.
-

Glande (anatomie). - On nomme glandes en général des organes plus ou
moins volumineux, bien distincts des organes voisins, pénétrés par des vaisseaux sanguins abondants, et qui en extraient quelque humeur spéciale qu'un conduit né de la glande va verser soit au dehors (urine), soit en un point déterminé du corps, pour concourir à l'accomplissement de quelque fonction (bile, suc pancréatique, larmes). En général ces glandes sont de véritables follicules globuleux, agglomérés en grand nombre sur un canal excréteur commun rameux. Elles se composent en effet, pour la plupart, de granulations ou petites vésicules membraneuses, pourvues chacune d'un canal excréteur; ces canaux se réunissent entre eux comme les ramifications d'une grappe sur leur tige commune; puis ces troncs principaux eux-mêmes se joignent entre eux et finissent par constituer le conduit unique de toute la glande. Telle est la structure des glandes salivaires, du pancréas, de la glande lacrymale. Toutes appartiennent à un genre de glandes que leur structure même a fait nommer glandes granuleuses, glandes composées ou conglomérées.

Fragment (grossi six fois)
de glande composée.

Mais cette forme n'est pas la seule que l'on observe dans la structure intime des glandes. Il en est d'autres que l'on désigne sous le nom de tubuleuses, parce qu'elles sont formées de longs tubes ordinairement fermés à un bout et s'ouvrant par l'autre, dans le canal commun qui conduit hors de la glande le produit de sa sécrétion. On peut, chez les animaux supérieurs, étudier cette structure dans le rein. La substance corticale de cet organe est celle où se forme l'urine; elle consiste en une multitude de tubes fermés à leur extrémité, libres, très enroulés sur eux-mêmes, et qui, changeant de direction, marchent en ligne droite vers le bassinet et constituent la substance tubuleuse. C'est dans ces tubes que se sécrète l'urine; elle est versée par eux dans le bassinet. De là l'uretère qui naît de chaque rein la porte dans un réservoir membraneux nommé la vessie urinaire, et qui lui-même, par un canal unique, mène l'urine au dehors. 

Certaines glandes ont un simple conduit excréteur sans dilatation ni réservoir où l'humeur sécrétée puisse s'accumuler; d'autres, comme le rein, sont au contraire pourvues d'un véritable réservoir placé sur le trajet du canal excréteur, et où peut s'amasser le liquide sans s'écouler d'une manière continue. Le foie est une glande généralement pourvue d'un réservoir, désigné sous le nom de vésicule biliaire. (DGS).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.