.
-

Lisbonne
Lisbonne, Lisboa en Portugais, Olisippo, puis Felicitas Julia chez les Anciens est la capitale du Portugal et le chef-lieu de l'Estramadure portugaise, sur la rive droite du Tage, à 28 km de son embouchure; population : 570 000 habitants (2 millions, pour l'agglommération). Le port, qui n'est guère qu'une rade excellente, est un des principaux ports d'Europe

Lisbonne s'étage, sur la rive nord du Tage, sur deux groupes de collines supportant l'un la vieille ville (Alfama) avec la citadelle et la cathédrale, l'autre la nouvelle ville avec le palais royal. La vallée qui les sépare est occupée par les rues les plus animées qui, partant de la place de Don Pedro, aboutissent, au bord du fleuve, à la magnifique place do Commercio, bordée de trois côtés d'édifices publics et ornée de la statue de don José Ier. Au nord s'étend la belle Avenida da Liberdade. 

Les maisons sont bien bâties, mais simples; le climat est agréable. Les monuments remarquables sont rares, en raison des tremblements de terre qui ont plusieurs fois ravagé Lisbonne. On peut citer parmi les édifices les plus intéressants de Lisbonne : la cathédrale ou Sé; l'église da Estrella, du XVIIIe siècle; les églises Saint-Roch, Saint-Antoine; les palais royaux d'Ajuda, de Belem, de Bemposta, de Necessidades; le théâtre Saint-Charles, l'arsenal; la Place du Rocio; surtout, au bord du Tage, la tour isolée de Belem, du XVIe siècle, et le magnifique couvent des hiéronymites de Belem, bâti en 1499 par le roi Manoël, en souvenir du voyage de Vasco de Gama
-

Lisbonne.
Lisbonne sur une ancienne photographie.

Lisbonne fut fondée par des Phéniciens vers 1200 av. J.-C, bien qu'on ait voulu retrouver le souvenir d'Ulysse dans son nom primitif d'Olissipo. Municipe romain sous le nom de Felicitas Juli et la seconde ville de la Lusitanie après Mérida, elle prit de l'importance sous les Arabes (716) et surtout sous les Maures, qui s'en emparèrent au VIIIe siècle et lui donnèrent son nom; elle fut alors la capitale d'un petit royaume particulier. Dès 798, Alphonse II, roi des Asturies, s'avança jusqu'à Lisbonne. Reprise, puis perdue tour à tour par Ordono III, ensuite par Sancho, rois de Léon, par don Henrique au XIIe siècle, elle ne fut définitivement reconquise qu'en 1147 par Affonso Henriques (Alphonse I du Portugal), à la tête d'une armée de croisés français, anglais, allemands et flamands.

En 1260, les rois du Portugal y transportèrent leurs résidences. Lisbonne devint, au XVe siècle, le siège du gouvernement, et, par suite des découvertes maritimes des Portugais et de leurs conquêtes en Orient, la ville la plus riche de l'Europe, en dépit des tremblements de terre de 1531 et 1735. La domination espagnole (1580-1640) et la perte des Indes lui portèrent un coup fatal. Un traité fut conclu à Lisbonne le 13 février 1668 entre l'Espagne et le Portugal sous la médiation de l'Angleterre, et par lequel fut reconnue de fait l'indépendance de ce dernier pays vis-à-vis de l'Espagne. Une seule possession portugaise, Ceuta, fut laissée aux Espagnols. Prise par les Français en 1807, Lisbonne fut évacuée en 1808, après quoi les Anglais en firent la base de leurs défenses de Torres-Vedras.

-
La ville est sujette aux tremblements de terre destructeurs. On cite celui de 1531, et surtout celui de1er novembre 1755,  un séisme suivi d'un incendie et d'un raz de marée, détruisit la majeure partie de la ville et fit périr près de 40000 personnes. 

Sont nés à Lisbonne le Camoëns, l'auteur des Lusiades, le P. Jérnimo Lobo, Fr. Manoel, S. Antoine de Padoue, Barthélemy des Martyrs, etc. (Bt / NLI).
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.