.
-

Dessin

Dessin, représentation, à l'aide de traits ou de lignes, des objets que la vue peut saisir. C'est un art presque aussi ancien que le genre humain. Les premiers hommes y recoururent naturellement pour exprimer leurs pensées, et offrirent aux yeux la figure des objets dont ils voulaient parler. Le charbon et la craie leur auront fourni les moyens de dessiner sur le bois, sur la pierre; puis, ils auront songé à marquer les contours des ombres que projettent les différents corps. Les Grecs attribuaient la découverte de ces dessins, dits à la silhouette, à Dibutade de Sicyone. On dessine, soit à la plume, soit au crayon (sanguine, pierre noire d'Italie, mine de plomb), soit au pastel (avec des crayons diversement colorés). Un dessin au trait est celui qui ne donne que le tracé des contours; le dessin est ombré, si les ombres y sont exprimées, soit à l'aide de l'estompe (dessin estompé), soit avec des points (dessin grené), soit par des hachures (dessin haché), soit par des teintes plus ou moins foncées (lavis ou dessin lavé).


En bibliothèque - Blumenstein, les Vrais principes du dessin, Breslau, 1890, 5 vol., trad. en français par Leclerc; Bosio, Eléments de dessin, Paris, 1804, in-8°; A. Boniface, Cours élémentaire et pratique de dessin, Paris, 1818, in-8°; L. Vallée, la Science du dessin, 2e édit., 1838; Ch. Normand, Parallèle des diverses méthodes de dessin, 1833; Ravaisson, Rapport sur l'enseignement da dessin, 1853. 
Arts du Dessin, nom sous lequel on comprend la peinture, la sculpture, la gravure, et l'architecture, parce que le dessin est la base, la partie essentielle de ces arts. L'architecte, pour tracer sur le papier les plans, la coupe et l'élévation d'un édifice quelconque, se sert de l'équerre et du compas : la ligne droite et le cercle sont les bases de son travail. La connaissance des styles doit le guider dans le choix des formes. Mais lorsque les membres principaux du monument sont établis, ce n'est encore qu'un canevas sur lequel il faut broder les ornements; les corniches et les chapiteaux s'ornent de fleurons et de perles; dans les niches et sur les entablements viennent se placer les statues; les tentures et les décors complètent les intérieurs, et il faut en indiquer le goût, le genre et les couleurs.

L'architecte doit donc posséder une assez grande habileté de main et une certaine entente de la couleur, pour rendre complètement sa pensée et la traduire d'une manière claire et précise aux ouvriers et aux artistes qu'il emploie. Il doit particulièrement  connaître le dessin au trait et au crayon, le lavis à l'encre de Chine, les dessins à plusieurs teintes, et l'aquarelle.

La statuaire a aussi le dessin. pour élément; c'est par lui qu'on arrête la composition, et qu'on dirige le marteau. 

Un peintre, avec tout le talent de la composition, avec tout le prestige de la couleur, ne peut manquer, s'il dessine mal, de représenter infidèlement ce qui existe; sans une reproduction exacte des formes, il n'y a point de tableau possible. 

Or, la condition première de cette partie de l'art est la vérité. Pour que le dessin soit vrai, il faut ne rien exécuter de convention; il ne suffit même pas de dessiner d'après les tableaux des maîtres ou les statues antiques, bien qu'une pareille étude ait son importance : c'est la nature même, animée ou inanimée, que l'artiste doit avoir devant les yeux. 

L'étude trop suivie de la statuaire ne serait pas sans inconvénient : le dessinateur y contracterait, à la longue, une sorte de sécheresse; son style pourrait ne pas pécher contre les règles, mais il aurait de la raideur. On en a fait le reproche à certaines oeuvres de David, de Gérard, de Girodet, de Guérin, lesquelles, par l'effet d'une longue et forte étude de l'antique, semblaient être plutôt des bas-reliefs que des tableaux, parce que la vie, avec sa flexibilité et son mouvement, n'y avait pas assoupli la pureté et la correction du trait. Si l'antique a ses périls, à plus forte raison est-il pernicieux de dessiner d'après le mannequin, le plus imparfait de tous les modèles : l'antique, au moins, est presque toujours fidèle à la nature. Ce fut au grand art du dessin que Raphaël, Léonard de Vinci, Albrecht Dürer, Holbein, etc., durent ce qu'il y a de vivant et d'expressif dans leurs peintures; Paul Véronèse, Titien, Rubens, Van Dyck, laissent assez apercevoir qu'ils ont essayé de faire valoir par le dessin leur brillant coloris. 

L'expression qu'on obtient par le dessin a un attrait, une puissance irrésistible; il prolonge plus longtemps que la couleur la durée de l'idée et de la sensation; il exprime bien davantage, puisque les enfants comprennent aisément ce que représentent les estampes sans coloris. La valeur du coloris dépend beaucoup du matériel plus ou moins parfait de la peinture, mais le dessin atteint son but sans de pareils obstacles. Le dessin est la partie la plus durable de la peinture; il subsiste autant que la matière qui l'a reçu; tandis que la couleur peut s'altérer et se perdre. (A19).

.


Dictionnaire Architecture, arts plastiques et arts divers
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.