.
-

Les Orchidées
(Orchidales : Orchidacées)
Les Orchidacées (ou Orchidées) constituent l'unique famille de l'ordre des Orchidales. Cette importante famille, la plus nombreuse de toutes les Angiospermes /monocotylédones, comprend quelque chose comme 600 genres, et plus de 20 000 espèces réparties sur tout le globe, mais abondant surtout dans les régions chaudes des deux mondes et faisant défaut dans les régions arctiques. Les espèces terrestres sont celles des pays froids et tempérés; celle qui remonte le plus au nord est la Calypso borealis qu'on rencontre jusqu'au 68° de latitude Nord. Les espèces épiphytes vivent dans les grandes forêts tropicales, attachées aux arbres par leurs racines adventives aériennes. Certaines n'ont pas de racines (Epipogium gmelini et Coralloraphis innata). D'autres n'ont pas de feuilles, mais à leur place des écailles décolorées (Corallorhiza, Limodorum, Neottia nidus avis). 

Les Orchidées sont des plantes à feuilles indivises, sessiles, à nervures parallèles. Leurs racines sont, ou fibreuses ou accompagnées de deux tubercules dont l'un flétri a donné naissance à la tige de l'année, et l'autre est pour celle de l'année suivante. Dans les espèces épiphytes il y a un rhizome dans les écailles duquel naissent des rameaux présentant des renflements nommés pseudobulbes et portant à leur sommet une ou plusieurs feuilles et même quelquefois une inflorescence, celle-ci peut naître aussi de l'aisselle d'une écaille à la base de ces pseudobulbes. 

Les feuilles sont simples, entières, engainantes à leur base, et ramassées en touffe radicale dans les espèces terrestres. Les fleurs réunies en inflorescences diverses sont remarquables par leur irrégularité, leur forme souvent des plus bizarres, et par le renversement résultant d'une torsion qu'elles présentent avant leur épanouissement. Le périanthe, ordinairement pétaloïde dans ses parties, se compose de 2 verticilles, formés chacun de 3 pièces, les extérieures qui constituent le calice, et les intérieures la corolle. Les deux pétales supérieurs de cette corolle sont semblables entre eux, mais l'inférieur est tout à fait différent; il est nommé labelle et présente souvent un développement beaucoup plus grand que les autres; sa forme et sa couleur sont extrêmement variables. C'est lui qui constitue cette partie en sabot dans l'espèce bien connue sous le nom de sabot de Vénus (cypripède). 

L'étamine est soudée avec le style et le stigmate en un corps nommé colonne. Cette étamine qui est unique, excepté dans une seule sous-famille (les cypripédiées), est ordinairement à 2 loges et située au sommet de la colonne. L'ovaire est adhérent à une seule loge contenant des ovules en grand nombre. Le style est situé au côté opposé de la colonne qui regarde le labelle. Le stigmate est une petite surface concave présentant sur ses côtés une ou deux glandes. Le fruit est une capsule à 3 ou 6 angles et s'ouvrant en 3 valves qui laissent les trois autres côtes fixées seulement par leurs extrémités. Les graines très petites sont fixées sur 3 placentaires. 

Caractérisation de la famille

La famille des Orchidées se caractérise essentiellement par la régularité des fleurs et l'absence d'albumen. Les fleurs ont leur périanthe supère, irrégulier, bisérié; leurs étamines, gynandres, sont au nombre de 1 à 2. L'ovaire est infère, à une loge, à 3 placentas pariétaux. L'embryon minime. L'inflorescence est ordinairement en épi ou en grappe. Le nombre d'étamines peut être différent dans les variétés d'une même espèce. Du reste, la fleur des Orchidées présente fréquemment des cas de monstruosités, par dissociation de certains éléments ordinairement soudés (fleurs péloriées), etc. Et tout semble concourir pour augmenter la confusion dans la systématique de cette famille, car l'hybridation y est très fréquente, les espèces les plus différentes pouvant se croiser ensemble et donner des produits féconds. En outre, la reproduction de ces plantes présente des phénomènes singuliers, surtout dans la fécondation qui ne peut guère avoir lieu, soit de pied à pied, soit sur un même pied, que par le concours des insectes
-

Orchidées.
Fleurs d'orchidées.  © Elsa Soucasse, 2009.

Les travaux de Charles Darwin ont appelé l'attention sur les rapports des insectes et des plantes, à ce point de vue. Ce sont surtout les Hyménoptères qui servent d'agents dans cette reproduction; en butinant sur les fleurs, ils chargent leur tête de masses polliniques qu'ils transportent sur les organes femelles. Des phénomènes d'irritabilité viennent concourir à cet état de choses. Ainsi, chez la Masdevallia muscosa, l'insecte qui butine se trouve emprisonné par une contraction de la crête du labelle, et il est obligé, pour s'enfuir, de passer par une ouverture située près de l'anthère, et de se charger d'une masse pollinique, etc.

D'une façon générale, les fleurs des Orchidées sont remarquables par leurs couleurs brillantes et tranchées, leurs formes élégantes ou bizarres, qui varient souvent absolument de structure dans une même espèce. On peut citer bien des exemples de dimorphisme, sans pour cela en connaître les causes. Dans une Vandée, le Renanthera lowii, l'inflorescence présente, à sa base, deux ou trois fleurs qui diffèrent en tout des autres. Chez les Catasetum, on avait été ainsi amené à faire des genres, tels que Myanthus et Monachanthus pour les individus dimorphiques, etc. En outre, dans la plupart des Orchidées, la fleur, se tordant sur son ovaire infère et son pédicule, occupe, une fois épanouie, une situation renversée.

La structure de la fleur peut se ramener, en plan, à un périanthe double, dont chaque rang comporte trois pièces qui peuvent se souder entre elles. Ou entend par labelle ou tablier la pièce de la corolle qui diffère toujours des autres par sa forme et ses couleurs; c'est un pétale modifié dont la base porte fréquemment une saillie plus ou moins protubérante qui est l'éperon. On entend par gynostème ou colonne la masse que forment les organes reproducteurs confondus, étamines et style; des premières le nombre normal est de trois; mais souvent une seule est bien développée et munie d'une anthère, les autres étant réduites à de simples mamelons. Cette étamine fertile est diamétralement opposée au labelle. Il y a cependant des exceptions; c'est ainsi que, dans les Neuwiedia, les trois étamines antérieures sont toutes fertiles, etc. La déhiscence de l'anthère introrse est toujours longitudinale. Les grains de pollen sont solitaires ou groupés en masses polliniques ou pollinies, dont le nombre varie suivant les formes. Trois carpelles composent le pistil, et l'ovaire infère, ordinairement à une seule loge, peut en avoir parfois trois. Son style a un stigmate trilobé dont le lobe antérieur, correspondant à l'étamine fertile, est le plus développé et se nomme rostellum. On entend par caudicules les deux filets gommeux qui, dans certains types, relient ce rostellum aux pollinies en prenant attache, dans celui-ci, aux masses de tissu gélifié constituant le rétinacle. 

« C'est alors l'ensemble formé par les pollinies, les caudicules et le rétinacle qui est emporté par les insectes. » (Van Tieghem). 
Les placentas, pariétaux dans la règle, axiles parfois, portent de nombreux ovules anatropes. Le fruit des Orchidées est une capsule ovoïde ou cylindrique, quelquefois très longue, comme dans la vanille, la déhiscence s'en fait de diverses façons. Mais toujours les graines sont très petites, nombreuses, membraneuses, avec un minuscule embryon sans albumen.
dendrobium
Fleur de Dendrobium.

Les Orchidées terrestres possèdent un rhizome rameux qui peut être dépourvu de racines, comme on l'a dit plus haut, mais qui, le plus souvent, en possède d'adventives dont la structure peut être charnue. Outre ces racines ordinaires, la plante a deux tubercules ovoïdes ou palmés par lesquels elle se reproduit. Les Orchidées épiphytes ont un rhizome avec des racines aériennes et souvent des renflements situés au bas des tiges, aériens, appelés pseudobulbes, etc. Il est de ces plantes qui, comme la vanille, arrivent à s'allonger jusqu'à ressembler à des lianes. Les racines adventives des Orchidées épiphytes sont glabres, grises ou blanchâtres, souvent luisantes, avec l'extrémité verte. Le tissu spongieux superficiel, formé de cellules spiralées, constitue le voile. Les cellules sont pleines d'air, et c'est pourquoi les racines ont cet aspect lustré et brillant, tandis qu'à l'extrémité de la racine ces cellules, contenant encore de la chlorophylle, suffisent à donner une coloration verdâtre. Le voile paraît destiné à absorber la vapeur d'eau qui représente la seule nourriture des Orchidées épiphytes, car ces plantes, nullement parasites, ne vivent pas aux dépens du végétal qui leur sert de support. Les racines adventives profitent surtout de l'eau des pluies et des rosées toujours abondantes dans les forêts des tropiques. Au reste, les Orchidées se plaisent dans les endroits très fourrés et ombragés, où l'humidité ne fait jamais défaut, comme Aussi les débris végétaux qui finissent, en s'accumulant dans le lacis de ces racines aériennes, par constituer une sorte de sol suspendu où les radicelles peuvent puiser la nourriture, et qui détient toujours de l'eau en quantité suffisante.

Les feuilles des Orchidées terrestres sont de consistance molle et herbacée, tandis qu'elles sont dures et coriaces dans la majorité des épiphytes; leur coloration est très variable, verte uniforme ou marbrée de brun, de rouge, avec des lignes argentées, dorées, etc. Elles sont distiques ou spiralées, engainantes, avec le limbe entier, ovale ou linéaire, nervé en long, parfois réticulé.

La Systématique des Orchidées

Van Tieghem a divisé les Orchidées en cinq sous-familles, ainsi distribuées d'après le nombre des anthères, la disposition du pollen  :

-
Epidendrées Ces orchidées sont caractérisées par une anthère, les polinies libres et cireuses. 
Avec les principaux genres : Pleurothallis, Stelis, Masdevallia, Malaxis, Liparis, Corallorhiza, Dendrobium, Bulbophyllum, Eria, Phajus, Bletia, Coelogyne, Pholidota, Calanthe, Epidendrum, Cattleya, etc.
Vandées Une anthère. Pollinies cireuses attachées au rostellum. 
Genres : Eulophia, Cymbidium, Cyrtopodium, Zygopetalum, Stanhopea, Catasetum, Maxillaria, Odontoglossum, Oncidium, Phaleonopsis, Vanda, Angraecum, Notylia.
Néottiées Une anthère. Pollinies granuleuses, pulvérulentes ou sectiles, libres. 
Genres :Vanilla, Sobralia, Neottia, Listera, Spiranthes, Goodyera, Pogonia, Epipogium, Limnodorum, Cephalanthea, Epipactis, etc.
Ophrydées Une anthère. Pollinies granuleuses, attachées au rostellum. 
Genres : Orchis, Ophrys, Aceras, Serapias, Herminium, Habenaria, Satyrium, Disa, etc.
Cypripédiées Deux ou trois anthères. 
Genres : Cypripedium (C. Calceolus = Sabot de Vénus), Selenipedium, Apostasia, Neuwiedia.
Dans les classifications plus récentes, on ne considère que deux sous-familles. La première, celle des Orchidioïdées, réunit les quatre premières sous-familles de Van Tieghem, qui prennent alors le nom de tribus. La seconde sous-famille, celle des Cypripédioïdées, recouvre celle des Cypripédiées de van Tieghem.
Cypripedium caudatum
Cypripedium caudatum.

La plupart des genres sont propres aux forêts tropicales, surtout les Epidendrées si répandues en Malaisie et dans l'Amérique du Sud, comme les Vandées très abonnantes à Madagascar, mais rares en Afrique. Les Néottiées sont surtout représentées dans l'Asie et l'Australie extratropicales; enfin, les Cypripédiées et les Ophrydées habitent principalement les régions fraîches et tempérées de l'hémisphère nord. C'est à ces familles qu'appartiennent les Orchidées d'Europe, notamment les Orchis et les Ophrys.

L'Orchis. - Le mot orchis, dont dérive le nom de la famille signifie en grec tubercule, allusion aux tubercules souterrains des espèces du genre Orchis, de la sous-famille (ou tribu) des Ophrydées. 

Les caractères de l'Orchis sont : sépales presque égaux; labelle prolongé en éperon; entier ou lobé, anthère dressée. Les espèces très nombreuses de ce genre ont deux tubercules, l'un ridé, qui a servi au développement de la tige et l'autre dur et ferme qui servira pour l'année suivante; enfin, un autre petit bourgeon est destiné à devenir un tubercule pour la plante de troisième année. Leurs feuilles sont simples, ordinairement radicales et souvent maculées; fleurs en forme de casque, formant des épis ou des grappes accompagnées de bractées. 

On en trouve aux environs de Paris une dizaine d'espèces. L'O. taché (O. maculata, Lin.), à fleurs blanches ou purpurines marquées de lignes ou de taches, accompagnées de bractées plus courtes qu'elles et présentant un labelle presque plan. L'O. à larges feuilles (O. latifolia, Lin.), à fleurs purpurines, accompagnées de bractées plus longues qu'elles. Les bulbes de ces deux espèces sont palmés et les fleurs sont en épis compactes avec les éperons dirigés en bas. L'O. Bouffon (O. morio, Lin.) à fleurs purpurines et violacées, le casque obtus et le labelle à 3 lobes larges; le labelle à lobe moyen entier ou presque entier.

Celles qui suivent ont, au contraire, le lobe moyen profondément bifide. L'O. brunâtre (O. Fusca, Jacq.), l'O. singe (O. simia, Lin.), l'O. en casque (O. galeata, Lamk.), ont les fleurs purpurines plus on moins foncées. (G-s.).

Orchis maculata, orchidée
Orchis maculata.
a. - Souche à bulbotubercules (Ophrydobulbesà, forme palmée (divisés chacun en plusieurs racines), de l'Orchis maculata; 

b. -Souche à bulbotubercules de forme ovoïde, de l'Anacamptes (Orchis pyramidalis).


 
Les « Orchidées de bouche  »

Dans le genre Orchis rentrent les espèces dont on tire le salep. Et c'est là un des quelques produits jugés utiles qu'ont pu fournir dans le passé les Orchidées. 

Le salep est une substance fournie par les bulbes desséchés de plusieurs espèces d'Orchidées, principalement des Orchis mascula, O. morio, O. latifolia, O. militaris, O. simia, O. fusca, O. maculata et Ophrys arachnites, O. apifera, etc. Le salep a été préparé surtout en Asie Mineure, en Macédoine, dans le Sud de l'Europe et le Nord de l'Afrique. 

Le salep est constitué par de petites masses ovoïdes, irrégulières, d'un gris jaunâtre, demi-transparentes, de cassure cornée, d'une odeur peu caractérisée et d'une saveur douce et légèrement salée. Il renferme notamment une matière mucilagineuse, analogue à la bassorine, hydrate de carbone; il se gonfle beaucoup dans l'eau. En outre, il contient très peu d'amidon et d'albumine

Il servait à faire des gelées reconstituantes; les qualités analeptiques qu'on lui prêtait ne sont plus aujourd'hui reconnues. On ne peut guère compter sur sa valeur nutritive, qui semble bien inférieure à celle d'autres substances amylacées comme le sagou et le tapioca. La poudre de salep humectée a été administrée en décoction ou en gelée à la dose de 3 grammes pour 300 grammes d'eau, en particulier dans l'entérite aiguë ou la fièvre typhoïde. Rappelons encore son emploi comme aphrodisiaque en Orient.

Parmi les autres Orchidées traditionnellement consommées par les humains, il faut surtout mentionner la Vanille, fournie par les Vanilla claviculata, planifolia, et autres espèces de l'Amérique centrale et méridionale. Ajoutons le Faham ou Thé Bourbon, feuilles de l'Angraecum fragrans des Mascareignes, est employé en pharmacie comme amer et pectoral; l'Élléborine (Epipactis latifolia), racine spécifique contre les douleurs arthritiques; le rhizome du Cypripedium pubescens a été, dans la pharmacopée anglaise, un succédané de la Valériane; les racines des Spiranthes autumnalis, Platanthera bifolia, Himantoglossum hircinum ont passé jadis pour aphrodisiaques; les fleurs du Gymnadenia conopsea sont parfois encore considérées comme antidysentériques en Amérique du Sud, comme les tubercules du Gymnadenia bulbosa émollients. La racine du Spiranthes diuretica a été traditionnellement employée comme diurétique au Chili, etc.

La culture des Orchidées

Le principal intérêt des Orchidées est dans l'importance extraordinaire qu'elles ont prise comme plantes d'ornement, à cause de la beauté et de là singularité de leurs fleurs qui émettent souvent des parfums très délicats et d'une nature rare. Les amateurs ou adonistes ont créé un grand mouvement d'importation; toute une industrie de culture s'est développée, encouragée par les prix exorbitants atteints par certaines espèces et qu'entretiennent et la mode et les goûts artistiques, voire la littérature. Tout en étant difficile, l'orchidéoculture demeure dans les limites d'un élégant jardinage, sans nécessiter de très grandes installations ni d'opérations rudes ou pénibles. Ces plantes délicates ne demandent pas qu'on remue la terre pour elles, elles se contentent d'un léger compost fait de débris végétaux. Elles n'exigent pas davantage de soins pendant les longs voyages qu'on leur fait subir, car elles peuvent rester jusqu'à cinq mois sans eau, sans lumière ni air. Au point de vue commercial, les collections d'Orchidées ne sont pas extrêmement coûteuses, et la vente des fleurs rémunère largement les horticulteurs de leur travail et de leurs achats, outre que ces fleurs peuvent, une fois épanouies, se conserver pendant plusieurs mois et qu'un même pied peut en produire beaucoup, et cela pendant plusieurs années de suite.

Si répandue aujourd'hui à travers le monde, la culture des Orchidées date à peine de deux siècle. On connaissait bien quelques fleurs conservées dans les herbiers ou peintes par des voyageurs, comme celles des quelques espèces décrites par Linné, mais personne ne s'y intéressait en dehors des botanistes. Et cependant, dès le XVIe siècle, l'Académie des Lincei de Rome prenait pour emblème la fleur d'un Anguloa, Orchidée mexicaine; et cela, tout à la fois parce qu'elle était tachetée comme un lynx et parce qu'elle était figurée dans l'ouvrage du chanoine Hernandez (1532) qui avait dédié son histoire naturelle à l'Académie. C'est à la fin du XVIIIe siècle que l'on commença à élever les belles espèces épiphytes. En 1787, l'Epidendrum cochleatum fleurissait à Kiev, puis en 1788 ce fut l'E. fragans

Mais, seulement en 1820, on se mit à cultiver en grand les Orchidées dans les serres chaudes d'Angleterre. Il y eut bien des tâtonnements et des déboires; l'ignorance où l'on était des conditions de culture, aujourd'hui bien connues, faisait trop élever la température; négliger l'aération. Mais en 1838 on arriva à la chaleur convenable et à la bonne atmosphère « aussi douce et aussi agréable que le climat de Madère ». Et en 1841 on s'apercevait qu'il faut donner aux plantes une saison de repos, si on veut les voir fleurir. C'est de cette, époque que les amateurs d'Orchidées datent l'ère moderne de leur science à laquelle venaient de tant profiter les grands voyages de J. Linden en Amérique du Sud, d'où ce botaniste rapporta non seulement de grandes quantités de plantes, mais encore des observations importantes sur leur mode de vie.

Comme l'avait souligné en son temps Linden, la fonction de reproduction ne s'exerce pas de la même manière chez les Orchidées libres ou domestiques. Car elles ne se reproduisent pas par graines dans les serres. Il faut qu'une fécondation artificielle vienne là suppléer au rôle que remplissent les insectes dans la nature, et encore plus d'une année est nécessaire aux graines pour arriver à parfaite maturité. Si, par un hasard, elles lèvent, c'est au bout de plusieurs années seulement que paraît le rejeton. Les horticulteurs font cependant des semis, car c'est là pour eux la seule manière d'obtenir ces hybrides dont la valeur marchande atteint parfois des proportions fantastiques.

La serre de l'orchidée.
Trois modes de culture ou, pour mieux dire, trois espèces de serres s'imposent dans les pays tempérés pour les espèces exotiques, il y a même cinq sortes de serres qui sont : la haute serre chaude, la serre chaude, la serre tempérée, la serre mexicaine ou tempérée froide et la serre froide. Leur température doit demeurer constante pendant le jour et s'abaisser un peu pendant la nuit; on l'élève légèrement pendant la saison de croissance. 

La serre froide est chauffée entre 6° et 10° C, destinée aux espèces des montagnes ou des pays froids; elle convient aux : Alda aurantiaca, Acrides japonicum, Barkeria elegans, lindleyana et Skinneri, Bonatea speciosa, Calanthe discolor et pleurochroma, Cochliodea de toutes espèces, Coelogyne barbata et corrugata, Cymbidium ensifolium, Dendrobium japonicum et kingianum, à toutes les Disa, Hertwigia purpurea, Laelia flava et majalis, toutes les Masdevallia, presque tous les Odontoglossum et beaucoup d'Oncidium, tels qu'acinaceum, concolor, incurvum, pupes, lamelligerum, zebrinum, etc.; à la plupart des Pleurothalis et des Restrepia, Sophronitis cernua et grandiflora, Vanda amesiana et kimballiana.

La serre mexicaine, ainsi appelée parce qu'elle convient à la plupart des Orchidées de l'Amérique centrale, est chauffée entre 8° à 12°; on y doit mettre : beaucoup d'Oncidium, Laelia albida, cinnabarina, autumnalis et anceps, Miltonia vexillaria, maxillaria, acineta Barkeri, chrysantha densa, Acropera armeniaca, aurantiaca, Angraecum falcatum, Anguloa clowisi, eburnea et uniflora, Barkeria cyclotella, Brassavola cucullata, toutes les Bifrenaria et Houlletia, Oncidium batemannianum, Odontoglossum citrosmum, Sobralia leucoxantha, Stenia fimbriata, Zygopetalum Clayi, crinitum, etc. 

La serre tempérée se chauffe de 10° à 14°, il faut y mettre les Cattleya, la plupart des Acineta et Batemannia, Bletia, Bollea, Cirrhaea, Comparettia, Nanodes, Epidendrum, Eriopsis, lsochilus, lonopsis, Gongora, Trichocentrum, Stenorhynchus, Zygopetalum, Trichopilia, Barkeria barkeriola et melanocaulon, Brassavola cucullata, Leplotes bicolor, Disa, grandiflora, etc. 

Cattleya citrina
Cattleya citrina.

La serre chaude a une température qui varie de 15° à 18°; elle convient aux Aganisia ou Acacallis cyanea, Epidendrum cinnabarinum, Oncidium anthocrene, et en général aux Acampe, Acanthephippium, Acropsis, Aerides, Aganisea, Angraecum, Ansellia, Bulbophyllum, Cephalanthera, Coryanthes, Cypripedium, Lissochus, Geodorum, Galeandra, Pachysterna, Megaclinium, Pholidota, Rodriguezia, Selenipedium, Vanda, etc. 

La haute serre chaude, dont la température varie de 19° à 22°, convient aux Vanilla, Phalaenopsis, Anoectochilus, Govenia et Hoemaria.

Pots et usages de pots.
La terre végétale, si légère qu'elle soit, ne convient guère aux Orchidées, même terrestres. Il faut remplir les pots, pour ces dernières, avec un compost fait de terre de bruyère, de terre, franche et même de terre argileuse à laquelle on peut mêler un peu de sable fin, car ces plantes ne demandent pas ce drainage continuel, indispensable aux épiphytes. Celles-ci peuvent prospérer dans un compost où entrent, en proportions variables, les racines d'une fougère (Polypodium vulgare et des tiges de sphaignes (Sphagnum) : les premières constituent la terre fibreuse des horticulteurs, les secondes leur mousse blanche. Le sphagnum devra, tout comme la terre fibreuse, être nettoyé, lavé; il faut qu'il reste vivant, ne pourrisse ni ne s'échauffe, et il doit être haché en bouts longs de 3 à 6 centimètres. 

Les Orchidées se rempotent dans ce compost dont la nature varie suivant les espèces à cultiver. Ainsi le sphagnum doit prévaloir pour les Vanda, Aerides, Saccolabrum, Phaloenopsis, et même alors être employé seul et très pur. Au contraire, la terre fibreuse doit prévaloir pour les Cypripedium, Lycaste, etc. Toujours on devra attacher à la nature du compost, à son entretien, une importance première. Aéré, séché, avant tout débarrassé de toutes les impuretés, il doit être sévèrement gardé de la moisissure, réduit à la consistance et à la finesse du tabac à fumer, coupé soigneusement et non grossièrement haché et meurtri, autrement on verrait bientôt s'y développer des productions cryptogamiques. En Angleterre, on emploie, sous le nom de Peat, une terre fibreuse formée des racines et rhizomes de diverses fougères, qui n'a pas les qualités du compost précité. Les récipients, pots ou paniers, sont drainés au moyen de tessons poreux amassés en leur fond, et dans les grands pots ou met, pour cet usage, un petit pot en terre, retourné. Le drainage parfait est une condition essentielle de réussite. Jadis, on croyait l'assurer au moyen de charbon de bois en morceaux, mais cette substance est nuisible au compost. Toutefois, on en emploie encore la poussière comme antiseptique pour les plaies, les cassures des Orchidées, et amener une cicatrisation rapide. 

Les pots et paniers doivent être choisis avec soin. Les premiers seront aussi poreux que possible, minces, pour permettre l'aération des racines. Les paniers de bois sont surtout bons pour les orchidées dont les grappes pendantes s'enfoncent entre les racines (Stanhopea, Coryanthes, Gongora, Acincta, etc.). On les suspend aux plafonds des serres autant pour le plaisir de l'oeil que pour faire profiter les plants de la lumière. Il ne faut ni les accrocher trop haut, ni trop les serrer, pour pouvoir surveiller aisément, arroser isolément, etc. La culture en paniers est très minutieuse, elle réclame des arrosages plus fréquents, mais présente sur celle en pots l'avantage de redouter moins l'excès d'humidité et la pourriture. Les Orchidées à rhizome traçant réussissent bien sur un bloc de bois, de même celles à racines très délicates. On les attache sur leur support au moyen de fils de cuivre en attendant qu'elles se fixent elles-mêmes, ce qui ne tarde guère. Ces supports sont des planchettes ou des bûches qui souvent sont expédiées avec les plantes. Ainsi on reçoit fréquemment les Zygopetalum gautieri et grammifolium sur des stipes de fougères, et le mieux est de les conserver tels quels.

Les étiquettes sur lesquelles on écrit au crayon le nom des plantes sont ordinairement de petites attelles de bois injecté, pointues d'un bout, peintes en jaune ou en blanc. On les fiche dans le compost des pots ou des paniers. Ceux-ci sont faits de légères charpentes de bois dur disposées par étages, croisées ou rayonnantes, formant seilles ajourées, etc. Ils conviennent surtout aux Catasetum, Cynochis, Acineta, Gongora, Stenorhynchus, etc., tandis qu'on mettra en pots les Acampe, Anguloa, Bifrenia, Houlletia, Lycaste, Mycrostylis, etc., et sur des blocs de bois les Bulbophyllum, Cirrhopetalum, etc.

Il n'est pas utile de procéder au rempotage tous les ans, mais seulement quand le compost noirci n'est plus frais, et un bon compost peut durer jusqu'à trois ans. On rempotera lorsque la plante, trop grande pour son récipient, laisse ses pseudobulbes dépasser les bords du pot et que ses racines n'ont plus de place. Le rempotage doit se faire à la fin du repos, alors que la plante entre en végétation. On plonge le pot pendant une heure ou deux dans l'eau de pluie, pour détacher les racines des parois, puis on le renverse prudemment, en soutenant la plante. Il faut ensuite procéder au lavage des parties qui en ont besoin, et c'est toujours une opération délicate. Après quoi, on installe l'Orchidée dans son nouveau pot, en ayant soin de ne pas trop l'y enfoncer. La question de l'arrosage est une des plus importantes et qui demande des précautions méticuleuses. S'il ne faut pas ménager l'eau, il ne faut pas non plus la prodiguer à l'excès pour amener la pourriture des racines. Les Orchidées aiment l'humidité, surtout pendant leur époque de végétation. C'est alors qu'il faut arroser abondamment le compost, puis le laisser sécher pendant trois ou quatre jours. 

Au fil de l'arrosoir.
Les arrosoirs à long bec fin sont les plus pratiques, parce que ce bec peut passer entre les rangées de pots, distribue l'eau à la place utile, sur le compost et non sur les feuilles. On peut aussi plonger le pot dans un baquet plein d'eau sans mouiller la plante elle-même, mais en humectant le compost. Pour arroser les paniers suspendus, on se sert d'un arrosoir cylindrique à tuyau fin, semblable à l'appareil des allumeurs de réverbères. On recommande avec raison d'arroser toujours les tablettes, les rayons, les sentiers des serres pour maintenir la température humide. On y arrive en garnissant. le sol de scories spongieuses qui retiennent l'eau. Il est utile de projeter de l'eau sur les tuyaux de chauffage, et d'en faire une pluie très fine sur les plantes, au moyen de seringues à pomme percée de mille trous. Encore cette pluie doit-elle être réglée prudemment, car il ne faut pas que l'eau séjourne au coeur des jeunes pousses, ce qui les ferait périr; mais on peut la diriger franchement sur les plants fixés sur blocs. 

Au reste, rien n'est plus minutieux, plus absorbant que la culture des Orchidées, elles demandent des soins continuels; leurs feuilles doivent être lavées de temps en temps pour les débarrasser de la poussière, des petits insectes, des cryptogames. Ces lotions se font avec une solution très diluée de jus de tabac, au moyen d'une éponge, et les replis sont visités avec un pinceau fini ou une petite éponge attachée au bout d'un petit morceau de bois, d'une plume, etc. Enfin il faut de temps en temps déplanter les étiquettes, pour chasser les insectes qui pourraient se loger à leur pied, soulever les pots pour dénicher les cloportes et les fourmis, et surveiller toujours la température et sa teneur d'eau en consultant les thermomètres et les hygromètres.

On est récompensé de ces soins par les fleurs des Orchidées, les plus belles et les plus singulières qui soient au monde, et dans les cultures bien menées on peut les voir apparaître aussi splendides que dans leurs forêts vierges d'origines. Ainsi on a obtenu, dans les serres de A. de Rothschild, en 1887, un Renanthera löwi (Vandées) qui avait vingt-six tiges florales ayant chacune 2 mètres de long et portait en tout 650 fleurs. Mais un pareil résultat est dû à une culture parfaite. Rien n'est plus beau qu'une serre d'Orchidées en fleurs, d'autant que certaines de ces fleurs durent jusqu'à quatre mois, comme celles du Catasetum garnettianum. (Maurice Maindron). 

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.