.
-

Portugal
Republica Portuguesa

39 30 N, 8 00 W
Le Portugal est un Etat situé à l'angle Sud-Ouest de la Péninsule ibérique et de l'Europe entière, limité à l'Ouest et au Sud par l'océan Atlantique, à l'Est et au Nord par l'Espagne. Les points extrêmes sont, au Nord, un coude du Minho, à l'Est; un coude du Douro, près de Miranda; au Sud, le cap de Santa-Maria, dans un îlot sablonneux; à l'Ouest, le cap de Roca ou de Lisbonne, à l'entrée de l'estuaire du Tage. Dans son ensemble, le Portugal a la forme d'un parallélogramme allongé du Nord au Sud; dans ce sens, la plus grande longueur est de 558 km; la plus grande largeur d'Est en Ouest n'est que de 220 km. C'est une république peuplée de 10,7 millions d'habitants (2009) et divisée en 18 districts et deux régions autonomes (Les Açores et Madère). La capitale du Portugal est Lisbonne (Lisboa). Autres grandes villes : Porto (Oporto), Evora, Setubal, Almada, Braga, Coimbra.

Les18 districts du Portugal

Aveiro
Beja
Braga
Braganca
Castelo Branco
Coimbra
Evora
Faro
Guarda
Leiria
Lisboa (Lisbonne)
Portalegre
Porto
Santarem
Setubal
Viana do Castelo
Vila Real
Viseu

Le périmètre total dépasse 3000 km, dont 1793 de côtes. La frontière hispano-portugaise est formée au Nord, à partir de l'Océan, par le Minho, pendant 90 km, puis par une ligne artificielle tirée vers l'Est, à travers les hautes vallées du Tamega, du Tua, du Sabor, du Maçaes, jusqu'au Douro. Elle tourne alors vers le Sud descendant le cours du Douro, dont la rive gauche reste à l'Espagne jusqu'au confluent de l'Agueda. La frontière est ensuite tracée le long de cet affluent et de la vallée du Toroes, franchit la sierra de Gata, suit l'Erjes (Elja), affluent du Tage, puis ce fleuve, durant une cinquantaine de kilomètres, et un affluent de gauche, le Sever; de là, une ligne conventionnelle jusqu'au Guadiana, en aval de Badajoz; ce fleuve sépare l'Espagne du Portugal sur 60 km, puis le Portugal possède ses deux rives; sa frontière conventionnelle englobe le val inférieur de l'Ardila et va joindre le Chanza qu'elle descend jusqu'au Guadiana pour suivre, cette fois, le fleuve jusqu'à la mer.

La superficie du Portugal est de 92,391 km², en comptant celle des deux archipels de Madère et des Açores, où se trouve le point culminant du pays, le Ponta do Pico (2351 m), sur l'Ihla do Pico (3203 km²). L'origine du nom de Portugal est le port de Calé (Portus Caleae), situé en face de Porto et aujourd'hui dénommé Villanova de Gaia.
-

Portugal : Cascais.
Une place de Cascais, à une trentaine de km à l'Ouest de Lisbonne. Source : The World Factbook.

Côtes du Portugal.
Les côtes sont généralement assez basses, le plateau ibérique s'abaissant par terrasses vers l'Océan. Entre le Minho et le Douro les montagnes en approchent encore; nous n'avons pourtant à signaler que les estuaires des fleuves côtiers : du Minho avec l'îlot d'Insua et le port de Caminha; du Limia avec le port de Vianna do Castello; du Neiva, du Cavado (port d'Espozende); l'anse de Pavoa de Varzim; l'estuaire de l'Ave (port de Villa do Conde); enfin, l'estuaire du Douro avec ses ports de Porto et Villanova de Gaia, et en avant la plage de São João da Foz. 

Au Sud du Douro s'allonge, pendant près de 200 km, une plage sablonneuse, frangée de dunes, derrière lesquelles se sont formées des lagunes; la principale est le vaste étang d'Aveiro débouchant par le rio d'Aveiro. De hauteur presque égale à celle des dunes de Gascogne, celles-ci sont boisées de pins et de chênes-lièges; dès le XIVe siècle, on y sema des pins pour les fixer. Le cap Mondego (253 m) s'intercale dans cette côte sablonneuse qui reprend ensuite son aspect jusqu'à la Concha de São Martinho où les contreforts de la serra do Estrella viennent accidenter le rivage. 

Au Sud de la lagune d'Obidos, il devient rocheux; la presqu'île de Peniche, terminée par le cap Carvoeiro, se prolonge dans la mer par les îlots granitiques de Berlenga et les écueils des Farilhões. La côte, bombée vers l'Ouest, s'escarpe et prend un aspect redoutable, surtout aux abords des monts de Cintra et du cap Roca qui signale l'approche du Foz, la bouche que le Tage s'est creusée entre ces collines, derrière lesquelles il s'étale dans la « mer de paille », l'admirable rade de Lisbonne. La baie du Tage est limitée au Sud par le cap Espichel, extrémité de la serra do Arabida. Elle tourne alors vers l'Est, longeant la baie de la serra; c'est la baie de Setubal avec son port de Cozimbra, et au fond celui de Setubal, au débouché de la lagune du Sado, estuaire isolé de la mer par une flèche sablonneuse. La côte s'incurve vers le Sud, basse et bordée de petits étangs. Notons la pointe da Pesqueira, le cap et la baie de Sines avec les îlots Percebeiras, l'îlot de Pessegueiro, l'estuaire du Mira, le cap Sardão, l'îlot Arrifana. 

Aux abords de l'Algarve, la côte se relève, et quand on a doublé le cap Saint-Vincent, la baie méridionale du Portugal est d'abord assez haute : pointe et havre de Sagres, pointe de Piedade et baie de Lagos; cap Carvoeiro; puis de nouvelles lagunes, celle de Peira et un long cordon littoral (50 km), découpé en quatre îles basses, abritant les rades peu profondes de Faro, Olhão, Tavira.
--

Carte du Portugal.
Carte du Portugal. Source : The World Factbook.
(Cliquer sur l'image pour afficher une carte plus détaillée).

Relief du sol.
Le Portugal est un pays montagneux qui occupe les terrasses occidentales du plateau ibérique s'abaissant vers la nier et profondément entaillées par les vallées du Douro et du Tage. Ces vallées divisent le pays en trois régions d'inégale étendue : celle du Nord entre Minho et Douro, constitue la terminaison méridionale des monts de Galice; celle du centre ou du Beira, entre Douro et Tage, se rattache au plateau castillan; celle du Sud ou de l'Alemtejo est beaucoup moins montueuse, c'est un plateau ondulé, aride, semé de petits massifs et se terminant au Sud par la petite chaîne côtière de l'Algarve. D'une manière générale, l'aspect est très accidenté; si les montagnes sont moins élevées qu'en Espagne, les plaines sont aussi plus basses.

La zone septentrionale, comprenant les anciennes provinces de Tras os Montes et de Minho (ou Entre Douro et Minho), se rattache, avons-nous dit, aux monts de Galice et par là au système des Monts Cantabriques et des Pyrénées. Les plus hautes cimes se trouvent près de la frontière sur la ligne de partage des eaux entre le Minho et le Douro : le pic de Laronco (1580 m), la Raya Seca, la serra do Gerez (1468 m et 1348 au Portella de Homem); cette serra granitique d'aspect tourmenté est très pittoresque; son contrefort, au Nord de Braga, mesure 743 m. La vallée du Limia sépare cet alignement de celui, plus septentrional, du Penagache (1239 m), du Gaviarra, dit aussi Outeiro Major (1441 m), du Peneda (1381 m), dont le mont le plus voisin de l'Océan est le Santa Luzia (553 m). Au Sud de la serra do Gerez, et au delà du ravin du Cavado s'élève la serra Cabreira (1279 m). A l'Est de celle-ci et de la vallée du Tamega, les massifs confus du Tras os Montes, séparés par de profondes vallées d'érosion, renferment les serras Padrella (1151 m), de Villarelho (1118 m) et dominant le Douro, la serra do Marão (1412 m); puis à l'Est du Tua les serras de Nogueira (1320 m), de Bornès (1202 m); entre le Sabor et le fleuve, les hauteurs s'abaissent à 1008 m dans les Cimas de Mogadouro et 897 dans la serra do Roberedo.

La région centrale ou du Beira a pour arête médiane le prolongement de la sierra de Gata; c'est la serra de las Mezas (1200 m), qui relie celle-ci au principal massif portugais, celui de la serra do Estrella (1993 m), vêtue de neige pendant quatre mois par an. La croupe granitique, allongée du Nord-Est au Sud-Ouest entre le Mondego et Zézéré, est onduleuse, semée de petits lacs; abrupte au Sud-Est, elle s'abaisse doucement sur le versant Nord-Ouest. Coupée par les gorges du rio Ceira, elle se prolonge par la serra de Louza (1202 m), au delà de laquelle on ne trouve plus guère que des collines, Sico (549 m), serra do Aire (677 m), Junto (666 m), jusqu'aux superbes monts de Cintra (488 m) et au cap da Roca (142 m), qui forme l'extrémité de cette terrasse longée au Sud-Est par le Tage. Au Nord de ce massif principal, séparé de lui par le Mondego, on trouve les serras do Marofa (866 m), da Lapa; au bord du Douro et en face du Marâo, le Montemuro atteint 1389 m. Dominant la plaine du Beira maritime, nous rencontrons les serras Gralheira (1122 m), da Caramullo (1070 m) et la célèbre forêt de Bussaco (547m) au Nord de Coïmbra.

Au Sud-Est du massif d'Estrella, par delà le val du Zézéré, s'allongent les croupes de Guardunha (1224 m.) et de Moradal (1081 m) dominant la plaine de Basse-Beira qui descend vers le Tage.

La région du Sud du Tage ou de l'Alemtejo est d'aspect bien différent des autres : pays triste, monotone, faiblement accidenté; sur ces longues ondulations, les vallées peu profondes ne tranchent guère; de médiocres collines, de vastes étendues de brousse et de landes (charnecas), prolongent les jarales de la sierra Morena; la végétation dominante est celle des bruyères arborescentes, des ébènes verts presque rampants, des myrtes, romarins, cistes. La population est très clairsemée; elle n'augmente qu'au voisinage du littoral dans l'Estrémadure. 

Les principales hauteurs sont la granitique serra de São Mamede sur la frontière (1025 m), prolongée par la serra de Portalegre; au Sud, la serra d'Ossa ne monte plus qu'à 649 m; le Monfusado, à l'Ouest d'Evora, n'atteint que 420 m; au Sud de la ville la serra Mendro, haute de 406 m, domine de peu le plateau du Campa di Beja (250 m), continué par celui du Campo de Ourique (220 m), célèbre dans l'histoire de l'indépendance portugaise. Vers la mer, de petites collines forment une sorte de remblai côtier ce sont, du Nord au Sud, les hauteurs jurassiques de la serra do Arrabida (499 m), dans la presqu'île comprise entre l'estuaire du Tage et la baie de Setubal; puis la serra Grandola (236 m), le monte Corral (377 m), raccordé avec la serra de Caldeiras (388 m), qui clôt, an Sud-Ouest le champ d'Ourique. Sur la rive orientale du Guadiana sont de petits massifs qui se rattachent à la région cuprifère de l'Espagne (sierra de Aracena, rio Tinto); citons le Guadelupe (287 m), l'Agha Negra (252 m)

Au Sud, les plateaux de l'Alemtejo sont, nous l'avons dit, les monts de l'Algarve. C'est la terminaison occidentale de la sierra Morena, rempart méridional du haut plateau ibérique; mais c'est aussi une chaîne à demi africaine, creusée de belles ravines, vêtue de vignes, de jardins, d'une opulente végétation, qui regarde l'Océan et le midi. Les monts d'AIgarve commencent au bord du Guadiana par les Cumeadas Pereirão, Fonpana, l'Alcaria do Cume (523 m); le Sao Miguel ou Figo (415 m); ils s'élèvent en allant vers l'Ouest dans la serra do Malhão (575 m), et atteignent 903 m dans la serra do Monchique; au Sud-Ouest de celle-ci, l'« Echine du chien », Espinhaco de Cão (253 m), va former le cap Saint-Vincent (São Vicente) ou de Sagres, borne extrême du continent.

Régime des eaux.
Le Portugal est assez bien arrosé parce qu'il possède le cours inférieur de quatre fleuves espagnols; mais la pente est trop irrégulière pour permettre une navigation fluviale considérable, Entre ces bassns principaux s'intercalent de petits fleuves cotiers qui se partagent les deux cinquièmes de la superficie totale du pays.

Le Minho ne draine que 872 km², du Portugal, auquel il n'appartient que par sa rive gauche (méridionale) et durant 90 km seulement; il y arrose Moncão (en face de Salvatierra), Valença (en face de Tuy), Villanova da Cerveira, et a 250 m de large quand il entre en mer.

Le Lima ou Limia venu d'Espagne a 75 km sur 150 au Portugal où il recueille les eaux de 1000 km². 

Le Neiva n'a que 35 km. Le Canado (135 km, bassin de 1600 km²) dont les eaux sont très pures, passe au Nord de Braga; il vient, comme son affluent droit le Homem, de la Raya Seca. 

L'Ave (80 km, bassin de 1350 km²), descendu de la serra do Cabreira, passe entre les cités historiques de Braga et Guimarães; la première est traversée par le Deste, son affluent de droite; à gauche, il se grossit du Vizela.

Le Douro parcourt au Portugal 335 km dont 145 communs avec l'Espagne; il y recueille les eaux de 18.750 km², il est théoriquement navigable sur 228 km. Dans la partie de son cours, où il sert de frontière, la rive gauche demeurant espagnole, il coule dans des gorges très étroites et pittoresques; près du confluent du Tormes, on peut le franchir en deux bonds, à l'aide d'un rocher de son lit; la seule ville à citer de ce côté est Miranda do Douro. En aval du confluent de l'Agueda (g.), le Douro est tout portugais, il ne coule plus vers le Sud-Ouest, mais vers l'Ouest, recevant à droite le Sabor qui passe près de Bragance, le Tua, le Corgo qui passe à Villareal, le Tamega, venu d'Espagne, qui passe à Chaves, le Souza qui passe à Penafiel; à gauche, le Coa qui passe près d'Almeida, le Tavora, le Païva. Entre le Tua et le Tamega, les collines riveraines du fleuve forment le « pays du vin » qui, par Porto, s'exporte dans le monde entier. Hors ce grand port, le Douro ne baigne pas de ville importante en Portugal.

Le Vouga (143 km, dont 30 navigables; bassin de 3750 km²) aboutit à l'étang d'Aveiro. 

Le Mondego (225 km, bassin de 6200 km²), rivière nationale des Portugais, sort de la serra da Estrella et coule parallèlement à son axe, d'abord vers le Nord-Est, puis vers le Sud-Ouest, il passe près de Guarda, de Celorico, à Coimbra, finit en face de Figueira. Il reçoit à gauche le Dao.

Le Liz (60 km) arrose Leiria.

Le Tage (Tejo) parcourt en Portugal 325 km, dont 50 communs avec l'Espagne, la rive droite seule étant portugaise; il recueille les eaux de 24.500 km² . Navigable pour les vaisseaux jusqu'à Santarem, il l'est pour des barques jusqu'au défilé des Portas de Rodao, près de Villa Velha, quand il est devenu tout à fait portugais; il baigne ensuite Abrantès, tourne vers le Sud-Ouest, passe à Santarem, se divise en plusieurs bras qui forment en dernier lieu l'île de Lezirias, contiguë au golfe intérieur de la mer de Paille, vaste de 252 km², long de 30 km, large de 5 à 12, à l'extrémité duquel est Lisbonne campée au point où l'estuaire se rétrécit. Les tributaires lusitaniens du Tage sont : à droite, le Ponsul, le Zézéré (218 km) parallèle au Mondego, de l'autre côté de l'Estrella; à gauche, Ie Zatas ou Sovraca (175 à180 km), formé de l'union des rivières de Sor et de Seda, celle-ci venue de Portalegre.

Le Sado (150 km, bassin de 8000 km²), venu du Campo de Ourique, finit dans la lagune de Setubal (167km²), vaste saline. 

Le Mira (100 km, bassin de 1650 km²), qui recueille les eaux du versant Nord des monts de l'Algarve, arrose Odemira et y devient navigable sur ses 20 derniers km.

Des torrents de l'Algarve on peut mentionner les rios d'Odelouca et de Silves qui, à leur embouchure, forment le petit havre de Villanova de Portimao.

Le Guadiana est portugais pour 235 km, dont 97 partagés avec L'Espagne; il recueille les eaux de 11000 km² du Portugal; il y entre en aval de Badajoz, non loin d'Elvas, traîne ses eaux peu abondantes entre des rives presque désertes, franchit les gorges du Pulo de Lobo (Saut du Loup), baigne Mertola où remontent les barques, Pomarao qu'atteignent les navires, Alcontini (en face de Sanlucar), Castro Marim et Villareal de Sao Antonio (en face d'Ayamonte) où il se jette dans l'océan Atlantique.

Climat.
Le climat du Portugal est méditerranéen, tempéré, mais l'Atlantique le refroidit et le rend plus humide. D'une manière générale, il fait donc moins chaud que sur la Méditerranée à latitude égale. La moyenne annuelle est de + 10,9 °C à Guarda (alt. 1039 m); + 15,65 °C à Porto et à Lisbonne; +15,22 °C à Coïmbra; +16,28 °C à Campomajor (Alemtejo); +17,45 °C à Lagos. En juillet, la température moyenne ne dépasse guère +21 °C à l'ombre. Il faut d'ailleurs distinguer le littoral dont la température est fort égale, de l'intérieur où elle est sujette à de brusques variations et dont les conditions se rapprochent de celles du plateau espagnol. Il pleut surtout en hiver, par vent d'Ouest; la chute d'eau moyenne annuelle est de 1430 mm à Porto, 890 à Coimbra, 750 à Lisbonne, 585 à Lagos. En été, les pluies sont rares, surtout dans le Sud. Les orages ne se produisent guère qu'aux équinoxes et parfois en hiver. Le vent régulier est la brise (roteiro) qui souffle de l'Est au matin, du Sud à midi, du Nord-Ouest dans la soirée. Les grands vents d'Ouest amènent les nuages, ceux d'Est sont secs et désagréables.

Flore
Les indications générales ont été données à l'article Europe. Le climat maritime a pour résultat une restriction de la flore des steppes développée en Espagne, au profit des forêts; l'arbre caractéristique est le Pin (Pinus pineaster, Pinea), lequel ne dépasse guère au Sud le Sado; cette limite marque celle de la zone bien arrosée. Les autres arbres dominants sont les Chênes, Quercus ruber, Quercus ilex, Quercus lusitanica, le Castanea vesca. Le caractère atlantique de la flore est manifesté par le Prunus lusitanien, Hedera canariensis, Davallia canariensis, les Ulex, Armeria, Ericacées, etc. Signalons encore l'Empetrum album et le Drosophyllum lusitanieum. La serra de Monchique, dans sa zone alpestre, possède le Rhododendron ponticum qu'on ne retrouve plus qu'en Anatolie.

Faune.
La faune est celle de la sous-région méditerranéenne (Europe, § Faune), mélangeant les types européens et africains. Les Oiseaux sont ceux de l'Espagne; la faune des Reptiles est moins riche que celle d'Espagne, mais renferme un type spécial au pays, Chioglossa lusitanica. (A-M. B.).

.


Etats et territoires
[La Terre][Cartotheque][Tableaux de bord][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2009. - Reproduction interdite.