.
-

Les Rhinocéros
Rhinocérotoïdés
Aperçu Paléontologie et systématique La découverte des Rhinocéros*
Les Rhinocéros sont des Mammifères -Ongulés (Altongulés)-Périssodactyles. On considèrera ici le groupe des Rhinocéros au sens large, c'est-à-dire la superfamille des Rhinocérotoïdés, dont seules cinq espèces existent encore de nos jours, dans les régions chaudes de l'Afrique et de l'Asie. Ce sont de puissants animaux, à peau très épaisse, formant chez quelques espèces de vastes boucliers indurés répartis sur le corps et la racine des membres.

La face des Rhinocéros porte une ou deux cornes plus ou moins droites ou courbes, souvent hautes de 1 mètre. Courant avec une grande rapidité, sauvages et parfois même féroces à l'époque du rut, ces animaux se défendent avec succès contre tous les autres et n'ont d'autre ennemi que les humains.

On les chassait autrefois pour leur cuir, qui fournissait d'excellents boucliers presque à l'épreuve des balles, pour leur corne estimée dans les travaux de tabletterie, et qui passait jadis pour un révélateur de poison. On en faisait des coupes ou des pierres d'épreuve attachées aux languiers du Moyen âge, et, qui étaient censées noircir au contact d'un poison. Bien que protégés, les Rhinocéros continuent de nos jours à être les victimes des braconniers, surtout pour leur corne à laquelle il est prêté des vertues imaginaires.

Les Rhinocéros vivent solitaires ou par couples dans les forêts humides ou les jungles inondées; certains préfèrent les plaines desséchées et arides. Leur nourriture, essentiellement végétale, se compose surtout de racines et de tiges succulentes; aussi font-ils parfois de grands dégâts dans les plantations, mais, en général, ils évitent les lieux habités. 

Des cinq espèces actuelles de Rhinocéros, trois se rencontrent en Asie (Rhinocéros de Sumatra, Rhinocéros de Java et Rhinocéros Indien); et deux en Afrique (Rhinocéros blanc et Rhinocéros noir). Mais on connaît de très nombreuses espèces  fossiles (Paléontologie des Rhinocéros), telles que le Rhinoceros Sansaniensis du miocène ou Dicerorhinus Schleiermacheri, qui se trouvent dans le miocène d'Europe.

Parmi les formes cénozoïques, on peut aussi citer : Dicerorhinus etruscus (pliocène supérieur de l'Europe occidentale et de l'Italie), Dicerorhinus. Merckii (pliocène supérieur de la France méridionale, quaternaire du sud de la Russie), Coelodonta antiquitatis (quaternaire du midi de l'Europe et de Sibérie), qui avait la peau revêtue de poils.
-

Rhinocéros.
Rhinocéros du Ngorongoro (Tanzanie). © Photo : Serge Jodra.
[Aide] Les caractères des Rhinocéros

Les Rhinocéros présentent les caractères suivants : incisives en nombre variable, souvent rudimentaires ou caduques; canines supérieures absentes; prémolaires au nombre de quatre et molaires au nombre de cinq, en série continue aux deux mâchoires et semblables les unes aux autres, sauf la première qui est petite et souvent caduque, et la dernière dont le lobe postérieur est rudimentaire, de telle sorte que sa couronne est triangulaire. Tête grande; crâne allongé, surélevé en arrière par une crête occipitale transverse; pas d'apophyses postorbitaires. Os nasaux grands, épais, soudés ensemble sur la ligne médiane et séparés des prémaxillaires par un espace vide; les prémaxillaires petits, ne se joignant pas ordinairement sur la ligne médiane, souvent rudimentaires. Cavité cérébrale très petite par rapport à la grandeur du crâne. Formes massives pattes épaisses et de longueur moyenne, terminées par trois doigts à sabots bien développés; cou très court; yeux petits; oreilles moyennes, ovales, dressées, insérées en arrière près de l'occiput; lèvre supérieure allongée, rabattue en avant, de manière à cacher la lèvre inférieure; queue moyenne, épaisse, peu poilue; peau très épaisse, formant quelquefois des replis saillants, à poils rares.

Les Rhinocéros actuels ont en outre une ou deux cornes médianes, coniques, insérées dans la peau qui recouvre les os-nasaux et le frontal (quand il y en a deux). Ces cornes sont formées d'une masse de cellules ,épidermiques durcies, se développant au-dessus d'un amas de longues papilles-dermiques; les cellules produites par chaque papille ont la forme d'un gros poil, et tous ces poils sont réunis et cimentés par une masse de cellules qui comble tout l'espace entre les papilles. La corne présente l'apparence d'une masse de poils agglutinés, particulièrement à sa base, dans les parties nouvellement poussées; mais ces fibres diffèrent des véritables poils en ce qu'elles se développent aux dépens d'une papille libre du derme et non à l'intérieur d'un repli en forme de follicule.
-

Rhinocéros blanc.
Tête de Rhinocéros blanc (Ceratotherium simum).

Les grandes dents antérieures des Rhinocéros sont généralement décrites comme des incisives, mais l'étude des formes fossiles, qui présentent à la fois trois paires d'incisives inférieures et une canine, porte à considérer ces dents comme de véritables canines. Les replis que présente la couronne des molaires en s'usant rappellent ceux des Paloetherium, mais varient suivant les espèces et le degré d'usure. Les viscères internes sont construits à peu près sur le même plan que ceux des chevaux, mais la direction du caecum ressemble plutôt à ce que l'on observe chez les Tapirs.
-

Rhinocéros.
Un Rhinocéros. Source : photos8.com.

Les Rhinocéros actuels

Les Rhinocéros actuels, isolés dans la nature, ont été précédé aux époques géologiques antérieures par des genres plus variés que nous traiterons à la page Paléontologie, et qui forment avec lui la superfamille des Rhinocérotoïdés. Les Rhinocéros actuels appartiennent tous à la sous-famille des Rhinocerotinés. Deux genres sont présents en Asie (Rhinoceros proprement dits, avec deux espèces vivantes, et Dicerorhinus, avec une espèce), et deux autres genres se trouvent en Afrique, chacun étant représenté par une espèce unique  (Ceratotherium ou Rhinocéros blanc et Dicéros ou Rhinocéros noir) :

Rhinocéros d'Asie Rhinoceros R. sondaicus (Rhinocéros de Java)
Deux sous-espèces 
-----R. s. annamiticus
-----R. s. inermis
R. unicornis (Rhinocéros indien)
Dicerorhinus D. sumatrensis (Rhinocéros de Sumatra)
Deux sous espèces : 
-----D. s. harrissoni
-----D.  s. sumatrensis
Rhinocéros d'Afrique Ceratotherium C. simum (Rhinocéros blanc)
Deux sous espèces : 
-----C. s. cottoni
-----C. s. simum
Diceros D. bicornis (Rhinocéros noir)
Quatre sous-espèces :
-----D. b. bicornis
-----D. b. longipes
-----D. b. michaeli
-----D. b. minor
Les Rhinocéros actuels sont les plus gros de tous les Mammifères terrestres après les Eléphants. Ils habitent le Sud de l'Asie, la Malaisie et l'Afrique orientale et méridionale et se nourrissent d'herbes, de bourgeons et de feuilles d'arbres, et, comme la plupart des animaux des régions intertropicales qu'ils habitent, ils dorment pendant la grande chaleur du jour, cherchant leur nourriture aux heures matinales ou pendant la nuit. Ayant une très mauvaise vue, et une intelligence assez bornée, ils vivent solitaires ou par couples, et sont d'une méfiance extrême qui les rend éventuellement plus dangereux pour les Humains que le Tigre ou l'Eléphant. On trouve chez les anciens chasseurs de Rhinocéros, des descriptions telles que celle-ci :
Ils flairent sans relâche la trace de l'ennemi supposé qu'ils sentent dans leur voisinage, ils le suivent à la piste, comme les chiens, et n'ont de cesse que lorsqu'ils l'ont découvert alors sans attendre d'être attaqués, ils chargent avec fureur, cherchant à le percer de leur corne nasale ou à l'écraser sous leurs pieds, et, même mortellement blessés, ils ne renoncent à leur poursuite que lorsqu'ils sont à bout de forces. 
On sait aujourd'hui que les Rhinocéros sont moins redoutables que cela. Sans doute les Rhinocéros noirs peuvent-ils parfois attaquer les Humains qui les approchent, mais les Rhinocéros blancs sont des animaux très pacifiques.

Les Rhinocéros d'Asie.
Le genre Rhinocéros proprement dit a pour type le Rhinocéros indien (Rhinoceros unicornis L.), qui n'a chez l'adulte qu'une seule grande incisive en haut de chaque côté, exceptionnellement une seconde plus petite et latérale; en bas une très petite et une très grande, proclives et pointues. La peau est très épaisse, verruqueuse, et forme des replis en forme de cuirasse dont la disposition est invariable et caractérise l'espèce : il n'y a guère de poils qu'au bord de l'oreille et à l'extrémité de la queue. La couleur est d'un gris terne. Cette espèce habite l'Inde entre l'Himalaya et le Gange, c.-à-d. le Teraï et le Népal, l'Assam et le Doars : autrefois, elle avait un habitat beaucoup plus étendu. C'est l'espèce que l'on voit le plus souvent vivante en Europe dans les jardins zoologiques : elle atteint une grande taille.

Rhinocéros de l'Inde.
Rhinocéros indien (Rhinoceros unicornis).

Plus au Sud, le Rhinocéros indien cède la place au Rhinocéros de Java (Rh. sondaïcus Désm.), dans lequel on reconnaît deux sous espèces : R. s. annamiticus, R. s. inermis, très proches et également unicornes. 

Le Rhinocéros de Java  ressemble au précédent par la disposition des plis de sa cuirasse, mais est plus petit, moins allongé, et la corne est peu développée chez la femelle. Il habite, non seulement Java (jamais Sumatra ni Bornéo), mais aussi le continent asiatique, notamment Malacca, le Tenasserim, la Birmanie, la partie de l'Assam qui est au Sud du Brahmapoutre, et s'étend même jusque dans la province de Sunderbund au Bengale, non loin de Calcutta. Il se distingue, non seulement par sa taille, mais aussi par ses molaires moins hypsodontes et à couronne différemment conformée, par certains détails des replis de sa cuirasse et la présence de poils plus abondants le long de l'épine dorsale; par ses caractères anatomiques il se rapproche plutôt du Rhinocéros de Sumatra (Dicerorhinus sumatrensis).

Le genre Dicerorhinus est aujourd'hui représenté par une seule espèce, le Rhinocéros de Sumatra (Dicerorhinus sumatrensis), divisée en deux sous-espèces D.  s. sumatrensis (Bornéo, Sumatra et la presqu'île de Malacca, remontant jusqu'au Tenasserim), et D. s. harrissoni, à oreilles velues, qui est une variété de Birmanie (monts de Chittagong et de Tipperah). Le groupe est caractérisé par la présence d'une seule paire d'incisives supérieures moyennes, et d'une paire de canines inférieures, latérales, proclives, caduques chez l'animal âgé. Les os nasaux sont étroits et pointus en avant. Il existe deux cornes, l'une nasale, bien développée, l'autre plus petite, frontale, séparée de la première par un intervalle. La peau présente des replis moins marqués que ceux des précédents, et c'est le plus petit de tous les Rhinocéros vivants. La forme de son estomac est très semblable à celle du Cheval.

Rhinocéros deSumatra.
Rhinocéros de Sumatra (Dicerorhinus sumatrensis).

Les Rhinocéros d'Afrique.
Les Rhinocéros africains se distribuent dans deux genres : Cratothérium (Rhinocéros blanc) et Diceros (Rhinocéros noir). Ils ont, comme les Rhinocéros de Sumatra, deux cornes, mais ces deux cornes se touchent, la peau du corps est dépourvue de plis fixés en forme de cuirasse. Chez l'adulte, les incisives et canines sont rudimentaires ou manquent totalement : les os nasaux sont épais, arrondis et tronqués en avant. La taille est grande, comparable à celle du Rhinocéros indien.

Le Rhinocéros blanc ou Rhinocéros camus (Ceratotherium simus), ainsi nommé parce que sa lèvre supérieure est courte et ne s'avance pas en se rabattant au-dessus de l'inférieure, a failli complètement disparaître (et on l'a même cru complètement éteint à la fin du XIXe siècle). On l'a nommé aussi Rhinocéros de Burchell, Rhinocéros d'Oswell, du nom des voyageurs qui l'ont observé, et les anglophones l'appellent Rhinocéros à bouche carrée. Le nom de Rhinocéros blanc, qui provient d'une méprise, n'est pas exact, car sa couleur est d'un gris ardoisé qui diffère fort peu de celle de l'espèce ordinaire (Diceros bicornis). C'est le plus grand de tous les Rhinocéros actuels. La conformation de son crâne et de sa mâchoire inférieure, qui a pour conséquence la brièveté et la forme carrée du museau, le distingue de toutes les autres espèces. La forme de la bouche est en rapport avec le régime : il se nourrit exclusivement d'herbages qu'il broute à la façon du Cheval et, par suite, il habite les plaines découvertes et les vallées herbeuses parsemées de buissons. Sa placidité et ces habitudes ont singulièrement facilité sa quasi-extinction en l'exposant plus que l'autre espèce africaine aux poursuites des chasseurs avides de se procurer ses dépouilles. Sa corne antérieure atteint parfois près de 4 m de long. Cette espèce habite l'Afrique centrale, depuis le Bahr-el-Abiad jusqu'au Machona, au Sud du Zambèze; plus anciennement encore, elle s'étendait jusqu'à l'Afrique du Sud et au Mozambique.

Rhinocéros Noir.
Rhinocéros Noir (Diceros bicornis).

Le Rhinocéros noir ou Rhinocéros bicorne (Diceros bicornis) est l'espèce que l'on rencontre le plus couramment en Afrique à l'époque actuelle, bien qu'il ait lui aussi fort diminué, comme le précédent, en raison de la chasse acharnée qu'on lui a faite. Sa lèvre supérieure est pointue et préhensile, et la forme de son crâne et de sa mâchoire inférieure, à symphyse étroite et comprimée, le sépare de l'espèce précédente. Ses molaires ressemblent à celles du Rhinocéros de Java (Rhinoceros sondaicus); l'oreille est arrondie et frangée de poils assez courts, et les narines sont arrondies, deux caractères qui le distinguent du Rhinocéros blanc (Ceratotherium simus). Le mâle adulte a 1,66 m au garrot et 3,40 m de long; la femelle est un peu plus grande. La longueur des cornes est très variable : dans la variété que l'on a décrite comme espèce distincte sous le nom de keitloa, elles sont aussi longues l'une que l'autre, mais ordinairement la postérieure est beaucoup plus courte et dépasse rarement 25 à 45 centimètres, tandis que la corne nasale, ou antérieure, peut atteindre 75 centimètres. Elles sont généralement usées chez les vieux individus et plus courtes chez les femelles. Cette espèce habite toute l'Afrique orientale, centrale et méridionale, de l'Ethiopie au Limpopo et à l'Angola, mais ne se trouve ni au Sénégal ni au Congo, car elle ne dépasse pas au Nord la rive méridionale du grand fleuve de ce nom.

Le Rhinocéros bicorne se plaît dans les taillis obscurs, épais et impénétrables où il passe la journée pendant la saison sèche; mais lorsque l'herbe est haute, il n'est pas rare de le rencontrer en plaine, à l'ombre des grands arbres. A la tombée de la nuit, il se met en quête de nourriture qui consiste en racines, en cactées et autres plantes qu'il déterre avec sa corne et saisit avec sa lèvre supérieure : il mange peu d'herbe. Vers dix heures du soir, ou le matin avant le jour, on le trouve près des abreuvoirs. Après avoir bu, il aime à se vautrer dans la vase et à se couvrir de boue. Il trotte et galope avec une vitesse extraordinaire, mais son allure habituelle est un pas lent, la tête toujours baissée. Il est grand marcheur, mais tourne toujours dans le même cercle : quand il a choisi un territoire, il n'en sort guère; mais il a deux ou trois endroits favoris, souvent fort éloignés l'un de l'autre, où il va se reposer le matin, après avoir fait quelquefois 20 kilomètres dans sa nuit en marches et contremarches. Comme il est très méfiant et que son odorat est très fin, la présence d'Humains dans son voisinage suffit pour lui faire changer totalement ses habitudes. (E. Foa).
-

Tête de Rhinocéros.
Un Rhinocéros, au Kenya. Source : The World Factbook.
.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.