.
-

L'île de Sulawesi

1° 46' S, 120° 17'E
Sulawesi ou Celèbes est une île de l'Indonésie. Sa configuration est des plus irrégulières : sa forme a été comparée à un squelette recourbé, à un fer à cheval double, à un polype, à une araignée écrasée. Elle se compose, en réalité, de quatre presqu'îles unies par des isthmes étroits et séparées les unes des autres par les baies de Boni (Teluk Bone), de Tolo (Teluk Tolo) et de Gorontalo (Teluk Tomini). Elle est située dans le l'océan Pacifique, à l'Ouest des îles Moluques, à l'Est de Bornéo, dont elle est séparée par le détroit de Macassar, baignée au Sud par la mer de Banda, au Nord. par la mer de Célèbes la sépare des îles Philippines. Sa longueur, du Nord au Sud est d'environ 750 km; sa largeur, de l'Est à l'Ouest, varie de 60 à 200 km. Sa superficie est évaluée à 171,037 km². 
-
Carte de Sulawesi.
Carte de Sulawesi.

Configuration des côtes, relief.
Les quatre presqu'îles dont nous venons de parler sont celles de Gorontalo au Nord, de Balante et de Tambuco à l'Est; de Macassar au Sud. Les côtes de Sulawesi sont généralement élevées, très accidentées. Parmi les bons ports, qui ne manquent pas à cette île, ceux de Macassar (Ujungpadang), de Boni (Watampone) et de Gorontalo occupent le premier rang. Avec une configuration aussi bizarre que celle de Sulawesi, les caps sont nécessairement très nombreux : nous citerons comme les plus remarquables ceux de Kandi Arus et Mangkalihat, sur la côte Nord; Flesko et Pangkalaeang, sur celle de l'Est; Manimbaya, Karang, Rangas et Rangasa, sur celle de l'Ouest. Chacune des presqu'îles est traversée par une chaîne de montagnes, mais pas plus que l'île de Bornéo, sa voisine, Sulawesi ne possède aucun volcan important. Au centre de l'île se trouve un massif avec des sommets qui dépassent les 3000 m (le mont Naukilalaki s'élève à 3311 m)

L'hydrographie.
De nombreuses rivières se précipitent au pied de rochers énormes et traversent avec fracas des forêts majestueuses. Les plus connues de l'île sont la Kalaena, qui se jette dans la baie de Boni, et le Palu, qui se rend dans la mer de Célèbes. Sulawesi compte, en outre, plusieurs lacs dont le plus important est celui de Towuti. 

Le climat.
Le climat de Sulawesi est doux; malgré son exposition tropicale, la chaleur y est tempérée par des pluies abondantes et par des brises fraîches, qui pénètrent facilement dans l'intérieur de l'île à cause de sa configuration particulière et des golfes qui découpent ses côtes. 

La végétation, les cultures.
Aucun point du territoire de Sulawesi n'étant éloigné de la mer, Sulawesi offre des dispositions très favorables à l'exploitation des immenses forêts qui couvrent une partie du sol et où l'on trouve le bois de gofaffu et de bintanger, autrefois utilisés pour les constructions navales; le bois de fer, dont le tronc a quelquefois 3 m de diamètre; l'ébène donnant des madriers d'une largeur de 1,32 m; la lingoa, qui fournit des meubles d'une rare élégance. 

Cette belle île produit les plantes les plus vénéneuses que l'on connaisse. Le fameux oupas est un poison commun à Sulawesi; les Macassars y trempaient leurs poignards. A côté de ces arbres de mort et des arbres au bois utile, on trouve aussi les girofliers, les muscadiers, les bananiers, les cocotiers, les caféiers, les palmiers, les sagoutiers, etc. On cultive du tabac, des melons, les patates, les iguanes, les choux, la chicorée, et en général toutes les plantes domestiques d'Europe. Le riz et le coton abondent. 

La faune.
On ne voit dans les forêts de Sulawesi ni tigres, ni éléphants, mais beaucoup de cerfs, de sangliers et de singes dont un grand nombre sont dévorés par une espèce de serpent de taille énorme. Célèbes nourrit aussi des buffles, des chèvres et des moutons, habitués aux montagnes. Les forêts sont infestées de couleuvres, de pythons, de scorpions et, sur les bords des rivières, de crocodiles; les côtes fourmillent de tortues et de poissons. Parmi les oiseaux, les perroquets blancs, gris et noirs sont en grand nombre.

Les ressources minérales.
Les minéraux méritent l'attention. La partie méridionale de l'île en est dépourvue, mais la péninsule septentrionale est remplie de mines d'or; à Gorontalo, on exploite de nombreuses mines, dont le métal est disséminé en paillettes presque imperceptibles dans la roche calcaire. Il y a aussi des mines de cuivre, d'étain et même de diamants. Quelques montagnes donnent du cristal, d'autres du fer. Des terrains, remplis d'une immense quantité de soufre, sont bouleversés par de fréquents tremblements de terre. (Meyners d'Estrey).



[La Terre][Cartotheque][Etats et territoires][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.