.
-

 
La rhétorique
La rhétorique (du latin rhetorica; du grec rheô, je dis) est l'art de bien dire. On donne le nom de figures de rhétorique aux formes particulières de langage, qui servent à donner ou de la force ou de la grâce au discours (la métaphore est une figure de rhétorique). L'étude de la rhétorique est tombée depuis longtemps en désuétude, en tant qu'étude théorique; cependant, on ne méconnaît pas son utilité et c'est elle, en somme, que l'on enseigne, lorsque l'on s'efforce, dans l'enseignernent secondaire, d'apprendre aux élèves à composer et à écrire.

Aristote (La Rhétorique) définissait la rhétorique comme l'art de découvrir et d'employer les moyens propres à persuader; mais la rhétorique ne doit pas être confondue avec l'éloquence; celle-ci est le talent de persuader; celle-là est l'art qui développe ce talent; l'éloquence est née avant la rhétorique, de même que le langage a précédé la grammaire; la rhétorique a donc précisément pour objet de cultiver et de développer le talent de l'élo quence en traçant les règles qui doivent le diriger dans toutes les circonstances. 

Toutes les oeuvres de l'esprit s'accomplissent par trois opérations succes sives : la recherche des idées, l'ordre dans lequel elles doivent se produire et enfin leur expression, de là les trois parties de la rhétorique : l'invention, la disposition et l'élocution. A ces trois parties on en joint quelquefois une quatrième, l'action; mais cette dernière se rapporte seulement à l'art oratoire, tandis que les trois autres appartiennent à la rhétorique prise dans sa signification la plus étendue.

L'invention.
L'invention consiste à se faire d'abord une idée générale du sujet que l'on traite, à rassembler tous les matériaux qui peuvent et doivent donner de la force à l'argumentation; elle comprend les preuves, les passions et les moeurs; les preuves traitent des arguments directs ou indirects; les passions du pathétique et de son emploi. 

La disposition.
Après ce travail d'invention, il faut disposer les parties dans un ordre naturel et judicieux, c'est le but de la seconde partie de la rhétorique, la disposition. Si la fécondité de l'esprit brille dans l'invention, il faut surtout du jugement dans la disposition, c'est-à-dire dans le plan du discours. Le plan est cet arrangement méthodique et systématique par lequel l'orateur dispose avec ordre les grandes comme les plus petites divisions de son discours, démêle les pensées, les compare, cherche ses idées principales et les idées accessoires, ainsi que l'ordre dans lequel il doit les présenter; l'ordre et à unité du plan sont des qualités essentielles. 

La disposition donne aussi des préceptes soir chacune parties que doit avoir un discours, sur l'exorde, la proposition, la division, la narration, la confirmation, la réfutation et la péroraison. Ce sont là les six parties que les rhéteurs admettent comme devant former un discours; mais elles n'entrent pas necessairement dans tous les discours. La réfutation, par exemple, n'est pas nécessaire quand la confirmation a été jugée suffisamment bonne; de même l'exorde et la péroraison ne sa trouvent que dans les grands discours. La partie véritablement essentielle est la confirmation, c'est-à-dire le preuve forte et serrée de la vérité de ce que l'on avance. 

L'élocution.
Quant à l'élocution, elle est la plus développée et la plus importante des divisions de la rhétorique; c'est l'expression de la pensée par la parole, ou, encore, c'est l'art d'exprimer convenablement les pensées fournies par l'invention. Elle comprend la théorie du style et des figures. Le style sera, selon les circonstances, sublime, tempéré ou simple. Quant aux figures, on distingue les figures de mots, les figures de pensées et les tropes qui tiennent des deux premières. Les principales figures de mots sont; la périphrase, l'ellipse et l'antithèse. Parmi les figures de pensées, il faut mettre au premier rang la prosopopée et l'ironie; les principaux tropes sont la métaphore et la métonymie. 

L'action.
Enfin la quatrième et dernière partie de la rhétorique est l'action, que Cicéron appelle l'éloquence du corps (semo corporis) et qui comprend les règles du geste et de la prononciation; c'est l'art de la déclamation. Les principaux auteurs qui ont traité de la rhétorique sont : Aristote, Longin, Cicéron, QuintIlien, saint Augustin, Fénelon, Rollin, l'abbé Batteux, Marmontel, Maury et Victor Leclerc. (TRT / NLI).

.


[Histoire culturelle][Langues][Littérature]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.