.
-

La céramique
La faïence
Les termes de Céramique (du grec kéramos, tuile, morceau de terre cuite, terre à potier) et de Faïence désignent l'artde fabriquer des vases et ustensiles de terre, de faïence, de porcelaine, etc., et de les décorer par la plastique et la peinture. Les Romains donnaient à cet art le nom de Figuline

L'industrie du potier est une de celles dont l'origine remonte le plus haut. La facilité avec laquelle la terre prend toutes les formes sous la main de l'ouvrier, la beauté de ces produits obtenus avec un peu d'argile, la fragilité de ces vases que le moindre choc peut briser, ont fourni à l'Antiquité la plus reculée, sacrée ou profane, à la Bible comme à Homère, des images et des comparaisons expressives. Trois localités surtout, Samos, Athènes et  l'Etrurie, se distinguèrent dans les temps anciens par l'importance de la fabrication ou par la finesse du travail de la poterie. Samos fournissait surtout les vases et ustensiles de terre destinés aux repas; mais ses productions n'étaient pas assez délicates pour qu'on les exposât en guise d'ornements.

A Athènes, où tout un quartier portait le nom de Céramique à raison des potiers qui l'habitaient, les poteries étaient de la plus grande beauté : on exposait les pièces les plus remarquables pendant les  Panathénées, et on les donnait, remplies d'huile, aux vainqueurs des jeux. Ce qui contribuait à la supériorité des produits athéniens, c'était l'emploi de l'argile fine du promontoire Colias, près de Phalère. Athènes était si fière de cette industrie, que sa monnaie porta une amphore pour emblème. Il est actuellement admis que le fameux tonneau de Diogène était un grand vase rond de terre cuite, réparé au besoin avec des bandes de plomb taillées en queue d'aronde : on en a la figure dans un bas-relief connu sous le nom de Diogène de la villa Albani. Parmi les potiers et les peintres qui décorèrent,les vases, on cite Talus, neveu de Dédale, Coroebus d'Athènes, Dibutade et Téléphane de Sicyone, Thériclès de Corinthe, et Chérestrate, qui livrait au commerce plus de cent canthares par jour. On admire dans la céramique grecque la parfaite régularité, l'élégance de la forme, Ie peu d'épaisseur et la légèreté des vases. Les Grecs se contentèrent de vases de terre jusqu'à l'époque où Alexandre le Grand introduisit dans son pays le goût oriental de la vaisselle d'or et d'argent; les Spartiates seuls résistèrent à cette innovation. 

L'Etrurie, et principalement les villes d'Arretium et de Tarquinies, furent célèbres dans l'art de fabriquer des vases de terre; mais leur principale industrie consistait à faire de la statuaire de terre cuite, et les vases venaient surtout de la Campanie. Les temples romains étaient ornés de productions étrusques; le travail le plus remarquable était un char attelé de quatre chevaux, sorti de la fabrique de Véies, et placé au-dessus du fronton du temple de Jupiter Capitolin. Ce qu'on appelle le Monte Testaccio à Rome est une colline uniquement formée des débris de vases de terre apportés là de tous les coins de la ville pendant une longue série de siècles. Rien que les Romains, devenus maîtres du monde, eussent pris le goût de la vaisselle de métaux précieux, ils n'en conservèrent pas moins jusqu'à la fin les vases de terre cuite pour les cérémonies religieuses. La poterie ne fut pas non plus bannie des usages privés : le plat rond sur lequel fut servi le turbot de Domitien était en terre cuite, et avait été fabriqué au tour, quoiqu'il dût avoir au moins 2 mètres de largeur; on ne peut pas supposer des proportions moindres à l'Egide de Minerve, plat dans lequel Vitellius fit accommoder son mémorable ragoût de laitances, de foies, de langues et de cervelles.

A côté des objets variés que l'industrie des Anciens créait dans un but d'utilité, il en est d'autres d'un plus grand caractère : ce sont les produits de la céramique grecque et italique connus sous le nom de vases peints. Outre qu'ils sont précieux par la beauté des formes, la finesse de la matière et la perfection du vernis, ils offrent des peintures d'un dessin souvent admirable et révèlent tout un côté de l'art ancien; ils sont du plus haut intérêt pour les archéologues, par les renseignements qu'ils fournissent à la mythologie et à l'histoire

En dehors des contrées qui forment pour nous l'Antiquité classique, la Chine fabriquait des poteries d'une merveilleuse perfection. Les Grecs et les Étrusques ne savaient exécuter qu'une poterie tendre, poreuse, à peine cuite, se rayant aisément, ne conservant l'eau qu'avec peine, et non susceptible d'aller au feu. Les Chinois, au contraire, deux siècles avant l'ère chrétienne, avaient inventé la porcelaine, qui se prête à tous les usages domestiques. L'oeuvre industrielle des Grecs et des Etrusques avait quelque chose de primitif et d'incomplet, mais l'oeuvre des artistes en vases peints révélait une imagination, une science, une verve d'exécution surprenante; tandis qu'en Chine un mode étrange de composition artistique s'associe à une exécution industrielle parfaite. 

L'Europe moderne n'est arrivée que très tard à fabriquer une porcelaine semblable à celle de la Chine. Pour passer de l'état le plus grossier à une perfection relative sous les rapports de la solidité, de l'utilité et de l'éclat, la poterie a eu besoin de traverser plusieurs siècles de tâtonnements et d'efforts; mais, depuis Bernard Palissy jusqu'à Wedgwood, elle a fait les progrès les plus rapides, grâce au développement des sciences, particulièrement de la minéralogie, qui découvrit beaucoup d'éléments propres à la fabrication et à la décoration des poteries, et de la chimie, qui donna les moyens de les employer. Aux argiles, aux marnes, aux ocres, bases ordinaires des poteries et des matières colorantes chez les Anciens, les Modernes ont ajouté une foule de substances terreuses et salines et de métaux; ces corps, dont la découverte date presque du même temps que les faïences italiennes, françaises et anglaises, la chimie les a modifiés, ainsi que leurs propriétés fondantes, durcissantes ou colorantes.

Aux différentes époques du Moyen âge, la céramique appliquée aux usages de la vie a été fort grossière, et il n'y a guère d'autre poterie artistique, à partir du XIIe siècle, que les pièces employées au carrelage des églises. Le moine Théophile, qui écrivait au XIIe siècle, lorsqu'il passe en revue les industries artistiques de l'Europe (Diversarium artium schedula, Il, 16), ne trouve à parler que des poteries byzantines. II résulte de son témoignage que les Grecs du Bas-Empire savaient décorer leurs poteries, soit avec des couleurs qui y étaient fixées par l'action du feu, et qui ne sont autres que des couleurs vitrifiables, de véritables émaux, soit par l'application de l'or et de l'argent en feuille et au pinceau. Théophile ne dit pas de quelle nature étaient ces poteries, et si elles avaient reçu préalablement une glaçure quelconque.

Ce fut au XIe siècle seulement que l'Europe commenta à avoir des poteries à pâte compacte, imperméable et dure, que l'on recouvrit d'un émail (Couverte), le plus imparfait de tous, l'émail plombifère. Les Arabes furent les premiers à employer un vernis plombeux. Au XIVe siècle, on renforça l'émail au moyen de l'étain, qui le blanchit, et l'initiative de ce procédé appartint encore aux Arabes d'Espagne. Les mosquées de Cadix et de Cordoue, l'Alcazar de Séville et l'Alhambra de Grenade sont enrichis de carreaux émaillés, que l'on appelait azulejos; les célèbres vases de l'Alhambra attestent par la netteté des dessins qui y sont répandus, par la vivacité de leurs couleurs, toute l'habileté des Arabes.

Les plats de leur fabrication se reconnaissent à leur forme de disque creux, et à leur émail blanc jaunâtre décoré de dessins jaunes ou rouge-feu, à reflets métalliques, avec quelques parties bleues ou vertes. Les premières fabriques de faïence commune en France s'établirent à Nevers et à Fayence (Provence). Au XVe siècle, les Italiens imitèrent art hispano-arabe : on commença de faire des majoliques à Pesaro

Des fabriques rivales s'établirent à Faenza, à Urbin, à Castel-Durante, à Gubbio, à Deruta, et, parmi les artistes dont les noms sont demeurés célèbres, on cite Luca della Robbia, Lanfranco, Terenzio, Francesco Xanto, Patanazzi, Gatanarri, Orazio Fontana; Guide Durantino, Guido Salvaggio, Terchi, Battista Franco, Raphaël dal Colle, Georgio Andreoli : leurs faïences servaient pour les présents fastueux de souverain à souverain. 

Au XVIe siècle, on employa des faïences émaillées à l'embellissement extérieur des maisons : Girolamo della Robbia, petit-neveu de Luca, en revêtit le château de Madrid, dans le bois de Boulogne; on voit encore à Beauvais des maisons ainsi décorées. Ce genre d'ornementation était même plus ancien en Italie : on le trouve aux églises de Saint-Pierre à Pavie, de Saint-François à Bologne, de Sainte-Marie à Ancône, de Saint Martin à Pise, etc., et on le fait remonter au XIVe siècle : François Ier et Henri Il accordèrent le titre de potier royal à Bernard Palissy, qui inventa ces poteries à reliefs de rocailles et de reptiles, qui forment une partie si difficile de l'art du faïencier. Le chef-d'oeuvre de la céramique pendant la Renaissance est ce qu'on appelle la faïence de Henri II : on en connaît soixante-sept pièces : coupes, salières, chandeliers, buires, aiguières.

Certaines localités de France eurent, aux XVIe et XVIIe siècles, des faïenceries renommées; telles étaient : Lisieux, dont les plats sont quelquefois vendus comme des oeuvres de Palissy; Beauvais, où l'on faisait de la poterie azurée: Rouen, Nevers, Moustiers, Marseille; Saint-Germain-de-la-Poterie, près de Beauvais, d'où sortaient les pavés et carrelages des églises; l'Alsace, dont les produits étaient connus sous le nom de cailloux de Strasbourg. L'originalité de la céramique allemande consiste dans l'emploi du grès de couleur gris-brun, avec des reliefs émaillés d'un ton brillant et cru. En Hollande, pendant les XVIIe et XVIIIe siècles on fabriqua de la poteries connue sous le nom de porcelaine de Delft. 

La première fabrication de la porcelaine dure et translucide de Saxe date de 1709, et est due à l'Allemand Boettger. Vers la même époque, en Angleterre, le potier Astbury donna à la pâte de la faïence fine, par l'introduction du silex dans sa composition, un perfectionnement important. Vers 1768, le kaolin de Saint-Yrieix, près de Limoges, fut découvert. Une célèbre manufacture, fondée à Sèvres en 1756, ne fabriqua d'abord que de la porcelaine tendre, comme à Saint-Cloud, Chantilly, Orléans et Vincennes; on y fit de la porcelaine dure depuis 1770 environ. Vers  le milieu du XVIIIe siècle, l'Anglais Wedgwood imagina la faïence à pâte fine et dure, mais non vitrifiée, et à couverte vitreuse et transparente. La faïence dite porcelaine opaque date de 1830. II existe, à la manufacture de Sèvres, un Musée céramique formé par Brongniart, et dans lequel on peut étudier pas à pas les progrès de l'art céramique; c'est une collection unique de produits de tous les pays et de tous les siècles. (B.).



En bibliothèque - Alex. Brongniart, Traité des arts céramiques, ou des poteries considérées dans leur histoire, leur pratique et leur théorie, Paris, 1844, 2 vol. in-8° et atlas in-4°; J. Labarte, Description des objets d'art qui composent la collection Debruge-Duménil, Paris, 1847, in-8°: Marryat, Collections towards a history of potery and porcelain, Londres, 1850, in-8°; Brongniart et Riocreux, Description méthodique du musée céramique de Sèvres, Paris, 1845 et suiv., in-4° avec atlas.

Collectif, La terre est si lumineuse : Chagall et la céramique, Gallimard, 2007.
9782070785063
La diversité des modes d'expression est une permanence chez Chagall. En 1921, à Moscou, il s'adonne aux arts de la scène pour le Théâtre juif. Plus tard, à Berlin, il utilise la technique des eaux-fortes, puis aux États-Unis, celle de la lithographie. Lorsqu'il va s'employer à la céramique, ce domaine est depuis longtemps réhabilité aux yeux du monde artistique.

Après la Seconde Guerre mondiale, Pierre Matisse a exposé à New York les pièces réalisées par Miró et Artigas, qui seront ensuite montrées à Paris par Aimé Maeght en 1948. Tout porte à croire que Chagall a vu ces pièces. Quand il arrive dans le Midi en 1949, Braque travaille avec Artigas, Picasso est à Vallauris, Matisse travaille aussi avec le couple Ramié. Chagall s'installe à Antibes, dans l'atelier "La poterie des remparts ". II réalisera plus de 220 pièces entre 1949 et 1972. Toutes les pièces sont uniques : contrairement à Picasso, Chagall refusera le principe de l'édition. Les premières productions s'adaptent aux formes traditionnelles de la céramique destinée à la cuisine (assiettes, plats, pichets, etc.). Très vite, Chagall tire parti des formes, mais aussi des cuissons pour obtenir le velouté des couleurs, jouant de la lumière et de la profondeur grâce à l'alternance des vernis mats et brillants. Les possibilités de la matière elles-mêmes sont exploitées. En 1951 il profite de l'aspect grenu et poreux de la terre chamottée pour donner une intensité dramatique ou une nouvelle sensualité aux sujets. Puis il travaille le volume et obtient une complexité formelle de plus en plus grande. Les vases deviennent de purs volumes plastiques, atteignant ainsi le statut d'objets autonomes. Les séries réalisées à partir de 1950, comme "Les Fables de La Fontaine" ou les ensembles bibliques, sont parallèles aux œuvres réalisées en peinture et en lithographie sur les mêmes thèmes. À la même époque, il dirige aussi sa recherche vers la céramique murale.

Publié à l'occasion de l'exposition qui se tient successivement au musée Magnelli de Vallauris, au musée La Piscine de Roubaix et au musée d'Art moderne de Céret, cet ouvrage met en évidence les transpositions réalisées par Chagall entre le dessin, la gravure, la peinture et la céramique, techniques également traversées par toutes les grandes thématiques abordées par l'artiste comme les couples amoureux, la Bible, la mythologie ou le cirque. (couv.).

.


Dictionnaire Architecture, arts plastiques et arts divers
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.