.
-

Séville
Séville, Sevilla en espagnol, Hespalis et Julia Romula chez les Anciens, est une ville et port d'Espagne, chef-lieu de la province du même nom et de toute l'Andalousie, sur la rive gauche du Guadalquivir, qui la sépare de son faubourg, Triana (vieux quartier gitan), à une alt. de 100 m, à 76 kilomètres de son embouchure, à 380 kilomètres au Sud-Sud-Ouest de Madrid; plus de 703 000 habitants (2012). Nombreux et admirables monuments qui ont donné lieu au proverbe espagnol : "qui n'a pas vu Séville n'a rien vu". Le climat de Séville est célèbre pour sa beauté, mais aussi pour sa chaleur et sa sécheresse. 
-
Séville : l'Alcazar et la cathédrale.
L'alcazar et la cathédrale de Séville, sur une ancienne carte postale.

Monuments.
Séville, la « reine de l'Andalousie », est la quatrième ville de l'Espagne; elle est célèbre par les merveilles d'architecture qu'elle contient. Bâtie sur la rive du Guadalquivir que bordent de beaux quais de 4 km de développement, elle a malheureusement à souffrir des inondations. Autrefois entourée de murailles d'origine romaine, mesurant 24 km de longueur, elles les a détruites pour s'élargir et n'en possède plus que la porte de Triana. Les rues sont étroites, mais bordées de maisons pittoresques. Parmi les monuments, on doit citer :

La Torre del Oro, un des plus anciens, l'Alcazar, « aux murailles brodées », presque aussi beau que l'Alhambra de Grenade, mais qui l'emporte sur ce dernier par ses admirables jardins d'orangers; 

La superbe cathédrale a été construite de 1401 à 1520 c'est la plus grande de l'Espagne, et sa nef est une des plus hautes du monde; de nombreuses toiles de maîtres la transforment en un véritable musée; le trésor est d'une richesse inouïe, une chapelle contient le mausolée de Colomb où les restes du grand navigateur ont été transportés depuis que Cuba; enfin, elle est dominée par la célèbre tour de la Giralda ou Girouette, haute de 120 m. 

On y admire encore la Bourse, l'Hôtel de Ville, l'Hôtel des monnaies, le palais d'Albe, la Casa de Pilatos, construite en  1519 dans un style où Ies ordres mauresque et de la Renaissance se marient très agréablement, le collège San Telmo, la célèbre Plaza de Toros, l'hospice de la Caridad, l'aqueduc romian appelé Caños de Carmona qui apporte à la ville, sur 410 arcades, les eaux d'Alcala de Guadaïra captées à 10 km Sud-Est de la ville. On ajoutera à cela de riches bibliothèques, les archives de l'Amérique espagnole depuis la découverte de Colomb, un musée de peinture et de sculpture; etc. . 

Le Guadalquivir, large de 200 m, traversé par trois ponts (le dernier, contruit à l'occasion de l'exposition universelle accueillie par séville en 1992), est soulevé par le flot de marée, ce qui permet à des navires de 200 tonneaux de remonter jusqu'aux quais de la ville. Le port de Séville a été un des plus importants de l'Espagne; il eut le monopole du commerce avec l'Amérique espagnole. 
-

Séville.
Séville au XVIe siècle, par Antonio Sanchez Coello.

Histoire.
L'origine de Séville est inconnue : la légende en attribue la fondation à Hercule; appelée Hispalis, elle fut phénicienne, grecque, puis alliée aux Carthaginois et aux Romains; ayant pris parti pour les Pompéiens, elle fut prise par Jules César et baptisée Julia Romulea ou  Romula ( = la petite Rome). On ignore d'où vient son nom actuel. Colonie, puis municipe sons Auguste, elle fut le principal centre de l'Espagne latine; Hadrien bâtit en face la ville d'Italica; elle tomba successivement entre les mains des Vandales (411), puis des Wisigoths dont elle devint une capitale; les Arabes s'en emparent en 712; ravagée par les Vikings  en 844, elle devint en 1026 la capitale du royaume musulman des Abbadides

Le 22 novembre 1248, après un siège de 18 mois, le roi, Ferdinand III de Castille l'enleva aux Maures et en fit sa capitale. On raconte que 300.000 habitants s'en seraient alors expatriés; repeuplée de chrétiens, elle joue un grand rôle en Espagne. : Elle fut presque constamment depuis la résidence des rois d'Espagne jusqu'à Philippe II. Deux vers, qu'on lit sur la porte de Carné, résument l'histoire de cette ville :

Condidit Alcides, renovavit Julius urbem; 
Restituit Christo Fernandes tertius heros.
-En 1481, elle devient le centre de l'Inquisition qui y compta jusqu'à 4000 juges et familiers.  Après la conquête de l'Amérique, Séville eut longtemps le monopole du commerce avec les nouvelles colonies. Elle fut aisni aux XVIe et XVIIe siècles le centre artistique et commercial de l'Espagne, entrepôt du trafic avec les colonies d'Amérique, plus tard transféré à Cadix; mais elle suivit la décadence de l'Espagne. 

Alcazar de Séville : la cour des Demoiselles.
La cour des Demoiselles (Patio de las Doncellas),
dans l'alcazar de Séville. Photos : The World Factbook.

Un traité de paix entre l'Angleterre et l'Espagne fut signé à Séville en 1729. En 1808, cette ville s'insurgea contre la domination française et  vit se former la junte centrale (27 mai 1808) transportée le ler février 1810 à Cadix, quand les Français  entrèrent dans la ville pour n'en sortir qu'en 1812. En 1823, les Cortès, emmenant le roi Ferdinand VII et fuyant devant l'invasion française, se retirèrent à Séville, avant de se fixer à Cadix.

A peu de distance au Sud sont les ruines d'Italica, représentées présentées par un amphithéâtre. Italica puis Séville ont donné naissance à une grande quantité d'hommes célèbres : Silius Italicus, Trajan, Hadrien, Théodore, Ponce de Léon, Bartolomé de Las Casas,  les poètes Lope de Rueda et Fernando Herrera, mais surtout à une pléiade de peintres qui y créèrent une école célèbre de peinture, lors de la Renaissance et au XVIIe siècle, Francisco Herrera, Luis de Vargas, Diego Velazquez, Esteban Murillo, Francisco Pacheco, etc. (J.-G. Kergomard).
-

Séville.
Séville au XIXe siècle, par D. Roberts.
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007 - 2012. - Reproduction interdite.