.
-

La Meuse
La Meuse, all. et holl. Maas, lat. Mosa, est un fleuve d'Europe. Elle naît en France à 17 km au Nord-Est de Langres (Haute-Marne), parcourt les département des Vosges, de la Meuse, auquel il donne son nom, et des Ardennes, entre en Belgique, passe dans les Pays-Bas, et se jette dans la mer du Nord. Cours de ce fleuve :  950 kilomètres.

Le bassin.
Le bassin de la Meuse mesure environ 33,000 kilomètres carrés. La France n'en possède qu'une partie, à savoir le bassin supérieur du fleuve, qui est très étroit, et le cours supérieur de la Sambre. Ce bassin est borné au sud par le plateau de Langres; à l'est et à l'ouest, il est borné, dans la partie supérieure, par le plateau de Lorraine dans lequel la Meuse est encaissée; dans la partie moyenne, par la ligne de faite centrale de l'Ardenne et de l'Eifel à l'est, par les hauteurs de la Thiérache, la plaine du Cambrésis et le dos de pays de la Hesbaie à l'ouest; la Meuse inférieure coule dans la même plaine que l'Escaut et le Rhin.

La Meuse, par le traité de Verdun, devint frontière de la France; mais, sous les rois carolingiens, la Lorraine fut continuellement disputée entre la France et l'Allemagne. Au milieu du XVIe siècle, la conquête des Trois-Évêchés donna à la France une partie du cours de la Meuse; Louis XIV conquit le bassin supérieur de la Sambre et, sous Louis XV, la Lorraine fut réunie à la France.
Le fleuve. 
La Meuse  prend sa source à la fontaine de Meuse, vers l'extrémité du plateau de Langres, par 409 mètres d'altitude : elle coule à l'ouest d'abord, s'engage bientôt, au village de Meuse, dans une étroite rigole ouverte vers le nord, disparaît tout à coup sous terre au village de Bazoilles, à l'époque des basses eaux, pour reparaître à 3 kilomètres de là, près de Neufchâteau, arrose Commercy et Verdun et reçoit deux petites rivières venues des Faucilles, le Mouzon et la Vaire (50 km), à une altitude de 275 mètres. Depuis le confluent de cette dernière jusqu'à celui de la Chiers, sur une longueur de plus de 200 kilomètres, elle coule au nord-ouest, comme plusieurs autres rivières, suivant la direction même des zones du terrain jurassique, profondément encaissée entre les marnes et les argiles de son lit et les calcaires qui bordent sa rive gauche et qui constituent son bassin; elle n'y recueille pas un seul affluent digne d'être nommé et n'a jamais de crues considérables. Sa vallée s'élargit et devient fertile depuis Dun, surtout de Mouzon à Sedan; dans cette partie elle reçoit deux de ses principaux affluents, le Chiers (112 km) et la Semoy (165 km). A partir de Charleville-Mézières, elle s'engage elle-même, comme ces deux affluents, dans une gorge étroite (100 à 150 mètres) et profonde, où ses eaux font maint brusque repli entre les arêtes de rocs dénudés qui surplombent de 200 et même sur certains points de plus de 300 mètres.

La Meuse entre en Belgique au-dessous de Givet et du fort de Charlemont qui, du haut de son rocher, domine de plus de 200 mètres les eaux du fleuve. Elle traverse ainsi le plateau ardennais et descend, en longeant la Famène et le Condroz, jusqu'au pied septentrional du plateau dans le creux formé par le terrain houiller; elle y reçoit la Sambre à Namur, où son altitude n'est plus que de 74 mètres.

A partir de Namur, elle se dirige droit au nord-est en suivant jusqu'au delà de Liège le fossé du terrain carbonifère, entre le plateau ardennais et le dos de terrain de la Hesbaie; c'est une région à la longue histoire industrielle. Au delà de Liège, la Meuse prend son cours vers le nord, quitte les terrains anciens et accidentés pour les plaines quaternaires, la Belgique pour les Pays-Bas, et baigne l'ancienne ville forte de Maestricht (Maastricht), passage de la Meuse) qui a a longtemps été la clef de la Basse-Meuse et que domine le pittoresque plateau de la montagne de Saint-Pierre.

La Meuse (Maas), coule vers le nord dans cette plaine uniforme, avec quelques rangées de coteaux à droite, mais à gauche avec un horizon de landes sans fin dans la Campine, puis de marécages (le Peel). Elle baigne Venlo, se replie lentement et par de nombreux méandres vers l'ouest, communique une première fois avec le Waal, près de Boemel, par un canal aujourd'hui obstrué, puis confond en partie ses eaux avec celles du Waal près de Gorkum. De ce confluent jusqu'à Dordrecht, le cours d'eau a le nom de Mervede. Mais il ne porte pas jusqu'à cette ville tout le tribut du Waal et de la Meuse : un bras se détache vers le sud et va se jeter dans le Biesbosch, c'est-à-dire la Forêt de joncs, vaste archipel composé de polders, quelque peu boisé, et formé, en 1421, à la suite d'une rupture des digues par une invasion de la mer qui engloutit 100,000 habitants; le large estuaire par lequel se déversent les eaux du Biesbosch s'appelle le Hollandsch-Diep et se partage, pour se rendre à la mer, en deux branches, le Haring-Vliet au nord et le Krammer au sud, qui enveloppent l'île d'Overflakkee. 

Le Mervede perd son nom à Dordrecht et se divise en deux branches, la Vieille-Meuse qui coule à l'ouest, et le Noord-Diep qui va au nord rejoindre le Lek; le double courant (Lek et Noord-Diep) prend le nom de Nouvelle-Meuse, reçoit l'Yssel inférieure, baigne Rotterdam, puis se réunit à la Vieille-Meuse et se jette à la mer au sud du cap nommé Hoek van Holland.

Les affluents en France. 
Après avoir reçu non loin de sa source le Mouzon et la Vaire, venues des Faucilles et débouchant par conséquent sur sa rive droite, la Meuse, prisonnière dans son étroite vallée jurassique, ne se grossit que de petits ruisseau. Parvenue au pied de l'Ardenne et près de la frontière de France, elle commence à avoir des affluents plus considérables.

A gauche :
La Bar (60 km), dont la source verse une partie de son eau dans un affluent de l'Aire (bassin de la Seine), alimente le canal des des Ardennes.

La Sormonne (40 km) naît au pied du plateau de Rocroi.

Le Véronin (68 km) est formé de deux cours d'eau nés dans le pays de Rocroi et de Chimay : l'Eau-Noire, dont la source est près de Rocroi, et l'Eau-Blanche, qui baigne Mariembourg.

La Sambre (180 km avec 148 canalisés et navigables) prend sa source dans une forêt au nord de la Thiérache, à une altitude de 210 mètres; elle est rendue navigable presque en naissant par le canal de la Sambre à l'Oise qui absorbe toute son eau; quitte le canal à Landrecies où commence la navigation tombe lui-même dans le fossé du terrain houiller, de sorte que la Meuse semble être la continuation de la Sambre. Les affluents de la Sambre viennent du plateau ardennais : la Petite-Helpe et la Grande-Helpe (54 km), qui baigne Avesnes, sont des rivières presque entièrement françaises; l'Heure, à droite, et l'Orneau, à gauche, sont belges.

A droite :
Le Chiers (112 km), dont la source est en Belgique, près d'Arlon, coule de l'est à l'ouest dans une vallée étroite, encaissée de plus de 100 mètres sur divers points; elle reçoit, par l'Othain (70 km), la Thonne et le Loison, les eaux des dernières terrasses jurassiques ; s'étend au pied des Ardennes; arrose Montmédy et tombe dans la Meuse près de Sedan, par 160 mètres d'altitude.

La Semoy (165 km dont 18 navigables), qui prend sa source non loin du Chiers, dans le terrain jurassique, et qui a un cours à peu près parallèle au sien, coule beaucoup plus encaissée encore au fond des roches cristallines de l'Ardenne, qui la dominent sur quelques points de plus de 250 mètres; peu de rivières ont des eaux aussi limpides et une vallée plus pittoresque et plus profonde; aucune n'a été contrainte par les fractures de sol à se replier en sinuosités plus tortueuses. Elle n'appartient à la France que par l'extrémité de son cours inférieur.

Les affluents hors de France. 
De Namur à Maastricht, dans le pays belge, la Meuse est bordée, sur sa rive gauche, par un dos de pays qui ne lui permet pas de recevoir d'affluents considérables. La Mehaigne et, plus loin, le Geer, qui viennent de la Hesbaie, ne sont que de très petites rivières. Sur la rive droite, au contraire, elle reçoit de l'Ardenne la Lesse, qui traverse la célèbre grotte de Han et reçoit l'Homme; l'Ourthe (135 km) qui, formée de la réunion des deux Ourthe, coule dans un profond encaissement et recueille, par ses deux branches et par ses affluents, l'Amblève, grossie de la Warthe et la Vesdre, une grande partie des eaux du plateau; au confluent de l'Ourthe est bâtie la ville de Liège.

Dans la plaine des Pays-Bas, la Meuse reçoit la Roër (108 km) qui descend de l'Eifel en serpentant vers le nord-ouest, et la Niers; à gauche, elle ne se grossit d'abord que de quelques ruisseaux sortis du grand marais de Peel; puis, quand elle s'est repliée vers l'ouest et le nord, elle reçoit la Dommel (70 km) qui prend sa source dans la Campine; coule vers le nord; reçoit elle-même, dans la monotone plaine du Brabant septentrional, de nombreux affluents, entre autres ceux qui viennent de la partie occidentale du marais de Peel, et arrose Bois-le-Duc (s'Hertogenbosch). Plus loin, la Meuse s'accroît de la Mark qui arrose Breda. (E. Levasseur).



[La Terre][Cartotheque][Etats et territoires][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009 - 2016. - Reproduction interdite.