.
-

Inde
Bharatiya Ganarajya  / Republic of India

20 00 N, 77 00 E
L'Inde ou République de l'Inde est un vaste pays compris dans la péninsule triangulaire qui s'étend entre la Mer d'Oman et le golfe du Bengale. Elle est bornée au Nord la Chine (dans une zone qui lui est disputée par le Pakistan) et par les monts Himalaya qui la séparent du Tibet et dans lesquels sont enclavés le Népal et le Bhoutan, à l'Est par la Birmanie et le golfe du Bengale, avec le Bangladesh qui y est lui aussi comme une enclave, au Sud par le cap Comorin sur l'Océan Indien, au Nord-Ouest par le Pakistan. La superficie totale est de 3,3 millions de km², et la population (la deuxième au monde après celle de la Chine) atteint un milliard et 166 millions d'habitants (2009).  C'est une république fédérale, divisée en 28 Etats et 7 territoires. Capitale : New Delhi. Autres grandes villes : Calcutta (Kolkata), Bombay (Mumbai), Delhi, Madras (Chennai), Bangalore (Bengaluru), Poona, Hyderabad, Kanpur, Lucknow, Ahmadabad, Patna, Agra, Bénarès (Varanasi), Allahabad, etc.

Les divisions administratives de l'Inde

Etats

Andhra Pradesh
Arunachal Pradesh
Assam
Bihar
Chhattisgarh
Goa
Gujarat
Haryana
Himachal Pradesh
Jammu et Cachemir
Jharkhand

Karnataka
Kerala
Madhya Pradesh
Maharashtra
Manipur
Meghalaya
Mizoram
Nagaland
Orissa
Punjab
Rajasthan
Sikkim
Tamil Nadu
Tripura
Uttar Pradesh
Uttarakhand
Bengale Occidental 

Territoires

Andaman et Îles Nicobar
Chandigarh
Dadra et Nagar Haveli
Daman et Diu
Delhi
Lakshadweep
Puducherry

-
Les côtes.
Le développement des côtes de l'Inde sur l'océan Indien est de 7000 kilomètres environ qui se partagent presque également entre le golfe du Bengale et la mer d'Oman. La côte d'Orissa, qui succède à la côte du Bengale en allant de l'Est au Sud-Ouest, présente une suite de plages étendues, tandis que la côte de Coromandel, qui descend presque en ligne droite du Nord au Sud est formée de falaises blanches. Tout le long de cette côte, la mer est soumise à un violent ressac, surtout pendant la mousson du Nord-Est, et il n'existe guère que des rades ouvertes et peu de ports sur tout ce littoral (Madras, Pondichéry); au Sud de la pointe Calimère commence le détroit de Palk, encombré de bas-fonds et de bancs de corail et qui sépare l'Inde de l'île de Sri Lanka. Le détroit de Palk, barré par une chaîne d'îlots qui a reçu le nom de Pont-d'Adam, communique par une étroite passe avec le golfe de Manaar. Au Sud, la péninsule se termine par le cap Comorin, au delà duquel commence la mer d'Arabie ou d'Oman, qui baigne les côtes de Malabar et de Konkan, aux rivages élevés et découpés, et qui forme les golfes de Cambay et de Katch, entre lesquels est comprise la presqu'île de Kaltiavar (Goudjerat). Contrairement au littoral oriental, le littoral occidental de l'lInde possède un grand nombre de ports : Diu, Surate, sur le golfe de Cambay; Bombay, avec une rade superbe; Mangalore, sur la rôle de Malabar, etc. Vis-à-vis de Calicut, au large de la côte de Malabar, on trouve les îles Laquedives.

Carte de l'Inde.
Carte de l'Inde. Source : The World Factbook.
(Cliquer sur l'image pour afficher une carte plus détaillée).

Orographie et hydrographie de l'Inde.
Le système montagneux de l'Inde est constitué par l'Himalaya, qui lui sert de limites au Nord, et par trois chaînes indépendantes qui enserrent la région centrale ou plateau du Deccan : les monts Vindhya, les Ghâts orientales et les Ghâts occidentales. Le massif de l'Himalaya présente du côté de l'Inde un front convexe de plus de 2500 kilomètres de développement et élève entre cette péninsule et le reste de l'Asie une double barrière parallèle dont quelques sommets dépassent les 8000 mètres altitude; le Mont Kanchenjunga y est le point culminant de l'Inde (8598 m). Les plus hauts sommets sont cependant au Népal.

A l'Est, les monts Patkaï ou Naga descendent du massif himalayen, séparent l'Assam des pays birmans et projettent une première ramification jusqu'au coude du Brahmapoutre et une seconde jusqu'au cap Negrais. Au pied de l'Himalaya, se développe une plaine immense, qui se prolonge à l'Est jusqu'au golfe du Bengale, et à l'Ouest jusqu'au Gudjerat (la partie occidentale de cette plaine se trouve au Pakistan et accueille le cours de l'Indus). La ligne de faîte de cette plaine ne dépasse pas 350 mètres; elle n'est marquée par aucun renflement sensible du sol; mais elle n'en partage pas moins la contrée en deux régions bien distinctes : celle de l'Est, riche et féconde, arrosée par le Gange; celle de l'Ouest, à demi envahie par les sables. Entièrement formé par le terrain cénozoïque, généralement plat et monotone, cet immense territoire présente presque toujours des alluvions fertiles, souvent des jungles, sortes de taillis ou de fourrés, rarement des forêts et quelquefois des marais; le long de la frontière pakistanaise, c'est un espace plat, sablonneux, salé, couvert d'arbrisseaux épineux, qui porte le nom de désert du Thar et s'étend jusqu'à la mer dont il est séparé par la lagune du Rann de Katch. Les monts Vindhya, partant du golfe de Cambay et se continuant par les monts Bander et par les Kaïmour, jusqu'au voisinage du Gange, traversent la péninsule de l'Ouest à l'Est pour se joindre aux Ghâts orientales; celles-ci descendent en suivant une ligne parallèle à la côte jusqu'au cap Comorin, laissant entre elles et la mer une zone de plaines large de 80 à 100 kilomètres, tandis que les Ghâts occidentales descendent le long du rivage de la mer d'Arabie en le suivant très près jusqu'au même cap. L'espace triangulaire compris entre ces trois chaînes est le plateau du Deccan.

La partie septentrionale de l'Inde présente des roches de formation primitive où domine le gneiss, mêlé au granit, à l'ardoise, au schiste et à la pierre calcaire. Le gneiss compose, en grande partie, l'ossature des monts Vindhya, tandis que des roches granitiques forment la base des Ghâts occidentales; les Ghâts orientales sont entièrement composées de syénite; dans les massifs peu élevés qui bordent les plaines du Gange et dont le sol est formé de terres alluviales, le silex est assez abondant.

De nombreux cours d'eau, tributaires du golfe du Bengale et de la mer d'Oman, arrosent cette contrée; les principaux sont : le Brahmapoutre, qui vient du Tibet et se partage en plusieurs bras qui se mêlent, sur le territoire du Bangladesh, à ceux du Gange avant d'atteindre le golfe du Bengale; le Gange, formé par la Baghirati et l'Alakananda qui prennent leur source dans l'Himalaya; avant de verser ses eaux à la mer par les nombreuses branches de son vaste delta, ce grand fleuve que les Hindous regardent comme sacré et dont le bassin embrasse une superficie de plus d'un million de kilomètres carrés, reçoit de magnifiques affluents : la Ghâghara, la Gandak,  etc., et au Sud la Yamuna, le Sone; l'Hooghly (Hugli), un des bras du Gange, passe à Chandernagor et à Calcutta; - le Mahanadi, qui arrose l'Orissa et se jette dans le golfe du Bengale par plusieurs embouchures; - le Godavéry, qui prend sa source dans les Ghâts occidentales et tombe dans la mer au Sud de Yanaon; - la Kristna, dont les sources sont aussi dans les Ghâts occidentales et qui se déverse dans le golfe par plusieurs bouches au Sud de Mazulipatam; - le Cavéry, qui descend des mêmes montagnes et traverse le Maïssour méridional. C'est le dernier fleuve important que l'Inde envoie au golfe oriental. Du cap Comorin au golfe de Cambay, l'Inde ne verse à la mer d'Oman que quelques petits fleuves côtiers; la Tapty et la Nerbada, dont le cours est presque parallèle, débouchent dans le golfe de Cambay. On peut citer encore la Mahi et la Sabarmati, qui arrosent le Goudjerat.

L'Inde n'a pas, à proprement parler, de lacs, à part le lac Srinagar et le Oular, dans le Cachemire; mais les étangs, dont plusieurs sont considérables, y sont innombrables.

Les ressources minérales.
Les richesses minérales de l'Inde consistent principalement en houille, fer et sel et encore les mines de fer ne sont-elles pas exploitées sur une grande échelle. La houille se trouve dans une région bornée au Nord par le Gange, s'étendant le long du Godavéry au Sud, et, de l'Est à l'Ouest, des environs de Calcutta jusqu'audessous de la Nerbada; il existe aussi des gisements de charbon dans l'Assam. Les mines de fer sont éparses dans toute l'Inde : quelques-uns des plus beaux gisements de fer magnétique sont situés dans la région de Madras. Il y a de l'or dans les alluvions de plusieurs rivières du Pendjab et du Deccan, de l'argent dans le Karnatic; du plomb, du zinc, de l'étain, du cuivre, de l'antimoine, dans les montagnes de l'Himalaya, du cobalt dans le Radjpoutana, du cristal de roche dans la vallée de la Nerbada. Des mines de diamant auxquelles Golconde donnait son nom, et qui cependant sont situées loin de cette ville, ne fournissent plus que quelques pierres sans valeur. On rencontre encore en abondance le grenat dans le Mewar (Radjpoutana); l'améthyste dans les Aravalis, d'importantes exploitations d'onyx, agates et cornalines existent dans le Goudjerat.

Le climat de l'Inde.
L'Inde offre une très grande variété de climats : une chaleur tropicale règne dans les basses vallées fluviales. Dans les régions montagneuses, l'air est froid et sec; sur le plateau du Deccan, on jouit d'un climat délicieux. L'année se divise en Inde en deux saisons : la saison humide et la saison sèche qui correspondent aux moussons de Sud-Ouest et de Nord-Est La mousson de Sud-Ouest et les pluies commencent vers le milieu d'avril et finissent en septembre; la mousson de Nord-Est et la sécheresse durent d'octobre à avril. La saison pluvieuse est également la plus chaude chaude. La côte de Malabar est la région où les pluies sont le plus abondantes, tandis que le désert du Thar et la côte de Coromandel sont les contrées les plus chaudes. A Pondichéry, on a observé + 44,7 °C. Pendant la saison froide (d'octobre à avril), les nuits et les matinées sont fraîches (+ 5° C et + 6°C seulement) et accompagnées de rosées abondantes. En décembre, par les vents froids et secs du Nord et du Nord-Ouest, les nuits deviennent froides et la température s'abaisse presque jusqu'à 0°C. 

La végétation.
Les productions végétales de l'Inde sont nombreuses et importantes, et les forêts couvrent plus du tiers de la surface totale; parmi les essences précieuses, le teck, sans rival pour les constructions maritimes, occupe le premier rang; il peuple principalement les pentes des Ghâts occidentales; l'Himalaya possède le deodar, le pin, le cèdre et le châtaignier; les palétuviers croissent sur les côtes; les cocotiers, au Malabar; enfin le santal, l'ébénier, les bambous, le platane, le marronnier et les conifères fournissent à l'industrie des bois recherchés, des gommes, des résines, etc.

Nous citerons, parmi les produits des cultures : le riz, le blé, dont le domaine est la région septentrionale, au pied de l'Himalaya et quelques parties du plateau du Deccan; l'orge, le millet, le sorgho, diverses espèces de sarrasin, l'arrow-root et le sagou, l'igname et la patate, le pois congo; parmi les fruits: les bananes, les dattes, les cocos (Malabar), l'ananas, les mangues (celles de Goa et du Moultan sont renommées), la grenade, l'orange, le citron, le cédrat, la pamplemousse, les figues, l'amande, la pêche, les pommes, les poires, le raisin (au Sud, surtout le Maïssour), la prune de Malabar et les baies du pilou, arbuste très commun sur les bords des rivières du Pendjab; la canne à sucre et le palmier à sucre, dans les plaines du Gange inférieur; le café, dans le Malabar et le Maïssour; le thé, au pied de l'Himalaya; le lin et le chanvre; le jute, la soie, aussi dans le Bengale occidental; le coton, auquel la guerre de Sécession américaine avait donné une très grande importance et que l'on cultive encore dans la région de Mumbaï, au Bengale occidental, au Pendjab et dans la région de Madras; le tabac, à peu près partout; l'indigo, dans le Bihar; la garance, dans la vallée de la Yamuna et l'Inde méridionale; le carthame; le safran, employé dans le Cachemire pour teindre en jaune; les roses qui servent à la fabrication de l'essence de roses, dans le  Cachemire, les régions d'Ajmer et de Vanarasi; le sésame, la moutarde, le ricin et le colza, le poivre (Malabar), le bétel, le cardamome, le gingembre, la cannelle (Malabar); le quinquina, importé d'Amérique en 1860; l'ipécacuana, introduit en 1870; la cochenille, importée de Ténériffe dans le Maïssour.

La faune.
L'éléphant sauvage ne se rencontre plus guère que dans les forêts du Kourgh (Chennai), du Maïssour et du Travancore, sur les plateaux de l'Orissa et dans les montagnes qui séparent l'Assam de la Birmanie. Deux espèces de rhinocéros unicornes se trouvent dans la vallée du Brahmapoutre; le lion a complètement disparu du Nord; ce qui reste de l'espèce s'est réfugié dans la presqu'île de Kattiavar (Goudjerat); le tigre, se rencontre dans diverses parties montagneuses de la péninsule. L'ours noir ou à longues lèvres est commun; l'ours tibétain occupe les forêts basses de l'Himalaya, et l'ours malaisien les montagnes de l'Est; le loup indien est présent dans le Nord; le renard est assez rare, tandis que le chacal est fréquent; le chien sauvage chasse en meutes dans les forêts et l'âne sauvage erre en troupes dans les déserts qui entourent le Ranin de Katch; les singes sont nombreux, le rat peuple certaines villes et la roussette couvre les arbres de ses innombrables rassemblements. 

Des moutons et des chèvres sauvages, une espèce de chamois et une variété de bouquetin habitent l'Himalaya; les antilopes, le boeuf bleu ou nilgaut, le cerf sambar, le daim aboyeur sont répandus dans les différents Etats et territoires de l'Union indienne. Il faut ajouter encore : le zébu ou boeuf à bosse; le buffle sauvage, de grande taille et dont les cornes ont une dimension prodigieuse. Parmi les oiseaux, on distingue : les aigles, les faucons, les vautours, la nombreuse tribu des perroquets, les corbeaux, les hiboux, les paons, les ibis et les hérons, le coq de jungle, le faisan, les canards, les oies, les sarcelles, plusieurs variétés de perdrix. Parmi les reptiles, nous nous contenterons de mentionner la naja et le serpent de Russell, qui distillent un venin foudroyant; le crocodile, l'alligator et le gavial infestent certains fleuves. Il y a beaucoup d'insectes : sauterelles, fourmis, araignées, scorpions, abeilles sauvages. Les poissons abondent partout; les espèces les plus communes sont le saumon, la sardine, l'anguille, la carpe, le thon, le mango, le dauphin du Gange, grand cétacé qui mesure de 2 à 4 mètres de longueur; les requins infestent la mer qui baigne le Malabar, et on pêche des perles fines dans le golfe de Cambay et sur la côte de Travancore.

Les animaux domestiques de l'Inde sont : l'éléphant, le buffle, le boeuf, le chameau, le cheval, l'âne, le mouton et la chèvre. Les chevaux indigènes sont généralement de petite taille et de chétive apparence; des races métisses sont issues du croisement des races indiennes avec le cheval arabe et le cheval persan. (DMC).

Cartes de l'Inde.

Géographie de l'Inde.
Topographie
Divisions administratives de l'Inde.
Divisions administratives
Population de l'Inde.
Densité de la population
Ethnographie de l'Inde.
Ethnographie
Inde : les ressources énérgétiques
Energie
Utilisation des sols de l'Inde.
Utilisation des sols
Cliquer sur les miniatures ci-dessus pour afficher les cartes.


S. Prasannarajan, Inde, Editions Place des Victoires, 2010.
2809901694
L'histoire, les couleurs, l'audace, l'impertinence et l'individualisme, on trouve tout cela en Inde. Terre féodale et autocratique, mais aussi démocratique et socialiste; matérialiste et pragmatique, mais aussi étonnamment éthérée. Choisis parmi les 70 millions de clichés des archives de Getty Images qui racontent 150 ans de l'histoire de l'Inde, et accompagnés de textes de S Prasannarajan, rédacteur à India Today, voici les acteurs et les événements clés de ce siècle et demi, des plus humbles saisis dans leur quotidien au panorama glorieux et grandiose que forme le sous-continent indien. Inde est une chronique visuelle rassemblant plus de 450 photographies, depuis le temps du Raj et de la révolte des Cipayes jusqu'à l'époque actuelle. (couv.).

Albert Londres, En Inde, Arléa , 2010.
2869599196
En 1922, Albert Londres est à Calcutta et s’apprête à découvrir un «Empire britannique» de deux cent dix-sept millions d’hindous, soixante dix-sept millions de musulmans, onze millions de bouddhistes, quatre millions de chrétiens et trois millions de sikhs. Spontanément hostile aux Anglais, il est d’autant plus sensible aux revendications nationalistes qui s’expriment, différemment, à travers trois personnalités hors du commun : Nehru, Gandhi et Tagore. (couv.).

Mira Kamdar, Planet India (l'ascension turbulente d'un géant démocratique), Actes Sud, 2008.
9782742772377

Que représente, pour l'avenir du monde, l'émergence de l'Inde en tant que concurrence, en tant que marché et en tant que puissance? En cas d'échec de la transformation de l'Inde, prédit Mira Kamdar, les répercussions risquent d'être planétaires ; mais si l'Inde réussit le pari de son changement, elle émancipera de la pauvreté des millions d'individus et deviendra ainsi la preuve indiscutable que l'exercice d'une démocratie multi-ethnique et multi-religieuse religieuse n'est pas l'apanage des seuls pays développés.

D'une actualité brûlante, un essai original, provocateur, et rigoureusement documenté. (couv.).

Alexandre Kalda, Promenade en Inde, Grasset & Fasquelle, 2007.
-
Pour comprendre l'Inde, il faut y avoir vécu plus de vingt ans comme le fit Alexandre Kalda dont le nom, à l'ashram de Sri Aurobindo, fut Archaka (en sanscrit, celui qui invoque la lumière). Promenade en Inde est le résultat de l'expérience exceptionnelle de l'auteur qui étudia la civilisation, la culture et la vie quotidienne d'un pays tellement étranger à l'Occident.

A la fois récit de voyage, quête ethnologique et essai métaphysique, ce texte vivant, documenté et attachant permet une approche originale et authentique de l'Inde. Attentif et passionné, le regard d'Alexandre Kalda a su discerner, derrière les visages, les paysages et les mots, l'âme de l'Inde. (couv.).

T. et G Baldizzone, L'Inde des tribus oubliées, Le Chêne, 2008.

André Lewin, Catherine Clément, L'Inde des Indiens, Liana Levi, 2006.
-

L'Inde est le pays sur lequel les Occidentaux s'interrogent. Hier plongé dans la misère, aujourd'hui hissé au rang des nations économiquement les plus performantes. Hier courbé sur ses récoltes, fier aujourd'hui de son informatique de pointe. Hier peuplé de centaines de millions de pauvres, comptant aujourd'hui les personnes les plus riches du monde. Comment comprendre ces mutations rapides et profondes dans ce pays immense et divers? Plus d'un milliard d'habitants depuis l'an 2000. Une multitude d'États et de groupes, sans oublier les aborigènes. Une histoire vieille de trois mille ans faite d'invasions et d'empires, marquée par la longue lutte pour l'Indépendance et la présence lumineuse du Mahatma Gandhi. Une culture monumentale où se côtoient les grands temples hindous et les plus beaux édifices de l'art moghol musulman, sans oublier le fameux Taj Mahal. Vingt-deux langues officielles, plus l'anglais, leur langue commune, et 1652 autres. Des épices à foison, des musiques sublimes, des danses sophistiquées, des pratiques du corps aujourd'hui recherchées. Face à cette foisonnante diversité, on peut légitimement se demander ce qu'est l'Inde. À cette question, nos deux auteurs répondent avec brio.  (couv.).

.


Etats et territoires
[La Terre][Cartotheque][Tableaux de bord][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2009. - Reproduction interdite.