.
-

Bhoutan
Druk Gyalkhap

27 30 N, 90 30 E
Le Bhoutan est un Etat indépendant de l'Himalaya oriental, borné au Nord et à l'Est par la Chine (Tibet), au Sud, par l'Etat indien d'Assam, et à l'Ouest, par le Sikkim, qui fait également partie de l'Inde.

Le Bhoutan est, dans son ensemble, un massif de terrasses et de montagnes hautes et escarpées, dont les sites sont grandioses; point culminant : le Kula Kangri (7553 m). Les nombreux cours d'eau du Bhoutan, tous dirigés vers le Sud, se frayent difficilement un passage à travers d'étroits défilés, coupés de précipices, pour gagner enfin le Brahmapoutre. Le plus considérable est le Manas, rivière profonde, qui arrose du Nord au Sud toute la partie orientale du pays et se rend au Brahmapoutre après avoir reçu le Tangtsou. Les autres cours d'eau dignes d'être cités sont le Machou, la Torsha, le Manchi, le Dharba, tributaires du Brahmapoutre.

Le climat du Bhoutan varie avec l'altitude du lieu; brûlant dans les plaines du Sud, il se transformé en hiver perpétuel sur les cimes neigeuses de l'Himalaya. Les pluies descendent en torrents des hauteurs; mais dans le voisinage de Thimphu, la capitale, elles sont modérées. Le sol reçoit de fréquentes averses, mais elles ne sont pas comparables aux pluies tropicales du Bengale. Par suite de l'altitude élevée et de la nature escarpée des montagnes, de terribles orages sévissent dans les vallées et dévastent souvent les campagnes. D'ailleurs le nom de Bhoutan signifie "pays du Dragon de tonnerre".

Les forêts du Bhoutan sont riches en grands arbres, tels que le hêtre, le frêne, le bouleau, l'érable, le cyprès, l'if. Le pin et le sapin revêtent les montagnes élevées; le chêne et le rhododendron se rencontrent jusqu'à près de 3000 m. On y voit aussi le cannellier, la rubharbe géante, l'edelweiss, et le coqueliquot bleu (fleur nationale).

Les régions inférieures des montagnes fourmillent d'animaux . Les éléphants sont assez nombreux; mais les tigres sont devenus très rares, sauf  dans le voisinage de la rivière Tista. Les léopards abondent dans la vallée de Hah; les daims se rencontrent partout; on en voit quelques-uns de très grande espèce. On trouve le chevrotain-musc dans les neiges; le cochon sauvage habite souvent des parages très élevés. Les écureuils de grande taille sont communs. On trouve aussi l'ours brun de l'Himalaya et le grand rhinocéros indien (Rhinoceros unicornis). Les faisans, les oiseaux des jungles, les pigeons et en général le menu gibier abondent. Il existe aussi une sorte de cheval, ou plutôt de poney, le tangan, dont les habitants se servent comme animal domestique. C'est un poney de race très fine, et qu'on ne trouve dans aucune des contrées voisines.

-
Carte du Bhoutan.
Carte du Bhoutan. Source : The World Factbook.
(Cliquer sur l'image pour afficher une carte plus détaillée).

La base de l'alimentation des habitants est la viande, - surtout de porc, - les navets, le riz, la farine d'orge et le thé. Leur boisson favorite est le chong, distillation de riz ou d'orge et de millet, et le maroua, bière obtenue par la fermentation du millet. Un vêtement de laine flottant, descendant jusqu'aux genoux et maintenu autour de la taille par une épaisse bande de drap, forme le costume traditionnel des hommes; les femmes portent un long manteau à manches très larges. Les maisons traditionnelles du Bhoutan ont trois ou quatre étages; tous les planchers sont en bois blanc; et des deux côtés de la maison se trouve une véranda ornée de sculptures, généralement peintes. Leurs portes, leurs fenêtres, leurs panneaux sont souvent le fruit d'un artisanat remarquable. On a parfois dit que ces maisons ont une certaine ressemblance avec les chalets suisses, mais les habitants ignorent l'usage des cheminées. Officiellement, la population professe majoritairement la religion bouddhiste lamaïque; en réalité ses pratiques religieuses se bornent à l'apaisement des mauvais esprits et la récitation de quelques sentences sacrées; l'hindouisme est également présent. 

Les montagnes escarpées dominent le paysage et rendent la construction des routes et de toute autre infrastructure difficile et chère. Aussi l'économie (très dépendante de l'Inde), une des moins développées du monde, est-elle surtout basée basée sur l'agriculture et la sylviculture, auxquelles se dédient 90% des Bhoutanais. La structure géologique du sol, réduit cependant l'espace régulièrement cultivé à des limites très restreintes. Dans la montagne, autour des habitations, le sol est défriché et donne de belles récoltes d'orge, de blé et de sarrazin; le millet et le moutardier sont aussi cultivés en abondance. La pomme de terre a été introduite dans le pays dès le XIXe siècle. Le blé et l'orge ont une graine riche, et le climat s'adapte fort bien à la végétation des plantes européennes. Les Bhoutanais disposent leurs champs par séries de terrasses taillées dans le flanc des coteaux; chacune de ces terrasses est soutenue par des remblais de pierres, s'élevant parfois à une hauteur de 6 à 7 m. Les champs sont clos de haies de pins ou de murs. Un système complet d'irrigation dessert un village entier, l'eau étant amenée, souvent de fort loin, au moyen d'aqueducs de pierre. 

A côté de cette agriculture, il existe une  minuscule industrie manufacturière de type familial; les produits sont tous consommés sur place. Ils consistent en vêtements de coton et en cuir grossier, imparfaitement tanné, servant à fabriquer des chaussures communes. Une plante, le Daphne papyrifera, fournit traditionnellement le papier. Des programmes modèles d'éducation, sociaux et d'environnement sont en cours avec l'appui des organismes multilatéraux de développement. Chaque programme économique tient compte du désir du gouvernement de protéger l'environnement et les traditions culturelles du pays. Le pays s'ouvre ainsi avec prudence au développement du secteur touristique. Les contrôles tâtillons et les politiques commerciales et financières plutôt floues découragent les investissements.

.


Etats et territoires
[La Terre][Cartotheque][Tableaux de bord][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2007. - Reproduction interdite.