.
-

Orgue

Orgue, n. m., pluriel des 2 g. - Les origines de l'orgue sont lointaines. L'Antiquité gréco-romaine a possédé des instruments à soufflets dès le Ve s. avant J.-C. L'orgue hydraulique construit par Ctésibios d'Alexandrie, sous le règne de Ptolémée VII (170-118 av.. J.-C.) et décrit assez obscurément par, son disciple Héron, est le premier de son espèce. La description plus récente d'un instrument analogue, rédigée par Vitruve au Ier (?) siècle av. J.-C.,et une terre cuite mutilée du musée de Carthage (IIIe siècle) laissent comprendre que l'orgue hydraulique se montait sur une boîte à eau munie de deux pompes à air, le nombre de ses tuyaux est incertain, ainsi que la nature de son clavier

On construisit des orgues hydrauliques jusqu'au IXe siècle : à cette époque il en existait un dans le palais d'Aix-la-Chapelle. Mais l'orgue à soufflets, qui devait le remplacer, était en usage à Byzance. L'orgue tenait une place exceptionnelle dans l'orchestique instrumentale des Byzantins. Il n'avait aucune part dans les cérémonies liturgiques et n'accompagnait jamais les voix, ni dans l'église, ni  hors d'elle. Mais il figurait au premier rang des instruments employés dans les fêtes de cour et les cérémonies officielles. Des orgues d'or étaient réservées au  service impérial. Des orgues d'argent résonnaient alternativement avec les choeurs pendant les festins d'apparat. Ces orgues sont mentionnées pour la dernière fois peu de temps avant la chute de Constantinople. 

Les jeux étaient de 2 sortes jeux à bouche, jeux d'anche. Le clavier de 15 à 16 notes possédait 4 demi-tons en plus des deux demi-tons de l'octave diatonique. Les orgues importées d'Orient en Occident ne comportaient pas encore 3 octaves au Xe siècle. C'est de là, que sur la demande, dit-on, de Pépin le Bref, l'empereur Constantin Copronyme envoya en France, en 757, par l'intermédiaire d'une ambassade, un orgue à soufflet qui fut placé à Compiègne. L'orgue hydraulique d'Aix-la-Chapelle avait été construit en 820, par un prêtre vénitien, pour Louis le Débonnaire. On a essayé dé fixer en des pays déterminés le centre de fabrication des premières orgues en Occident. Au IXe s., le pape Jean VIII demande un orgue et un organiste à un évêque de Bavière. A la fin du Xe s., l'abbé Géraud, d'Aurillac, demande un orgue et un organiste à l'illustre Gerbert, alors abbé de Bobbio, dans le Milanais. Au milieu du Xe s., un orgue considérable existait à Winchester. Mais tous ces textes sont isolés et ne peuvent servir qu'à constater par des faits épars l'extension des orgues, sans donner d'autre certitude à l'égard d'un centre de facture ou de perfectionnement. 

Au XIIe s., est cité l'orgue à soufflet de l'abbaye de Fécamp, avec une partie des tuyaux en cuivre. Les monastères de l'ordre de Cluny ont eu des orgues de très bonne heure on l'apprend par la critique véhémente qu'en fit Aelred, au XIIe s. La Sainte-Chapelle du Palais, à Paris, eut à la fin du XIIIe s., un orgue qui ne servait qu'aux grandes fêtes. A Notre-Dame, des orgues sont mentionnées au XIVe s., comme servant dans la maîtrise, pour l'enseignement. En 1221; est mentionnée la construction d'un orgue à la cathédrale de Meaux. Le premier grand orgue de la cathédrale de Strasbourg fut établi , au XIIIe s. par Ulrich Engelbert, élève d'Albert le Grand. A la même époque on commença de faire les tuyaux en étain ou en alliage d'étain et de plomb, et on établit les claviers chromatiques. La cathédrale de Rouen possédait au XIVe siècle des orgues qui furent « rappareillées » en 1382, entièrement reconstruites en 1490 et suiv. 

Ces orgues au XIVe s., étaient placées dans le transept nord. Les nouvelles orgues établies vers 1490-1494 occupaient tout le fond du bas de la nef et s'étendaient jusque sur les côtés. En 1518, le chanoine Mésenge fit don d'un orgue placé sur le jubé; cet orgue fut détruit en 1562 par les protestants
-

Kircher : les six registres d'orgue.
Les six jours de la création représentés par les six registres de l'orgue,
selon Athanasius Kircher (Musurgia universalis, XVIIe s.).

L'emplacement le plus fréquemment choisi pour les orgues d'église est au-dessus du grand portail. Cependant les exceptions sont assez nombreuses. L'orgue de la cathédrale de Murcie (Espagne) est placé devant le choeur de l'église. Il a par conséquent deux façades, l'une de style gothique faisant face au portail, l'autre d'un style composite moderne, regardant l'autel. Cet orgue a été reconstruit par Merklin en 1857. Les orgues des cathédrales de Chartres, Metz, Strasbourg, Perpignan, sont placées sur un côté de la nef. Les orgues de la chapelle du palais de Versailles, oeuvre de Clicquot, mais restaurées au cours du XIXe s., sont placées dans le fond de la tribune qui surmonte le choeur, derrière le maître-autel. Cavaillé-Coll critique l'usage établi surtout en France d'adosser l'orgue contre le mur du grand portail. Cet emplacement est défavorable à leur sonorité. Il se produit des répercussions qui engendrent la confusion des sons et diminuent leur puissance. L'emplacement sur le jubé a l'entrée du choeur, est préférable (Saint-Paul de Londres, abbaye de Westminster, chapelle de Windsor).
-

Dates de quelques très anciens
buffets d'orgues, encore existants :

Salamanque, cathédrale, vers 1380;
Sion (Suisse) Sainte-Catherine, vers 1400;
Saragosse, cathédrale, 1413;
Saint-Paul, 1420;
Palma (Majorque); cathédrale, vers 1420;
Amiens, cathédrale, 1429;
Alcala de Hénarès, vers 1450;
Nordlingen (Bavière), 1466;
Dortmund (Hollande), Marienkirche, vers 1480;
Perpignan, cathédrale, 1480-1504;
Strasbourg, cathédrale vers 1497;
Lubeck, Marienkirche, Jacobikirche, vers 1510
(plusieurs buffets d'orgues en Allemagne depuis 1500);
Chartres, cathédrale, 1513 (et en partie de 1475);
Tirlemont, Saint-Germain, vers 1520;
Alkmaar (Hollande), vers 1520.

-
La conception des orgues anciennes en France.
Les orgues ont été construites de bonne heure à deux ou trois claviers placés côte à côte. On signale des positifs, placés  « dans le dos de l'organiste » au XIIIe s., et des orgues avec claviers superposés au XVe, bien que rarement encore employés, ainsi que les pédaliers, plus récents, et ne parlant qu'en tirasses. L'ensemble des jeux de fonds et de mutation existait dès lors, mais on ne connaissait guère, en jeux d'anche, que le chalumeau et la régale. Au XVIe s., on trouve toute une série de jeux nouveaux. L'orgue de Saint-Godard, à Rouen, en 1632, contenait, d'après le devis établi par J. Titelouze, et publié par A. Pirro, 18 jeux au grand orgue, 7 au positif et 3 au clavier de pédales. Les deux claviers manuels comprenaient chacun 48 touches, le pédalier 28.  Les jeux étaient : 
1. Montre, 16 pieds; - 2. Bourdon, 8 pieds; - 3. Prestant, 4 pieds; - 4. Doublette, 2 pieds; - 5. Flûte, 4 ou 8 pieds; - 6. Petite flûte, 2 ou 4 pieds; - 7. Sifflet, 1 pied; - 8. Quinte de flûte, 3 pieds; - 9. Petite quinte, 1 pied et demi; - 10. Fourniture à 4 rangs à reprise d'octave; - 11. Cymbale à 3 rangs à reprise de quarte; - 12. Cornet à 5 rangs (du milieu du clavier seulement); - 13. trompette, 8 p.; - 14. Clairon, 4 p.; 15. Régale pour servir de voix humaine; - 16. Tremblant; - 17. Rossignol; - 18. Tambour.

Positif : 1. Montre, 8 p.; - 2. Prestant, 4 p.; - 3. Doublette, 2 p.; -3. Quinte de flûte, 3 p.; - 5. Fourniture à reprise d'octave; - 6. Cymbale, id.; - 7. Cromorne, 8 p.; - (Accouplement du positif avec le grand orgue).

Pédales : 1. Bourdon, 8 p.; - 2. Flûte, 4 p.; - 3. Trompette, 8 p.

L'orgue de Saint-Gervais, à Paris, remontant à la fin du XVIIe s., restauré et agrandi de 1760 à 1769 par Fr. Henri Clicquot, passa pour le plus bel instrument de son temps. C'est un grand 16 pieds en montre, à 5 claviers et 1 pédalier, comprenant 38 jeux. 6 soufflets correspondent, selon l'usage du temps, chacun à l'un des claviers et au pédalier. L'orgue de Saint-Sulpice, achevé par Clicquot et Dallery en 1781, contenait 52 jeux aux claviers à main et 11 au pédalier, soit 63 en tout. D'après l'Avant-Coureur du 16 mars 1767, aucune église de France ne possédait de jeu d'anches de 32 pieds, lorsque le premier fut posé par Perronard dans l'orgue de la cathédrale de Reims, où l'on trouva qu'il faisait « l'effet le plus noble et le plus majestueux » Dom Bédos (1765) prévoit la registration à employer dans l'orgue pour l'accompagnement des voix; cet accompagnement « doit être proportionné à leur volume et à leur éclat ». Le plein jeu pour un choeur bien fourni de voix; pour une seule voix de récit, faible, un seul petit bourdon, etc. 
« Une voix qui chante doit toujours dominer; l'accompagnement n'est que pour l'orner et la soutenir. »
L'usage de l'orgue dans l'église fut longtemps proscrit par la liturgie lyonnaise. Ce fut seulement en 1842 que le cardinal de Bonald, archevêque de Lyon, permit l'installation d'un petit orgue d'accompagnement dans le choeur de la cathédrale, puis l'établissement d'un orgue plus important, qui fut reconstruit par Merklin en 1873-1875 et  placé, sous un arceau avec un buffet exécuté sur les dessins de Bossan. L'orgue de Saint-Sulpice, à Paris, tel qu'il fut reconstruit par A. Cavaillé-Coll en 1860, demeura longtemps le plus considérable en même temps que le plus parfait des orgues d'église. On y compte 100 jeux, répartis en 5 claviers à mains et 1 clavier de pédales, plus 20 pédales pour les accouplements, appels et transmission de jeux, 126 rangées de tuyaux formant ensemble environ 7000 tuyaux. Par les jeux de combinaison disposés sur les claviers à mains, un nombre presque illimité de combinaisons est possible. L'orgue de Saint-Eustache, refait par Merklin (1879), compte 4 claviers à mains et 1 clavier de pédales, 72 jeux.

Orgue et protestantisme.
En 1503, on cite l'église d'Innsbrück qui possédait « une orghes, les plus belles et les plus exquises que jamais ie vey. Il n'est instrument du monde quy ny joue, car ils sont tous là-dedans compris. » (Voyages des souverains des Pays-Bas, I, 310). 

Mais peu d'années après, l'usage de l'orgue dans le culte protestant donna lieu à des controverses renouvelées presque en tous pays et diverses époques). Zwingli tenait l'orgue en aversion. Luther, qui aimait, cultivait et encourageait le chant, se montrait peu favorable, et plutôt méfiant à l'égard de l'orgue. Dans l'esprit de beaucoup de protestants du XVIe s., l'orgue apparaissait comme de nature catholique. L'orgue de Zurich fut détruit en 1527. Celui de Poitiers, l'un des plus beaux de France, dont le buffet était « tout peint et figuré », fut brisé en 1562, détruit par les huguenots. Quantité de beaux instruments périrent de la même façon en Angleterre, à l'époque du puritanisme. En Allemagne, les différentes communautés depuis le XVIe s., ont fréquemment varié dans leur réglementation de l'usage de l'orgue dans le culte. Cet instrument fut englobé dans la réaction qui se produisit après l'époque de floraison de la musique religieuse protestante, et de la musique d'orgue au temps de Bach. Une décadence complète se fit déplorer au XIXe s. 

Au début du XXe s., une rénovation de l'usage de l'orgue dans le service religieux protestant en Allemagne fut entreprise et poussée activement. Comme dans l'église catholique, le rôle de l'orgue pour l'accompagnement du chant, attira, depuis l'origine du culte protestant, l'attention des musiciens et des autorités ecclésiastiques, mais il n'y offrait pas les difficultés inhérentes. à la modalité du plain-chant. Le principe de l'alternance du choeur avec l'orgue dans le Magnificat et divers psaumes fut adopté aussi comme dans l'église catholique. Les mêmes recommandations, critiques, etc., à l'égard du choix des préludes, interludes, postludes, se trouvent sous la plume des auteurs des deux religions; mais le caractère profane de certains morceaux paraît encore plus répréhensible dans le culte catholique, où le dogme de l'Eucharistie est plus formel. La composition d'un orgue, en Allemagne, au XVIIIe s., différait profondément des usages français. Les jeux d'anche y étaient en nombre extrêmement petit. L'orgue de Weimar, vers 1740, comprenait au grand-orgue : 

9 jeux, au positif 8, aux pédales 7, ainsi dénommés G. O. 1. Principal, 8 pieds; - 2. Quintaton, 16 p.; - 3. Gemshorn, 8 p.; - 4. Gedackt, 8 p.; - 5. Quintatön, 4 p.; 6. Octave, 4 p.; - 7. Mixture à 6 rangs; - 8. Cymbale à 3 rangs; - 9. Carillon.

Positif : 1. Principal, 8 p.; - 2. Viola di gamba, 8 p.; - 3. Gedackt, 8p.; - 4. Trompete, 8 p.; - 5. Klein gedackt, 4 p.; - 6. Octave, 4 p.; - 7. Waldflöte, 2 p.; - 8. Sesquialtera.

Pédales : 1. Gross Untersatz, 32 pieds; - 2. Soubasse, 16 p.; - 3. Violon-bass, 16 p.; - 4. Principal-bass, 8 p.; - 5. Posaun-bass, 16 p.; - 6. Trompeten-bass, 8 p.; - 7. Cornett-bass, 4 p.; = total,  24 jeux.

Il est intéressant de donner la composition de l'orgue, de Saint-Thomas de Leipzig à l'époque même de Bach, telle que l'a publiée A. Pirro : 
Grand orgue : 1. Principal, 16 p.;2. Principal, 8; - 3. Quintatön, 16; - 4. Octave, 4; - 5. Quinte, 3 p.; - 6. Superoctave, 2; - 7. Spielpfeife (sorte de flûte) 8; - 8. Sesquialtera double; 9. Mixtur à 6, 8 et 10 rangs.

Récit : 1. Grobgedackt (gros bourdon), 8 ; - 2. Principal, 4; - 3. Nachthorn, 4; - 4. Nasat, 3; - 5. Gemshorn, 2; - 6. Cymbel à 3 rangs; - 7. Sesquialtera; - 8. Regal, 8; - 9. Geigen-Regal (viole-régale), 4.

Positif : 1. Principal, 8; - 2. Quintatön, 8; - 3. Lieblich gedakt, 8; - 4. Kleingedakt, 4 ; - 5. Querflöte (flûte traversière), 4; - 6. Violine, 2; - 7. Rauschquinte (double); - 8. Mixtur à 4 rangs; - 9. Sesquialtera; - 10. Spitzflöte, 4; - 11. Schallflöte, 1; 12. Krumhorn, 8 ; - 13. Trompete. 8.

Pédale : 1. Subbass (de métal), 16; - 2. Posaune, 16; - 3. Trompete, 8; - 4. Schalmei, 4; - 5. Cornet, 2. Soit 36 jeux.

L'orgue de l'abbaye de Weingarten construit en 1750 par Gabier, fut célèbre par l'ornementation surabondante de son buffet en même temps que pour le nombre et la variété de ses jeux. Il comptait 66 jeux, 1 claviers à main, 2 claviers de pédales, 6666 tuyaux. Ses jeux de cornet, de fourniture et de cymbale étaient particulièrement nourris. On y trouvait des jeux singuliers, un rossignol, un coucou, un jeu de timbales réellement battues par un automate d'ange surmontant le buffet, un carillon. 

L'orgue en Angleterre.
Dans l'histoire du jeu d'orgues en Angleterre, on peut distinguer 3 périodes : I, sans pédales, II, avec pédales, musique notée à 2 portées, III, avec pédales et musique sur 3 portées. 

Première période.
La première période commence à l'origine de l'instrument, c.-à.-d. au Xes., et se continue jusqu'à la fin du XVIIIe s. Des orgues sont mentionnées à Winchester en 957, Canterbury, 1114, York, 1419, Saint-Albans, 1450, Magdalen College, Oxford, 1597, etc., tous à un clavier manuel seulement. Les orgues du King's College, Cambridge, en 1605, ont 2 claviers manuels. En 1642, la Révolution et la domination des puritains marquèrent l'interruption de l'usage des orgues et la destruction de beaucoup d'entre elles. Ce fut une phase de « démence théologique ». Après la Restauration, on reconstruisit des instruments. Smith père établit en 1684 un orgue à 3 claviers manuels dans Temple Church, à Londres. Les facteurs du siècle suivant en firent de semblables, et l'étendue, ou ambitus, de l'instrument, fut portée, au grave, à l'équivalent de celle des orgues à pédales, sans que les mains suffisent à exécuter les contrepoints et les harmonies pleines qu'un clavier de pédales permet de compléter. 
Deuxième période.
Le clavier de pédales fit son apparition en Angleterre à la fin du XVIIIe s. On les appelait «pédales allemandes ». L'abbaye de Westminster, l'église luthérienne allemande dans Savoy et les églises de Saint-Matthieu et de Saint-James, à Londres, passent pour avoir possédé les premières un clavier de pédales. La date exacte reste incertaine. Cette innovation encouragea un progrès dans la technique d'exécution contrepointique.

Troisième période. 
Il y eut des orgues de salles de concert en Angleterre avant l'Allemagne; (noter qu'à Paris le Concert Spirituel avait un orgue en 1748). L'orgue du Town Hall de Birmingham fut construit par W. Hill, en 1834. Le mécanisme électrique français fut introduit en Angleterre en 1868, en Allemagne en 1884. L'écriture sur 3 portées vint d'Allemagne et fut fort discutée. Le « Royal College » des organistes anglais, fondé en 1864, examine, ratifie, contrôle et guide les candidats aux postes d'organiste.

Haendel ne jouait donc pas sur un grand orgue à pédalier. Voici le type d'un instrument anglais de son temps; nous choisissons celui de la cathédrale Saint-Paul de Londres, construit en 1696 :
Grand orgue : 1-2. open diapason (montres de 8); - 3. stopped diapason (bourdon) ; - 4. Principal, 4; -.5. Holfleut, (8); - 6. Grosse Douzième (quinte); - 7. Quinzième (doublette); - 8. Petite Douzième; - 9. Sesquialtra ; - 10. Mixture; -- 11. Cornet; - 12, Trompette.

Choirorgan : 1. Stopped Diapason; - 2. Quintadena-Diapason; - 3. Principal; - 4. Holfleut; - 5. Grosse Douzième; - 6. Quinzième; - 7. Cymbale; - 8. Voice humane (sic); - . 9. Crumhorne.

Écho : 1. Diapason; - 2. Principal; - 3. Nason; - 4. Quinte; - 5. Cornet; - 6. Trompette (en demi-jeux seulement, à partir de la moitié du clavier).

En tout, 27 jeux.

Notation et execution.
La notation de la musique d'orgue a été, au XIVe s. et au XVe, d'abord écrite en tablature, mais dès le XVIe s., elle est notée comme le reste de la musique; sur deux portées. Elle s'écrit, depuis l'école de Bach, sur 3 portées, dont les deux portées supérieures destinées aux claviers de mains (manuels) sont réunies par une accolade; la 3e, placée au-dessous contient la partie du pédalier. Lorsque le compositeur ne traite pas la partie de pédales d'une façon indépendante, et ne lui demandé qu'un renforcement des basses des claviers manuels, il écrit sur 2 portées seulement, en indiquant par le mot pédale ou l'abréviation ped. les notes à doubler. On en agit de même quand cela ne gêne pas la lecture de la partition. Depuis l'origine de la musique d'orgue, l'adaptation des mélodies liturgiques a formé la base des compositions destinées au service du culte. Les plus anciens livres d'orgue connus contiennent des pièces travaillées sur les thèmes, liturgiques, et plus tard des motets vocaux, des pièces sur des thèmes de chansons, tels que celles usitées comme « Noëls ».

C'est vers le milieu du XVIe s. qu'apparaissent les organistes virtuoses et vraiment grands maîtres. En Italie : Merulo, les Gabrieli, à Venise, puis Frescobaldi, organiste de Saint-Pierre de Rome, sont les grands noms de la belle période de l'orgue en ce pays.

En Angleterre, on cite à la fin du XVIe s., John Bull, W. Byrd et Peter Philipps qui doivent s'exiler en Belgique; au XVIIIe s., Haendel à lui seul soutient la renommée de toute une époque.

En Espagne, Antonio de Cabezon, mort en 1566, fut peut-être le premier des grands organistes, et semble avoir donné le modèle de diverses formes; citons encore Aguilera de Heredia, au siècle suivant. Aux Pays-Bas, Sweelinck (mort en 1621) fut à Amsterdam; le chef de toute une école célèbre Peter Cornet, à la même époque, illustrait Bruxelles

En France, une pléiade de maîtres a brillé dans la musique d'orgue. A. Guilmant a publié les oeuvres de la plupart d'entre eux Titelouze (mort en 1633); Roberday (ca. 1660); Gigault (mort en 1707); Le Bègue (1702); Boyvin (mort en 1706); Fr. Couperin, dit de Crouilly (mort en 1701?); Dandrieu (mort en 1740); d'Aquin (morte en 1772) pour ne nommer que les principaux. Citons encore Nivers (éd., 1665), Gilles Julien (mort en 1695), et, à la fin du XVIIIe s., Balbastre, Charpentier, Séjan.

En Allemagne et en Autriche, Froberger, Pachelbel, marquent le XVIIe s.; les Bach, Eberlin, Krebs,, continuent la lignée; Buxtehude, le maître de J. S. Bach, était danois; Georges Muffat, élève de Lulli, alsacien.

Toutes les formes de la musique d'orgue ou applicable à l'orgue et toutes les manières de traiter les thèmes liturgiques ont été portées à leur perfection par J.-S. Bach, qui reste le plus grand des organistes de tous les temps et de tous les pays. La fin du XVIIIe s., et une grande partie du XIXe constituèrent une période de décadence de la musique d'orgue. Il faut citer, parmi ceux qui maintinrent le drapeau classique et tentèrent de remonter le courant le Français Boély (1785-1858), enfin le Belge Lemmens (1823-1881), l'Anglais W. Best (1826-1897). Puis apparaît une nouvelle et féconde école française : César Franck; A. Guilmant (1837-1910), qui fut élève de Lemmens avec Widor (né en 1845), et Gigout (né en 1844). Plus tard, les noms de Mahaut, A. Marty, Louis Vierne, J. Bonnet, Marcel Dupré, Tournemire, marquent le sommet de la musique d'orgue en France. Les autres pays n'ont pu leur opposer que l'Allemand Max Reger (1873-1917). 

Les orgues modernes.
Les orgues les plus considérables jusqu'en 1912, étaient : Sydney (hôtel de ville), 5 claviers, 128 jeux construit par Hill and, Son, de Londres; Riga (cathédrale), 5 claviers, 124 j., Hill and Son, de Londres; Saint-Sulpice à Paris, 5 claviers, 118 j., Cavaillé-Coll; Albert Hall, Londres, 4 claviers; 114 j. Willis (Londres); cathédrale protestante de Berlin, 113 j., W. Sauer (Francfort); N.-D. de Paris, 5 claviers, 110 j., Cavaillé-Coll.

L'orgue de Sydney, réputé alors le plus grand du monde en son temps, chaque clavier à main a 61 touches, le pédalier 30. Il y a 8800 tuyaux et cloches. La soufflerie est manoeuvrée par une machine à gaz de la force de 8 chevaux. Le plus grand tuyau du jeu de contre-trombone (en bois) a 64 pieds de hauteur. Mais, depuis, vinrent les orgues de Liverpool, de Hambourg, commencées en 1912. L'orgue de Liverpool, construit par H. Willis et fils, de Londres, est placé au centre de l'église cathédrale anglicane, très vaste, et divisé en 2, de chaque côté du choeur, dans la 1re travée à l'angle du transept, en présentant une double façade sur chacune de ces deux ailes. L'orgue contient 168 jeux réels et 47 tirasses de combinaison (en tout 215 boutons), 10.567 tuyaux, 5 claviers manuels de 67 touches de ut à ut, un pédalier de 32 notes. Système électro-pneumatique, 7 soufflets séparés. Il n'y a pas de 64 pieds, jugé inaudible; les facteurs y ont suppléé par la double quinte de 21 pieds 1/3 dont la résonance harmonique donne en sons résultants l'équivalent du 64 pieds. 

L'orgue de Hambourg, achevé en 1914 par Walker, de Ludwigsbourg (Würtemberg),. compte 163 jeux, 12.173 tuyaux, répartis en 5 claviers manuels, et 1 pédalier. Les basses principales, à la pédale, sont de 32 pieds. L'électricité remplace la traction mécanique.

Enfin sont venus les orgues gigantesques du Monument des Nations, à Breslau, et celles de la Public Ledger, à Phidadelphie, qui semblent un défi jeté au bon sens, et dont le fonctionnement, pas plus que l'effet artistique, ne sont satisfaisants. L'orgue de Breslau, terminé en 1913, comprend 5 claviers manuels, un pédalier; le clavier d'écho est placé à 80 mètres du buffet principal, gouverné par des transmissions électriques. 187 jeux sont commandés par 203 registres, plus 156 boutons de combinaison, 26 accouplements, 30 pédales de combinaisons diverses. Cet orgue n'a aucune façade rappelant les buffets, on n'y voit rien que des tuyaux en montre, serrés les uns contre les autres.

Celui de Philadelphie, terminé en 1917, a 283 jeux. Parmi ses claviers, il y a un clavier spécial de jeux « à archet », comprenant 24 gambes, etc. Les jeux correspondant aux divers claviers sont placés en différents endroits du monument. L'orgue lui-même simule une haute colonnad avec galerie, le tout surmonté d'un dôme : aucun tuyau n'est apparent, au contraire de l'instrument précédent. (M. Brenet).

.


Dictionnaire Musiques et danses
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.