.
-

Langue (anatomie). - La langue est un organe de forme ovale, située dans la cavité-buccale, et qui forme avec la face supérieure de la région sus-hyoïdienne le plancher de la bouche. Elle sert à la fois à la gustation et à la phonation et elle aide à la mastication. La face supérieure de la langue est appliquée à la voûte palatine et au voile du palais, dans sa partie horizontale; dans sa partie verticale, elle répond au sommet de la luette. Plus en arrière, elle est unie à l'épiglotte par trois replis, un médian et deux latéraux, désignés sous le nom de replis glosso-épiglottiques. La face inférieure de la langue n'est libre que dans son tiers antérieur. Les bords de la langue s'amincissent au fur et à mesure qu'ils se rapprochent du sommet. La pointe est en rapport avec la face postérieure des incisives supérieures. La base est fixée à l'os hyoïde

Au point de vue de sa structure, la langue est un corps musculaire, recouvert d'un revêtement muqueux. La muqueuse de la langue se continue avec la muqueuse buccale. A sa surface se trouve une multitude de papilles : les papilles filiformes ou coniques; les papilles fongiformes ou mûriformes; les papilles caliciformes, qui sont les plus volumineuses. La muqueuse de la langue comprend, en outre, des glandes (glandes en grappes, glandes intermusculaires et deux niasses plus importantes, logées dans l'épaisseur du stylo-glosse et du lingual inférieur). Les follicules de la langue (gl. de Weber) sont isolés ou réunis par groupes. Le squelette de la langue est osseux (os hyoïde) et fibreux (membrane hyo-glossienne et fibro-cartilage médian). Les muscles de la langue proviennent : les uns des os voisins (stylo-glosse, hyo-glosse, génio-glosse); les autres, des organes voisins (pharyngo-glosse, palato-glosse, amygdaloglosse). D'autres sont propres à la langue : lingual supérieur et lingual inférieur.

Les vaisseaux qui se rendent à la langue sont des artères, provenant de la linguale, de la palatine inférieure et de la pharyngienne inférieure; et des veines (veines de la muqueuse, veines ranines qui se jettent dans la faciale, dans les veines dorsales de la langue, rarement dans la jugulaire interne, et les veines qui accompagnent l'artère linguale). Les nerfs de la langue comprennent sept troncs. Les nerfs sensitifs sont : le glosso-pharyngien pour le tiers postérieur et le lingual pour les deux tiers antérieurs. Ces deux nerfs président à la sensibilité générale, au tact et à la sensibilité gustative de la langue; les nerfs moteurs sont : le grand hypo-glosse et quelques fibres du facial et du glosso-pharyngien pour les muscles de la région de l'isthme du gosier; la corde du tympan, qui se confond avec le lingual au delà du ganglion sous-maxillaire ; le laryngé supérieur, que traverse la membrane hyo-hyoïdienne, et enfin des filets nerveux ou sympathiques émanant du plexus intercarotidien. Les lymphatiques, très nombreux dans la muqueuse et la sous-muqueuse, se rendent aux ganglions profonds de la région sous-hyoïdienne. (A19).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.