.
-

Belgique
Royaume de Belgique / Koninkrijk Belgie

50 50 N, 4 00 E
La Belgique est un Etat de l'Ouest de l'Europe. Elle est bornée au Nord, par les Pays-Bas; à l'Est, par les Pays-Bas, l'Allemagne et le Grand-duché de Luxembourg; au Sud, par la France; à l'Ouest, par la France et la mer du Nord. D'une superficie de 30,528 km² et d'une population de 10,4 millions d'habitants (2009), ce pays est une démocratie fédérale parlementaire, qui s'inscrit dans le cadre d'une monarchie constitutionnelle. On distingue administrativement 10 provinces et and 3 régions (Bruxelles, Flandres, Wallonie). La capitale de la Belgique est Bruxelles. Autres grandes villes : Gand, Charleroi, Bruges, Liège, Anvers, Namur, Mons.

Les divisions administratives de la Belgique

Région capitale

Bruxelles


Flandres

Antwerpen (Anvers)
Limburg
Oost-Vlaanderen (Flandre orientale)
Vlaams-Brabant (Brabant flamand)

West-Vlaanderen (Flandre occidentale)

Wallonie

Brabant Wallon
Hainaut
Liège
Luxembourg
Namur

Depuis la révision constitutionnelle de 1993, qui a instauré l'organisation fédérale de la Belgique, il existe trois niveaux de gouvernement (fédéral, régional et de communauté linguistique), avec une répartition complexe des responsabilités.

Côtes.
La mer du Nord baigne la Belgique sur une étendue de côtes de 66,5 kilomètres. Une chaîne de dunes borde le rivage et sert de barrière contre les envahissements des flots; entre Wenduyne et Heyst, où cette défense naturelle manquait, il a fallu la remplacer par dès jetées. Au Sud de Nieuport au contraire, la mer tend à abandonner la côte; chaque année l'estran avance de plus d'un mètre. Les dunes, sous l'influence du vent du Nord-Ouest, envahissent l'intérieur du pays et ne s'arrêtent que lorsqu'on leur oppose des plantations. Des bancs nombreux, d'un sable fin, forment le prolongement sous-marin de la côte. Ils peuvent se diviser en deux zones : la première se rattache aux atterrissements du rivage et aux sables qui s'accumulent à l'entrée des ports; la seconde s'étend au large et se compose de plateaux plus ou moins isolés. Il y en a plusieurs qui, au moment des basses eaux, sont à peine à trois mètres de profondeur. 

Orographie.
On peut résumer comme suit les corrélations entre l'hypsométrie et la nature des terrains de ces diverses régions.

Basse-Belgique. 
Sable de Campine, dunes et polders compris entre la mer et l'altitude de 20 m dans la partie occidentale, l'altitude de 75 m dans la partie orientale.

Moyenne-Belgique. 
Limon de la Hesbaye, compris entre la Basse-Belgique et l'altitude approximative de 175 m.

Haute-Belgique.
Comprenant : le Condroz, constitué par des terrains quartzo-schisteux et calcareux alternant, et qui est compris entre la Moyenne-Belgique et l'altitude approximative de 275 m; l'Ardenne, constituée par des terrains exclusivement schisteux et quartzeux; et qui est limitée au Nord par le Condroz, au Sud par la Lorraine; le Signal de Botrange, point culminant de la Belgique, atteint 694 m 

Région Lorraine. 
Formant, sur la contre-pente de l'Ardenne, la région correspondante à la Moyenne-Belgique, constituée par des terrains argileux, sablonneux et calcareux, lesquels reposent sur les roches de l'Ardenne, à une altitude de moins de 400 m.

Carte de la Belgique.
Carte de la Belgique. Source : The World Factbook.
(Cliquer sur l'image pour afficher une carte plus détaillée).

Hydrographie.
La Belgique est arrosée par : La Meuse, qui vient de France, passe à Dinant, Namur, Andenne, Huy, Liège, Visé, Maeseyck et poursuit son cours en Hollande. La Meuse reçoit à droite : la Semois, la Lesse, le Bocq, le Hoyoux, l'Ourthe et la Berwinne; à gauche : l'Hermeton, la Sambre, la Méhaigne et le Jaar. La Meuse est navigable sur tout son parcours belge. Sa largeur va croissant de 80 à 140 m. L'Ourthe est navigable de Barvaux à Comblain-au-Pont et canalisée de Comblain à Liège. L'Ourthe reçoit à Comblain l'Amblève qui est canalisée depuis Remouchamps.

La Sambre est navigable depuis Landrecies (France). Plusieurs canaux importants ont été creusés dans le bassin de la Meuse. La Sambre, qui n'a pas d'affluents navigables, communique avec le canal de Charleroi à Bruxelles, qui la rattache à l'Escaut inférieur par l'intermédiaire du canal de Bruxelles à Willebroeck. Le canal de Liège à Maastricht, part de la Meuse, en amont de Liège, et la rejoint à Maastricht, au bassin du canal de Bois-le-Duc.
-

Bruges : pont sur un canal.
Pont sur un canal de Bruges. Source : The World Factbook.

L'Escaut vient de France, passe à Antoing, Tournai, Audenarde, Gand, Wetteren, Termonde, Anvers et entre aux Pays-Bas. L'Escaut est navigable sur tout son parcours en Belgique, la marée se fait sentir jusqu'à Gand. L'Escaut est en communication avec les voies suivantes : à la droite : 1° la Haine, le canal de Mons à Condé, le canal de Caraman, le canal de Pommeroeul à Antoing et le canal de Blaton à Ath; 2° la Dendre 3° le Rupel avec les rivières de son bassin (Dyle, Nèthe, Demer) et les canaux de Louvain, Willebroeck et de Charleroi qui s'y rattachent, 4° le canal de jonction à la Meuse, avec ses embranchements vers Beverloo, Hasselt et Turnbout; à gauche :  1° le canal d'Espierre; 2° le canal de Bossuyt; 3° la Lys et les nombreux canaux qui s'y rattachent; 4° le canal de Terneuzen; 5° le canal de Moerwaart et la Durme.

L'Yser vient de France, passe à Dixmude et se jette dans la mer à Nieuport, il est navigable sur tout son parcours en Belgique. L'Yser est en communication : à droite avec, 1° l'Yperlée et le canal de Boesinghe; 2° le canal de Handsaeme; 3° le canal de Plasschendaele; à gauche, avec le canal de Nieuport à Dunkerque et ceux de Loo et de la Basse-Colme. Les fleuves et rivières présentent en Belgique une longueur navigable de 1000 km environ; trente-huit canaux ayant un développement total d'environ 1000 km forment avec les cours d'eau un réseau complet de navigation intérieure reliant les bassins de la Meuse, de l'Escaut; de l'Yser et la mer du Nord.

Climat.
La Belgique, située à l'extrémité de la plaine baltique, reçoit sans obstacle les vents doux du Sud-Ouest et de l'Ouest; en été, toute la Basse-Belgique, depuis Tournai et Furnes jusqu'à Herve et à Maeseyck, n'a qu'un même climat, mais en hiver, lorsque le courant polaire descend du Nord-Est et entame la Belgique par la basse Meuse, il existe une différence sensible entre la frontière hollandaise et celle de la France. La première est souvent cachée sous la neige, pendant que les flocons se fondent en touchant le sol plus chaud de la dernière. Voilà l'effet de la latitude, mais il faut tenir compte aussi de l'altitude; il existe sur les hauts plateaux de l'Ardenne une différence de trois degrés par rapport aux plaines du Brabant et des Flandres.

Bien que la Belgique ait, à proprement parler, quatre saisons météorologiques, elle se rapproche de la zone où il n'en existe plus que deux; un été chaud, mais court, et un hiver long et rigoureux. En effet, les saisons intermédiaires du printemps et de l'automne y sont courtes et assez peu caractérisées. La moyenne des pluies observées à Bruxelles est de 726 mm par an. ( E. H).

La flore de la Belgique.
Malgré le peu d'étendue de la Belgique, la flore de cette contrés offre une assez grande variété due à la constitution minéralogique et au relief du sol qui va en s'élevant insensiblement de l'Ouest à l'Est, du littoral aux Ardennes. Il est probable que la végétation actuelle de la Belgique est bien différente, par sa variété et sa richesse, de celle qui recouvrait ce pays avant le dépôt du limon poldérien, le défrichement et la culture par laquelle un certain nombre de plantes étrangères ont été introduites. Telle qu'elle est aujourd'hui cette flore se compose de 1254 espèces indigènes, Phanérogames et Cryptogames vasculaires. Peut-être y existe-t-il un nombre égal de Cryptogames cellulaires. Ces espèces Si l'on compare la flore de la Belgique avec celle des pays voisins, on n'a pas de peine à reconnaître qu'elle en diffère peu et cela s'explique aisément par sa situation géographique. Les relations de cette flore doivent donc être avec le Nord de la France, la Hollande et les provinces Rhénanes, qui sont formées par la grande plaine cimbro-germanique, les Ardennes et les monts Hercyniens et, par conséquent, présentent une végétation presque, uniforme. Il convient cependant de faire remarquer que le land allemand de Rhénanie-Palatinat, dont l'étendue est inférieure à celle de la Belgique, possède un nombre total d'espèces supérieur au sien. La Hollande, au contraire, bien que plus grande, offre moins d'espèces. En résumé, la flore belge, bien que peu différenciée des flores voisines, est loin d'être homogène. Elle comprend des plantes d'origines différentes que des migrations ont amenées dans cette contrée. Ce sont des espèces boréales, qui s'avancent au Sud bien au delà de la Belgique; des espèces méridionales dont l'une, le Carex divisa, y atteint sa limite septentrionale; des espèces occidentales, qui se tiennent sur littoral ou s'avancent parfois dans l'intérieur; des espèces orientales; enfin des espèces des régions montagneuses du centre de l'Europe, qui y arrivent par les Ardennes.

Cette flore est bien connue grâce aux nombreux et remarquables travaux de Crépin que nous ne pouvons que résumer ici; elle se divise naturellement en quatre régions bien distinctes :

1° Région septentrionale. 
Cette région comprend toute la plaine basse occidentale de la Belgique et peut se subdiviser en trois zones aussi différentes l'une de l'autre par la constitution du sol que par la végétation. 

a. La zone maritime, entièrement sablonneuse, peut atteindre un développement assez grand, par exemple 3 km de large près de Nieuport et de Knocke. Dans ces sables plus du moins imprégnés de sel ne croissent que des plantes halophiles, soit terrestres, soit aquatiques, au nombre d'environ 51 espèces caractéristiques. Mais, à côté de ces plantes, on y trouve aussi quelques autres espèces non halophiles, venues de l'intérieur. Ce nombre de 51 espèces caractéristiques est relativement considérable eu égard à la latitude du littoral belge, mais en revanche aucune de ces espèces ne lui est spéciale. On peut citer comme remarquables, par leur présence en ce point de la Belgique : Trifolium scrabrum et subterraneum, Bupleurum tenuissimum, Petroselinum segetum, Torilis nodosa, Carduus tenuiflorus, Helminthia echioides, Thesium humifusum, et Scirpus Holoschaenus, qui ne pénètrent pas dans l'intérieur du pays. Ammophila arenaria, Festuca arenaria, Agropyrum junceum, acutum et littorale, Elymus arenarius, Carex arenaria, association de Graminées et de Cypéracées, à laquelle vient se joindre une autre association d'espèces des endroits salés : Salicornia herbacea, Suœda maritima, Blitum rubrum, Halimus portulacoides, Armeria maritima, Statice timonium, Glaux maritima, Aster Tripolium, Plantago maritima, Trigloehin palustre. 

b. La zone poldérienne, longeant le littoral sur environ 10 km de large, est formée d'alluvions' argileuses déposées depuis un temps relativement court. Aussi ne trouve-t-on dans cette zone qu'une végétation immigrée, dont les principaux types proviennent soit de la zone maritime, à laquelle elle est étroitement unie, soit de la troisième zone campinienne. Elle n'offre donc qu'un caractère mixte ou de transition, qui tend à s'accentuer chaque jour davantage, par suite de la diminution de la salure du sol et des cultures dont est recouverte cette riche contrée agricole. 

c. La zone campinienne s'étend depuis la précédente jusqu'à l'Ouest de l'Escaut et au Sud de la Dyle, suivant une ligne qui coupe la Belgique de l'Ouest à l'Est, de Dixmude à Maestricht. Elle est tout entière formée de plaines basses siliceuses et présente, dans les Campines anversoises, des landes entrecoupées de marécages et de tourbières. Sa végétation, par suite de cette constitution, est éminemment silicicole et hygrophile. Elle a pour caractère important d'être composée de types spécifiques peu variés, mais très riches en individus, groupés parfois en associations étendues. Les espèces caractéristiques de cette zone, au nombre d'environ 29, se décomposent en 27 vivaces; 3 annuelles et 25 hygrophiles. Les Drosera anglica, Subularia aquatica, Lathyrus palustris, Lysimachia thyrsiflora, Utricularia intermedia, sont propres à cette zone. Les végétaux arborescents y sont peu abondants et réunis en forêts peu considérables.

2° Région moyenne.
Elle a pour limite Sud-Est une ligne qui va, de Marienbourg à Verviers, en s'infléchissant vers le Sud-Est, et se subdivise en deux zones. 

a. La zone argilo-sablonneuse est formée tout entière par le limon hesbayen et sa surface offre des ondulations ne dépassant pas 100 m de hauteur. Le fond de sa végétation est un nombre assez grand d'espèces ubiquistes, auxquelles se joignent certaines espèces des zones voisines. Les types les plus caractéristiques sont : Geranium phaeum, Herniaria hirsuta, Lathraea clandestina, Pulmonaria officinalis, Gagea spathacea, Endymion nutans, Carex strigosa. Les forêts y occupent d'assez vastes emplacements et témoignent d'une végétation ancienne plus riche. 

b. La zone calcareuse est plus accidentée et constitue des sortes de terrasses s'appuyant à l'Est contre les Ardennes. Grâce à la présence, dans cette zone, de terrains divers, d'affleurements de calcaires et de bandes quartzo-schisteuses, la végétation est formée d'un nombre d'espèces caractéristiques, bien supérieur à celui des zones précédentes. Toutes ces espèces habitent des stations sèches, elles sont xérophiles, particularité qui donne à la végétation de cette partie de la Belgique un aspect spécial. Parmi ces espèces, il est intéressant d'en signaler quatre absolument localisées: Alsine verna, Thlaspi alpestre, var., calaminare, Viola lutea et Armeria elongata, ne végétant que sur les gîtes ou haldes et calaminaires et, pour cette raison, désignées sous le nom de plantes calaminaires. Enfin une autre particularité à signaler, c'est que les espèces les plus caractéristiques de cette zone sont groupées sur la bande calcaire la plus rapprochée du massif des Ardennes. Ici les forêts sont nombreuses et formées d'essences variées. On compte environ 64 espèces caractéristiques et exclusives à cette zone.

3° Région ardennaise.
Les Ardennes, coupant du Sud-Ouest au Nord-Est la Belgique, dans le Sud-Est, forment cette région dont la flore, considérée dans son ensemble, présente un caractère silicicole et hygrophile très net. Parmi les espèces caractéristiques, au nombre d'environ 40, il convient de signaler comme propres à cette région Ranunculus platanifolius, Empetrum nigrum, Circaea intermedia, Meum athamanticum, Saxifraga caespitosa, Trientalis europaea, Digitalis ambigua, Campanula cervicaria, Hypochaeris maculata, Polygonatum verticillatum, Gymnadenia albida, Coralliorrhiza innata, Carex paucijlora, Calamagrostis arundinacea, Allosorus crispus, Asplenium viride, Aspidiuns Lonchitis, Hymenophyllum tanbridgense, Lycopodium annotinum et alpinum. Quelle que soit l'altitude de cette région, le tapis végétal conserve son caractère et ne présente pas ces différences si importantes que l'on constate dans les régions montagneuses suivant l'altitude. Enfin, sur les plateaux, dans les gorges, le long des cours d'eau, les forêts abondent encore, malgré de nombreux défrichements.

4° Région jurassique. 
C'est la plus petite des quatre; elle comprend la pointe Sud-Est de la Belgique et elle est uniquement formée de sables, grès, calcaires ou marnes jurassiques. La végétation de cette région, malgré un certain nombre des espèces caractéristiques de la Campine et de la zone calcareuse, offre cependant un cachet spécial, grâce à la présence de Aconitum Napellus, Polygala calcarea, Orobanche epithymum, Asperula glauca, Helichrysum arenarium, Carex paradoxa, limosa et ornithopoda, Eriophorum gracile. (Paul Maury).

La faune de la Belgique.
La faune de la Belgique diffère peu de celle du Nord de la France et de l'Allemagne. Pays de plaines et de riche culture, à population nombreuse, la Belgique ne possède plus guère de grands animaux sauvages que dans la région des Ardennes, au Sud-Est, pays de forêts, de landes et de marécages incultes, beaucoup moins peuplé que le reste du territoire. C'est là que se sont réfugiés les Renards et les Sangliers, devenus rares partout ailleurs. L'Ours a complètement disparu, bien que les cavernes à ossements de la province de Liège renferment de nombreux ossements, indices de sa présence au Pléistocène. Le Chevreuil est le seul ruminant qui habite les forêts, car le Cerf est devenu très rare, même dans les Ardennes. Par contre, les Rongeurs sont assez abondants; le Lièvre et le Lapin (Lepus timidus, L. cuniculus), sont les principaux gibiers à poils. Les Campagnols (Arvicola) sont nombreux en espèces. Les petits Carnivores (Blaireau, Martre, Fouine, Putois, Belette), qui leur font la chasse, sont insuffisants à réduire leur nombre. Un petit Rongeur voisin des Rats et des Campagnols, le Hamster (Cricetus frumentarius), répandu dans toute l'Europe moyenne, a sa limite occidentale et septentrionale en Belgigue, dans la province de Liège, et ne se trouve ni dans les Ardennes, ni sur le versant français des Vosges. Les Insectivores (Hérisson, Taupe, Musaraignes) et les Chauves-Souris, ne diffèrent pas de ceux du nord de la France une espèce de ces dernières (Vespertilio dasycneme) a sa limite occidentale dans les Flandres, bien qu'elle se retrouve en Angleterre et en Italie. En résumé, 60 mammifères terrestres ont été observés en Belgique, en y comprenant 8 ou 9 espèces domestiques. Parmi ces dernières, le Boeuf, le Cheval et le Mouton sont l'objet d'un élevage considérable, auquel se prêtent les plaines de la Belgique, riche en pâturages toujours verts, grâce à son climat à la fois humide et tempéré.

Les oiseaux ont été étudiés avec soin, notamment par Schlegel et par Dubois. Ce dernier a publié un magnifique ouvrage en cinq volumes, renfermant près de 700 planches coloriées qui représentent les oiseaux de la Belgique avec leurs nids et leurs oeufs. La plupart des espèces sont communes à ce pays, à l'Allemagne, à la France, et même. à l'Angleterre, car les Pays-Bas sont sur la route directe que suivent les espèces migratrices pour passer du continent dans les îles Britanniques; 318 espèces ont été observées à l'état sauvage, en comptant celles qui sont simplement de passage aussi bien que celles qui nichent dans le pays ou sont sédentaires : 11 espèces sont élevées en domesticité. 

Parmi les types exclusivement  marins, les Mammifères pisciforme, comptent, dans la mer du Nord, 10 à 12 espèces de Cétacés qui fréquentent les côtes de la Belgique et s'y échouent de temps en temps. Les Dauphins sont représentés par des types variés (Delphinus delphis, D. rostratus, D. tursio, D. orca, D. phocaena, D. melas, D. micropterus, Hyperoodon butzkopf) et le Cachalot (Physeter macrocephalus) s'y égare quelquefois. Par contre, les Baleines ne sont représentées que par une seule espèce, du groupe des Baleinoptères (Balaenoptera musculus ou physalus) : les Baleines franches (genre Balaena), dont deux espèces habitent l'Atlantique septentrional, ne paraissent pas s'aventurer dans la mer du Nord. Les Phoques sont représentés par une seule espèce (Phoca vitulina). 

Vers le Néogène, la faune de la mer du Nord, qui avait la forme d'un vaste golfe, largement ouvert vers le Nord et sans communication avec la Manche, était beaucoup plus riche en Mammifères marins que de nos jours. De nombreux Cétacés, et particulièrement des Baleines de genres variés, des Phoques (20 espèces appartenant à une dizaine de genres), ont laissé leurs débris dans les sables miocènes et pliocènes du Crag d'Anvers. Ces débris sont conservés dans le musée d'histoire naturelle de Bruxelles et ont été décrits et figurés avec le plus grand soin par Van Beneden dans les Annales publiées par cet établissement. 

Les Reptiles sont peu nombreux, comme dans toute la zone Nord tempérée :  7 espèces seulement habitent la Belgique et 13 espèces de Batraciens se trouvent dans ce pays. Le chiffre des Poissons, porté à 117 espèces, en y comprenant à la fois les espèces d'eau douce et les espèces marines, est probablement au-dessous, de la vérité : 7 espèces sont rares ou accidentelles. Les Mollusques comptent environ 300 espèces, qui se subdivisent ainsi : 200 Gastéropodes (terrestres, d'eau douce et marins), 100 Lamellibranches ou Bivalves (d'eau douce ou marins), 8 Céphalopodes, 1 Brachiopode et 5 Tuniciers tous marins. Les huîtres d'Ostende sont renommées; on y pêche également la morue et le hareng.

Les Arthropodes terrestres sont beaucoup plus riches en espèces. Les Insectes ont 3700 Hyménoptères, 3000 Coléoptères, 1400 Lépidoptères, 1500 Diptères, 500 Hémiptères, 239 Névroptères, 46 Orthoptères, etc. On rencontre, en outre, en Belgique, 24 Myriapodes, 300 Arachnides, et quelques Crustacés d'eau douce ou terrestres.

Les animaux marins, de l'embranchement des Arthropodes, sont représentés sur les côtes de la Belgique par une centaine de Crustacés. Les autres types marins inférieurs sont représentés par des Annélides (Chétopodes), 30 Bryozoaires, 3 Holothuries, 7 Oursins, 5 Etoiles de mer, 4 Cténophores, 7 Méduses, 50 Hydroïdes (Campanulaires) environ, 8 Actinies, 3 Alcyonnaires et 3 Eponges fibreuses. On sait que tous ces types inférieurs appartenant à l'embranchement des Coelentérés sont assez rares dans les mers tempérées qui baignent le centre et le nord de l'Europe. (E. Trouessart).
-

Bruxelles : le Manneken Pis.
Le Manneken Pis, à Bruxelles (vers 1900).
 


- Edmond Picard, Les paysages de la Belgique, édition en ligne.
.


Etats et territoires
[La Terre][Cartotheque][Tableaux de bord][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2009. - Reproduction interdite.