.
-

La pandémie de covid-19
Le covid-19 est une maladie infectieuse causée par un coronavirus appelé SARS-CoV-2. Cette maladie a été détecté pour la première fois à Wuhan, en Chine, en décembre 2019 et s'est propagée rapidement dans le monde entier. La pandémie a caudes des milions de morts. Elle a provoqué une récession mondiale, des pertes d'emplois massives, des perturbations dans les chaînes d'approvisionnement et des fermetures d'entreprises. Elle a affecté la santé mentale, les systèmes éducatifs, et exacerbé les inégalités sociales. Elle a aussi souligné l'importance des systèmes de santé résilients et de la coopération internationale en matière de santé.

La maladie
Le virus se propage principalement par les gouttelettes respiratoires émises lorsqu'une personne infectée tousse, éternue ou parle. Il peut également se transmettre, mais dans une bien moindre mesure, en touchant des surfaces contaminées, puis en touchant le visage. La période d'incubation, c'est-à-dire le temps entre l'exposition au virus et l'apparition des symptômes, varie généralement de 2 à 14 jours.

Les symptômes du covid-19 varient en gravité et peuvent inclure : fièvre, toux sèche, fatigue, perte de goût ou d'odorat, difficultés respiratoires, douleurs musculaires ou articulaires, maux de gorge, congestion nasale ou écoulement nasal. Beaucoup de ces symptômes sont communs avec ceux de la grippe. Le covid peut entraîner des complications graves, notamment : pneumonie, syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA), problèmes cardiaques, dysfonctionnement multi-organique, thrombose (caillots sanguins).

Les mesures de prĂ©vention comprennent la vaccination (les vaccins contre covid-19 sont l'une des principales mesures de prĂ©vention), la distanciation physique (appelĂ©e aussi distanciation sociale) (maintien d'une distance de sĂ©curitĂ© avec les autres). L'hygiène des mains (dĂ©singection avec avec du savon et de l'eau ou utilisation d'un dĂ©sinfectant pour les mains Ă  base d'alcool), le port du masque dans les lieux publics pour rĂ©duire la transmission, la quarantaine et l'isolement  (il convient de s'isoler en cas de test positif ou de symptĂ´mes de covid-19 et de suivre les directives de quarantaine).

Les traitements actuels sont principalement des soins de soutien, tels que l'oxygénothérapie et l'utilisation de ventilateurs pour les cas graves. Certains médicaments antiviraux et autres thérapies sont utilisés pour traiter le covid-19, bien que leur efficacité varie. Les personnes âgées et celles avec des fragilités médicales sous-jacentes sont particulièrement vulnérables aux formes graves de la maladie. Cependant, la grande majorité des personnes infectées guérissent, avec des variations dans le temps selon la gravité des cas.

Le déroulement de la pandémie.
Les premiers cas de pneumonie d'origine inconnue sont signalés à Wuhan, en Chine en décembre 2019. Le 31 décembre, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) est informée de cette épidémie.

Le 7 janvier 2020, les autorités chinoises identifient un nouveau coronavirus (SARS-CoV-2) comme étant la cause de la maladie. Le 11 janvier, la Chine annonce le premier décès dû au virus. Les premiers cas à l'extérieur de la Chine sont détectés en Thaïlande et au Japon. Le 23 janvier, Wuhan et plusieurs autres villes chinoises sont placées en quarantaine. Le 30 janvier, l'OMS déclare une urgence de santé publique de portée internationale.

L'épidémie continue sa propagation dans le monde. L'Italie, la Corée du Sud et l'Iran deviennent des foyers importants de l'épidémie. Les premiers cas sont signalés aux Etats-Unis en janvier 2020. Le 11 février, l'OMS nomme officiellement la maladie covid-19 (= coronavirus disease 2019, maladie à coronavirus 2019). Le 11 mars, l'OMS déclare que la covid-19 est une pandémie mondiale. De nombreux pays commencent à mettre en place des mesures de confinement et de distanciation sociale pour ralentir la propagation du virus. L'Italie, l'Espagne et la France imposent des restrictions sévères sur les déplacements et les activités économiques. Des mesures de confinement sont également mises en place aux États-Unis, mais de manière inégale selon les États.

En avril 2020, les premières recherches sur les vaccins commencent. Plusieurs entreprises pharmaceutiques lancent des essais cliniques. Au cours du printemps 2020, les systèmes de santé du monde entier sont sous pression en raison de l'augmentation des cas. Les restrictions de voyage et les arrêts d'activité deviennent courants. Les écoles, les entreprises et les lieux publics ferment. Le télétravail et l'enseignement à distance deviennent la norme pour des millions de personnes. Bien que, pendant l'été, certaines régions constatent une diminution des cas et assouplissent les restrictions, d'autres voient des résurgences et doivent rétablir des mesures strictes. A l'automne 2020, les cas augmentent à nouveau dans de nombreuses régions du monde, entraînant des mesures de confinement supplémentaires et la préparation à des vaccins. Le Royaume-Uni est le premier pays, en décembre 2020, à approuver le vaccin Pfizer-BioNTech pour une utilisation d'urgence. Les États-Unis et d'autres pays suivent rapidement.

Les campagnes de vaccination à grande échelle commencent début 2021 dans de nombreux pays. Les vaccins de Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont parmi les premiers à être autorisés et distribués. Les programmes de vaccination sont lancés avec des priorités pour les groupes à risque, notamment les travailleurs de la santé et les personnes âgées. Des disparités apparaissent rapidement dans l'accès aux vaccins entre les pays riches et pauvres. Les initiatives comme COVAX sont mises en place pour aider à distribuer les vaccins de manière plus équitable à travers le monde.

Au cours du printemps et de l'été, les taux de vaccination augmentent, mais de nouveaux variants du virus émergent, notamment le variant Alpha (Royaume-Uni), le variant Beta (Afrique du Sud), et le variant Delta (Inde). Ces variants sont souvent plus transmissibles et, dans certains cas, peuvent partiellement échapper à l'immunité vaccinale. Ils sont responsables de vagues supplémentaires de cas et compliquent les efforts de contrôle de la pandémie. En novembre 2021, un autre apparaît, le variant Omicron, qui provoque une nouvelle vague de cas à la fin de l'année en raison de sa transmissibilité très élevée. Les mesures de confinement sont réintroduites par intermittence, et les efforts de vaccination se poursuivent.

Les campagnes de vaccination continuent de s'intensifier début 2022. Des doses de rappel sont également administrées pour contrer les nouveaux variants. Les restrictions varient considérablement selon les pays et les régions en fonction des taux de vaccination et de l'impact des variants. Au cours du printemps et de l'été 2022, plusieurs pays commencent à voir une stabilisation des cas grâce à la vaccination et aux mesures de santé publique, même si des épidémies localisées persistent. A l'automne, les efforts pour normaliser la vie quotidienne se poursuivent, bien que certains pays continuent de faire face à des défis liés aux variants et aux refus de certaines parties de la population (les antivax, qui sont une composante de la nébuleuse complotiste à l'inquiétante monté en force) de se faire vacciner. De nombreux pays commencent à rouvrir progressivement leurs économies et leurs frontières. Les concepts de passe sanitaire ou passeport vaccinal sont introduits pour faciliter les voyages et les activités sociales.

En dĂ©pit de ce difficultĂ©s, dĂ©but 2023, la majoritĂ© des pays ont largement vaccinĂ© leur population, validant au passage le grand intĂ©rĂŞt des vaccins Ă  ARN messager, une  technologie vaccinale innovante employĂ©e Ă  l'occasion de cette pandĂ©mie pour la première fois. Les mesures de prĂ©vention deviennent plus ciblĂ©es, et de nombreux pays cherchent Ă  Ă©quilibrer la gestion de la pandĂ©mie avec le retour Ă  une vie normale. Au milieu de l'annĂ©e, l'OMS et d'autres organisations de santĂ© continuent de surveiller les nouveaux variants et de promouvoir la vaccination et les rappels et fin 2023, la pandĂ©mie est considĂ©rĂ©e sous contrĂ´le dans de nombreuses rĂ©gions, mais des efforts sont toujours nĂ©cessaires pour gĂ©rer les rĂ©surgences et vacciner les populations vulnĂ©rables.

A ce moment, plus de 450 millions de cas confirmĂ©s dans le monde depuis le dĂ©but de la pandĂ©mie. Plus de 6 millions de dĂ©cès attribuĂ©s au covid-19 Ă  l'Ă©chelle mondiale. Les États-Unis, l'Inde, le BrĂ©sil, la Russie et plusieurs pays europĂ©ens ont Ă©tĂ© parmi les plus touchĂ©s en termes de nombre de cas et de dĂ©cès. Plus de 13 milliards de doses de vaccin administrĂ©es Ă  travers le monde, avec des variations importantes selon les pays en termes de couverture vaccinale. Des centaines de millions de tests de dĂ©pistage rĂ©alisĂ©s dans le monde entier, avec des taux de positivitĂ© fluctuant en fonction des politiques de test et de la propagation du virus. Le taux de mortalitĂ© a Ă©tĂ© variable selon les rĂ©gions, avec une moyenne globale de mortalitĂ© d'environ 2% des cas confirmĂ©s. 

La pandĂ©mie a provoquĂ© une rĂ©cession Ă©conomique mondiale. De nombreux secteurs, notamment le tourisme, l'aviation et l'hĂ´tellerie, ont Ă©tĂ© gravement touchĂ©s. Des efforts sont en cours pour amĂ©liorer la prĂ©paration mondiale aux futures pandĂ©mies, notamment par le biais de la recherche et du dĂ©veloppement de vaccins et de traitements antiviraux. 

Impact Ă©conomique.
La pandĂ©mie de covid-19 a eu un impact Ă©conomique sans prĂ©cĂ©dent sur le monde entier. La pandĂ©mie a conduit Ă  la plus grande contraction Ă©conomique mondiale depuis la Grande DĂ©pression des annĂ©es 1930. En 2020, l'Ă©conomie mondiale s'est contractĂ©e de 3,5 % selon le FMI. Les taux de chĂ´mage ont augmentĂ© de manière significative dans de nombreux pays en raison des fermetures d'entreprises et des restrictions de dĂ©placement. Des millions de personnes ont perdu leur emploi, particulièrement dans les secteurs du tourisme, de l'hĂ´tellerie, de la restauration et du commerce de dĂ©tail. 

• Les restrictions de voyage et les fermetures de frontières ont quasiment paralysé l'industrie du tourisme, entraînant des pertes de revenus massives.

• Les restaurants, hôtels et bars ont subi des fermetures prolongées et une baisse drastique de la clientèle.

• Les magasins physiques ont été durement touchés par les confinements, bien que le commerce électronique ait connu une croissance rapide.

Les gouvernements ont accru leurs niveaux de dette pour financer des mesures de relance économique, des programmes de soutien aux entreprises et des aides aux chômeurs. Les PME ont été particulièrement touchées par les fermetures et les restrictions, beaucoup d'entre elles étant contraintes de fermer leurs portes définitivement. Les restrictions de déplacement et les fermetures d'usines ont perturbé les chaînes d'approvisionnement mondiales, entraînant des pénuries de produits et des retards dans la production.

Les gouvernements ont mis en place des mesures de relance économique, telles que des subventions, des prêts garantis par l'État et des programmes de maintien de l'emploi. De nombreux pays ont offert des aides directes aux citoyens, sous forme de chèques de relance, d'allocations chômage supplémentaires et d'autres formes de soutien financier. Les banques centrales ont abaissé les taux d'intérêt et mis en œuvre des programmes d'achat d'actifs pour soutenir les marchés financiers et encourager les dépenses et les investissements.

La pandémie a accéléré l'adoption du télétravail, avec de nombreuses entreprises adoptant des modèles de travail hybrides ou entièrement à distance. Ces pratiques de télétravail et celles d'éducation en ligne, adoptées en réponse à la pandémie, sont susceptibles de perdurer et de transformer les modes de vie et de travail. Les entreprises ont accéléré leur transformation numérique pour s'adapter aux nouvelles réalités, y compris le commerce en ligne, les réunions virtuelles et les services numériques.

La pandémie a exacerbé les inégalités économiques, les travailleurs à bas salaire et les petites entreprises étant particulièrement vulnérables. Aujourd'hui, les entreprises et les économies cherchent à devenir plus résilientes face aux futures pandémies et crises, en diversifiant les chaînes d'approvisionnement et en investissant dans la technologie et l'innovation. La pandémie a conduit à un débat sur le rôle des politiques économiques, notamment sur la nécessité d'un filet de sécurité sociale plus robuste et d'investissements publics accrus dans la santé et l'éducation. Alors que le monde continue de se remettre de cette crise, il reste donc des défis importants à relever pour assurer une reprise économique durable et équitable.

.


[Histoire politique][Biographies][Cartothčque]
[Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2024. - Reproduction interdite.