.
-

L'histoire de l'Égypte
L'Antiquité
  Jalons chronologiques

L'époque pharaonique
  Le Pharaon et l'État

    L'Ancien Empire
    Le Moyen Empire
    Le Nouvel Empire
  La Basse Époque
 

L'époque hellénistique et romaine
  La période Ptolémaïque
  L'Égypte romaine-

La civilisation égyptienne*
Monuments et Lieux d'histoire*

Le Moyen Âge

La période chrétienne

L'Egypte musulmane jusqu'en 1914
  Jalons chronologiques

  La conquête arabe
  Les Toûloûnides et les Ikhchîdites
  L'Egypte fatimide
  Les Ayyoûbites

Après 1500

Le temps des Mamelouks
La domination ottomane
Le temps des Vice-Rois
    Le Canal de Suez

-
La régularité et la richesse de la crue annuelle du Nil, ajoutée à l'isolement presque complet que lui procurent  les déserts de l'Est et l'Ouest, ont permis le développement de l'une des plus grandes civilisations du monde. Les plus anciens témoignages archéologiques mettent en évidence l'existence de plusieurs foyers préhistoriques de civilisation (Badâri, Merimdé et Neggadèh), auxquels succèdent deux royaumes, l'un au Sud (Haute-Egypte), l'Autre au Nord (Basse-Egypte), puis un royaume unifié vers 3200 avant J.-C., avec lequel commence, ce qu'il est convenu d'appeler l'époque pharaonique, jalonnée par la longue série de dynasties qui règneront sur le pays jusqu'à la conquête perse en 343 av. J.-C

L'époque pharaonique

On divise ordinairement l'histoire de l'Egypte pharaonique en quatre grandes périodes, séparée chacune par des périodes de fortes turbulences politiques : l'Ancien Empire, le Moyen Empire, le Nouvel Empire et la Basse Époque.

Les Pyramides de Khéops, Kephren et Mykérinos datent de l'Ancien Empire (2850-2052). C'est à la fin du Moyen Empire (2052-1570 environ), d'abord marqué par le grand règne de Sésostris III (1878-1841), que l'Egypte  fut attaquée et conquise par les Hyksos (vers 1650), qui s'appliquèrent à détruire les monuments  élevés par les Pharaons. Attaqués à leur tour, ils furent refoulés et quittèrent l'Égypte, sur laquelle régnèrent encore treize nouvelles dynasties de Pharaons, qui forment le Nouvel Empire (1570-715). C'est l'époque brillante des Hatshepsout, Thoutmosis III, Aménophis III et Aménophis IV, Séti Ier, Ramsès Il, etc. 
-

Photo des Pyramides de Gizeh.
Les pyramides de Gizeh.

La Basse époque (715-332), enfin, est inaugurée par la domination d'une dynastie dite éthiopienne (715-663); le pays fut ensuite conquise par Assurbanipal (662); Psamétique Ier (663-609) libère le pays du joug assyrien, et sous le règne d'Amasis (569-525), l'Egypte se relève complètement, tout en s'ouvrant aux influences grecques.

Ce renouveau ne durera pas. Bientôt l'invasion de Cambyse, roi de Perse, qui remporta,  près de Peluse, une victoire qui décida du sort de la contrée (525). Les Perses battirent les  Égyptiens, et s'emparèrent de Memphis, où ils s'étaient réfugiés. Les Libyens, les  Cyrénéens et les Baréens se hâtèrent de faire leur soumission, et Cambyse régna sur  l'Égypte, qui de ce jour disparut du rang des nations indépendantes, mais lutta pendant  deux-cents ans avec courage pour reconquérir sa liberté.  Une dernière dynastie égyptienne finit par s'établir en 404. Mais en 343, sous le règne du dernier pharaon,  Nectanébo II, une seconde domination perse met définitivement un terme à l'Egypte pharaonique.

L'époque hellénistique et romaine

En 332, l'Égypte fut aisément conquise par Alexandre, et après sa mort, au milieu de  l'anarchie, Ptolémée, gouverneur d'Égypte, changea son titre en celui de roi, et fonda  un nouveau royaume. Sous la domination grecque, qui se caractérise par le règne des Ptolémées, Alexandrie devint le centre d'un mouvement intellectuel important : les arts, les sciences, les lettres, le commerce y fleurirent; la navigation sur le golfe Arabique et  l'Océan Indien, les explorations par terre à l'Ouest et au Sud firent rayonner dans les  plus lointains pays la gloire de la ville d'Alexandrie et des Ptolémées; une bibliothèque y réunit toutes les oeuvres de l'esprit humain. 

Mais la puissance d'attraction qui devait faire de Rome la capitale du monde antique ne tarda pas à absorber l'Égypte dans son orbite conquérante. Le pays fut conquis par les Romains en 30 av. J.-C, après la bataille d'Actium. Sous le règne de Domitien (81-96 après J.-C.), le christianisme pénétra en Égypte. Les progrès de le nouvelle doctrine furent rapides sur la terre où avaient fermenté pendant trois siècles les idées qui en avaient préparé la naissance. Rattachée à l'empire d'Orient, l'Égypte fut enlevée à Héraclius par les Perses, en 614, et ceux-ci se la virent enlever en 641 par les Arabes, qui s'en emparèrent définitivement.

L'Egypte musulmane

Par la conquête ses Arabes, L'Egypte se sépare pour un temps de l'Europe, à laquelle elle s'était ralliée depuis Alexandre, et retourne vers l'Asie en adoptant la religion de Mahomet. Du VIIe au XIVe siècle, l'Égypte a changé plus de dix fois de maîtres, en passant par des phases successives d'élévation et d'abaissement. Premiers califes (639 à 655 de l'ère chrétienne); califes omeyyades (661-744); califes abbassides (750-870); dynastie des Toulounides (870-904); califes abbassides (905-934); dynastie des Tkhchydites (934-968); califes fatimides (972-1160); dynastie des Ayoubites (1171-1249); dynastie des mamelouks-turkmènes (1250-1381); deuxième dynastie des mamelouks-circassiens (1382-1516). 

En 1517, le dernier des chefs mamelouks, Roumân-Bey, tomba au pouvoir de Sélim, sultan des Turcs, lequel établit sur ce pays une souveraineté qui dure encore. Deux épisodes de haute importance ont donné à cette partie de l'empire ottoman une direction propre, et l'ont préparée à la prochaine renaissance de son antique gloire : nous voulons parler de l'expédition française à la fin du XVIIIe siècle, et de l'avénement de Méhémet-Ali. L'Égypte doit devenir l'entrepôt général du commerce entre l'Europe et l'Inde, entre l'Afrique et l'Asie, entre l'Orient et l'Occident c'est le noeud où s'entre-croisent les principales lignes de communication de l'ancien monde.

Mehemet-Ali mourut en 1849, et eut pour successeur son petit-fils Abbas-Pacha, mort en 1854. Ce dernier fut été remplacé par son oncle, Saïd-Pacha, fils de Mehemet-Ali, prince généreux et éclairé, qui encouragea de tout son pouvoir le percement de l'isthme de Suez, et qui a fourni à l'égyptologue Mariette, les moyens d'accomplir les plus précieuses découvertes archéologiques. Saïd-Pacha, mort en 1863, a eu pour successeur son neveu Ismaïl-Pacha. En 1882, l'armée britannique prend position en Egypte afin d'y protéger ses intérêts dans la région devenue stratégique du Canal de Suez. Elle participera aussi à la répression du soulèvement du Mahdi, au Soudan (1881-1885). En 1914, le protectorat britannique sur l'Egypte fut officialisé. 
-

Photo du canal du Suez.
Port-Saïd : l'entrée du canal de Suez au début du XXe siècle.

L'Égypte contemporaine

Parallèlement au mouvement pan-arabe islamiste des Frères Musulmans qui se constitue à partir de 1928 autour d'Hassan al-Banna, un mouvement indépendantiste, le Wafd, dirigé par Sahad Zaghloul, apparaît au sortir de la la PPremière Guerre mondiale. Il poussera le Royaume-Uni à se désengager formellement du pays et à laisser s'installer une monarchie dès 1923, en attendant l'indépendance proclamée seulement en 1936 (le Soudan, dit anciennement anglo-égyptien, ne s'émancipera de la domination anglaise qu'en 1956). Malgré cette indépendance, la zone du Canal resta sous le contrôle de l'armée britannique. A la suite des remous consécutifs à la défaite dans la première Guerre Israélo-Arabe (1948), un coup d'État (23 juillet 1952) renversera le roi Farouk et placera au pouvoir la "dynastie d'officiers" toujours en place : Mohammed Néghib (évincé en 1954), Gamal Abdel Nasser (jusqu'en 1970), Anouar el-Sadate (assassiné le 6 octobre 1981 par un groupe islamiste radical, al-Jihad), Hosni Moubarak (président depuis 1981).

Les grands bouleversements du pays auront eu lieu sous la présidence de Nasser, qui s'était posé à la fois comme un des animateurs du mouvement des pays Non-Alignés, et le chantre de l'arabisme : Nationalisation du Canal de Suez (et crise internationale qui s'ensuit) en juillet 1956; construction du Barrage d'Assouan décidée vers la même époque; unification de l'Égypte et de la Syrie sous le nom de République Arabe Unie (RAU) entre 1958 et 1961; Guerre des Six-Jours avec Israël (1967), dont les conséquences (occupation par Israël des Territoires Palestiniens, en particulier), restent encore aujourd'hui un des points d'ancrage des tensions au Proche-Orient.



Gilbert Sinoué, Le colonel et l'enfant roi, mémoires d'Egypte, J.-C. Lattès, 2006.
-

L'Egypte. Hier, monarchie, aujourd'hui République, caricature de démocratie et pauvres voix bâillonnées. Hier, nos mères, avant elles nos grands-mères, marchaient le long de l'avenue Kasr-el-Nil, les Champs-Elysées du Caire, bras nus, vêtues à la dernière mode de Paris, pomponnées, visage à découvert. Elles étaient pourtant de fières musulmanes. Les dignes filles du Prophète. Alors? Que s'est-il passé? Pourquoi aujourd'hui leurs filles avancent-elles masquées? Torturées d'interdits, de silences imposés, le corps anéanti par les ténèbres. Pourtant, c'étaient leurs mères... Etait-ce dans un autre pays? Que s'est-il passé? J'entends des voix. Les entends-tu papa, qui montent de cette Andalousie égyptienne brûlée, de cette Cordoue Alexandrine éclatée? Nasser. Farouk. Le colonel et l'enfant-roi. 1952. La révolution. Des lambeaux de vie dispersés à tout jamais. On a conjugué l'Egypte au singulier. Pour le meilleur et pour le pire. Que s'est-il passé? (couv.).

.


[Histoire politique][Biographies][Cartothèque]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2009. - Reproduction interdite.