.
-

Accident

L'accident (accidens; accidere = arriver, s'ajouter)est ce qui est dans un autre, ce qui s'ajoute à la substance ou à l'essence pour la modifier. L'accident est donc opposé à la substance et à l'essence, sous différents rapports : l'accident ontologique, ou catégorique, ou prédicamentel, est opposé à la substance; l'accident logique est opposé à l'essence ou l'espèce. Une branche dans un arbre est un accident logique, mais une substance réelle ou une partie de substance. 

L'accident est un des cinq Universaux, selon Aristote, et désigne l'idée générale d'un attribut qui n'est pas essentiel à la chose à laquelle il appartient. Telle est la grandeur particulière d'une figure géométrique; par exemple, pour un carré, avoir un mètre de côté. Du langage technique de la logique et de la métaphysique, ce mot a passé quelquefois dans le langage ordinaire et dans la langue oratoire pour désigner ce qui, dans les personnes et les choses, est fortuit et passager (richesse, pauvreté, beauté, laideur, etc.), par opposition à ce qui demeure et persiste. C'est en ce sens que Bossuet dit qu'il ne faut pas considérer "l'accident attaché à l'être plus que l'être lui-même." (B-E.).

Lieux de l'Accident, loci problematum de accidente; titre générique par lequel on désigne, en langage d'école, les différents lieux communs de raisonnement analysés et décrits par Aristote dans le 2e livre des Topiques' (L'Organon), et qui consistent à chercher, parmi les accidents d'un sujet, quelque attribution qui puisse servir à la démonstration que l'on veut faire. Les règles données par Aristote sont fort obscures, et l'on croit pouvoir dire que, comme pour toute espèce de lieux communs  de logique ou de rhétorique, leur utilité pratique ne rachète pas la difficulté qu'on éprouve à les comprendre. (B-E.).

Sophisme de l'Accident, en grec e para to sumbebexos apate, chez les scolastiquesfallacia accidentis. Aristote s'en occupe dans le traité des Réfutations sophistiques (ch. 24). En thèse générale, c'est un sophisme qui consiste, comme il est dit dans la Logique de Port-Royal (3e part., ch. 48), "à tirer une conclusion absolue, simple et sans restriction, de ce qui n'est vrai que par accident, comme lorsqu'on attribue à l'éloquence tous les mauvais effets qu'elle produit quand on en abuse, ou à la médecine les fautes de quelques médecins ignorants."

Distinctions.
Accidents absolus, accidents relatifs. Les premiers ont la qualité et la quantité, qui affectent la substance immédiatement et sans impliquer par eux-mêmes un rapport extérieur. 

Par soi, par accident (Per se, per accidens). Par soi, c'est-à-dire de sa nature, essentiellement, de soi ; par accident, c'est-à-dire vu les circonstances, accidentellement. Cette distinction très importante marque deux modes d'action, de causalité ou d'attribution très différents. Exemple : La nourriture est de soi une cause de force et de santé; mais, par accident, à cause des circonstances qui l'accompagnent, qui s'y ajoutent, elle est une cause de maladie.

Axiomes scolastiques.
L'accident est d'un être plutôt qu'un être (Accidens est entis potius quam ens), c'est-à-dire que l'accident complète l'être plutôt qu'il ne le constitue, il n'a l'être que secondairement et par la substance. 

L'être de l'accident, c'est d'être inhérent à la substance (Accidentis esse est inesse), c'est-à-dire qu'on ne conçoit pas l'accident sans cette inhérence, sinon actuelle, du moins virtuelle. 

Ce qui est accident chez l'un ne peut être substance chez l'autre (Accidens uni non est alteri substantia); car l'accident ne peut changer de nature.



En bibliothèque - Aristote, Métaphysique, V, 30, et la Logique de Port-Royal, 1re partie, ch. 7.)
.


Dictionnaire Idées et méthodes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.