.
-

Végétaux > Cormobiontes > Phanérogames
Les Gymnospermes
Aperçu Les Fleurs femelles Les Fleurs mâles La Fécondation Le Développement
-
Linné avait donné le nom de Gymnospermie (du grec gymnos = nu, et sperma = graine) au premier ordre de sa classe Didynamie, parce que le botaniste croyait que les akènes des plantes qu'il y avait fait entrer, telles que les Labiées, étaient des graines nues. Aujourd'hui on donne le nom de Gymnospermes à un sous-phylum de végétaux spermatophytes ou phanérogames qui ont les ovules bien véritablement nus. Les végétaux dont les ovules sont contenus dans un ovaire étant rangés parmi les Angiospermes. Les Gymnospermes (Pin, Sapin, etc.), présentent ainsi comme caractère fondamental d'avoir des graines non enfermées dans un fruit comme le sont les pépins (une pomme, par exemple). Elles sont simplement placées entre les feuilles épaissies ou bractées, dont l'ensemble forme le fruit appelé la pomme de pin et tombent dès que ces bractées s'écartent en se desséchant.

Le sous-phylum de Gymnospermes comprend les classes (vivantes) des Cycadopsidées, Gingkoopsidées, Gnétopsidées et Pinopsidées, auxquelles s'ajoutent des classes fossiles (Lagenostomopsidée, Pteridospermopsidée). Les trois principaux groupes étant celui des conifères (ordre des pinales) et les familles des cycadées et des gnétacées, que les anciens botanistes plaçaient parmi les dicotylédones. Elles s'en rapprochent effectivement par le nombre des cotylédons de leurs graines, et par le mode d'épaississement de leurs tiges. Mais elles s'en écartent complètement par l'organisation simple de leurs fleurs, et par la structure de leur ovule : bien avant la fécondation, le sac embryonnaire se cloisonne et se transforme en un tissu gorgé de substances de réserve, l'endosperme; au sein de ce dernier se différencient des corpuscules, dont chacun comprend une oosphère surmontée d'un col. Le pollen, apporté directement au sommet de l'ovule nu, dans une dépression dite chambre pollinique, y germe, et chaque oosphère peut être fécondée par un tube pollinique; chaque oeuf ainsi formé se segmente de manière à donner quatre embryons; mais, parmi ceux-ci, un seul, en général, atteint son développement complet.
-


Pomme de Pin.
gr, graines situées
entre les bractées br.
Classification des Gymnospermes

Nous donnons ci-dessous une classification simplifiée des Gymnospermes, dans laquelle on  les divise en cinq classes vivantes, subdivisées en 5 ordres actuels (plus six ordres fossiles) 

Cycadopsidées
Cycadopsida
Cycadales Cycadacées : Cycas
Stangériacées : Stangeria
Zamiacées : Zamia.
Ordres disparus : Medullosales, Nillsoniales, Trigonocarpales.
Ginkgoopsidées
Ginkgoopsida
Gingkoales Famille vivante : Ginkgoacées : Gingko Biloba (cet arbre possède des anthérozoïdes mobiles germant dans une petite cavité de l'ovule : c'est un arbre la Chine et du Japon atteignant de 20 à 30 mètres, et qui s'acclimate en France).

Genre disparu :  Baiera.

Gnetopsidées
Gnetopsida
Gnetales Familles marquant la transition avec les angiospermes
Ephedracées  : Ephédra
Gnétacées : Gnetum (lianes)
Welwitschiacées : Welwitschia.
Genres disparus : Chaoyangia, Eragrosites, Gurvanella
Conifères
(Pinopsidées 
Pinopsida)
 Pinales Familles vivantes :
Céphalotaxacées (Cephalotaxus)
Cupressacées : Cupressinées (Cyprès, Genévrier, Thuya)
Podocarpacées
Pinacées : Cèdre, Epicéa, Mélèze, Pin, Sapin,  Tsuga
Taxodiacées : Taxodium, Sequoia.
Araucariacées Agathis, famille proche de celle des Taxodiacées, à laquelle elle est parfois réunie.
Familles disparues : Emporiacées, Utrechtiacées, Majonicacées, Ullmanniacées, Voltziacées.
Taxales Taxacées : Taxinées (If). Les fleurs femelles de l'If sont isolées au lieu d'être réunies en inflorescences coniques comme chez les espèces précédentes, et le fruit à maturité est enveloppé par une sorte de petite coupe charnue ou arille qui lui donne absolument l'aspect d'une groseille. Autre particularité : l'appareil végétatif des Ifs ne renferme pas de canaux sécréteurs résinifères.
Ordres fossiles : Cordaitantales, Dicranophyllales, Lebachiales (Lebachia, fossiles du Permien).
Classes fossiles : Lagenostomopsidées, Pteridospermopsidées (Ptéridospermales, ArberialesGigantonomiales, etc.)
L'appareil végétatif des Gymnospermes

Nous prendrons comme exemple la famille des Conifères (Pinales) qui est la plus importante et qui renferme les Pins, les Sapins, les Cèdres, les Mélèzes, les Araucarias, etc. Tous ces végétaux possèdent, comme on le sait, une tige (tronc) conique et verticale qui atteint parfois une très grande hauteur et qui s'épaissit chaque année. Leurs racines atteignent aussi une grande longueur et prennent également des formations secondaires annuelles. 

Comme particularités de leur structure, signalons que leur bois primaire (racine et tige) est formé de vaisseaux annelés, spiralés et rayés, tandis que leur bois secondaire est formé presque exclusivement de vaisseaux aréolés ou trachéides, jouant à la fois le rôle de tissu de soutien et de tissu conducteur; chez les Angiospermes ce double rôle est dévolu à deux sortes d'éléments, les fibres et le vaisseaux. Les Cycadales ont surtout des vaisseaux scalariformes. Les rayons médullaires sont toujours très étroits et les vaisseaux du liber n'ont leurs parois transversales criblées que pendant le jeune âge, puis elles deviennent continues; il est vrai que leur sève est claire et peut circuler facilement par osmose; chez les autres plantes-Phanérogames, au contraire, les cribles se bouchent en hiver et s'ouvrent de nouveau au printemps suivant, de façon à assurer la circulation de la sève nourricière, qui est épaisse.

Les feuilles sont généralement très étroites et parcourues par une seule nervure entourée d'un peu de parenchynne et formée de deux petits faisceaux libéro-ligneux très voisins l'un de l'autre; quand elles sont effilées comme celles du Pin et du Sapin, on les appelle des aiguilles. Elles vivent plusieurs années, et comme il s'en forme toujours de nouvelles à chaque printemps, l'arbre reste constamment vert. Leur disposition est variable : elles peuvent être isolées comme dans le Sapin, ou bien fixées deux par deux dans une même gaine comme dans les Pins; chez les Cèdres et les Mélèzes, elles sont disposées par petits bouquets, persistants chez les Cèdres et caducs chez les Mélèzes.

Enfin, toutes ces plantes renferment des canaux sécréteurs produisant de la résine; ils s'étendent dans toutes les parties du végétal, depuis les racines jusque dans les feuilles étroites et même dans les fruits : les jeunes pommes de Pin, quand elles sont encore vertes, laissent en effet transsuder facilement leur résine qui se colle aux doigts.

La reproduction des Gymnospermes

Les différentes phases de la reproduction des Gymnospermes rappellent exactement celles des Cryptogames vasculaires hétérosporées et particulièrement celles des Sélaginelles : leur forme adulte engendre comme chez ces dernières des macrosporanges et des microsporanges sur des sortes d'épis qu'on appelle ici des cônes à cause de leur forme. La seule différence essentielle, c'est que les deux sortes de sporanges, au lieu de se former sur un même cône, se développeront sur deux cônes différents, portés sur un même rameau ou sur deux rameaux voisins : les uns ne portent que des macrosporanges et sont appelés des cônes femelles ou encore fleurs femelles; les autres ne portent que des microsporanges et sont appelés des cônes mâles ou fleurs mâles.

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2007. - Reproduction interdite.