déjà effectué plusieurs révolutions; les valeurs des éléments paraissent soumises à certaines irrégularités (Ch. André, 1900).
Dzêta Coronae Borealis est une étoile triple distante de 217 années-lumière. La première composante est une belle bleue de magnitude 5,10. La deuxième, tout aussi bleue et écartée de 6", est de magnitude 6,10. Le troisième élément est révélé par la spectroscopie de l'étoile principale. Sa période de révolution est de 12 jours 14 heures.

Sigma Coronae Borealis est une étoile quadruple dont la primaire est de magnitude 5,40 et de type spectral G0 IV. Sa distance est de 72,5 années-lumière.

Ce groupe [les deux principales composantes] a été découvert par W. Herschel, le 7 août 1780; et, dès 1803, par suite des grands changements survenus dans la position relative des composantes, il affirmait leur dépendance physique. En 1821, 1822 et 1823, ce système binaire a été l'objet d'études suivies de la part de J. Herschel et J. South; mais c'est seulement en 1831 que J. Herschel réussit à faire entrer toutes les observations dans une orbite elliptique, de demi grand axe égal à 3"68, avec une durée de révolution de 268 années. Il faut remarquer que ces nombres différent bien moins des valeurs actuellement admises que ceux trouvés parfois depuis à l'aide de méthodes imaginées pour perfectionner celle de J. Herschel : en particulier, la durée de la révolution, que nous admettons actuellement être de 370 ans, a été trouvée de 195 ans par Jacob en 1855, et de 845 ans par Dorbeck en 1876. Depuis la découverte de W. Herschel, le compagnon a parcouru un arc de 223° (Ch. André, 1900).
Gamma CrB est de magnitude 3,90 et se situe à 99 années-lumière environ. C'est une étoile double dont la seconde composante est de magnitude 5,30.
Ce système très serré a été découvert par W. Struve en 1826; les mesures ultérieures montrèrent que les angles de position et les distances diminuaient tous deux d'une façon continue, si bien qu'en 1835 l'étoile apparut unique avec les meilleurs instruments et parut, telle jusqu'en 1842. La caractéristique de ce système est la grande inclinaison (82°,6) du plan de son orbite, d'où il résulte qu'il y a, périodiquement, à peu près occultation de l'une des étoiles par l'autre. Nous avons cité celle de 1835 (où la distance minima était de 0,20"); depuis, il s'en est produit une autre, vers 1873, à la distance de 0",12.
Par suite de cette inclinaison, les observations des angles de position sont sujettes à des erreurs considérables et, pour un même observateur, différent souvent de plus de 10° d'un pointé à l'autre; les éléments de l'orbite sont donc fort incertains (Ch. André, 1900).
T Coronae Borealis est une nova récurrente située à 1700 années-lumière, dont deux explosions ont été observées, l'une en 1866, l'autre en 1946. Ordinairement de magnitude 9,90 l'objet est alors passé soudainement à la magnitude 2. Le spectre de cette étoile révèle l'existence de trois composantes.

R Corona Borealis est une étoile jaune située à 320 années-lumière et dont la magnitude est ordinairement de 5,80. R CrB connaît parfois de chutes de luminosité et possède alors quelque temps une magnitude de 11. L'astre constitue le prototype de variables irrégulières qui voient de la même façon leur magnitude chuter brièvement de temps à autre. Un phénomène qui, rapproché des modifications spectrales au cours de ses épisodes, pourrait s'expliquer par des expulsions sporadique de la matière de son enveloppe. Cette dernière, en se refroidissant, formerait un obstacle temporaire au passage de lumière de l'étoile. Puis, avec la dispersion de ce nuage opaque, la situation redeviendrait normale jusqu'à un nouvel hoquet...

[Les novae]
[Les étoiles variables]

Exploration
NGC 6131 (coordonnées : 16 h 21 mn 54 s, 38° 54' 00") est une galaxie spirale barrée de type SBc vue de face, dans laquelle on a dénombré 395 amas globulaires. L'objet, de magnitude 12,80, appartient à un système double. La deuxième composante, écartée de 1,8', reste cependant hors de portée des télescopes d'amateurs, avec une magnitude 18.
-
NGC 6131.
NGC 6131. Source : The STScI Digitized Sky Surveycompositage : Imago Mundi, © 2011.
[Les galaxies]
.


[Constellations][Système solaire][Dictionnaire cosmographique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.