.
-

La découverte du monde > Le ciel > Les constellations
Mythologie et histoire des constellations
La constellation des Poissons
La constellation des Poissons (Pisces) est une constellation du zodiaque. Nigidius raconte, que ces Poissons étaient dans le fleuve Euphrate; qu'ils y trouvèrent un oeuf d'une énorme grosseur. Qu'ils le roulèrent sur le rivage; qu'une colombe, ou l'oiseau d'Aphrodite / Vénus vint le couver; et peu de jours après, il en sortit la déesse de Syrie, la même qu'Aphrodite. Cette déesse bienfaisante s'intéressait au bonheur des humains et fit pour eux tout ce qu'elle crut de plus utile. Son respect pour les dieux, sa bienfaisance envers les humains, lui ayant mérité le plus grand éloge, Zeus / Jupiter voulut savoir ce qu'elle désirait, qu'il fit pour elle. Sa demande fut qu'il accordât les honneurs de l'immortalité aux Poissons qui avaient présidé à sa naissance. En conséquence, ce dieu leur donna une place parmi les douze signes du zodiaque. Depuis ce temps, dit-on, les Syriens s'abstinrent de pêcher des Poissons et d'en manger, dans la crainte que leurs filets n'enveloppent ces divinités, et ils honorèrent singulièrement les Colombes. Eratosthène prétend, que des humains étaient nés de ces Poissons.

D'autres prétendent (Hyginus) qu'Aphrodite / Vénus vint avec Eros / Cupidon son fils, sur les bords de l'Euphrate, et que, dans ce moment même, Typhon parut; que la déesse effrayée se jeta dans les eaux avec son fils, et qu'ayant pris la forme de Poissons, ils échappèrent ainsi au danger.

Théon veut que ces deux Poissons soient les deux enfants du Poisson Austral, à la suite duquel ils se lèvent, et qui avaient sauvé des eaux Dercé ou Derceto, fille d'Aphrodite (Diodore de Sicile); ce qui leur a mérité le culte, que leur rendent les Syriens. On en distingue deux, l'un Boréal, placé sous Andromède; l'autre Austral, plus au midi (Eratosthène, Germanicus, Hyginus). Le Poisson Boréal est le plus fort , et il a une tête d'Hirondelle. Les Chaldéens l'appelaient le Poisson-Hirondelle, ou Chélidonien (Théon).

Ils sont unis entre eux par un lien, appelé Linos (Géminos), syndesmos (Hipparque, Eratosthène, Aratus, Proclus). Ce lien s'étend jusque sous Aries (Théon). Cicéron l'appelle nodus, le  noeud du lien des Poissons, et même de la sphère (Hyginus), à cause de sa position près du point équinoxial et de la séparation des deux hémisphères. Germanicus le nomme aligamentum luteum et connexio Piscium.

Les noms des Poissons

Ces Poissons ont plusieurs noms, dont voici les principaux :

Les Grecs les nomment : Ichton, Aspalos (Hésychius). Les Latins : Pisces, Dercetia proles, Derceto, Dercetis, Phacetis, Dea Syria, Venus et Cupido (Bayer).

Les Indiens les nomment  Mahi en pelhvi, Mimam en sanscrit.

Pour les Arabes ce sont Hût, Sàmaka (Al-Ferghani), Haut, El haut, Samech, El Hautaine, Ichiguen (Riccioli). Les étoiles du lien, Arpêdonê, se nomment en arabe, Cheit ou Cheit Kettani. On appelle la vingt-sixième station de la Lune, Ahraava, l'écume du Verseau, près de l'épaule du Cheval. La vingt-septième est Alfargu, le vase (Al-Ferghani).

Les Hébreux les appellent, Dagaim, Degghim. Les Syriens, Daghioto, Nuno. Les Perses, Mâhi. Les Turcs, Bâlik.

Tous ces noms signifient Poissons.

Blaeü les appelle Pisces Bambycii, Decerto, Dercîs, Facelitim, Dione, Urania, Dagon, Ichiguen, Elsemcha, Samch, Haut , Elhaut, El hautaine.

L'année des Poissons et ses présages

Columelle fixe, au quinze des calendes de mars, l'entrée du Soleil dans les Poissons, avec indication de vents et de tempête; Ovide le fixe à la même époque, et il raconte à cette occasion l'aventure de Vénus et de son fils, poursuivis par Typhon , sur le bord de l'Euphrate (Fastes).

Columelle marque, au dix des calendes , le retour de l'Hirondelle. Au trois des ides de mars, la fin du lever du Poisson Boréal , accompagné des vents de Nord. Ovide fixe le coucher héliaque de ce Poisson, au six des nones.

Le même Columelle  marque, au 4 des nones de septembre, la fin du coucher du Poisson le plus méridional des deux, avec une annonce de chaleur; au sept des Ides de ce même mois, la fin du coucher du Poisson Boréal, et le lever de la Chèvre , avec indication de tempête. Il marque, pour le quatorze des calendes d'octobre, le coucher du matin des Poissons, et le commencement du coucher du Bélier.

Pour les astrologues, le signe des Poissons est le domicile de Jupiter, le lieu de l'exaltation de Vénus, et le siège de Neptune, dans la distribution des signes entre les douze grands dieux. Il est affecté à l'élément de l'eau. (Ch. Dupuis).

.


[Histoire culturelle][Biographies][Constellations]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.