.
-

Pakistan
Jamhuryat Islami Pakistan

30 00 N, 70 00 E
Le Pakistan est un État du Sud de l'Asie riverain de la Mer d'Oman (Nord de l'Océan Indien) et  compris entre l'Iran et l'Afghanistan à l'Ouest, l'Inde à l'Est et la Chine au Nord. Indépendant de l'Inde britannique depuis 1947 et séparé du Bangladesh (ancien Pakistan oriental) depuis 1971, c'est une république fédérale, divisée administrativement en 4 provinces (Baloutchistan, Province de la frontière du Nord-Ouest, Pendjab, et Sind), en un territoire placé directement sous l'administration fédérale, les Zones tribales, et en un territoire pour la capitale, Islamabad. 
Deux régions du Cachemire et du Jammu, disputées avec l'Inde et administrées par le Pakistan forment deux entités administratives supplémentaires : Azad-Cahemire (Azad Kashmir, autour de Muzaffarabad et de Mirpur) et les Zones Nord (Northern Areas, autour de Gilgit et de Sikardu).
Pakistan : Karachi, depuis l'espace.
Karachi, la ville la plus peuplée du Pakistan (11,6 millions d' habitants), vue depuis l'espace. Cette image montre la partie sud-ouest de la ville. Deux rivières, le Lyari et le Malir, traversent Karachi pour se jeter dans la mer d'Arabie. Le Lyari passe au nord du port de Karachi, avant de se déverser dans la mer par le canal de Baba; de vastes marais salants, apparaissant comme de grandes zones géométriques de vert, sur la rive nord de l'estuaire du fleuve. A l'Est coule le Malir. Entre le port et la mer d'Arabie, une île forme une barrière (bord gauche de l'image). A l'Est de cette île et à à l'ouest du port se trouve une grande étendue d'eau et de mangroves. Immédiatement à l'Est du port de Karachi, on remarque deux autres zones de mangroves, dont la plus grande est se nomme Chinna Creek. Le reste de la ville est très densément urbanisé. Source : Nasa.

Islamabad, la capitale, est une ville nouvelle construite en 1959, à une dizaine de kilomètres de la grande ville de Rawalpindi, pour remplacer l'ancienne capitale, qui était Karachi. Outre Karachi, qui reste la ville la plus peuplée, et Rawalpindi, les autres villes importantes du pays sont : Lahore, Faisalabad, Hyderabad, Multan, Sukkur,  Gujranwala, Peshawar et Quetta. La population totale du Pakistan est de 176,2 millions d'habitants (2009); sa superficie est de 803,940 km².

Carte du Pakistan.
Carte du Pakistan. Source : The World Factbook.
(Cliquer sur l'image pour afficher une carte plus détaillée).

Du point de vue de la géographie physique, on peut diviser le Pakistan en trois régions, les deux premières sont montagneuses, la troisième est une vaste plaine alluviale-

Le Nord, où le Karakoram élève ses plus hauts sommets, tels le K2 (8611 m et deuxième plus haut sommet de la Terre après l'Everest) et le  Nanga Parbat ( 8126 m). 

L'Ouest, avec les Monts Soleïman, qui bordent la frontière afghane et sont un prolongement méridional de l'Hindou-Koush, et, plus au Sud, le plateau du  Baloutchistan et son grand système de chaînes, qui souvre en éventail à partir de Quetta en direction de la Mer d'Oman et de l'Iran.

La vallée de l'Indus, adossée, au Nord à l'Himalaya, où le grand fleuve et ses principaux affluents, dont les Cinq fleuves ( le Jhelum, le Chenab, le Ravi, le Beas et le Sutlej), prennent leur source. Ces cinq grands affluents, se réunissent en un large courant appelé le Punjund  ou Pendjab (nom donné à toute la région)), avant de se jeter par ce seul canal dans l'Indus près de Mittem Rote, à 80 km au Nord-Est. L'Indus traverse ensuite la province du Sind (nom qui est aussi, en sanscrit, celui de l'Indus), arrose Sukkur et Hyderabad avant d'aborder la plaine basse et marécageuse où il a son embouchure. Le Sind est limité à l'Est par le désert de Thar, qui s'étend principalement en Inde.

Pakistan : Vallée de la Hunza.
La vallée de la Hunza, au Nord du Pakistan. Elle a nourri l'imaginaire de bien des voyageurs...
 Source : The World Factbook.

Des forêts de conifères et des vallées fertiles se rencontrent au Nord, tandis qu'au Baloutchistan domine plutôt une végétation de steppe. Dans le Pendjab, la flore n'est ni abonnante, ni variée. Les arbres caractéristiques sont : l'acacia, le tamaris et le jujubier. La faune est plus riche et comprend : le léopard, le chat sauvage, l'ours, le daim, l'antilope, le mouton sauvage, le porc sauvage, le lynx, le loup, la hyène, le chacal, le porc-épic, le renard et le lièvre, etc. Elle est particulièrement riche en oiseaux. L'alligator hindou hante les rivières qui sont pleines d'une grande variété de poissons. Dans le Sind, l'intérieur forme une plaine aride de sable et de galets, sauf dans la bande fertile qui borde l'Indus, si bien que l'on a pu dire que le Sind et l'lndus sont l'un relativement à l'autre, comme l'Égypte et le Nil. Quelques jungles persistent au Nord. Le climat est chaud sujet à des changements brusques, et prononcés, et d'une sécheresses remarquable. Partout l'irrigation est indispensable à la culture, et les canaux ne peuvent  être entretenus qu'à grands frais à cause de l'accumulation des vases. La canne à sucre et le tabac réussissent, ainsi que le riz, le froment, l'orge, le sénevé et les autres plantes ordinaires sous un tel climat.



Alice Albinia, Les Empires de l'Indus : L'histoire d'un fleuve, Actes Sud, 2011.
274279476X
Tour à tour victimes, durant les soixante dernières années, de la violence de dictateurs militaires, puis enragés ou trompés par la manipulation de la religion par l'Etat, les Pakistanais sont maintenant terrorisés par la "guerre au terrorisme" menée par l'Occident. Pourtant le Pakistan ne se résume pas à la somme de ses généraux et de ses jihadistes. La vallée de l'Indus a connu une fermentation politique, religieuse et littéraire ininterrompue, qui se compte en millénaires ; une histoire que les Pakistanais partagent avec les Indiens et les Tibétains. Ces chroniques, ces souvenirs et ces mythes enchevêtrés, constituent l'héritage des peuples qui vivent aujourd'hui dans la vallée de l'Indus. Ce livre raconte un périple, une remontée géographique et historique, de la bouche à la source, de la naissance du Pakistan à Karachi à celle du fleuve au Tibet, des millions d'années auparavant. Au cours de son histoire, l'Indus aura porté plus de noms que ses habitants n'auront supporté de dictateurs. Le fleuve a conféré une logique à mes explorations ; il est au coeur de ce livre parce qu'il pénètre la vie des peuples qui résident sur ses rives à la manière d'un charme. Des déserts du Sind aux montagnes du Tibet, l'Indus est révéré par des paysans et honoré par des poètes ; plus qu'aux prêtres ou aux politiciens, c'est à l'Indus que va leur vénération. (couv.). 
Pakistan : les montagnes du Waziristan depuis l'espace.
Les montagnes du Waziristan depuis l'espace. Cette région du nord-ouest du Pakistan, près
dela frontière afghane, offre un paysage formidable de collines enchevêtrés et abruptes, séparés
par d'étroits passages et des gorges profondes. Les rivières dévalant de ces montagnes fournir
de l'eau pour l'agriculture dans une région  qui ne bénéficie que de faibles précipitations. 
Source : USGS.
.


Etats et territoires
[La Terre][Cartotheque][Tableaux de bord][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2009. - Reproduction interdite.