.
-

Les dinosaures
Les dinosauriens
On désigne sous ce nom de Dinosaures ou Dinosauriens (Dinosauria) un groupe important de reptiles fossiles propre à l'époque mésozoïque et considéré par les uns comme un ordre, par d'autres comme une sous-classe ou un super-ordre renfermant plusieurs ordres distincts. Les Ornithoscelida d'Huxley et les Bachypoda d'H. von Meyer font partie de ce vaste groupe désigné par R. Owen sous le nom de Dinosauria, et qui était complètement éteint dès la fin du Mésozoïque.

La découverte des Dinosaures.
C'est vers 1820, que Gideon Mantell trouva les premiers ossements de Dinosauriens au milieu de la forêt de Tilgate, dans l'île de Wight, dans des couches que l'on rapporte à la partie inférieure de la formation crétacée, couches terrestres et d'eau douce qui établissent un passage entre les formations jurassiques et crétacées. Ces ossements très incomplets, du reste, furent rapportés par Mantell à un animal de grande taille, qu'il nomma l'Iguanodon, les dents offrant certains rapports de forme avec celles d'un Lézard actuel que l'on connaît sous le nom d'Iguane. Depuis cette époque, nos connaissances sur les Dinosauriens se sont singulièrement accrues et l'on sait distinguer depuis longtemps parmi ces animaux des types très différents indiquant des ordres tout aussi distincts que le sont ceux des des Ruminants, des Carnivores et des Rongeurs, par exemple, parmi les Mammifères. Les Dinosauriens ne sont aujourd'hui qu'un groupe de Reptiles fossiles, parmi beaucoup d'autres.

Sur les flancs des montagnes Rocheuses, aux États-Unis, on trouve des couches qui peuvent se suivre sur plusieurs centaines de milles d'étendue; ces couches ont fourni aux investigations des paléontologistes un petit Mammifère marsupial, des débris de poissons, des restes de Ptérodactyles, de Crocodiles, de Tortues et surtout une énorme quantité d'ossements de Dinosaures gigantesques; on a là un véritable ossuaire dans lequel sont ensevelis pêle-mêle les plus curieux et les plus étranges de tous les animaux que nous aient légués les anciens âges. 

C'est aux admirables recherches d'Othniel Marsh et de Cope que nous devons la connaissance d'une faune à tout jamais disparue. Guidés par les deux grandes lois de la corrélation des formes et de la subordination des caractères, lois que nous devons à Cuvier et qui nous permettent, comme le fil d'Ariane, de nous retrouver au milieu de l'inextricable labyrinthe que présentent les formes des animaux perdus, les deux savants paléontologistes américains ont évoqué tout un monde disparu et fait apparaître devant nous les témoins d'une faune dont rien, dans la nature actuelle, ne pouvait nous donner la moindre notion.

Pendant le Mésozoïque les Dinosaures vivaient également en Europe, en Asie et dans le sud de l'Afrique; ils étaient représentés par des types très divers, ainsi que nous l'ont montré les savantes recherches de Mantell, d'Owen, de Phillips, d'Huxley, de Seeley, d'Hulke, de Dollo, de Matheron. Des recherches qui ont jeté un jour complètement nouveau sur l'organisation des Dinosaures et permis d'étudier leur squelette aussi complètement qu'on pourrait le faire pour celui d'animaux vivant actuellement.

Les caractères généraux des Dinosaures.
Les Dinosauriens comprennent des animaux dont les formes étaient très variées, mais qui présentent en commun les caractères suivants : vertèbres celluleuses, creuses ou massives, opisthocéliennes, platycéliennes ou amphycéliennes, sacrum ordinairement formé de trois à six (exceptionnellement de deux à plus de six) vertèbres. Côtes dorsales munies d'une double tête. Intermaxillaires séparés. Os carré ankylosé, très saillant. Cavité orbitaire fermée en haut et sur les côtés. Dents à couronne comprimée, plus ou moins aiguisée et souvent dentelée en avant et en arrière, enchâssées dans des alvéoles ou une rainure alvéolaire. Sternum incomplètement ossifié. Omoplate très développée. Coracoïde petit, discoïdal, sans procoracoïde. Bassin prolongé en avant et en arrière; ischions longs, grêles, soudés par la symphyse. Pubis saillant en avant, souvent prolongé en arrière par un post-pubis parallèle à l'ischion. Pattes antérieures généralement plus courtes que les postérieures. Doigts munis de griffes ou de sabots. Os longs, pleins ou creux. Peau nue ou recouverte d'une armure formée de plaques osseuses ou d'épines. Queue généralement longue et forte. 
-

Tricératops
Triceratops prorsus.

La forme du corps, ou plutôt la démarche, était plus semblable à celles des Mammifères et des Oiseaux qu'à celle des Reptiles quadrupèdes de l'époque actuelle. Cette particularité tient essentiellement au développement du bassin qui, soutenu par un sacrum beaucoup plus robuste que celui des Reptiles actuels (trois à six vertèbres au lieu de deux), donnait aux os et aux muscles des membres postérieurs une attache plus solide, et permettait aux Dinosauriens de marcher sur des pattes verticales comme les Mammifères et les Oiseaux, au lieu de ramper sur le ventre comme les autres Reptiles : les membres postérieurs étant d'ailleurs presque toujours beaucoup plus longs que les antérieurs, il en résulte que la marche bipède était habituelle et normale chez les Dinosauriens comme chez les Oiseaux et certains Mammifères (Kangourous, Gerboises, Humains). Les types chez lesquels les deux paires de membres étaient sensiblement égales (Megalosaurus, Morosaurus) sont en minorité. Le régime était tantôt carnivore, comme l'indiquent les dents pointues et coupantes, les ongles recourbés dont ces animaux étaient armés (Megalosaurus, Ceratosaurus), tantôt exclusivement herbivore comme le prouvent l'usure des dents, tout à fait comparable à celle des Mammifères Ongulés, et l'aplatissement des ongles comparables à de véritables sabots (Iguanodon, Stegosaurus, Tricératops). Certains d'entre eux, à dents peu développées, avaient un véritable bec (Hadrosaurus); d'autres portent sur le crâne des protubérances osseuses comparables à celles qui soutiennent les cornes des Ruminants modernes (Tricératops).
-

Apatosaure
Apatosaurus excelsus.

Les moeurs de ces animaux ont dû être excessivement variées, mais on peut dire que pendant toute la durée de l'époque secondaire ils ont joué sur les continents le rôle qu'y jouent actuellement les grands Mammifères Carnivores et Herbivores. On sait que pendant cette période les Mammifères, encore très rares, n'avaient qu'une taille infime, les plus grands atteignant à peine les dimensions d'un chat. Les Dinosauriens, au contraire, avaient souvent des proportions comparables à celles des plus grands Proboscidiens et même des Cétacés de l'époque actuelle. Ainsi l'Atlantosaurus avait 24 mètres de long, l'Apatosaurus (Brontosaurus) 16 mètres, l'Iguanodon, dressé sur ses pieds de derriere, atteignait 4 mètres de haut. Le fémur du Cetiosaurus a près de 2 mètres de long, le crâne du Tricératops près de 3 mètres, et une vertèbre cervicale de l'Apatosaurus mesure 1 mètre de large. D'autres avaient la taille des grands pachydermes de l'époque actuelle (Laosaurus, Morosaurus) ou dépassaient encore celle des grands carnassiers du groupe des Félins (Ceratosaurus, Creosaurus). Les espèces carnivores se nourrissaient peut-être de poissons et faisaient surtout la chasse aux espèces herbivores qui trouvaient une nourriture abondante dans la riche végétation de cette époque. A côté de ces formes colossales vivaient d'autres Dinosauriens de plus petite taille : le Nanosaurus n'était pas plus grand qu'un chat. D'autres ont les os des pattes grêles et allongés, si semblables à ceux des oiseaux qu'il est presque impossible de les distinguer quand on les trouve isolés. Ces derniers devaient vivre à la manière des échassiers de rivage, se nourrissant d'insectes et de mollusques qu'ils cherchaient dans la vase ou dans le sable : tels sont l'Hallopus et l'Ornithomimus.

Parmi les formes plus robustes, il en est plusieurs qui ont les os du pubis et de l'ischion allongés et terminés par une sorte de pied correspondant sans doute à des callosités épidermiques, et sur lequel l'animal devait s'asseoir soit pour se reposer, soit pour prendre un point d'appui au moment de s'élancer sur une proie, les pattes postérieures restant libres (Allosaurus, Ceratosaurus); la queue devait former, chez la plupart des espèces, un puissant organe de natation, et la petitesse relative de la tête et des pattes antérieures, la longueur du cou devaient faciliter ce genre de progression, tandis qu'à terre la marche était lente, alourdie par l'allongement du corps et le poids de la queue, sauf chez les espèces à pattes d'oiseaux comme le Compsognathus et l'Ornithomimus. 
-

Iguanodon
Iguanodon.

Les ressemblances que nous avons signalées entre les Dinosauriens et les Mammifères sont tout adaptatives et n'indiquent aucune parenté réelle ; mais il n'en est pas de même de celles qui existent entre les Dinosauriens et les Oiseaux, non seulement dans l'allure, bipède et les moeurs, mais aussi dans toute l'ostéologie, et plus particulièrement dans la forme des membres postérieurs. Le Compsognathus d'une part, l'Archaeoptéryx de l'autre comblent presque entièrement la distance qui sépare les deux types. On peut dire que le Compsognathus est un Oiseau à quatre pattes et l'Archaeopteryx un Dinosaurien muni de plumes. De fait, les Oiseaux sont issus d'un groupe de Dinosauriens, les Maniraptiformes, groupe auquel appartenaient aussi les redoutables Vélociraptors. 

Les premiers Dinosauriens font leur apparition dans le Triassique (Zanclodon, Dimodosaurus, etc.), mais ce type n'a son complet développement qu'à l'époque du Jurassique supérieur et pendant la période Crétacée. Leurs débris sont plus rares dans les formations presque exclusivement marines de cette période. Vivant à une époque où les continents étaient encore réunis, les Dinosauriens ont été répandus sur tout le globe; on trouve leurs débris en Europe, en Asie, dans le sud de l'Afrique et dans les deux Amériques. Les Dinosauriens semblent avoir vécu sur le continent américain plus tard que sur l'ancien continent. En Amérique du Nord, les couches de Laramie, celles du Pehuenche (ou Guaranien supérieur), en Patagonie, renferment des débris bien caractérisés de grands Dinosauriens (Cope, Ameghino). Or ces couches sont considérées comme appartenant à l'Eocène inférieur. Les Dinosauriens ont donc disparu  lors de la transition Crétacé-Tertiaire, au moment même où les premiers Mammifères de grande taille ont fait leur apparition; leur exctinction a en quelque sorte libéré une niche écologique. (E. Trouessart).

Qui a eu la peau des dinosaures?

Notre planète  a connu à plusieurs reprises dans le passé des extinctions massives d'espèces vivantes. De tels événements, pourraient peut-être s'expliquer par l'existence de cycles écologiques, et n'ont donc pas nécessairement besoin d'une cause catastrophique extérieure. Mais cela pourrait avoir été le cas au moins, il y a 251 millions d'années, lors de la transition Permien-Triassique, si l'on en croit les traces de minéraux rares découverts  dans certaines roches de l'Antarctique. Et surtout, il y a 65 millions d'années, lors du dernier épisode de ce type, qui a vu disparaître 75% des espèces, et parmi elles nos chers Dinosaures.

Deux grandes causes sont généralement invoquées. La première repose sur l'hypothèse d'une phase d'activité volcanique intense qu'aurait connue la Terre. Certains indices géologiques sont compatibles avec ce point de vue (par exemple des épanchements importants de lave datant de cette époque, les trapps du Deccan). Dans ce cas, le scénario est le suivant : beaucoup de gaz carbonique et de vapeur d'eau sont émis par les volcans. Ils provoquent un renforcement de l'effet de serre et un réchauffement important du climat. Les dinosaures meurent de chaleur.

L'autre hypothèse fait appel à la chute sur Terre de très gros météorites (fragments d'astéroïdes ). Là encore certains indices existent. Trois cratères d'impact, Chicxulub, au Mexique (300 km), Manson, dans l'Iowa (50 km) et Kamensk, en Russie (30 km), semblent bien dater de 65 millions d'années, encore que les dates ne coïncident qu'approximativement, puisqu'au moins dans le cas de Chicxulub, l'impact semble avoir précédé de 300 000 ans l'extinction biologique. Si trois fragments (ou davantage, espacés dans le temps) d'un astéroïde ont effectivement frappé la Terre ainsi en rafale (à l'échelle des temps géologiques, les impacts auraient été pratiquement simultanés), peut-être à terme, de grandes quantités de poussières ont-elles pu être dispersées dans l'atmosphère, tandis que s'allumaient éventuellement de gigantesques incendies, mais peut-être pas aussi étendus qu'on l'a longtemps dit (en 2003, des recherches de charbon de bois qui aurait daté de la même époque se sont révélées infructueuses). Quoi qu'il en soit, fumée et poussières ont pu alors obscurcir le ciel de toute la planète et un long hiver s'est installé. Les plantes ne peuvent plus pousser. Et, cette fois, les animaux meurent de faim et de froid.

L'hypothèse de l'impact semble avoir gagné des points au cours des dernières années. Mais elle ne semble pas complètement satisfaisante et l'hypothèse volcanique conserve ses adeptes.

Zittel divisait la sous-classe des Dinosauriens en trois ordres ou sous-ordres, de la manière suivante :
Sauropodes : Dinosauriens carnivores à pattes antérieures sensiblement égales aux postérieures. Quatre familles :  Cetiosauridés, Atlantosauridés (Brontosaurus), Morosauridés, Diplodocidés.

Théropodes : Dinosauriens carnivores à pattes postérieures plus développées que les antérieures. Sept familles : Zanclodontidés, Megalosauridés (Allosaurus), Ceratosauridés, Anchisauridés, Coeluridés, Compsognathidés, Hallopidés.

Orthopodes : Dinosauriens herbivores à pattes postérieures plus développées que les antérieures. Huit familles qui se repartissent en trois groupes: 

A. Stegosauria comprenant les Scelidosauridés et Stegosauridés;

B. Ceratopsia pour les Ceratopsidés (Tricératops);

C. Ornithopoda avec les Camptosauridés, Iguanodontidés, Hadrosauridés, Nanosauridés et Ornithomimidés. 

Certains éléments de cette classification ont été conservés. Mais depuis les travaux de Seeley (1887), on classe d'abord les Dinosaures dans deux ordres, selon la structure de leur hanche : les Saurischiens, qui ont une hanche similaire à celle des lézards et les Ornithischiens, dont la hanche rappelle celle des Oiseaux. Le tableau suivant entre dans plus de détails :
Saurischiens
Théropodes
Bipèdes, carnivores.
Cératosaures Ceratosaurus, Carnotaurus, Indosuchus.
Carnosaures
Spinosauroidiens Megalosaurus, Spinosaurus.

Allosauroidiens Allosaurus, 
Carcharodontosaurus.
 
Coelurosaures
Coeluridés Coelurus, Ornitholestes.

Tyrannosauridés Albertosaurus, Dilong, Tyrannosaurus.

Ornithomimidés Ornithomimus.

Maniraptoriformes- Dromaesauridés
Velociraptor, Deinonychus.


Troödontidés, Therizinosauridés. 

Ancêtres des Oiseaux.

Herrerasauriens Herrerasaurus, Eoraptor, Saltopus, Staurikosaurus.
Segnosauriens Segnosaurus.
Sauropodomorphes
Quadrupèdes, herbivores.
Prosauropodes Anchisauridés, Plateosauridés, Melanorosauridés.
Sauropodes Néosauropodes
Macronariens Camarasauridés Asiatosaurus, Camarasaurus, 
Titanosauriformes- Brachiosauridés
 Brachiosaurus,
Dinodocus,  .

Titanosauridés
Titanosaurus Saltasaurus.

Diplodocidés-

Apatosaurus, Diplodocus.
Cétiosauridés- Cetiosaurus, Volkheimeria,.


Vulcanodontidés, Euhélopodidés, Omeisauridés..
Ornithischiens
Thyréophores
quadrupètes, carapçonnés
Ankylosauriens Nodosauridés
Brachypodosaurus, Minmi, Struthiosaurus.

Ankylosauridés
Ankylosaurus, Pinacosaurus, Sauroplites.

Scelidosauridés Scelidosaurus.
Stégosauriens Stegosauridés
Diracodon, Dravidosaurus, Stegosaurus.

Rigalitidés, Huayangosauridés.

Cérapodes Pachycéphalosauriens Pachycéphalosauridés
Ornatotholus, Pachycephalosaurus, Stegoceras.

Homalocéphalidés.

Cératopsiens Psittacosaurus.

Protoceratopsidés
Leptoceratops, Notoceratops, Protoceratops.

Ceratopsidés
Avaceratops, Brachyceratops, Ceratops, Torosaurus, Triceratops..

Ornithopodes Hadrosauridés
Edmontosaurus,Hadrosaurus, Thespesius.

Hypsilophodontidés
Hypsilophodon, Orodromeus.

Heterodontosauridés
Abrictosaurus, Lanasaurus, Lycorhinus.

Iguanodontidés
Anoplosaurus, Probactrosaurus, Iguanodon.

Fabrosauridés
Fabrosaurus, Lesothosaurus, Nanosaurus.

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.