.
-

Kiev
Kiev (Kyyiv en russe et en ukrainien, Kijow en polonais; Kiovia en latin; Kioaba chez Constantin Porphyrogénète; Kouyaba dans les textes arabes; Man-Kerman dans les textes turco-mongols). Ville et ancienne place forte de la Russie d'Europe, aujourd'hui capitale de l'Ukraine, jadis chef-lieu du gouvernement de Kiev, sur le Dniepr, à un millier de kilomètres environ au Sud de Saint-Pétersbourg.

Située d'une manière très pittoresque sur les collines de la rive droite du Dniepr, Kiev est divisée par de profonds ravins en quatre parties qui forment comme quatre villes séparées, ayant chacune son histoire et sa physionomie particulière : le Podal (la ville basse), sur la plaine avoisinant le fleuve et le port de Kiev, est la ville du commerce et de l'industrie, cité d'autrefois, ancien siège de la municipalité, des écoles, etc.; le Vieux-Kiev a été traditionnellement la ville administrative, ancien bourg, demeure des princes au Moyen Âge et centre principal des bureaux du gouvernement et des tribunaux par la suite; Petchersk (la ville des cryptes); au sommet de la colline dominant les autres et entourée des fortifications avec la célèbre Lavra au milieu, est la ville religieuse et militaire; la partie septentrionale de la colline de Petchersk, séparée du Vieux-Kiev par la rue principale de la ville Krechtchatik et toute noyée dans les vastes jardins, porte le nom de Lipki (les tilleuls); elle était peuplée au temps des tsars exclusivement par l'aristocratie et la haute bureaucratie; Novoïé Stroïénié (Bâtiments nouveaux), sur la colline, au sommet de laquelle s'élève l'édifice rouge de l'Université, représente une ville moderne, sorte de quartier latin de Kiev, où se sont concentrées presque toutes les écoles. Kiev occupe un espace d'environ 50 kilomètres carrés.
-

Kiev : la place de l'Indépendance.
La place de l'Indépendance (Maidan Nezalezhnosty), au centre de Kiev.

Les monuments.
Les principales églises sont : La cathédrale Saint Vladimir, non loin de l'Université, a été achevée vers la fin du XIXe siècle et décorée par les meilleurs artistes russes de l'époque. 

La cathédrale Sainte-Sophie construite par le grand-duc Jaroslav Ier au XIe siècle, sur le modèle de Sainte-Sophie de Constantinople. L'extérieur a été remodelé au XVIIe siècle dans le style baroque ukrainien. Mais l'intérieur byzantin a été conservé. Sur les parties conservées de ses murs, on peut voir encore les mosaïques, représentant la Vierge et les Apôtres et des fresques très intéressantes. L'édifice a été le premier, en Ukraine, a être inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco.
-

Kiev : la cathédrale Sainte-Sophie.
Kiev : l'église Saint-André.
La cathédrale Sainte-Sophie.
L'église Saint-André, à Kiev
Images : The World Factbook.

L'église Saint-André, en style baroque, construite entre 1747 et 1754, d'après le plan de Bartolomeo Rastrelli sur une hauteur, dans le faubourg de Podil, d'où se développe une vue splendide sur la ville basse et le pays au delà du Dniepr. Les croyants prétendent qu'elle a été bâtie au lieu même où Saint André, au Ier siècle, planta une croix en prédisant une grande cité chrétienne existerait un jour en ce lieu. 

L'église de la Dîme érigée sur les anciens fondements du temple du même nom, construit par saint Vladimir,.

Parmi les nombreux couvents la première place appartient à la Lavra, le plus ancien monastère de le Russie, célèbre par ses catacombes (ou cryptes), où reposent les reliques de plus de trois cents saints. Ces petchéry sont pour la plupart d'anciennes cavernes, creusées par la population préhistorique des bords du Dniepr dans le gisement de grès kaoliné tertiaire et utilisées plus tard par les moines du XIe et du XIIe siècle. 
-

Kiev : la cathédrale de la Dormition (Lavra).
La cathédrale de la Dormition, dans le monastère de la Lavra. Détruite par les soviétiques
en 1941, cette église a été reconstruite entre 1998 et 2000.

Ce sont ces catacombes qui ont donné à Kiev la réputation de ville sainte par excellence et qui, au XIXe siècle, attiraient encore chaque année plus de trois cent mille pèlerins des contrées les plus lointaines de toute la Russie; le couvent de la Confrérie à Podol, dont une partie du bâtiment et l'église furent construits par l'hetman Mazeppa (L'Empire de Pierre), a abrité pendant plusieurs siècles l'académie théologique de Kiev, la plus ancienne école supérieure de la Russie; le couvent de Saint Michel renfermant les reliques de sainte Barbe; le monastère de Vydoubetzky, au-dessous de la Lavra, construit, selon la mythologie chrétienne,; sur la même place où l'idole de Peroun, jetée dans l'eau par ordre de saint Vladimir, accosta la berge du Dniepr, etc. L'un des monuments les plus anciens de l'Ukraine est la ruine de la Porte d'or, en briques carrées et très plates; elle était surmontée jadis d'une chapelle à coupole dorée et présentait l'entrée principale de l'enceinte du bourg kiévien, dont les derniers vestiges n'ont disparu qu'au XIXe siècle. 

La place devant la cathédrale Sainte-Sophie est ornée d'une belle statue équestre de Bogdan Chmielnicky, hetman de l'Ukraine. Deux ponts magnifiques franchissent le Dniepr près de Kiev : chacun a plus d'un kilomètre de longueur. Les promenades principales sont le jardin botanique, le jardin de ville, le square de l'Université, celui d'Alexandre, etc. Parmi les édifices publics, les plus remarquables sont : le Palais impérial, l'Hôtel de ville, l'Université, etc. L'Université de Saint-Vladimir, fondée en 1835, pour remplacer l'Académie de Vilna (Vilnius) et le lycée de Kreménetz, s'était dotée dès l'origine de laboratoires, de cliniques, de collections diverses (musée des médailles, des antiquités préhistoriques, de zoologie, de minéralogie, etc.), d'une très riche bibliothèque. Dans le même quartier ont été construits les observatoires météorologique et astronomique, l'amphithéâtre d'anatomie, l'école de chimie, etc. 
-

Kiev : l'Opéra.
L'Opéra Taras Shevchenko de Kiev. Il a été construit entre 1898 et 1901 et nommé du nom
du plus célèbre poète ukrainien, dont le buste a été placé au-dessus de l'entrée. La scène de ce 
théâtre est l'une des plus grandes d'Europe.

L'histoire.
Située au milieu du bassin du Dniepr et des pays slaves, Kiev, « la mère des villes russes » selon les chroniques, fut prédestinée, pour ainsi dire, pour devenir un grand centre politique et intellectuel. Suivant le mythe de fondation, elle dut son origine à trois frères légendaires, Kii, Schtchek et Khoriv, et leur soeur Lybed. Elle existait déjà dès le Ve siècle, et payait le tribut aux Khazares (Les Turkmènes); plus tard, elle devint le chef-lieu d'un pays indépendant et fut en relations avec la Byzance. Oleg qui s'en empara au XIe siècle, en fit, dit-on la capitale de toute la Russie; Sviatoslav et saint Vladimir, ayant soumis les peuples voisins slaves, donnèrent à Kiev la prépondérance politique et militaire. Saint Vladimir y introduisit officiellement le christianisme, qui y avait pénétré depuis longtemps déjà de Constantinople; le grand prince Iaroslav publia le premier code (1028), y fonda des écoles et une bibliothèque. En 1086 fut établie à Kiev une école de jeunes filles, la première en Europe. 

Depuis la mort de ce souverain et le congrès des princes à Lioubetch (1077), Kiev resta pendant plusieurs siècles le centre de la confédération des principautés slave-russes. Mais plus tard, quand la colonisation slave vers le Nord-Est se développa et que le centre de gravité du monde russe se reporta vers l'Orient, les princes de Souzdal commencèrent à traiter Kiev comme un pays étranger : Georges de Souzdal devint grand-duc de Kiev, non par élection, comme c'était l'usage, mais par la force (1149). Son fils André, après avoir détruit la ville en 1171, transporta la capitale à Vladimir, en conservant le titre de grand-duc, qui appartenait jadis aux princes de Kiev. Réduite au rang d'une ville secondaire et détruite par Batou Khan en 1240 (La Horde d'Or), Kiev appartint à la principauté de Galicie; en 1362, elle fut prise par Olgerd de Lituanie. Soumise à la Pologne depuis la diète de Lublin (1569) et ruinée encore une fois par les Tatares de Crimée en 1584 (Les Turks), Kiev fut privée de sa prépondérance politique.
-

Kiev : la porte Dorée.
La Porte Dorée. Elle a été reconstruite en 1982 sur l'emplacement de la porte Sud des
fortifications de Kiev au Moyen âge. Trois de ces portes, datant de 1037, permettaient
initialement l'accès à la ville. Images : The World factbook.

En 1615, Halchka Loztchina y fonda une confrérie religieuse et des écoles; en 1633, Pierre Mogila y créa l'Académie théologique. En 1649, l'Académie de Kiev envoya ses savants en Moscovie pour y fonder une école supérieure. Par le traité de Pereïaslav (1654), Kiev avec toute la Petite-Russie se mit sous le protectorat des tsars de Moscovie; en 1701, Pierre Ier confirma les privilèges de l'Académie de Kiev, et, en 1706, il fonda la forteresse de cette ville. Après la chute définitive de l'indépendance. politique de la Petite-Russie en 1775-82, Kiev devint le chef-lieu de la province du même nom, transformée en 1796 en simple gouvernement (La Russie au XVIIIe siècle). La fondation de l'université en 1834 ranima cette ancienne capitale de la Russie et lui rendit son importance de centre intellectuel et littéraire de l'Ukraine.

Jusqu'à la révolution soviétique, le gouvernement de Kiev constitue un territoire situé entre les gouvernements de Minsk au Nord, de Tchernigov et de Poltava à l'Est, de Kherson au Sud, de Podolie et de Volynie à l'Ouest, sur la rive droite du Dniepr. ll occupe 50,999 km². Les contreforts des Carpates, connus sous le nom de monts d'Avratyne, entrent dans le gouvernement de Kiev non loin de Berdytchev, passent dans la partie Sud-Ouest. jusqu'à la rivière Tiasmyn, et sortent pour se perdre dans le gouvernement de Kherson. Ces collines, qui ne dépassent pas 300 m de hauteur, séparent le bassin de Boug de celui de Dniepr. La partie septentrionale du gouvernement de Kiev a longtemps conservé une quantité assez considérable de forêts, de sapins et de chênes, et porte le nom de Poliésié (c. -à-d. « pays boisé »); dans la partie centrale abondent de vastes prairies qui se transforment dans la partie méridionale en vraies steppes. Le climat est continental et assez tempéré : la température moyenne est - 4,42° en hiver et +15,03° en été. 

A la chute de l'empire des tsars, le gouvernement de Kiev a laissé place brièvement (entre 1917 et 1920) à un État indépendant dont la capitale fut Kiev. Lorsque il fut absorbée par l'URSS, Kiev fut considérée comme la capitale de la République socialiste soviétique d'Ukraine. L'indépendance, acquise le 24 août 1991, à la suite de l'effondrement de l'empire soviétique, a de nouveau fait de Kiev la capitale d'un État indépendant. (TH. Volkov).
-

Photo du Dniepr à Kiev.
Le Dniepr à Kiev (début du XXe siècle).
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.