.
-

Inventaires > Dictionnaire des Idées et Méthodes

Q

Q. - En mathématiques,  désigne l'ensemble des nombres rationnels.

Quadrivium (littéralement carrefour : quatuor = quatre ; via = voie).  La division des connaissances humaines (correspondant à nos classifications des sciences) comprenait, au Moyen âge, le quadrivium et le trivium,
formant ensemble les sept arts libéraux. Le quadrivium correspondait à la division supérieure de ces arts libéraux  et comprenait l'arithmétique, la géométrie, la musique et l'astronomie; le trivium, la grammaire, la dialectique et la rhétorique.

Qualificatif (de Qualifier, c'est-à-dire affirmer d'un sujet un caractère qui constitue une qualité ou manière d'être, du latin scolastique qualificare, de qualis = quel) : l'attribut et l'adjectif sont des qualificatifs.

Qualitatif (du latin scolastique Qualitativus, de qualitas = manière d'être, qualité, de qualis = quel, qui se rattache à qui = lequel) : a) Ce qui a trait à la qualité. - b) Ce qui ne peut se traduire en termes quantitatifs (par exemple, les phénomènes psychologiques). - S'oppose à quantitatif.

Qualité (Qualitas = manière d'être, de qualis = quel) : a) C'est l'une des catégorie  : elle modifie et dispose la substance en elle-même : elle répond à la
question poios, qualis. - b) Ce sont les aspects sensibles de la perception : Qualités premières et secondes de la matière. - Distinction : Qualités premières, qualités secondes. Anciennement, les qualités premières étaient celles qu'on attribuait aux quatre éléments : la chaleur, le froid, etc. ; les autres qualités résultaient de celles-ci. Aujourd'hui on regarde comme qualités premières des corps celles qui tiennent à la quantité et sont perçues à la fois par la vue et le tact; les qualités secondes sont fondées sur les autres : ainsi la couleur est fondée sur la quantité ou extension. Les qualités premières correspondent au sensible commun et les qualités secondes aux sensibles propres.

Qualités occultes : la physique ancienne attribuait les effets, qu'elle ne pouvait expliquer, à des qualités occultes.

Quand (Quando) : c'est la catégorie du temps chez Aristote, to pote,

Quanta (de Quantus = combien grand) : a) Ce qui a une quantité. Kant appelle quantum le temps et l'espace (Critique de la Raison pure : Dialectique transcendantale, Livre Il, Ch. II. Sect. Il : Ire Antinomie=. - b) L'énergie est considérée par la physique moderne comme variant d'une façon discontinue dans les phénomènes. Elle appelle quanta les unités de cette variation. 

Quantification (ce mot a été formé :  à l'image de qualification dérivée de qualifier, de quantifier, de quantus = combien grand, et facere = faire) : la quantification du prédicat consiste à déterminer sa quantité ou son extension d'une manière explicite (Hamilton et Morgan).

Quantique. - Propre à la physique des quanta.

Quantitatif (du latin scolastique Quantitativus, de Quantitas, quantité, de quantus = combien grand, de quam = combien) : ce qui se rapporte à la quantité, par opposition à qualitatif.

Quantité (Quantitas, de quantum = combien grand, de quam = combien) : ce qui est divisible en éléments, dont chacun puisse exister séparément. - Catégorie, qui répond à la question quantum.  Accident qui consiste dans l'extension corporelle ou la divisibilité; c'est le premier accident des corps; il découle de la matière, comme la qualité découle de la forme. - Distinction : Quantité continue, quantité discontinue. Les parties de la première ne sont pas séparées, mais l'extrémité de l'une est le commencement de l'autre : ainsi le temps, le mouvement; les parties de la seconde sont discrètes et forment un nombre.

Quasi-contrat : L. Bourgeois a appliqué ce concept juridique à la notion du lien social ou solidarité.

Question (Quaestio = recherche, question, torture, de quaesitum, supin de quaerer = chercher, s'enquérir) :
F. Bacon parle de mettre la nature  à la question.

Quelque chose (aliquid). Désigne l'être en tant que distinct de tout autre. Cette notion est comptée parmi les notions transcendantes (v. unité).

Quiddité. - Ce mot, latin Quidditias, dérivé de quid = Quelle est cette chose, qu'est-ce ?, a été forgé par les scolastiques pour traduire l'expression souvent employée par Aristote dans sa Métaphysique de to ti hn einai, laquelle désigne l'essence d'une chose, ce qui constitue sa nature spécifique, ce qui fait qu'elle est ceci plutôt que cela. Il est donc l'équivalent des termes de forme substantielle et d'entéléchie. Sur le même patron, les scolastiques avaient forgé les mots d'ignéité, pétréité, haecceité, etc., ce qui fait que le feu est du feu, qu'une pierre est une pierre, que cette chose-ci est précisément elle-même et non une autre, etc. Dans la philosophie moderne, le mot quiddité est entièrement hors d'usage à moins qu'il ne soit pris dans un sens défavorable pour désigner une abstraction creuse, une pure subtilité verbale. (E. Boirac).

Quiétisme (du mot archaïque Quiet, de quietus = tranquille, inactif, de quietum, supin de quiescere = se reposer, de quies = repos) : conception qui fait consister la perfection dans la contemplation passive et le complet désintéressement du salut personnel. Elle fut professée par le théologien espagnol Molinos et condamnée par Innocent XI en 1687. Modifiée et adoucie par Mme Guyon, cette doctrine fut adoptée par Fénelon et combattue par Bossuet. Ce quiétisme mitigé fut censuré, le 12 mars 1699, par Innocent XII. Fénelon se soumit et se rétracta.  (v. ataraxie, apathie).

Quintessence (du latin quinta essentia, cinquième essence) : a) nom que les anciens philosophes donnaient à l'éther, élément plus subtil que la terre, l'eau, l'air et le feu. - b) Par extension, ce mot désigne dans le langage ordinaire ce qu'il y a de plus subtil dans une conception, on l'extrait le plus concentré d'un corps. - c) Les cosmologistes contemporains appellent également ainsi un champ analogue à celui décrit par la constante cosmologique, mais variable dans le temps.

Quodlibet, Quodlibétique (du latin scolastique Quodlibetum, quodlibeticus, de quod libet = ce qui plaît) : dans l'enseignement de la scolastique, on distinguait : a) les Quaestiones ordinariae, dont le programme nettement défini correspondait au cours annuel ; b) les Quaestiones generales de quolibet, où, à côté des matières théologiques, sont traités toute sorte de sujets : philosophie pure, droit canon, questions de circonstance, etc. Les résultats de ces disputes extraordinaires ou quodlibétiques, dont les sujets étaient librement proposés par les auditeurs, ont été parfois consignés dans des ouvrages appelés Quodlibeta, Quaestiones quodlibeticae, quodlibetales, etc.

Quotient (arithmétique). - Nom que l'on donne, dans la division, au nombre qui marque combien de fois un nombre donné contient un autre nombre pareillement dé-terminé : par exemple, si l'on a à diviser 37 par 5 , alors le quotient est 7; car c'est le nombre qui indique combien de fois 37 contient 5.

.--
.


Dictionnaire Idées et méthodes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2019. - Reproduction interdite.