.
-

La Terre > Les parties de la Terre > Les continents et les îles > L'Europe
Géographie de l'Europe
La faune de l'Europe
L'Europe, considérée au point de vue zoologique, comprend trois sous-régions qui sont des subdivisions de la grande région paléarctique. Par sa faune, qui est une des moins riches du globe, l'Europe n'est qu'une dépendance du vaste continent asiatique dont elle forme, en quelque sorte, la presqu'île occidentale, la plupart des animaux qui l'habitent se retrouvant dans le Sud de la Sibérie

Les trois sous-régions dont nous venons de parler constituent en réalité trois zones dont le climat a sur la faune, comme sur la flore, une influence prépondérante. 

• La zone septentrionale se rattache à la région arctique dont la limite méridionale est indiquée par la ligne isotherme de 0°C, qui correspond, en moyenne, au 65°C de latitude Nord. Cette zone comprend la Laponie suédoise et tout le Nord de la Russie ainsi que les îles situées au Nord de cette ligne (Islande, Nouvelle-Zemble et Spitzberg). 

• La zone moyenne, qui correspond à ce que les zoologistes appellent la sous-région européenne, s'étend depuis la limite méridionale de la zone précédente (ligne isotherme de 0°C) jusqu'à la ligne des montagnes de l'Europe méridionale (Pyrénées, Cévennes, Alpes, Balkans, Caucase), et de l'Oural à l'océan Atlantique, en y comprenant les îles Britanniques

• Au Sud de ces montagnes commence la zone méridionale qui se rattache à la sous-région méditerranéenne, ou du pourtour de la mer Méditerranée. D'ailleurs, la limite entre ces deux sous-régions est loin d'être absolue et la faune méditerranéen pénètre plus ou moins profondément dans la sous-région européenne partout où les chaînes de montagnes ne forment pas de massifs très étendus en latitudes ou sont interrompues par la mer, notamment dans le Sud de la France à l'Ouest, dans le Sud de la Russie à l'Est.

La sous-région arctique.
Le sol est gelé une bonne partie de l'année, la température est inférieure à 0°C pendant 9 à 11 mois. Les animaux à sang froid (Amphibiens, Reptiles) sont rigoureusement exclus. Les Invertébrés annuels se multiplient à l'extrême pendant la belle saison. On connaît 402 espèces de papillons en Islande. Les moustiques pullulent dans les régions basses et lacustres à la limite des forêts de Scandinavie, de Finlande et de Russie, et contribuent à chasser vers le Nord pendant l'été les rennes. Les animaux à sang chaud ne pratiquent pas l'hibernation, à cause du froid trop intense; mais se couvrent de fourrures épaisses, à poil très fin et très serré chez les petits animaux, à poils grossiers chez les espèces de grande taille. L'accumulation, pendant la belle saison, de graisse, utilisée pendant l'hiver, est commune chez les herbivores (Renne, Elan), qui vivent en troupes, suivant des migrations saisonnières. Parmi les carnivores, on mentionnera l'Hermine, Renard et Lièvre des neiges. Ces animaux ont adopté la livrée blanche polaire.

Les îles et les rivages maritimes sont le siège de groupements spéciaux. Les herbivores migrateurs y manquent, ainsi que généralement les Rongeurs, tels les lemmings, et leurs ennemis naturels. L'Ours blanc, qui évite le continent et vit de pêche, s'avance sur la glace jusqu'à l'extrême limite de la vie vers le Nord (Spitzberg, Nouvelle-Zemble). Mais la caractéristique est l'abondance extrême des Oiseaux, parmi lesquels dominent surtout les oiseaux de mer, pêcheurs, nageurs ou plongeurs (Macreuse, Eider, Skua, Harle Bièvre, Macareux, Gerfaut, Mouette, Fulmar, Oie bernacle, etc.). Un grand nombre d'Oiseaux migrateurs viennent aussi chercher dans ces terres reculées un abri pour leur couvée. Les parois rocheuses sont parfois formellement couvertes d'oiseaux nichant. 

La faune arctique est donc loin d'être aussi pauvre qu'on pourrait s'y attendre étant donné la rigueur du climat, mais elle est remarquablement uniforme. Il en est autrement des faunes de la zone moyenne et de la zone méditerranéenne.

La sous-région européenne.
La pauvreté de la faune de l'Europe moyenne est en grande partie l'oeuvre de l'Humain qui a substitué aux animaux sauvages qui l'habitaient primitivement les animaux domestiques qu'il mène partout avec lui, et s'est appliqué à détruire systématiquement tous ceux qui lui sont nuisibles ou dont il peut manger la chair pour se nourrir. Ce résultat est surtout sensible dans les îles Britanniques, qui ont possédé autrefois tous les grands Mammifères que l'on trouve encore sur le continent, et n'en possèdent plus actuellement qu'un très petit nombre. En Europe, les grands massifs montagneux et boisés du centre ont garanti les mêmes espèces d'une extinction aussi rapide en leur servant de retraite et ont facilité le repeuplement de cette faune grâce à des migrations venues de l'Est, c.-à-d. des régions orientales de l'Europe restées moins peuplées et plus préservées que les plaines du versant de l'océan Atlantique. Cependant, beaucoup de types zoologiques, et particulièrement ceux de grande taille, ont disparu complètement ou ont été refoulés les uns vers le Nord, les autres vers l'Est. ou vers le Sud, et pour se faire une idée exacte de cette faune, telle qu'elle devait être au début de l'époque géologique actuelle et avant que l'humain l'ait modifiée, il faudrait remonter aux premiers temps historiques. Les documents que nous possédons à ce sujet nous permettent de rétablir, à peu de choses près, tous les éléments de cette faune primitive.

Les Mammifères.
Dans son état actuel, la faune de la sous-région européenne compte à peine une centaine de Mammifères dont plus de la moitié sont d'une taille inférieure à celle du Rat. Les Ongulés même n'y dépassent pas la taille moyenne : ce sont le Sanglier (Sus scrofa), le Cerf et le Chevreuil (Cervus elaphus et C. capreolus), qui sont les plus gros gibiers des forêts et des plaines européennes. Les Carnivores sont : le Loup (Canis lupus), le Renard (C. vulpes), le Blaireau (Meles taxus), la Marte et la Fouine (Mustela martes et M. foina), la Belette (M. vulgaris), la Loutre (Lutra vulgaris) et le Chat sauvage (Felis catus). Les Insectivores sont représentés par le Hérisson (Erinaceus), plusieurs Musaraignes (Sorex, Crocidura, Crossopus) et la Taupe (Talpa). Les Chauves-Souris appartiennent aux genres Rhinolophus, Vespertilio, Vesperugo, Plecotus et Synotus; les Rongeurs, aux genres Ecureuil (Sciurus), Loir (Myoxus), Hamster (Cricetus), Campagnol (Arvicola, ce dernier nombreux en espèces, Rat (Mus), Castor et Lièvre (Lepus). Le genre Rat, plus commun dans la région orientale ou indienne, n'a guère ici que deux espèces indigènes : le Mulot (Mus sylvaticus) et le Rat nain ou des moissons (Mus minutus) : toutes les autres, c.-à-d. le Surmulot (Mus decumanus), le Rat noir (M. rattus) et même la Souris (M. musculus) ont dû venir d'Asie à la suite des migrations humaines, celle-ci la première.

Les chaînes de montagnes de l'Europe centrale forment, au milieu des plaines, comme des îles à température plus, basse et qui ont conservé une faune qui leur est propre ou se retrouve plus au Nord dans la région arctique: l'Ours (Ursus arctos), le Lynx (Felis lynx), le Chamois (Capella rupicapra), le Bouquetin (Capra ibex), la Marmotte (Arctomys marmotta) caractérisent cette faune. Le Lièvre changeant (Lepus variabilis) et l'Hermine (Mustela hermiaea) relient la faune alpine à la faune arctique. 

Les côtes de l'océan Atlantique sont visitées par le Phoque commun (Phoca vitulina) et par des Cétacés des genres Dauphin (Delphinus), Marsouin (Phocaena), Hyperoodon, Ziphius, Balaenoptera et par la Baleine des Basques (Balaena biscayensis) aujourd'hui fort rare, mais qui, au Moyen âge était, dans le golfe de Gascogne, l'objet d'une pêche importante.

Les Oiseaux.
Les Oiseaux d'Europe (près de six cents espèces), sont, comme les Mammifères, communs à cette sous-région et à la sous-région sibérienne; beaucoup émigrent soit pendant l'été vers la région arctique, soit pendant l'hiver dans la région éthiopienne (Afrique). Les Moineaux (Fringillidae) et les Merles et Fauvettes (Tucrdidae et Sylviidae) sont surtout nombreux. Le Rossignol (Philomela luscinia), si remarquable par son chant nocturne, est un des Oiseaux les plus caractéristiques de cette région. Les Oiseaux à reflets métalliques sont rares : le Martin-Pêcheur (AIcedo hispida) fait seul exception. Les Grimpeurs sont représentés par le genre Picus dans les forêts du Nord. Les plus grands Rapaces sont des Aigles (Aquila, Haliaetus), les Echassiers, des Outardes (Otis), des Grues, des Cigognes, des Bécasses, avec une foule d'oiseaux aquatiques de plus petite taille. 

Les montagnes ont comme types spéciaux le Gypaète (Gypaetos barbatus), le grand Tétras (Tetrao urogallus), le Chouquard (Pyrrhocorax alpinus); d'autres comme le Lagopède (Lagopus alpinus), le Bruant des neiges (Plectrophanes nivalis), relient cette faune à la faune arctique.

Les Reptiles.
Les Reptiles sont peu nombreux et peu variés, comme dans tous les pays à température peu élevée. Les vrais Lézards sont caractéristiques de la région paléarctique (Lacerta muralis, L. stirpium, L. viridis); ce dernier atteint une assez grande taille.

Le Lézard vivipare (Zootoca vivipara) s'étend des Alpes au cercle arctique, et l'Orvet (Anguis fragilis) est commun partout; les Ophidiens ont plusieurs types de Couleuvres dont deux, la Couleuvre d'Esculape (Elaphis) et la Couleuvre à collier (Tropidonotus natrix) atteignent 2 m de long et la grosseur du bras, mais dont la morsure est sans danger. Au contraire les Vipères, beaucoup plus petites, dépassant rarement la grosseur du pouce (Vipera berus et V. aspis, sont très venimeuses et leur morsure peut même entraîner la mort. 

Les Batraciens.
Les Batraciens sont des Grenouilles (Rana), des Rainettes (Hyla), des Crapauds (Bufo), des Salamandres dont une espèce (S. atra) est propre aux Alpes et des Tritons (Molge); ces derniers sont des Salamandres aquatiques.

Les Poissons.
Les Poissons les plus communs dans les rivières et les lacs sont des Cyprins (Cyprinidae). 

Les Mollusques.
Les Mollusques terrestres sont des Escargots (Helix) et des Limaces (Limax), et le genre voisin Arion est exclusivement paléarctique.

Les Insectes.
Les Insectes sont beaucoup plus nombreux en espèces que les Vertébrés. Les Carabiques (Coléoptères carnassiers) sont surtout abondants. Les Lépidoptères ou Papillons présentent plusieurs types qui peuvent rivaliser, pour l'éclat de leurs couleurs métalliques, avec ceux des pays chauds.

Les autres Invertébrés n'ont rien de caractéristique.

La sous-région méditerranéenne.

Les Mammifères.
La faune de la sous-région méditerranéenne est représentée dans le Sud de l'Europe par plusieurs types zoologiques dont les uns sont spéciaux à cette partie du monde, tandis que les autres se retrouvent dans le Nord de l'Afrique ou en Anatolie

Parmi les premiers, chez les Mammifères, il faut signaler deux types remarquables d'Insectivores : le Desman des Pyrénées (Mygale pyrenaica) et le Desman moscovite (M. moschata), tous deux habitants des eaux douces : ce dernier s'est étendu, à l'époque quaternaire, jusque dans le Nord de l'Europe et en Angleterre. 

Les types qui se rattachent à la faune africaine sont : le Magot (Macacus inuus) de Gibraltar, Singe que l'on suppose importé d'Afrique et qui se retrouve en effet au Maroc et dans la région d'Oran; la Genette (Genetta vuIgaris), petit Carnivore de la famille des Viverridae, qui pénètre jusque dans le centre et le Nord-Ouest de la France (Maine-et-Loire, Eure); la Mangouste (Herpestes Widdringtoni) qui vit dans le Sud de l'Espagne; le Porc-Epic (Hystrix cristata) qui se trouve en Sicile et dans le Sud de l'Italie, et deux Chauve-Souris (Molossus Cestonii, Miniopterus Schreibersii) qui s'avancent jusqu'en Suisse et dans le Sud-Est de la France

Les montagnes de la Corse et de la Sardaigne possèdent le Mouflon (Ovis musimon). Enfin le Daim (Cervus dama) ne se trouve plus à l'état sauvage qu'en Espagne, en Sardaigne et en Grèce, et le Lapin de garenne (Lepus cuniculus), qui s'est propagé peu à peu vers le Nord, paraît originaire du pourtour de la mer Méditerranée. 

Plus à l'Est, en Dalmatie, en Grèce et en Crimée, commence à se montrer le Chacal (Canis aureus) qui est comme l'avant-coureur de la faune des steppes qui est déjà bien caractérisée dans le Sud de la Russie et jusqu'en Pologne. A cette faune appartiennent le Corsac (Vulpes corsac), la Gerboise (Alactaga jaculus), les Gerbilles, le Sminthus loriger, les Sousliks (Spermophilus) ou Marmottes des sables, les Rats-Taupes (Ellobius talpinus, Spalax typhlus), les Hamsters (Cricetus) qui remplacent les Campagnols du Nord, et le Lagomys pusillus ou petit Lièvre de montagne, enfin le Saïga (Saiga tartarica), espèce très particulière du groupe des Antilopes qui ne se trouve que dans la steppe. Les montagnes du Caucase et des îles de la mer Egée possèdent plusieurs espèces particulières de Chèvres ou de Bouquetins (Capra aegagrus, Capra caucasican, etc.). 

Les Oiseaux.
Parmi les Oiseaux circumméditerranéens, il faut signaler les Vautours (Vultur monachus, Gyps fulvus), les Guépiers (Merops apiaster), les Flamants (Phaenicopterus roseus), puis les Gangas (Pterocles) et les Syrrhaptes, dont l'apparition en Europe est tantôt régulière, chaque année, tantôt plus ou moins accidentelle. 

Les Reptiles.
Les Reptiles ont un faciès africain beaucoup plus marqué : une Tortue de marais (Cistudo lutaria) remonte jusque dans le centre de la France. Un grand et beau Lézard (Lacerta ocellata) atteint 80 cm de long, habite le Sud-Est de laFrance : les Psammodromus hispanicus, Acanthodactylus vulgaris, le Caméléon (Chamaeleo vulgaris), les Geckos (Platydactylus, Hemidactylus, Phyllodactylus), le Fouette-Queue (Stellio), les genres Gongylus, Seps, Ablepharus, Pseudopus, enfin l'Agame ensanglanté des bords de la mer Caspienne, rappellent la faune de la région éthiopienne. Les Couleuvres sont remplacés par les genres Coronella, Ablabes, Zamenis; les Serpents venimeux sont l'Aspic et l'Ammodyte (Vipera aspis, V. ammodytes). 

Les Insectes.
Les Insectes ont aussi un faciès qui les distingue : le genre Dorcadion est propre à la zone des steppes, mais s'étend jusque dans le Sud-Ouest de l'Europe. Les Tenebrionidae sont encore plus caractéristiques du pourtour de la mer Méditerranée. Les Orthoptères du groupe des Criquets (Aerydinae) sont très abondants et dévastent périodiquement cette région. Le Pachytilus mnigratorius, dans le delta du Danube, la Hongrie et la Russie méridionale, est l'espèce la plus redoutée dans le Sud de l'Europe, mais plusieurs autres espèces (par exemple Parapleurus alliaceus du Sud de la France) rivalisent quelquefois, pour leurs ravages, avec la précédente. Enfin les Cigales (Cicada) au chant strident sont également caractéristiques de cette zone méridionale.

Paléontologie de l'Europe

Animaux éteints ou qui n'existent plus en Europe depuis les temps historiques.
Les plus remarquables de ces animaux sont : le Boeuf primitif, l'Urus de Jules César, le Thur de Cuvier (Bos primigenius), souche probable des races actuelles de Boeufs domestiques, et qui n'est plus représenté que par le Boeuf blanc demi-sauvage (Bos taurus scoticus) des parcs d'Ecosse, dont l'origine est d'ailleurs douteuse; l'Aurochs ou Bison (Bison europanas), qu'on à souvent confondu avec l'espèce précédente. Tous deux habitaient, du temps de Jules César, la forêt Hercynienne, qui s'étendait des Alpes aux Balkans, et se trouvaient aussi en Gaule.

L'Elan (Alces machlis) aujourd'hui confiné dans le Nord de l'Europe, à la limite de la région arctique, a vécu dans le centre de l'Europe jusqu'à une époque beaucoup plus récente (Moyen âge et même première moitié du XVIIIe siècle). Il en est de même du Cheval sauvage (Equus caballus) qui vivait encore dans la chaîne des Vosges en 1593, mais, pour ce dernier comme pour le Boeuf blanc des parcs d'Ecosse, il est impossible de savoir s'il s'agit réellement d'animaux restés sauvages, ou simplement d'animaux redevenus sauvages après s'être échappés de domesticité, comme pour les Tarpans d'Asie, les Chevaux demi-sauvages du Sud de la Russie, les Boeufs et les Chevaux de la Camargue. Le Lion (Fells leo), aujourd'hui relégué en Afrique et dans l'Ouest de l'Inde, se montrait encore en Europe au temps d'Hérodote. Cet historien rapporte que les Chameaux qui portaient les bagages de l'armée de Xerxès furent attaqués par des lions à leur passage en Macédoine

Enfin, parmi les Oiseaux, le grand Pingouin (Alca impennis), aujourd'hui éteint, nichait encore sur les côtes d'Islande en 1844.

Faune préhistorique de l'Europe.
Les faunes anciennes de l'Europe ont été beaucoup plus riches que la faune actuelle. Au Mésozoïque, pour ne parler que des animaux terrestres, l'Europe a possédé des Reptiles de grande taille (Dinosauriens, Crocodiliens, etc.). Les Mammifères de la même époque étaient de petite taille (Amphithères) et probablement marsupiaux ou même ovipares. Mais, dès le commencement du Cénozoïque, les Mammifères se développent d'une manière remarquable et présentent une grande variété. A l'époque éocène, l'Europe possède déjà des Ongulés (Coryphodon, Palaeotherium, Lophiodon), des Carnivores (Aretocyon, Amphicyon) de grande taille et des animaux plus ou moins voisins des Lémuriens actuels (Caenopithecus, Adapis, Necrolemur). Vers la fin de cet époque, là faune était encore plus variée, surtout en Ongulés (Chaeropotamus, Anoplotherium, Anthracotherium, Chalicotherium, etc.), et possédait des types dont le faciès est franchement africain (Hyomoschus). A l'époque miocène, les Ongulés atteignent une taille colossale avec les Proboscidiens (Dinotherium, Mastodon), les Rhinocéros, les Tapirs, les Hippopotames, types actuellement confinés dans les régions intertropicales. Les Carnivores avaient des espèces redoutables (Machaerodus, Hyaenarctos, Ictitherium, Hyaenictis) et les Singes étaient représentés par plusieurs types (Oreopithecus, Pliopithecus) dont quelques-uns (Dryopithecus) se rapprochent des Anthropomorphes actuels. Vers la fin de cette période les Chevaux (Hipparion) et les Ruminants (Antilopes, Cerfs) ont été très répandus. Les représentants de la famille des Girafes (Helladotherium) ont même existé dans la région méditerranéenne. 

A l'époque pliocène, les Eléphants apparaissent, et la faune, tout en restant très variée, se rapproche davantage de la faune actuelle des régions chaudes du globe. L'époque quaternaire, avec sa période glaciaire, amène l'extinction ou l'émigration vers le Sud d'un grand nombre de représentants de cette faune l'Eléphant (Mammouth) et le Rhinocéros (Rh. tichorhinus) se couvrent d'une fourrure épaisse : l'Ours, le Lion, la Hyène sont les grands Carnivores de cette époque; les Ruminants (Cerfs, Boeufs) sont nombreux. Les Mammifères de la faune arctique, notamment le Renne (Cervus tarandus), I'Elan, le Renard polaire (Vulpes lagopus), le Lemming (Myodes), le Boeuf musqué (Ovibos moschatus) se sont étendus jusqu'à la mer Méditerranée. A la suite de la période glaciaire, se place une période très intéressante : celle de l'extension vers l'Ouest, jusque dans le centre de l'Europe, de la faune des steppes dont nous avons déjà parlé. La Gerboise (Alactaga), le Saïga, le Cheval sauvage et l'Hémione (Equus hemionus) ont vécu à cette époque jusque dans le Nord-Ouest de l'Allemagne, avec le Lion et les autres Carnivores du Sud-Ouest de l'Asie. Le Mammouth, le Rhinocéros (bientôt remplacé par l'Elamostherium plus caractéristique des steppes quaternaires), le Cerf aux bois gigantesques (Megaceros hibernicus), vivaient encore, mais ces quatre grandes espèces se sont bientôt éteintes, tandis que les autres reculaient peu à peu vers les steppes asiatiques, à mesure que les forêts détruites par le froid intense de la période glaciaire repoussaient et couvraient de nouveau le centre de l'Europe. La faune qui a succédé à cette faune des steppes est celle du début de la période historique dont les vestiges constituent la faune actuelle. (E. Trouessart).



[La Terre][Cartotheque][Etats et territoires][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2016. - Reproduction interdite.