.
-

Constellations > Liste des 88

La Lyre

Lyra, Lyra, Lyr

Constellation de la Lyre.



Découverte
La constellation de la Lyre occupe une étroite région bordée par la Voie Lactée. Son étoile la plus marquante est Vega, la cinquième étoile du ciel nocturne par ordre d'éclat (la seconde après Arcturus du Bouvier dans le ciel boréal).

Vega, de magnitude apparente 0,03 est un astre de type spectral A1, situé à 25,3 années-lumière. Son éclat réel est 50 fois supérieur à celui du Soleil (magnitude absolue : 0,58). On lui connaît cinq composantes. La plus brillante, de magnitude 10,50, est écartée de 1'2". En 1983, le satellite infrarouge IRAS a par ailleurs détecté autour de l'étoile un très ténu disque de poussières, évanescent résidu du cocon de gaz et de poussières dans lequel s'est formée l'étoile.

[La Voie Lactée]
[Les étoiles]

Exploration
Sheliak est une binaire spectroscopique à éclipses. Au gré de l'interposition de son compagnon sur la ligne de visée tous les 12 jours 22 heures, l'étoile passe de la magnitude 3,52 à la magnitude 4,30. Quatre autres composantes sont connues autour de cet astre situé à 800 années-lumière et de magnitude absolue -3,64 (2000 fois la luminosité du Soleil).

Epsilon 1 et 2 ***, écartées de 3'27", sont - chacune de son côté - des étoiles composées. Les composantes d'un premier couple, écartées de 2,6" sont de magnitudes 4,70 et 5,10. Celles du second couple, écartées de 2,3", sont de magnitudes 5,20 et 5,50. Distance du système : 155 années-lumière.

Delta Lyrae est une étoile triple optique. La première composante (Delta-1), une géante bleue de magnitude 5,50, est écartée d'un deuxième élément (Delta-2) de près de 3'. Delta-2 est elle-même composée. Éloignée de 3300 années-lumière, son étoile la plus brillante est une géante rouge de magnitude 4,50. Le principal compagnon de celle-ci est de magnitude 11,40, et se situe à 1'26" de là.

[Les étoiles multiples]
RR Lyrae est une étoile jaune de magnitude moyenne 7,20. Il s'agit d'une variable pulsante, qui ressemble par certains aspects aux Céphéides (étoiles dont le prototype est Delta de Céphée). Ses caractéristiques spectrales en font cependant un objet typique d'une population plus ancienne d'étoiles (la populationII) que l'on rencontre préférentiellement dans le halo de la Galaxie (alors que les Céphéides classiques sont plutôt typiques de la population jeune du disque galactique). RR Lyrae est ainsi considérée comme le prototype de variables, souvent rencontrées dans les amas globulaires, dont les variations sont faible amplitude et s'accomplissent sur des périodes de l'ordre de la journée. Comme pour les Céphéides ordinaires, il existe une relation entre la période et la luminosité intrinsèque de ses étoiles qui conduit à les utiliser pour l'estimation des distances.

R Lyrae, a ne pas confondre avec la précédente, est une variable rouge semi-régulière, dont la magnitude évolue entre 3,90 et 5,0 sur une période moyenne d'un mois et demi.

Une dernière étoile brillante pour la route : 

Sulafat est un astre de magnitude 3,25 dont la magnitude absolue est de -3,2 (2000 fois l'éclat du Soleil) et la distance 700 années-lumière.

[Les étoiles variables]
La Nébuleuse annulaire de la Lyre = M 57 *** est une nébuleuse planétaire bien connue et facile à repérer presque à mi-chemin entre Sheliak et Sulafat. La magnitude de son enveloppe en expansion à la vitesse de 30 km/s est de 9,70. Son étoile centrale, d'une température superficielle de 75 000K, est de magnitude 14,70. Distance estimée : 2000 années-lumière. 
M 57 M 56
[Les nébuleuses planétaires]
M 56 est un amas globulaire de magnitude photographique 8,89 auquel une distance de 30 000 à 60 000 années-lumière est attribuée. Très concentré et de petit diamètre angulaire, son observation est réputée difficile. 
Cet objet, situé au voisinage de b Lyre, a été catalogué par Messier en 1778 sous le n° 56 et décrit par lui comme une nébuleuse de faible éclat et sans étoile.

W. Herschel l'a résolu en 1784; c'est la réunion d'une multitude d'étoiles de la 11e à la 14e grandeur formant un amas sensiblement rond, assez large, et où la condensation lumineuse et stellaire arrive graduellement à être très forte en son milieu (Ch. André, 1900).

[Les amas globulaires]
NGC 6791 est un riche amas ouvert de magnitude 9,50. Éloigné de 15 000 années-lumière, il concentre dans un espace d'une douzaine d'années-lumière de diamètre plusieurs centaines d'étoiles. C'est l'amas ouvert le plus vieux que l'on connaisse dans la Voie lactée. Âge estimé : 7 milliards d'années.
-
NGC 6791.
NGC 6791. Source : The STScI Digitized Sky Surveycompositage : Imago Mundi, © 2011.

C 1851+368 est un petit amas d'une quinzaine d'étoiles situé à un bon millier d'années-lumière. Sa magnitude globale est de 3,80.

[Les amas ouverts]

Curiosités
C'est dans cette constellation qu'a explosé la nova de 1919.

Deux essaims d'étoiles filantes dont le radiant se situe dans cette constellation portent le nom de lyrides. Le premier est actif du 19 au 25 avril, le maximum d'activité (ZHR = 10 à 12) se situant vers le 23 avril. Cet essaim, beaucoup plus actif dans le passé, partage ses éléments orbitaux avec ceux de la comète de Thatcher. Le second essaim, est actif du 12 au 21 juin (maximum le 17). Son ZHR est seulement de 5 à 8.

[Les novae]

[Les novae]


Repérages
Le tableau ci-dessous donne les coordonnées (époque J2000,0) des objets du ciel profond mentionnés dans cette page : [Les systèmes de coordonnées]
Nom Ascension droite Déclinaison
M 57 18h53m31s 33°01'52"
M 56 19h16m31s 30°10'29"
NGC 6791 19h20m43s 37°50'47"
C 1851+368 18h53m31s 36°54'53"
.


[Constellations][Système solaire][Dictionnaire cosmographique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.