.
-

Les Rats et les Souris
Les genres Rattus et Mus
Les Rats  (Rattus) et les Souris (Mus) constituent des genres de mammifères' rongeurs, de la superfamille des Muroïdés, répandus sur le tout le globe. Ils sont caractérisés par l'absence d'abajoues, leurs dents incisives lisses en avant, leur longue queue annelée et écailleuse. Ils varient beaucoup de taille; leur livrée est brune ou grise, toujours plus claire en dessous. 

Par leur voracité et leur fécondité extraordinaires, les Rats et dans une certaine mesure les Souris comptent parmi les fléaux des industries agricoles. Ils dévastent les greniers et les magasins, attaquent les volailles la nuit, mangent les oeufs, saignent les jeunes lapins, rongent les boiseries, les hardes, les papiers, retournent le sol des jardins, grimpent aux arbres pour manger les fruits, etc. 

Les genres Rattus et Mus forment, avec des genres voisins [Apodemus (Mulots), Micromys (Rats des moissons) Hydromys (Rat d'eau australien) Rhynchomys (Rats musareignes des Philippines), etc.], la sous-famille des Murinés.

Les Rats

Rat noir.
Le Rat noir (Rattus rattus, Mus rattus de Linné, Rat de Buffon, Mus domesticus major de Gesner; Charleton l'appelle quelquefois Sorex) a un pelage est noirâtre en dessus, sans mélange de roussâtre, et passe graduellement au cendré foncé en dessous; sa queue est plus longue que le corps, elle a en général 20 cm et celui-ci 18. C'est le Hausratte des Allemands. Le Rat noir, que Pallas croyait originaire d'Amérique, vient plus probablement de l'Asie. Cet animal n'existe pas depuis longtemps en Europe, et bien certainement les Anciens ne l'ont pas connu; quelques auteurs ont pensé qu'il était venu au retour des Croisades. Les auteurs modernes qui en ont parlé clairement ne remontent même pas au-delà du XVIe siècle; Gesner l'a fort bien décrit. Le Rat noir n'en est pas moins très répandu aujourd'hui en Europe et même sur d'autres points du globe où il a été introduit par suite de relations commerciales avec l'Ancien monde; il est encore commun dans les endroits que le Surmulot n'a pas envahis. En France il se tient de préférence dans les granges et les greniers, sous les toits de paille et dans les maisons abandonnées, quelquefois aussi dans des terriers qu'il creuse lui-même Les Rats noirs font plusieurs portées par an. Au moment des amours, ils se livrent, dit G. Cuvier, des combats violents, et on les entend alors pousser des cris qui ressemblent à un sifflement aigu. Ils préparent avec des feuilles, de la paille et du foin ou toute autre matière convenable un nid pour leurs petits. Ceux-ci naissent entièrement nus comme ceux des autres espèces de Rats et avec les yeux fermés. Il y en a jusqu'à neuf et parfois davantage par portée.

Le Rat noir est, dit-on, fort rare aujourd'hui en Angleterre comparativement à sa grande multiplicité avant l'invasion du Surmulot dans ce pays. Bell dit qu'au Pays de Galles ou le nomme French mouse, c'est-à-dire Rat français, sans doute parce qu'il y est venu de France.

En Australie et dans les archipels les plus écartés, partout enfin, ces animaux sont le fléau des habitations,et lorsque les lieux qu'ils fréquentent ne leur donnent pas une nourriture abondante, ils attaquent la volaille et même le gibier. Ils présentent dans certaines localités un aspect un peu différent, et il est très probable que plusieurs fois les naturalistes ont décrit pour des Rats exotiques d'espèces nouvelles des individus appartenant à quelque race de Surmulot. Si les lieux dans lesquels ils se sont établis ne suffisent pas à leurs besoins, ils se déplacent bientôt, et parfois ils émigrent fort loin. Malheur alors à l'habitation ou au pays qu'ils ont choisi pour leur nouvelle demeure.

Sous-espèces de Rats noirs.
On connaît plusieurs variété ou sous-espèces de rats noirs. Tels est le Rat des toits (Mus tectorum Savi [Novo giorn. dei letter., 1825], Bonaparte [Fauna Italica]). Museau allongé; mâchoire inférieure plus courte que la supérieure; les longs poils du dos rigides, d'une grosseur presque uniforme dans toute leur longueur; les poils courts, plus mous; queue plus longue que le corps et la tête réunis, montrant 220 à 240 anneaux écailleux; couleur de toutes les parties supérieures du corps cendrée, mêlée de ferrugineux, blanc jaunâtre en dessous; pieds presque nus et de couleur de chair; taille du Rattus rattus commun. 

Selys et d'autres mammalogistes ont réunis cette sous-espèce au Rat d'Alexandrie (Rattus r. Alexandrinus). Cette variété, qui aura été importée en Italie dans le courant du XIXe siècle par le commerce maritime que cette partie de l'Europe fait avec l'Égypte, habite maintenant la Toscane et la région de Rome. On a aussi constaté sa présence dans le midi de la France, dans le Languedoc et en Provence.

Les anciens auteurs du XVIIIe siècle mentionnent également le Mus subcaeruleus (Lesson, Nouveau tableau du Règne animal, p. 138), qui est aussi un Rat noir et qui s'est introduit en France depuis les greniers de l'hôpital de la marine à Rochefort, où il aurait été apporté de quelque pays lointain, sans nul doute, par les coffres à médicaments des vaisseaux de la marine royale.

Le Surmulot lui a fait une guerre d'extermination. Lesson le caractérisait ainsi : Yeux noirs; pelage épais, bleu ardoisé sur le corps et sur les flancs, bleu cendré sur les membres et sous le corps; moustaches longues, noires et grises; queue noirâtre, ayant 250 à 280 anneaux; chaque anneau garni de faisceaux de poils, ceux-ci plus épais vers le bout et formant une sorte de bouquet; extrémités couleur de chair; mains à cinq tubercules et cinq doigts, dont quatre terminés par des ongles petits, recouverts à leur base par un pinceau de poils; pouce court, rudimentaire, recouvert par un ongle aplati; plante des pieds à six tubercules et à cinq doigts munis d'ongles assez forts.

Autre variété de Rat noir, le Rat frugivore  (Mus. frugivorus Rafinesque). Longueur totale, 38 cm. Pelage d'un roux brunâtre et parsemé de longs poils bruns en dessus, blancs en dessous; oreilles nues, arrondies; queue de la longueur du corps, brune, annelée, ciliée et cylindrique. Il habite la Sicile, où il vit de fruits et niche sur les arbres. Lesson en faisait un Loir, avec doute il est vrai, sous le nom de Myoxus Siculae.

Rat surmulot. 
Le Surmulot de Buffon, Mus decumanus Pallas, Mus sylvestris, Rat caraco, Mus norwegicus de Brisson, prend dans les nomenclatures actuelles le nom de Rattus norvegicus. On l'appelle Wanderratte en Allemagne et souvent Norway-Rat en Angleterre. C'est le Surmulot commun, le plus grand, le plus destructeur de toutes les espèces de Rats qui vivent en Europe.
-

Surmulots.
Surmulots (Rattus norvegicus).

Il n'existe dans cette partie du monde que depuis le milieu du XVIIIe siècle, et paraît avoir été amené d'Iran ou d'Inde par la navigation. Pallas nous apprend que les Surmulots arrivèrent à Astrakhan en 1727, et en si grande quantité à la fois, qu'on ne pouvait rien soustraire à leur atteinte. Ils venaient du désert de l'Ouest, et avaient traversé la Volga, dont les flots en engloutirent sans doute un grand nombre. Buffon rapporte que les endroits où l'on constata pour la première fois leur présence en France et où ils se firent bientôt remarquer par leurs dégâts, sont les châteaux de Chantilly, Marly et Versailles. Il leur donna le nom de Surmulot, à cause de leur ressemblance avec le mulot, qu'ils surpassent néanmoins beaucoup en dimensions; il y a des Surmulots qui ont 20 et 15 cm de longueur pour le corps et la tête, et l'on peut, sans exagérer, les dire parfaitement capables de lutter contre des Chats. Leur pelage est brun-roussâtre en dessus et cendré en dessous; leur queue est un peu moins longue que le corps.

Les Surmulots passent pour les ennemis les plus acharnés des Rats noirs, et, en effet, ceux-ci ne tardent guère à disparaître d'une localité dès que les Surmulots s'y sont établis. On les voit cependant vivre ensemble et en bonne intelligence dans quelques circonstances. Ce fait a été constaté plusieurs fois et dans des pays différents. F. Cuvier dit à cet égard . 

« Les Surmulots n'excluent pas nécessairement les Rats noirs d'où ils s'établissent, et j'ai vu ces deux espèces vivre sous le même abri et dans des terriers contigus. C'est qu'ils trouvaient dans ce lieu d'abondants aliments, et que les plus forts n'avaient pas besoin, pour se nourrir, de faire la guerre aux plus faibles; car ce n'est que dans ce cas seulement que les uns sont la cause de la disparition des autres, et, comme toutes les espèces du genre, les Rats se dévorent entre eux lorsqu'ils sont pressés par la faim. La plupart des aliments, au reste, leur conviennent, ainsi qu'à tous les Rongeurs à racines distinctes de la couronne dans les dents molaires. "
Les Surmulots vivent dans les magasins, dans les caves, les celliers, dans les égouts et autres lieux extrêmement sales. Leur reproduction est très rapide , et les femelles ont jusqu'à dix et douze petits à chaque portée. Certaines races de Chiens et en particulier les Lévriers, et surtout les Bouledogues, les détruisent avec une rare adresse, faisant aussi bon marché des Rats que les Chats le font des Souris.

Les Surmulots sont aujourd'hui communs sur un grand nombre de points du globe, en Afrique comme dans les deux Amériques.

Le Rat irlandais (Mus hibernicus Thomson) est une variété de Rattus Norvegicus. Il est de la taille du Rat noir, à pelage noirâtre, sans mélange de roussâtre, mais avec une tache d'un blanc pur sur la poitrine; sa queue est notablement plus courte que le corps; elle a 21 cm, et celui-ci 19. Ce Rat vit dans le nord de l'Irlande.

Le Rat caraco, Mus Caraco Pallas, de Mongolie, de Chine et de la Sibérie orientale, est également un Surmulot. Il vit dans les habitations des Mongols, qui lui donnent, outre le nom de Caraco, celui de Jeki-Chalgonach, c'est-à-dire grand Rat. Il habite aussi le bord des eaux.
-

Des Rats qui n'en sont pas

La dénomination de rats, accompagnée d'un qualificatif, a été donnée à différents Mammifères qui en sont plus ou moins éloignés de des genres considérés dans cette page. En voici l'indication :

Rats arvicoles, Lesson (Tableau du Règne animal, p. 143), synonyme du genre Reithrodon (Cricétinés d'Amérique du Sud). 

Rat d'eau; c'est un Campagnol, l'Arvicola amphibius.

Rat à bourse, nom de quelques Marsupiaux qui ressemblent extérieurement à des Rats, ou qui en ont la taille.

Rat de Madagascar de Buffon, un Lémurien du genre Microcèbe ou Chéirogale.

Rat volant de Daubenton, un Chiroptère du groupe des Molosses, et dont on a fait le genre Myoptère.

Rat flèche, synonyme de Gerboise.

Rat à longs pieds. Autre nom des Gerbilles.

Rats épineux, nom que l'on a souvent donné aux Echimys. Quelques vrais Rats ont la même nature de poils.

Rat de pharaon, un des noms de la Mangouste du nord de l'Afrique (Égypte et Maghreb), animal que l'on appelle à tort Raton en Algérie.

Rat taupe, nom de quelques Rongeurs fouisseurs d'Orient et de l'Afrique australe, que l'on appelle aussi grande Taupe et petite Taupe du Cap, Zemmi, Zokor, etc. 

Rat musqué; c'est l'Ondatra , la plus grande espèce du groupe des Arvicolinés (Campagnols lato sensu).

Rats loirs, Lesson, synonyme de Dendromys. 

Rats Echimyformes, Lesson, synonyme d'Acomys, Is. Geoff. 

Rat pennade. Nom des Chauves-Souris dans le midi de la France. (P. G.)

Les Souris

La Souris (Mus musculus) se nomme en italien Sorice, en anglais Mouse, en allemand Maus, en danois Muys. C'est l'animal auquel les Latins donnèrent principalement la dénomination de Mus. Elle est connue de tout le monde. Buffon a dit de cette petite espèce de Mammifères :
« La Souris, beaucoup plus petite que le Rat, est aussi plus nombreuse, plus commune, plus généralement répandue; elle a le même instinct, le même tempérament, le même naturel, et n'en diffère guère que par la faiblesse et par les habitudes qui l'accompagnent. Timide par sa nature, familière par nécessité, la peur ou le besoin font tous ses mouvements; elle ne sort de son trou que pour chercher à vivre; elle ne s'en écarte guère, y rentre à la première alerte, ne va pas, comme le Rat, de maisons en maisons, à moins qu'elle n'y soit forcée, fait aussi beaucoup moins de dégât; a les moeurs plus douces et s'apprivoise jusqu'à un certain point, mais sans s'attacher. » 
« Ces animaux, dit aussi Buffon, ne sont point laids; ils ont l'air vif et même assez fin; l'espèce d'horreur qu'on a pour eux n'est fondée que sur les petites surprises et sur l'incommodité qu'ils causent. » 
Ajoutons que cette espèce d'horreur, ou plutôt de défiance, fait souvent place à la curiosité dès que la Souris est captive dans le piège qu'on lui a tendu, et qu'un certain intérêt lui succède si le petit animal appartient à la variété blanche. Aussi beaucoup de personnes élèvent-elles des Souris de cette couleur. 

Ces animaux vivent souvent dans nos maisons et jusque dans l'intérieur de nos appartements, souvent même dans nos meubles. On en trouve aussi dans les jardins et quelquefois dans la campagne. Leur longueur totale varie entre 6 et 7 cm; leur queue est un peu plus longue que la tête et le tronc pris ensemble. La couleur est d'un gris brun, que l'on prend souvent comme terme de comparaison; sa nuance est plus foncée en dessus qu'en dessous; les yeux sont assez petits, proéminents; les pieds sont grisâtres.

La Souris paraît originaire d'Europe, et il en est question dans les auteurs les plus anciens. On la trouve aujourd'hui dans toutes les parties du monde, aussi bien dans l'hémisphère boréal que dans l'hémisphère austral, et comme sa taille, son crâne et ses dents sont des caractères assez reconnaissables, quoique sa couleur soit sujette à quelques variations, il est toujours aisé de la reconnaître. Dans le midi de l'Europe, dans l'Amérique méridionale, etc., sa couleur est plus fauve et assez semblable à celle du Mulot. Quelquefois elle est variée de gris et de blanc, d'autres fois toute blanche avec les yeux rouges, c'est-à-dire albinos. 
-

Concert de souris.
Un concert de Souris. Auteur inconnu.

On dit que les Souris portent vingt-cinq jours. Chaque portée est de quatre à six petits qui sont nus et aveugles en naissant et qui tètent pendant une quinzaine de jours. Les Souris produisent de bonne heure et leur multiplication est par conséquent très rapide.

Variante de la Mus musculus, le Rat des jardins (Mus hortulanus Nordmann [Fauna pontica, p. 45, pl. 3],  Mus Nordmanni de Keyserling et Blasius [Europ. Werbeltz, t. I, p. 37], Mus horlulanus et Nordmanni de Schinz [Synopsis Mammalium]) est d'un brun fauve, avec le dessous fauve sale, les pieds bruns et les doigts blancs. Longueur totale, 14 cm, dont 5,5 cm pour la queue. Nordmann l'a découverte à Odessa et dans les environs de cette ville. (NLI / GE/ A19 / O).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra,  2010 - 2013. - Reproduction interdite.