.
-

La Terre > Les parties de la Terre > Les continents et les îles
L'Amérique
L'Amérique constitue un ensemble de terres nettement séparées de celles dont la réunion forme l'Ancien Monde. Elle en est isolée par deux grandes étendues de mer : l'océan Pacifique à l'Ouest, et l'océan Atlantique à l'Est. Avec sa superficie de 38.344.000 de kilomètres carrés (non compris les terres arctiques), elle équivaut presque à quatre fois l'Europe et embrasse près du tiers de la surface émergée du globe. Elle est étendue dans le sens de la longitude, et pour ainsi dire d'un pôle à l'autre; son point septentrional, le cap Barrow, est au delà du cercle polaire arctique par 72° de latitude Nord, et son extrémité méridionale atteint avec le cap Horn 56° de latitude Sud. La distance entre ces deux promontoires extrêmes n'est pas moindre de 18.000 kilomètres. Son extension en latitude est beaucoup moins considérable.

Le Nouveau Monde se compose de deux continents, distingués par les qualifications de Amérique du Nord et Amérique du Sud, et que rattache l'un à l'autre un isthme montueux dont la plus faible largeur, par le travers de Panama, est de 56 kilomètres (c'est l'Amérique centrale). Il comprend aussi l'archipel des Antilles, dont les îles les plus grandes sont Cuba, Haïti, la Jamaïque et Porto-Rico.

Géographie physique

Géologie
Au Canada et aux Etats-Unis, sur des milliers de kilomètres carrés, existe une série très complète de roches éruptives appelées laurentiennes, par suite de leur étendue dans le bassin du Saint-Laurent. Dans l'Amérique du Sud, les roches primitives s'étendent au Brésil, à la Guyane, au Venezuela et dans les Andes du Chili. Le système huronien, dont les dépôts sont très développés autour du lac Huron, s'est formé aux dépens d'un continent primordial. Le silurien se rencontre au Canada, aux Etats-Unis, à Terre-Neuve, et forme le soubassement des chutes du Niagara; il est moins développé dans l'Amérique du Sud. Le dévonien inférieur, moyen et supérieur, existe dans l'Amérique du Nord. Ainsi, dans le Nouveau-Brunswick, on voit des traces du vieux grès rouge. Les terrains carbonifères ont une grande puissance au Canada et aux Etats-Unis; on y trouve aussi le permien et le trias consistant en grès rouge, bruns, avec des conglomérats.

Rares dans l'Amérique du Sud, les terrains secondaires, ujrassiques et crétacés, occupent une large place dans l'Amérique du Nord. Les terrains tertiaires s'étendent depuis Rhode-Island jusqu'à l'isthme de Tehuantepec, puis couvrent le Venezuela, une partie de la Colombie, de l'Équateur, de l'Uruguay et du Paraguay. Les terrains d'alluvion existent dans l'Amérique du Nord sur une largeur et une profondeur considérables, entre les lacs et le delta du Mississippi. Dans l'Amérique du Sud, le les sédiments tertiaires et quaternaires forment presque tout le sol des pampas et les Llanos du Venezuela. Les alluvions existent surtout au Brésil, en Argentine et dans le nord de la Guyane.

La géologie vient donc prouver qu'à un point de vue spécial, le Nouveau Monde mériterait bien mieux que notre l'appellation de « ancien continent ».

Orographie.
Le continent américain est dans son ensemble d'une très grande simplicité de structure : des plaines s'y succèdent au centre, tandis que des groupes de massifs anciens se déroulent à l'Est et qu'une zone montagneuse ininterrompue borde à l'Ouest  la côte du Pacifique. Cette dernière zone, qui commence au Nord sous le cercle polaire, s'étend sur toute la longueur du continent jusqu'au détroit de Magellan, en se modifiant successivement dans ses aspects, sa nature et sa hauteur. Tantôt les plis se resserrent au point de ne plus former quelquefois qu'une seule chaîne, comme aux sources de l'Amazone (cerro de Pasco) et en arrière de Valparaiso, tantôt ils s'écartent et embrassent entre eux des plateaux élevés dont l'intérieur se dessine en bassins fermés comme le plateau de l'Utah dans l'Amérique du Nord et le plateau Bolivien dans l'Amérique du Sud. Un trait commun à toute cette longue bande de terrains plissés et l'un de ses caractères dominants, c'est la présence, tout le long de la côte pacifique, de pics volcaniques dont un bon nombre sont encore en activité, dont l'existence est la conséquence du hénomène de subduction de diverses plaques tectoniques du Pacifique tout le long des côtes du continent américain.
-

Le mont McKinley, en Alaska.
Le mont McKinley (6195 m), en Alaska, point culminant de l'Amérique du Nord.
(Photo : Rose et Rich Primmer). 

Au Canada et aux Etats-Unis, la partie la plus élevée de ce système montagneux porte le nom de montagnes Rocheuses; au Mexique, on la nomme sierra Madre; enfin, dans l'Amérique du Sud, le nom de Cordillère des Andes est celui qu'on emploie partout, de l'isthme de Panama au détroit de Magellan. C'est dans les Andes de l'Argentine que se dresse le plus haut sommet du continent américain, l'Aconcagua (6960 m); Nevado Ojos del Salado, au Chili, atteint les 6880 m, et le Huascaran, au Pérou, qui ne lui est inférieur que d'une centaine de mètres (6768 m), et une quinzaine de montagnes au moins dont l'altitude dépasse 5000 mètres, lui font dans l'Amérique du Sud un imposant cortège. Dans l'Amérique du Nord, l'altitude d'aucun sommet ne dépasse en altitude les géants des Andes; le plus haut pic, le mont Mc Kinley, cependant, s'élève en Alaska à  6195 mètres; quelques-uns des volcans mexicains dépassent également 5400 mètres (Orizaba et Popocatepetl); quant aux montagnes Rocheuses proprement dites, elles n'atteignent nulle part cette hauteur et culminent à 4420 mètres avec le mont Whitney.

Au delà des plaines centrales et les bordant à l'Est comme le système Rocheuse-Andes les borde à l'Ouest, s'élèvent des masses montagneuses dont l'altitude paraît faible en comparaison de celle de la chaîne occidentale, mais qui ont cependant une grande importance : ce sont, dans l'Amérique du Nord, les monts Alléghany, dont un sommet, le Black Dome, atteint 2044 m et, dans l'Amérique du Sud, le massif du Brésil et celui des Guyanes, que sépare la basse vallée de l'Amazone.

Mais, en somme, malgré l'importance et la hauteur des montagnes qui couvrent plusieurs parties du continent américain, les plaines occupent les trois quarts de l'Amérique septentrionale, et davantage encore dans l'Amérique méridionale. Elles s'étendent sans interruption sensible de la baie d'Hudson au golfe du Mexique, et de la mer des Antilles au détroit de Magellan.

Climat
En Amérique on trouve, au Nord et au Sud de l'équateur, toute la série des zones climatériques, depuis la zone glaciale jusqu'à la zone torride. La zone tempérée, la plus favorable pour le peuplement du sol, embrasse une importante partie de l'Amérique du Nord et seulement une étroite bande de l'Amérique du Sud. Mais, en revanche, les régions froides et inhabitables sont beaucoup plus étendues dans le continent septentrional que dans celui du Sud. Quant à la zone tropicale, elle ne comprend qu'une très faible partie de l'Amérique du Nord, mais elle s'étend sur toute l'Amérique centrale, les Antilles et plus d'une moitié du continent méridional. Toutefois, parmi les pays de cette zone à fortes chaleurs, il en est beaucoup qui, grâce à leur altitude, jouissent d'un climat tempéré (plateaux du Mexique et du Pérou).

La faible hauteur des montagnes de la partie orientale de l'Amérique laisse ce double continent presque entièrement ouvert aux nuages de l'Atlantique qui, poussés par les vents, vont se condenser sur la barrière élevée du littoral occidental. Le Nouveau Monde est dans son ensemble richement arrosé; les pluies sont loin toutefois de se répartir également sur toutes ses régions : elles vont en diminuant de part et d'autre de la région équatoriale qui est abondamment arrosée. Il est même des pays qui, abrités complètement des vents pluvieux par une ceinture montagneuse, ne reçoivent que des précipitations insignifiantes et sont transformés en véritables déserts; tel est le cas de l'Utah et des parties les plus encaissées des plateaux Mexicain et Bolivien.
 

Isothermes de janvier
Isothermes de juillet
Précipitations
Zones de végétation
Cliquez sur les cartes pour les agrandir.

Hydrographie
De ces indications sur le relief et sur les pluies, il résulte que tous les grands fleuves américains doivent être nécessairement tributaires de l'Atlantique. La longue bande montagneuse qui borde de très près le Pacifique ne permet pas l'établissement de grands bassins pluviaux sur son versant Ouest qui est d'ailleurs, on général, moins arrosé que l'autre. Et, en effet, en dehors du Fraser, de la Columbia et du Colorado qui se déversent dans l'Océan Pacifique après avoir péniblement traversé en des gorges étroites les plateaux de l'Amérique du Nord et leur bordure, tous les autres fleuves importants (sauf le Mackenzie, tributaire de l'océan Glacial arctique) débouchent dans l'océan Atlantique. 
-

Le Mississippi à Davenport.
Le Mississippi à Davenport, aux Etats-Unis (Iowa).

C'est, en Amérique du Nord, le Saint-Laurent, déversoir des grands lacs canadiens, le Mississippi-Missouri, qui peut être rangé parmi les plus grands fleuves du globe, et le rio Grande del Norte. Ce sont, en Amérique du Sud, l'Orénoque, l'Amazone, un des plus abondants, sinon le plus abondant des fleuves terrestres, et le Parana-Paraguay.

Longueur des principaux fleuves d'Amérique (km).

Amérique du Nord
-
Mississippi - Missouri
Mackenzie-Slave
Saint-Laurent
Rio Grande del Norte
Yukon
Arkansas
Nelson
Colorado (Ouest)
Ohio-Alleghany
Columbia / Oregon
Snake
Saskatchewan
Churchill
Tennessee
Yellowstone
Colorado (Texas)
Kansas
Wisconsin
Ottawa
James River (Virginie)
Wabash
Chattahoochee
Potomac
James River (Dakota)
Connecticut
Minnesota
Hudson
Delaware
Kentucky
6260
4241
3058
3027
3290
3300
2400
2250
2102
1950
1670
1931
1600
1600
1600
1390
1000
960
900
800
800
690
640
600
542
512
507
483
375 
-
Shenandoah
Kansas
Niagara
200
200
53 

Amérique du Sud
-

Amazone
Madeira - Mamoré
Purus
Parana
São Francisco
Japura (Caqueta)
Tocantins
Pilcomayo
Paraguay
Rio Negro (Brésil)
Orénoque
Tapajoz
Magdalena
Ucayali
Uruguay
Apure
Colorado (Argentine)
Rio Negro (Argentine)
Napo
Apurimac
Casiquiare
Huallaga
6517
3500
3380
3300
3161
2800
2640
2500
2206
2200
2160
1980
1700
1600
1580
1580
1150
900
900
800
700
600 

Et, ici, il est curieux de constater qu'au point de vue hydrographique, il y a symétrie parfaite entre les deux parties de l'Amérique : au Saint-Laurent, orienté d'une façon générale Est-Ouest, dans la partie septentrionale de l'Amérique du Nord, correspond l'Amazone, dont l'orientation, ainsi que la situation, est la même dans l'Amérique du Sud; au Mississippi nord-américain correspond le Parana-Paraguay, tous deux ayant une direction approximative Nord-Sud. Un autre fait intéressant fut signalé pour la première fois par Humboldt :

Les bassins respectifs des fleuves ne sont nulle part moins distincts ; ils ne sont séparés que par de faibles crêtes; souvent même, ils ne le sont pas du tout. 
L'Orénoque et le rio Negro, affluent de l'Amazone, communiquent par le Casiquiare, et il paraît que, dans la saison pluvieuse, on passe en bateau des affluents du Parana dans ceux de Amazone. La séparation entre le Mississippi et le domaine du Saint-Laurent est également à peine indiquée.
-
Chutes d'Iguazu.
Les chutes d'Iguazu, sur la frontière entre l'Argentine et le Brésil. Elles mesurent environ 
2,7 km de largeur et atteingnent une hauteur maximale de 81 m. Source : The World Factbook.

L'Amérique, exception faite pour le Grand lac Salé (6400 km²), ne présente pas de grands lacs salés comme on en trouve en Asie; mais elle possède dans les lacs canadiens le plus vaste réservoir d'eau douce du globe. En dehors de cette région si favorisée à ce point de vue, les lacs sont fort rares; on ne peut guère citer que les lacs Titicaca et Managua de l'Amérique méridionale et le lac de Nicaragua dans l'Amérique centrale.

Côtes.
Cet ensemble de fleuves et de lacs forme un magnifique réseau hydrographique, qui rachète en partie les inconvénients que présente au commerce la forme massive du Nouveau Monde; la mer ne l'entaille presque pas, sauf dans la partie centrale. Les côtes, généralement basses et sablonneuses dans la partie tropicale, se prêtent difficilement à l'établissement de bons ports; elles ne sont rocheuses et découpées que dans la région tempérée, ou à ses approches. Là, sur de magnifiques échancrures du littoral, se sont établis les grands ports de New-York, de Rio-Janeiro et de San-Francisco.
 

Isothermes de janvier
Isothermes de juillet
Précipitations
Zones de végétation
Cliquez sur les cartes pour les agrandir.

Le flore et la faune

L'Amérique comprend un si grand espace, des régions si différentes, qu'il est impossible, sans entrer dans quelques détails, de donner une idée générale de la flore et de la faune, qui varient suivant la latitude et l'altitude.

Flore.
Dans l'Amérique du Nord existent les flores des régions arctiques, tempérées, des forêts, des prairies, du littoral californien et la flore néotropicale qui commence au Mexique et se poursuit dans l'Amérique du Sud.

La flore arctique s'étend environ jusqu'au 65e degré de latitude Nord, depuis le détroit de Béring jusqu'à l'océan Atlantique. Les cryptogames, lichens et mousses, couvrent souvent presque exclusivement le sol, mais on trouve également des phanérogames (graminées, cypéracées, caryophyIlées, rosacées, crucifères, papavéracées), des saules, des bouleaux, des aunes. Sur sept cent cinquante espèces de plantes vasculaires, vingt sont endémiques.

Les forêts, qui caractérisent les régions tempérées, arrivent à l'embouchure de l'Orégon et gagnent l'embouchure du Mississippi. On y rencontre des essences forestières qui représentent celles d'Europe : le Larix americana, analogue au mélèze; des bouleaux, des épicéas, des pins, des chênes, des hêtres, le cyprès chauve; puis le tulipier, le platane, le liquidambar; un magnolia, le catalpa, un yucca, des palmiers nains du genre sabal, etc.

La zone des prairies correspond à celle des steppes de l'Europe orientale et de l'Asie centrale : elle s'étend au Sud de la zone des forêts; là, l'hiver est rigoureux, le printemps est court avec peu de pluies, et l'été est sec; la végétation dure de mai à juillet et consiste en graminées courtes et sèches, au milieu desquelles vivent des plantes grasses, des cactées (Opuntia missouriensis); des cierges (Cereus giganteus) qui atteignent 16 mètres de haut; des armoises, des chénopodés, des mimosées, des composées et des onagrariées.

Sur le littoral californien, il y a une alternance régulière de sécheresse et de pluie, et un hiver doux et court, conditions favorables à la végétation. On trouve de nombreux arbres à feuillage toujours vert; des lauriers, chênes, tilleuls, frênes, arbousiers: puis des conifères de taille gigantesque, des sequoïas, dont quelques-uns (Sequoia gigantea ou wellingtonia ou arbre mammouth de la sierra Nevada) peuvent dépasser 100 mètres de haut et vivre trois mille ans. On en a abattu qui avaient environ 30 mètres de circonférence et 130 mètres de haut.

La zone de la flore néotropicale comprend presque tout le Mexique, la Floride, les Antilles, l'Amérique centrale et la plus grande partie de l'Amérique du Sud jusqu'aux sources de l'Uruguay.

La flore du Mexique et de l'Amérique centrale varie suivant l'altitude et l'exposition. On y distingue les terres chaudes à végétation tropicale, les terres tempérées, où des chênes verts sont mêlés à des plantes tropicales, et les terres froides (de 2800 m à 3000 m), où vivent des chênes à feuilles caduques et des conifères.

Dans les terres chaudes se trouvent des palmiers du genre sabal, des cactées, des broméliacées dont l'ananas est le type, des lauriers, des térébinthes, des cycadées, plus de cinq cents espèces d'orchidées, parmi lesquelles il faut citer la vanille, des lianes, des fougères, des salsepareilles, du bois de campêche, etc.

L'Amérique centrale et les Antilles ont une flore tropicale d'une extrême richesse, qui a beaucoup de rapport avec celle du Mexique. On cultive aux Antilles des végétaux fort utiles : le caféier, la canne à sucre, le tabac, le coton.
-
Carte de l'Amérique du Nord.

Carte de l'Amérique du Nord.

L'Amérique du Sud, où se succèdent les trois zones à aspects si tranchés des Llanos, des Selvas et des pampas, possède les flores néotropicale et australe. Du 2e degré de latitude Nord au 33e degré de latitude Sud existe la flore tropicale la plus riche qu'on puisse imaginer. Il y a d'immenses forêts arrosées par des pluies torrentielles, qui entretiennent une végétation des plus actives et des plus puissantes.

Dans les Andes, suivant l'altitude, on observe des zones de végétation, et il existe une flore andine, analogue à la flore alpine d'Europe. Jusqu à 1300 mètres d'altitude, on trouve une flore tropicale bien caractérisée par des fougères, des orchidées, des palmiers, des lianes; de 1300 à 1600 mètres, les fougères arborescentes et de hauts palmiers dominent, puis on voit des forêts de bambous; de 1600 à 2000 ou 2500 mètres, on trouve des forêts de quinquinas, des broméliacées, des orchidées épiphytes, le cocaier; jusqu'à 2500 mètres vit le palmier à cire; de 2800 à 3400 mètres, on rencontre beaucoup de buissons de buddleïa, de bardanesia, etc., et la flore andine existe jusqu'à la limite des neiges, de 4000 à 5200 mètres.

Dans les immenses forêts du Brésil poussent le cacao, le caoutchouc fourni par l'Hevea brasiliensis, la noix de Para, l'ipecacuanha, le manioc, l'ananas, et, dans les lagunes, cette splendide plante aquatique (Victoria regia) dont les feuilles peuvent atteindre 2 mètres de diamètre. Dans l'intérieur du pays existent des savanes ou des forêts que les Brésiliens appellent "catingas", et dont les arbres perdent leurs feuilles durant la saison sèche. Les pampas sont presque couvertes de graminées.
-
Carte de l'Amérique du Sud.

Carte de l'Amérique du Sud.

Le Chili septentrional forme une région transitoire entre la flore néotropicale et la flore australe. Pendant la saison des pluies (juin à novembre), la végétation est abondante; puis, pendant les sécheresses, des plantes épineuses telles que des cactées, des broméliacées, des acacias, et aussi des bambous et des palmiers seuls persistent.
Au 40e degré de latitude Sud, les flores australe et antarctique commencent; le climat est très humide, la température douce sans être élevée; aussi la côte est-elle revêtue d'épaisses forêts. On y voit des hêtres verts, des laurinées, des conifères tels que les araucaria, des bambous. C'est de la région de VaIdivia qu'est originaire la pomme de terre.

La végétation de la Terre de Feu est assez riche jusqu'à 550 m d'altitude; mais, à partir de cette altitude, il n'y a plus d'arbres, ou du moins ceux qui existent sont réduits à des dimensions minuscules; ainsi les hêtres (Fagus antarctica) n'ont que 0,10 m ou 0,15 m de haut. Les sommets, enfin, ne sont couverts que de mousses et de lichens.

Faune.
La faune de l'Amérique comprend deux grandes régions : l'une occupe l'Amérique du Nord, de la zone polaire arctique au Mexique (région néarctique), l'autre commence au Mexique et s'étend jusqu'au cap Horn.

La faune néarctique.
La faune de la région néarctique ressemble beaucoup à celle de l'Europe. On y trouve, parmi les mammifères, des ours, blaireaux, martres, putois, loups, lynx, cerfs, etc. Cependant, certains types ne se rencontrent nulle part ailleurs; ce sont, au Nord, les boeufs musqués; plus au Sud, les bisons ; puis des carnivores des genres mouffette et raton, des rongeurs tels que les rats musqués ou ondatras, les écureuils terrestres ou tamias, l'urson ou porc-épic grimpeur, le chien des prairies; enfin, un marsupial du groupe des sarigues.

Parmi les oiseaux : aigles, buses, corbeaux, merles, lagopèdes, tétras, pies-grièches, moineaux et pinsons d'Europe sont remplacés par des genres voisins. Cependant, le dindon, originaire de ces régions, existe à l'état sauvage dans les forêts; en outre, on y rencontre un oiseau-mouche (Trochilus colubris) et la perruche verte (Conurus carolinensis), qui sont des types tropicaux.

Il y a de nombreux reptiles, dont quelques-uns sont caractéristiques, tels que le crotale ou serpent à sonnette; le lézard à cornes ou phrynosome; des iguaniens, et enfin l'alligator ou caïman du Mississippi, et de nombreuses tortues. Parmi les batraciens, très abondants, il faut citer la sirène lacertine, l'amphiume, le ménobranche.

Les poissons abondent dans les fleuves et les lacs; certains percidés (paralabrax), des salmonidés, des sturioniens, des holostéens (amiadés et lépidostéidés) sont caractéristiques. 

La faune entomologique est des plus riches et, à côté d'espèces représentatives d'Europe, beaucoup de types sont néotropicaux.

La faune néotropicale.
La faune de la région néotropicale est beaucoup plus importante, plus spéciale et diffère même de celle des régions analogues de l'ancien monde. Elle existe au Mexique, aux Antilles, dans l'Amérique centrale et dans l'Amérique du Sud. Les types américains analogues à ceux de l'ancien monde sont plus faibles.

Il n'y a pas de singes anthropomorphes; les singes sont des platyrrhiniens, c'est-à-dire que leurs narines sont écartées et aplaties; ils ont trente-six dents au lieu de trente-deux; leur queue est longue et souvent prenante. Ce sont les sajous, les atèles, les hurleurs, les nyctipithèques et les ouistitis (ces derniers ont trente-deux dents). Les marsupiaux possèdent quelques représentants du groupe des sarigues. Les grands carnassiers sent : le jaguar, le cougouar ou puma, l'ocelot, le loup à crinière et le renard d'Azara. Les ourssont représentés par une petite espèce confinée dans les Andes du Pérou et de la Bolivie; enfin, il existe d'autres carnassiers tels que les ratons, les coatis et le kinkajou, qui est grimpeur.

Les rongeurs sont nombreux : le cabiai, qui est le plus grand de tous les rongeurs;.le myopotame, le paca, l'agouti, le cobaye aperea, qui est considéré comme la souche du cochon d'Inde; le chinchilla, les viscaches, etc.; parmi les ongulés, le tapir, le pécari. Les ruminants sont moins nombreux que dans l'ancien monde; il y a de petits cerfs et des lamas, alpacas, vigognes, guanacos, qui représentent les chameaux et qui vivent sur les hauts plateaux des Andes.

Les édentés, de si grande taille en Amérique autrefois (Mégathérium, Glyptodon, etc.), sont aujourd'hui plus petits, mais nombreux. Ce sont les paresseux, les tatous, les fourmiliers, comme le tamandua qui grimpe aux arbres et le tamanoir qui est de la taille d'un chien de Terre-Neuve.

Les cétacés ont deux espèces particulières à l'Amérique : un dauphin à long bec qui vit dans l'Orénoque et l'Amazone, et un sirénien du genre lamantin qui remonte les fleuves de la Guyane et du Brésil.

La faune ornithologique est des plus remarquables; parmi les rapaces, nous citerons les condors qui planent à plus de 7000 mètres d'altitude. Parmi les grimpeurs, il y a des perroquets, des aras, des perruches (Psittaciformes) et des toucans, puis des oiseaux-mouches ou colibris. Les gallinacés les plus connus sont les hoccos, les pénélopes. Les agamis, les savacous, les kamichis, sont les échassiers caractéristiques. Dans les Pampas, les nandous représentent les autruches d'Afrique. Sur les côtes de Patagonie, abondent les manchots, ces grands palmipèdes dont les ailes sont transformées en rames.

Les reptiles sont variés. Ce sont d'abord des crocodiliens (alligators et crocodiles vrais), de nombreuses tortues dont quelques-unes de grande taille (podocnémys). Les lacertidés, les varanidés manquent, mais il y a des iguanes, des geckos et certains sauriens, les Hélodermes, dont la morsure est venimeuse. Les crotales, les bothrops, les élaps, tous serpents venimeux et les boas, les eunectes qui peuvent atteindre 10 mètres de long, abondent dans l'Amérique du Sud.

Il existe d'énormes grenouilles, les crapauds pipas, des salamandres et des amphibiens aveugles, les cécilies.

Les poissons ne sont pas moins remarquables; tels les trigonidés ou raies d'eau douce, les gymnotes ou anguilles électriques, les pirarucu (Arapaima gigas) qui peuvent atteindre 3 m de long et peser plus de 100 kg; enfin, des poissons dipnoïques, les lépidosirènes.

Les mollusques, les insectes surtout sont d'une extrême abondance, et ces derniers d'une beauté souvent admirable; ce sont les morpho, papillons aux ailes d'un bleu d'azur, les fulgores porte-lanternes; des curculionides, des longicornes, des scarabéides, etc.

On trouve enfin dans ces régions d'énormes araignées, les mygales, qui peuvent atteindre 8 cm de large. (NLI).



Robert B. Hass, L'Amérique das l'oeil des condors (une vision aérienne de l'Amérique latine), National Geographic France, 2007.


[La Terre][Cartotheque][Etats et territoires][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

©Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.