.
-

La répartition des plantes
La géographie botanique
[La Terre]
Aperçu
Facteurs environnementaux
Zones de végétation
Habitats des plantes
La géograpnie botanique a pour but la connaissance de la distribution des végétaux à la surface du globe. On sait que la végétation est, en effet, loin d'être la même dans toutes les contrées et qu'elle y est au contraire très diversifiée. Aussi l'aspect qu'elle imprime aux régions présente souvent un caractère frappant; c'est ainsi que, par exemple, les Palmiers, les Bananiers, etc., indiquent toujours un pays chaud, tandis que les Sapins, les Pommiers et autres ne se trouvent que dans les pays tempérés froids. La distribution géographique des plantes, telle que nous la voyons, est due à des causes complexes qui peuvent être envisagées sous deux points de vue distincts. Les unes, primordiales, ont présidé à l'apparition même des formes spécifiques et à leurs modifications successives. C'est parmi ces causes qu'il faut ranger les influences climatiques combinées et variées de la chaleur, de la lumière et de l'humidité, ainsi que celles qui proviennent de la nature physico-chimique du sol. C'est là aussi qu'il faut chercher la raison de la disparition d'autres formes qui, à l'arrivée de conditions nouvelles du même ordre, n'ont pu s'y plier et ont dû céder la place à des types plus souples à la transformation ou plus indifférents à ces changements. 

Les autres causes déterminantes de la place occupée par les plantes sur la Terre, et que nous pouvons appeler secondaires, se bornent à favoriser ou à entraver l'extension des espèces, en un mot à circonscrire leurs aires. Tels sont l'étendue, la conformation, le relief des continents, la direction, la hauteur, l'inclinaison des chaînes de montagnes, qui sont tantôt un obstacle au transport des espèces, tantôt une ligne de continuité le favorisant, puis l'étendue des mers, les courants marins ou aériens, les cours d'eau, etc. Ici viennent s'ajouter la concurrence des plantes entre elles, l'action destructive ou au contraire le transport involontaire ou non par les humains et les autres animaux

En tenant compte de toutes ces influences réunies, Candolle avait déjà admis pour l'ensemble des végétaux les groupes climatiques suivants :

Mégathermes. Température du milieu élevée et constante de +20° C à +40° C. On pourrait réserver le nom d'hydromégathermes aux plantes habitant un climat où à une humidité très grande se joint une température élevée durant toute l'année. Telles sont les conditions des forêts intertropicales.

Xérophiles. Température très élevée, parfois plus élevée que dans le groupe précédent durant une partie de l'année, mais accompagnée de sécheresse pendant la plus grande partie de l'année. Pluies rares. Déserts, pampas, steppes des régions subtropicales ou tropicales.  On pourrait aussi admettre un groupe de xérophiles qui, dans les déserts, prairies ou steppes des régions tempérées ou froides, subissent les froids les plus rigoureux en hiver.

Mésothermes. Chaleur tempérée, de +15° C à +20° C, avec humidité modérée. Région méditerranéenne, Canaries, etc.

Microthermes. Température moyenne peu élevée, de 0°C à +14°C; été tempéré ou assez froid; aptitude à supporter la gelée. Hiver : + 14°C à  - 20°C, très varié selon les régions; été : + 15° C à + 30°C environ. Europe moyenne, Sibérie moyenne, Patagonie.

Hékistothermes. Température froide. Eté n'arrivant guère qu'à +10° C; hiver excessivement rigoureux pouvant aller jusqu'à -40°C et au delà. Régions arctiques, Sibérie centrale.

On pourrait aussi se borner aux quatre groupes des Mégathermes, des Mésothermes, des Microthermes et des Hékistothermes en reconnaissant dans chacun d'eux une série de xérophiles pour les espèces bravant la sécheresse, une série d'hygrophiles comprenant les formes qui exigent l'humidité permanente et une série de semi-hygrophiles.

La géographie végétale commande la géographie humaine. Les régions où la végétation est trop riche, trop luxuriante, pousse avec trop de rapidité, sont hostiles aux humains, elles opposent un obstacle presque invincible au défrichement. Il en est de même de celles qui, par suite de la sécheresse ou du froid, sont privées absolument de végétation (zones polaires, déserts). Au contraire, les régions où la coexistence de forêts plus ou moins vastes et d'une croissance point trop rapide et de grands espaces découverts, permet l'établissement de groupements dans les clairières, puis le défrichement progressif, sont favorables à l'humain. Les régions tropicales (pays de moussons), ou méditerranéennes, les zones tempérées maritimes ou continentales sont celles où se trouve groupée presque toute la population du globe terrestre. 

Les zones de végétation.
Les conditions climatiques et topographiques influent sur la répartition à la surface de la terre des êtres vivants et d'abord de la végétation qui, par les différences d'aspect qu'elle imprime aux diverses régions du globe et l'influence prépondérante quelle exerce sur la vie animale et humaine, est un élément essentiel de la géographie.

Pour pouvoir se développer, la vie végétale a besoin d'abord de lumière celle-ci permettant seule l'assimilation chlorophyllienne est la condition sine qua non de son apparition, et c'est pourquoi cette assimilation n'existe pas dans les grandes profondeurs marines (même si la vie y a trouvé des niches pour s'y développer), puis de chaleur et d'humidité. Sa répartition correspond donc d'abord aux grandes zones climatiques.

Plus le climat est chaud et humide, plus la végétation est épaisse, et plus le manteau dont elle recouvre le sol est continu. Plus la chaleur et l'humidité diminuent, et plus la végétation est maigre et clairsemée. Lorsque I'on s'avance de l'équateur vers les pôles, on passe donc, par transitions insensibles, de l'association végétale fermée à l'association ouverte, puis à la disparition complète de toute végétation. Le cycle est double il va de l'équateur aux régions désertiques et de celles-ci aux pôles, en passant par les régions à végétation abondante de la zone tempérée. On le voit se reproduire, en miniature, sur les hautes montagnes de la zone équatoriale, au sommet desquelles se trouvent réalisées les mêmes conditions de température que dans les régions polaires.
--

Zones de végétation.
Zones de végétation (cliquez sur la carte pour l'agrandir).

Dans la zone équatoriale proprement dite (bassin de l'Amazone, haut-Nil, Insulinde), la forêt vierge ou forêt primaire couvre le sol d'un manteau continu, formé de plusieurs zones étagées, au milieu desquelles s'enchevêtrent les lianes et que surmontent les arbres géants qui, au-dessus du fouillis inextricable de verdure, dressent jusqu'à 30 et 40 mètres les colonnes lisses de leur tronc, où s'appuient d'épaisses voûtes de feuillage. Ici, la végétation est permanente. La chaleur et l'humidité constantes empêchent tout arrêt de la vie végétale.

La forêt tropicale est moins riche. Sauf sur le bord des rivières où la forêt galerie présente, à peu de chose près, les mêmes caractères que la forêt équatoriale, la végétation est moins luxuriante et moins pressée, les arbres moins hauts, le sous-bois moins varié. Les feuilles tombent pendant la saison sèche et la végétation s'adapte à cette sécheresse saisonnière, soit par le développement énorme du tronc tel le fameux baobab), soit par la forme épineuse des feuilles. Bientôt, à I'association fermée succède l'association ouverte, parc ou savane. C'est une région de hautes herbes au milieu desquelles s'élèvent des Îles ou des Îlots de végétation arborescente, particulièrement le long des lignes d'eaux. C'est le llano vénézuélien, la jungle de l'Inde, la brousse soudanaise (sahélienne). Parfois dominent (par exemple en Australie) les fourrés épineux.

Se clairsemant de plus en plus, la végétation tend à disparaître. Et les déserts sont marqués, en effet, sinon par l'absence sur toute leur étendue de la végétation, du moins par une végétation d'une extrême rareté et d'une extrême pauvreté. Seulement, çà et là, guelques touffes herbeuses; aucune végétation arborescente n'apparaît.

Puis, la pluie devenant plus abondante, la forêt réapparaît. Primitivement elle couvre l'Europe presque tout entière, de l'extrémité de la Bretagne à l'Oural. Elle est composée des arbres tels que les chênes, hêtres, bouleaux, pins et sapins. Même dans son état originel, cette forêt ne ressemble pas à la forêt tropicale. La plupart des essences (sauf les conifères) sont à feuilles caduques. On ne trouve plus cet étagement des formations végétales caractéristiques des forêts équatoriales et tropicales. Enfin, la forêt est coupée de vastes clairières occupées par des steppes, étendues de grandes herbes, coupées de bouquets d'arbres, analogues à la savane; dans ces clairières, les humains se sont établis, et ils les ont progressivement étendues. Sur les pentes des montagnes, dominent les forêts de pins et de sapins, puis les herbes et les buissons.

Lorsque l'on s'avance vers les pôles, la végétation de nouveau se clairsème et se rabougrit, les conditions sont analogues à celles du climat désertique : plus d'arbres, mais seulement des buissons. La toundra est, dans cette zone arctique, le biome caractéristique. C'est une association ouverte où dominent les mousses et les lichens, avec quelques buissons bas à feuilles toujours vertes. Des tourbières alternent avec des déserts caillouteux.

Enfin, la toundra elle-même s'évanouit pour faire place à l'étendue blanche de neige et de glace. 

Géographie de la diversité végétale.
Le nombre absolu des espèces végétales va en augmentant progressivement des pôles à l'équateur, où s'observe leur maximum; et il en est de même des familles et des genres. Mais si l'on établit la proportion des espèces aux genres, on trouve que ces derniers sont relativement plus nombreux dans les flores des pays froids que dans celles des pays chauds : en d'autres termes, chaque genre est représenté par un plus grand nombre d'espèces dans ceux-ci que dans ceux-là. Ainsi, par exemple, la flore française compte plus de 7000 espèces réparties dans plus de 1100 genres; celle de Suède, un peu plus de 2300 espèces pour 566 genres; celle de Laponie, un peu moins de 1100 espèces pour 297 genres; de sorte que, pour chaque genre, le nombre moyen des espèces est de 6 en France, de 4,1 en Suède, et de 3,6 en Laponie. 

Le nombre absolu des espèces ligneuses, et leur proportion relativement aux espèces herbacées, suit la même progression en allant des pôles à l'équateur. Par conséquent, le nombre des espèces annuelles ou bisannuelles croît suivant une marche inverse, mais qui ne se continue pas ainsi jusqu'au pôle. Ce sont les régions tempérées qui sont le plus favorables à leur nature délicate; elles y acquièrent leur maximum, et plus loin leur proportion reprend une marche décroissante, les régions les plus froides, soit en latitude, soit eu hauteur, ne pouvant être habitées que par des plantes vivaces ou suffrutescentes.

Un corollaire des considérations qui précèdent, c'est que la taille des végétaux va en augmentant d'une manière générale des pôles vers l'équateur. Néanmoins cette règle semble intervertie pour les Fucus, qui, assez petits dans les mers tropicales, acquièrent des dimensions prodigieuses dans les mers polaires. 

Si maintenant nous recherchons les proportions relatives des espèces appartenant aux principales divisions du règne végétal, nous trouverons que la proportion de celles qui appartiennent aux degrés les plus élevés de la série va en croissant des pôles vers l'équateur. Déjà en son temps, Alexandre de Humboldt donnait des tableaux pour les parties moyennes des trois grandes zones terrestres dans lesquels Ies Cryptogames apparaissaient égales en nombre aux Phanérogames dans la zone glaciale (de 67° à 70°) , de moitié moins nombreuses qu'elles dans la zone tempérée (de 45° à 52°), à peu près huit fois moins dans la zone équatoriale (de 0° à 10°), le rapport étant 1/15 pour les plaines et 1/5 pour les montagnes. La proportion relative des Monocotylédones va en augmentant à mesure qu'on s'éloigne de l'équateur. Jusqu'à 10°, elle est, relativement à l'ensemble des Phanérogames, à peu près de 1/6 pour le nouveau continent, et 1/5 pour l'ancien. Croissant progressivement, elle atteint 1/4 vers le milieu de la zone tempérée, et 1/3 vers les limites de cette zone. Mais elle redescend un peu vers les régions glaciales, par exemple au Groenland. Il est clair que la proportion des Dicotylédones est inverse, et s'exprime par les fractions complémentaires des précédentes. (Dr L. Hahn et  A. Jobin / NAL / DV.).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.