.
-

Ancône

Ancône, Ancona, ville d'Italie, sur la mer Adriatique, à 200 kilomètres au Nord-Est de Rome; 99 600 habitants. Citadelle, belle cathédrale gothique; 2 arcs de triomphe, l'un en l'honneur de Trajan, et l'autre de Benoît XIV

C'est l'Ancôn des Grecs, c.-à-d. le coude, à cause de la forme de son promontoire. Les armoiries de la ville portent d'ailleurs un coude. La ville s'élève en pente douce sur une hauteur située entre deux collines : celle du Nord, le Monte Guasco, porte la cathédrale de San Ciriaco; celle du Sud, le Monte Astagno, est dominée par la citadelle. 

Ancône fut fondée par des Doriens de Syracuse vers l'an 400 av. J.-C. Les Romains y établirent une colonie. Trajan construisit une première digue pour abriter le port au Nord; un arc de triomphe rappelle le souvenir de ce grand travail. 

L'arc d'Ancône est un arc honoraire romain, élevé à l'empereur Trajan, à sa femme Plautine et à sa soeur Martiane, au milieu de la jetée du port. On en attribue la construction à Apollodore de Damas. C'est un des plus beaux et des mieux conservés de l'Antiquité. Il est en marbre blanc de Paros; les blocs sont si bien joints, qu'on croirait le monument d'un seul morceau. Quatre colonnes corinthiennes le décorent. L'attique portait la statue équestre en bronze de Trajan, cette statue n'existe plus, et l'on n'a conservé qu'un des pieds du cheval. Une tour, qui abritait l'arc du côté de la mer, a été détruite en 1532. (B.).
La ville fut ravagée au Moyen âge par les Goths et par les Lombards; mais elle se releva toujours à cause de sa belle situation; elle devint plus tard une petite république indépendante jusqu'en 1532, où le pape Clément VII s'en empara. Deux siècles plus tard le pape Clément XII reconstruisit et agrandit la digne; il déclara Ancône port franc. Un arc de triomphe lui a été dressé à côté de celui de Trajan. 

Ancône fut prise par les Français en 1797 et devint sous l'empire le chef-lieu du département du Métauro. Rendue au pape en 1815, elle fut occupée par les Français de 1832 à 1838, à l'instigation du ministre Casimir Perier, pour contrebalancer l'influence des Autrichiens, qui avaient occupé Bologne. Elle fut bombardée par les Autrichiens en 1849. (H. Vast).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006 - 2013. - Reproduction interdite.