.
-

La Terre > Les parties de la Terre > Les continents et les îles > L'Europe
Géographie physique de l'Europe
L'Hydrographie de l'Europe
Cours d'eau, lacs
Centre des systèmes montagneux de l'Europe, les Alpes sont aussi le centre d'où rayonnent, au sud, au nord et à l'est les eaux qui courent vers la mer Méditerranée, vers l'océan Atlantique et vers la mer Noire. En se plaçant au Saint-Gothard, ou plus exactement sur le sommet neigeux du mont Adula, et en embrassant, de l'est à l'ouest, un horizon d'une centaine de kilomètres, on voit courir à ses pieds, dans d'étroites vallées, au nord, les torrents qui forment le Rhin naissant et qui vont se perdre dans la mer du Nord; vers le sud, les torrents du Tessin et ceux de l'Adda, qui iront grossir le et le bassin postérieur de la Méditerranée; à l'ouest, le Rhône, qui porte ses eaux au bassin antérieur de la même mer, et à l'est, l'Inn, affluent du Danube, le grand tributaire de la mer Noire. Ce sont là, en effet, les trois grandes directions des eaux en Europe, le système des eaux de la Caspienne et celui de l'océan Glacial Arctique étant appartenant aussi bien à l'hydrographie de l'Asie qu'à celle de l'Europe. Cependant, on trouve en réalité cinq grands bassins maritimes :
1° Le bassin de la Méditerranée, qu'entourent au nord la sierra Nevada, les monts Ibériques, les Pyrénées, les Cévennes et leur prolongement, le Jura, les Alpes et les Balkans, et qui se divise en deux parties séparées par les Apennins et la Sicile, le bassin, antérieur et le bassin postérieur;

2° Le bassin de l'Atlantique, qui, jusqu'aux Alpes Lépontiennes, a la même limite que le précédent, et que bornent ensuite les rameaux des Alpes jusqu'à la forêt Noire, la branche méridionale du système allemand, les deux chaînes méridionales du quadrilatère de Bohème, les Carpates, le plateau marécageux de Pinsk, le plateau de Valdaï et celui de la Finlande. Il se subdivise lui-même en-

Bassin, occidental de l'Atlantique, qui comprend la partie sud-ouest du continent jusqu'aux Ardennes et aux collines de l'Artois, plus l'Irlande et le versant occidental de la Grande-Bretagne;

Bassin de la mer du Nord, qui comprend la partie centrale du continent, des Ardennes jusqu'aux monts Sudètes, y compris le Jutland, plus les deux versants des Langfield dans la Scandinavie et le versant oriental de la Grande-Bretagne;

Bassin de la mer Baltique, qui comprend le reste du bassin continental, plus le versant oriental des Alpes Scandinaves.

3° Le bassin de la mer Noire, qui s'étend entre les limites des deux bassins précédents, depuis la forêt Noire à l'occident jusqu'aux collines du Volga à l'orient, et au plateau de Valdaï, au nord;

4° Le bassin de l'océan Glacial Arctique, au nord du plateau de la Finlande et des plateaux de la Russie septentrionale (Valdaï et Uvaly);

5° Le bassin de la mer Caspienne, au sud des plateaux de la Russie septentrionale et à l'est du plateau de Valdaï et des collines de la Volga.

Le bassin antérieur de la Méditerranée 

Le bassin antérieur de la mer Méditerranée, généralement montagneux, à pentes rapides et à vallées étroites, reçoit :

1° Sur la côte espagnole :

Le Segura et le Jucar.
Le Segura (bassin : 18 900 km²) et le Jucar (21 600 km²) descendent des monts Ibériques, coulent dans des plaines abritées des vents du nord, échauffées par le soleil de la Méditerranée, au milieu des vignes, des orangers et même des palmiers;

L'Ebre.
L'Ebre, le plus célèbre des fleuves de la péninsule Ibérique, prend sa source dans les monts Cantabriques, près de Reynosa, coule directement au sud-ouest, d'abord dans une étroite vallée, puis dans la plaine où il arrose Saragosse, traverse l'étroit défilé de las Armas et serpente enfin dans une plaine ondulée pour se perdre en partie dans les sables de son propre delta, après un cours de 910 kilomètres; la Sègre, le Gallego, le Cinca et l'Aragon sont ses principaux affluents. Il draine un bassin de 86 000 km².

Sur la côte française :

L'Aude.
L'Aude prend sa source dans le département des Pyrénées-Orientales, traverse, dans une direction Nord-Est, le département auquel elle donne son nom, arrose Carcassonne, et se jette dans la mer Méditerranée, aux cabanes de Fleury, au Sud de Béziers. Elle reçoit l'Orbieu à droite.

L'Hérault. 
L'Hérault a la source est dans les Cévennes, dans le département du Gard, qu'il traverse en partie pour entrer dans celui auquel il donne son nom et qu'il parcourt du Nord au Sud, avant de se jeter dans la mer Méditerranée, au Grau d'Agde.

Le Rhône.
Le Rhône naît en Suisse, sépare le département de l'Ain de la Savoie et traverse ou baigne les département du Rhône, de l'Isère, de la Loire, de l'Ardèche, de la Drôme, de Vaucluse, du Gard et des Bouches du Rhône, où il se jette par plusieurs bouches en un vaste delta, la Camargue, dans le golfe du Lion. Ses principaux affluents de droite sont : l'Ain, la Saône, augmentée du Doubs, et  dont le confluent est à Lyon, l'Ardèche et le Gard; ceux de la gauche sont : l'Isère, la Drôme et la Durance. Bassin 95 500 km².

L'Argens.
L'Argens a sa source dans le département du Var qu'il traverse de l'Ouest à l'Est, puis se jette dans le golfe de Fréjus. L'Arluby, qu'il reçoit à la droite, est son principal affluent.

Le Var.
Le Var naît dans le Piémont. Il traverse les  Alpes-Maritimes et se jette dans la mer au Sud de Nice. L'Esteron est son principal affluent en France.

Sur la côte italienne :

L'Arno.
L'Arno sort du mont Falterona. Il coule d'abord dans une région montagneuse en faisant un coude très prononcé vers le sud, puis vers l'ouest dans la plaine fertile de Toscane, arrose Florence et Pise, et se jette à la mer après un cours de près de 250 kilomètres; c'est un faible cours d'eau l'été, mais l'hiver c'est un torrent gonflé et dangereux;

L'Ombrone.
L'Ombrone, né en Toscane, à l'Est de Sienne, se jette dans la mer entre Piombino et Orbetello.

Le Tibre.
Le Tibre (Tevere) prend sa source près de l'Arno, au mont Cornaro, roule vers le sud, à travers les gorges de l'Apennin, ses eaux jaunâtres et rapides, arrose Rome et sa campagne, et se jette dans la mer après un cours de 405 kilomètres, en formant un delta que ses alluvions ont notablement modifié depuis les temps de la république. romaine : la Nera et le Teverone (l'Anio des Anciens) en sont les principaux affluents. Son bassin a une superficie de 17 400 km²;

Sur la côte de Campanie.
Le Garigliano, le Vulturne (Volturno), arrosent la fertile terre de Labour et se jettent dans le golfe de Gaète, au Nord de Naples. Au Sud de cette ville. Le Sile (Sele), parcourt une région sauvage avant de se jetter dans le golfe de Salerne.

Le bassin postérieur de la Méditerranée 

Le bassin postérieur de la mer Méditerranée, plus montagneux encore que le précédent et serré de près par les grandes chaînes qui l'entourent et qui n'y laissent place, en réalité, que pour une seule grande vallée (celle du Pô), reçoit :

Dans la mer Adriatique :

L'Ofanto.
L'Ofanto arrose la seule vallée un peu étendue du versant oriental de l'Apennin. C'est près de son embouchure, à quelques kilomètres au nord de Barletta qu'eut lieu la bataille de Cannes, épisode décisif des guerres Puniques.

Le Pô.
Le prend sa source au mont Viso, coule au nord, puis bientôt à l'est en dessinant de nombreuses courbes dans les belles et fertiles plaines de la Lombardie et de la Vénétie. Il arrose Turin, Plaisance, exhausse sans cesse son lit et ses bords par les alluvions qu'il apporte des Alpes, de sorte qu'il a fallu, sur une grande partie de son cours, l'enfermer dans un système ingénieux de digues pour protéger contre l'inondation les campagnes et même les villes; il forme un vaste delta marécageux au milieu duquel neuf bouches (dont deux seulement importantes : Pô-di-Goro et Pô-della-Maëstra) versent ses eaux à la mer après un cours de 682 kilomètres (bassin : 71 000 km²). Il a pour principaux affluents, sur la rive gauche, venant des hautes vallées des Alpes, apportant des masses d'eau considérables et formant pour la plupart, dans les vallées déprimées qu'ils traversent, des lacs, les deux Doires (D. Ripuaire et D. Baltée), la Sésia, le Tessin, l'Adda, l'Oglio, le Mincio, et, sur la rive droite, venant de l'Apennin, le Tanaro, grossi de la Bormida, la Trébie, le Taro, la Secchia, le Panaro;

L'Adige.
L'Adige prend sa source dans les Alpes Rhétiques, coule d'un cours rapide, d'abord à l'est, puis au sud, au fond de l'étroite et pittoresque vallée du Tyrol, débouche dans la plaine de la Vénétie, non loin de Vérone, et se jette dans la mer après un cours de 410 kilomètres en confondant ses embouchures avec celles du Pô. Son bassin a 12 000 km² de superficie.

Les fleuves de Vénétie.
La Brenta, la Piave, le Tagliamento, l'Isonzo descendent des Alpes Cadoriques ou Carniques et arrosent la Vénétie orientale avant de se jetter dans les golfes de Venise et de Trieste.

Sur la côte orientale.
La Narenta ou Neretva, qui passe à Mostar, descend des Alpes Dinariques et arrose la montueuse Herzégovine

Le Drin (bassin : 12 000 km²), qui arrose le nord de l'Albanie, reçoit les eaux du versant occidental du noeud des trois chaînes helléniques. Il est formé de la réunion du Drin-Noir effluent du lac d'Ohrid, à la frontière de la Macédoine et de l'Albanie, et du Drin-Blanc, qui a sa source au Kosovo

La Vijosë ou Voïoussa  (l'Aoüs des Anciens) naît en Grèce pour ensuite se diriger vers le nord-ouest et traverser la partie méridionale de l'Albanie. Elle se jette au nord du canal d'Otrante.

Dans la mer ionienne :

Côté italien.
Le Sinni, l'Agrie Basiento et le Bradano prennent naissance dans la fourche méridionale de l'Apennin et se jettent dans le golfe de Tarente après avoir arrosé Lucanie et la Murgie

Côté grec.
L'Aspropotamos ou Acheloos (autrefois Achéloüs), qui, prend sa source presque presque au même point de la chaîne du Pinde, que l'Aoôs ou Voïoussa (Vijosë ou Vjosa), coule dans une direction opposée, vers le sud, et débouche presque face à Itaque et à Céphalonie. Des barrages coupent son cours pour former deux grands lacs artificiels.

Le Raphia, Alphéios ou Alfios (l'Alphée antique), qui passe près du site d'Olympie, est le principal cours d'eau du Peloponnèse.

Du cap Matapan aux Dardanelles :

Entre la mer ionienne et la mer Egée, on ne peut citer que l'Iri (Eurotas des Anciens), formé au coeur du Péloponnèse, et qui, après avoir longé le site de l'ancienne Sparte, se jette dans le golfe de Laconie après un cours de 82 km. Viennent ensuite, dans la mer Egée, le Pineios (Pénée des Anciens) qui prend sa source près de l'Acheloos, arrose la plaine de la Thessalie et se fait jour vers la mer à travers l'étroite et sauvage vallée de Tempé; puis l'Aliákmonas  ou Haliacmon (Aliakmon) qui descend du Pinde et est le plus long fleuve de Grèce (cours : 322 km; bassin  : 2000 km²); le Vardar (ou Axios en Grèce), qui descend du Tchar-Dagh, près de Skopje (cours : 288 km; bassin  : 25000 km²), et le Struma (Strymon) qui descend des Balkans, non loin de Sofia, et qui enveloppent à leur embouchure la presqu'île de Salonique (cours : 415 km; bassin  : 1100 km²); enfin, La Marica ou Maritsa (Hèbre des Anciens), qui  prend sa source en Bulgarie à la naissance des monts Rhodope, recueille par ses affluents toutes les eaux de la partie orientale des Balkans et arrose Edirne avant de marquer la frontière entre la Turquie et la Grèce jusqu'à son embouchure (cours de 480 kilomètres; superficie du bassin : 53 000 km²).

Principaux cours d'eau se déversant dans la Méditerranée (km)

Bassin antérieur de la Méditerranée
• Segura 325

• Jucar 498

• Guadalaviar (Turia) 280

• Ebre 910
Segre 
Gallego
Jalon
Aragon
261
193
224
130

• Ter 208

• Tech 84

• Têt 116

• Aude 224-

• Orb 136

• Hérault 148

• Vidourle 95

• Rhône 813
Gard (Gardon)
Durance 
Ardèche
Drôme
Isère 
133
324
125
111
286
Saône 480
Ognon
Doubs
214
453
Ain
Arve
190
102

• Argens 116

• Var 114

• Arno 241

• Ombrone 160

• Tibre 406
Aniene (Teverone)
Nera
100
116

• Garigliano 38

• Volturno 175

• Sele 64

Mer Adriatique
• Ofanto 170

•  Aterno-Pescara 152

• Rubicon 29

• Savio 126

• Reno 212
• 652
Panaro 
Secchia
Mincio
Oglio 
Adda
Tessin (Ticino)
Tanaro
148
172
194
280
313
248
276

• Adige 410

• Bacchiglione 118

• Brenta 174

• Piave 220

• Tagliamento 178

• Soca (Isonzo) 138

•  Cetina 101

•  Neretva (Narenta) 230

•  Drin 335

•  Mat 115

•  Erzen 109

•  Shkumbin 180

•  Vijosë 272

Mer Ionienne
• Agri 136

• Basento 149

• Thyamis (Glykys ou Kalamas) 100

• Arachthos  110

• Achelous (Aspropotamos) 220

•  Alfeios (Alphée) 110

Mer Egée
• Eurotas (Iri) 82

• Pineio (Pénée) 216

• Haliacmon 322

•  Struma (Strymónas) 415

• Nestos (Mesta) 230

• Maritsa (Meriç, Evros) 480
Ergene 
Tùndzha (Tunca)
Arda
Sazliyka
Stryama
Vacha
Topolnitsa
280
350
290
145
110
112
155

Le bassin occidental de l'Atlantique

Le bassin occidental. de l'océan Atlantique, montagneux dans la péninsule Ibérique, formé principalement de plaines bordées de collines dans la partie française, serré de près par les montagnes ou les coteaux qui lui servent de ceinture dans la partie britannique, reçoit :

Sur la côte de la péninsule Ibérique :

Le Guadalquivir.
Le Guadalquivir, de l'arabe : Oued-el-Kébir ( = grand fleuve),  prend sa source dans un rameau de la sierra Nevada, coule d'abord dans un lit étroit et rocheux, en formant une légère courbe vers le sud-ouest, puis s'épand dans la plaine de l'Andalousie qu'il arrose de ses eaux bourbeuses, baigne Cordoue et Séville, et se jette à la mer après un cours de 5709 kilomètres (bassin 57 000 km²);

Le Guadiana.
Le Guadiana (Oued-Anas) prend sa source dans les lagunes de la Manche, près d'Alcazar et parcourt sous terre 22 kilomètres (Ojos del Guadiana). Il se dirige, comme le Guadalquivir, au sud-ouest en formant une courbe beaucoup plus prononcée, arrose Badajoz, et, après un cours de 742 kilomètres, dont un dixième à peine est navigable, se jette dans la mer sur la frontière de l'Espagne et du Portugal; bassin : 68.000 km²).

Le Tage.
Le Tage prend sa source au mont San-Felice, coule vers l'ouest-sud-ouest, en creusant profondément son lit dans les roches du haut plateau ibérique, arrose Tolède, descend par une série de rapides dans la plaine du Portugal, où il devient navigable. Arrivé à Lisbonne, parès avoir parcouru un millier de kilomètres, il forme une vaste rade voisine de son embouchure, la mer de Paille. Parmi ses affluents, on peut mentionner le Guadiela, le Jarama, le Guadarrama, l'Alberche. Bassin : 80 600 km²

Le Duero.
Le Duero (ou Douro) prend sa source au pic d'Urbion, coule dans un lit profond et étroit vers l'est, d'un cours (897 kilomètres) rapide, à travers une contrée montagneuse. Il arrose Zamora et se jette dans la mer à Matozinhos, près de Porto. Bassin : 97 000 km².

Le Minho.
Le Minho, en espagnol, Miño (dans les deux langues, prononcer Migno) coule au sud-ouest, encaissé par les monts de Galice. Cours : 315 km; bassin  : 18 000 km².

Sur la côte française :

L'Adour. 
L'Adour, qui a sa source dans les Hautes-Pyrénées, traverse au Sud-Ouest le département du Gers, celui des Landes et celui des Pyrénées-Atlantiques, et se jette dans l'Océan, au-dessus de Bayonne. Principaux affluents : la Midouze à droite, et le Gave-de-Pau à gauche. Cours : 309 km; bassin  : 17 000 km².

La Gironde (Garonne + Dordogne).
La Garonne prend sa source dans le Val d'Aran, en Espagne, traverse les départements de la Haute-Garonne, du Tarn-et-Garonne, puis confond ses eaux avec celles de la Dordogne, qui naît au pied du Mont-d'Or, dans le département du Puy-de-Dôme  et arrose les départements de la Corrèze, du Cantal , du Lot et de la Dordogne -bassin : 55 000 km²). Ces deux cours d'eau réunis prennent le nom de Gironde, qu'ils donnent aussi au département où leur jonction a lieu au-dessous de Bourg-du-Bec-d'Ambès, après qu'ils ont traversé séparément une grande partie de ce dernier département.  La Gironde s'embouche dans l'Océan, vis-à-vis du rocher de la tour de Cordouan. Les principaux affluents de la Garonne sont : à droite, l'Ariège, le Tarn, le Lot, et à gauche, le Gers. Ceux de la Dordogne sont : à droite, la Vezère, l'Isle, et à gauche, la Cère.

La Charente.
La Charente a sa source dans la Haute-Vienne. Elle traverse les deux départements auxquels elle donne son nom et se jette dans l'Océan au-dessous de Rochefort. Bassin : 10 500 km².

La Sèvre-Niortaise.
La Sèvre-Niortaise naît dans le département des Deux-Sèvres qu'elle traverse de l'Est à l'Ouest, et forme ensuite la limite entre les départements de la Vendée et de la Charente-Maritime. Elle se jette dans l'océan Atlantique au-dessous de Marans, après avoir reçu la Vendée à droite.

La Loire.
La Loire, plus long fleuve de France (autour de 1000 km), a sa source au Gerbier-de-Jonc, dans le département de l'Ardèche. Elle arrose les départements de la Haute-Loire, de la Loire, de Saône-et-Loirre, de l'Allier, de la Nièvre, du Cher, du Loiret, du Loir-et-Cher, de l'Indre-et-Loire, du Maine-et-Loire et de la Loire-Atlantique, où elle s'embouche dans l'océan Atlantique au-dessous de Paimboeuf. Bassin : 117 000 km². Ses principaux affluents de droite sont : l'Arroux la Nièvre et la Mayenne; ses principaux affluents  de gauche : l'Allier, le Loiret, le Cher, l'Indre, la Vienne et la Sèvre-Nantaise.

La Vilaine.
La Vilaine prend sa source dans le Massif Armoricain, sur la limite Ouest du département de la Mayenne. Elle traverse celui d'Ille-et-Vilaine de l'Est à l'Ouest jusqu'à Rennes, puis du Nord au Sud jusqu'à l'extrémité méridionale du département, où elle reprend sa direction Ouest pour entrer dans celui du Morbihan, où elle se jette dans l'océan Atlantique au-dessous de la Roche-Bernard. Longueur 218 km; bassin : 10 500 km². Elle reçoit à droite et à gauche la Seiche et la Chère.

Le Blavet.
Le Blavet naît dans les monts d'Arrée, dans le département des Côtes-d'Armor, traverse du Nord au Sud-Ouest le département du Morbihan et se jette dans l'océan Atlantique à Lorient.

L'Aulne.
L'Aulne qui a sa source dans les mêmes montagnes et le même département que le Blavet, traverse de l'Est à l'Ouest le département du Finistère et se jette dans l'océan Atlantique par le bassin de Brest.

La Rance.
La Rance a aussi sa source dans les monts d'Arrée. Elle  arrose la partie orientale , du département des Côtes-d'Armor, et se jette dans la Manche à Saint-Malo.

La Vire.
La Vire naît dans le département du Calvados, près de Vire, et se jette ensuite dans la Manche.

L'Orne.
L'Orne a sa source dans le département auquel il donne son nom; il traverse celui du Calvados, où il se jette dans la Manche, à Ouistreham, à une vingtaine de kilomètres au Nord-Nord-Est de Caen.

La Seine.
La Seine sort du mont Tasselot, dans le département de la Côte-d'Or. Elle traverse l'Aube, l'Île-de-France et Paris, l'Eure et la Seine-Maritime, où elle se jette dans la Manche, près du Havre. Cours 776 km; bassin : 78 600 km². Ses principaux affluents sont, à droite : l'Ource,  l'Aube, la Marne grossie notamment de l'Ourcq, l'Oise; et à gauche : l'Aisne, l'Yonne et l'Eure.

La Somme.
La Somme, qui prend sa source, dans le département de l'Aisne, traverse le département auquel elle donne son nom et se jette dans la Manche.

Sur la côte britannique :

La chaîne Dévonienne, serrant de très près la côte, ne donne naissance au sud qu'à des cours d'eau sans importance (Avon Supérieur, etc.);

A l'ouest, la Severn, le premier cours d'eau de la Grande-Bretagne (354 kilomètres), recueille toutes les eaux du versant oriental des monts Cambriens et se jette dans la mer par un vaste estuaire (bassin 11 400 km²); la Mersey, au nord du massif Gallois, qui baigne Liverpool; la Clyde, au nord des Cheviots, qui baigne Glasgow, cours d'eau que la nature avait fait petit, mais que le commerce maritime a rendu très important;

En Irlande, le Shannon, dont le cours est d'environ 364 kilomètres et dont les eaux, coulant très lentement dans la partie supérieure, forment trois grands lacs.

Principaux cours d'eau se déversant dans l'Atlantique (km)

Grande-Bretagne
• Clyde 176

• Eden 145

• Mersey 113

• Dee 112

• Ribble 121

• Severn 354
Avon
Teme
136
130

Irlande
• Shannon 360

• Liffey 125

France 
(Manche, Golfe de Gascogne)
-
• Canche 88

• Authie 103

• Somme 245

• Bresle - Arques 67

• Béthune 750

• Seine 776
Eure 229
Oise 341
Aisne 353
Marne
Yonne
Aube
Ource
525
293
248
100

• Touques 108

• Orne 175

• Vire 128

• Rance 102

• Blavet 149

• Vilaine 218
Oust
Ille
145
47

• Loire 440
Sèvre Nantaise 125
Maine
Système Maine-Sarthe
12
326
Sarthe 313
Loir
Huisne
317
161
Mayenne 200
Oudon 103
Vienne 363
Creuse
Clain
Taurion
255
144
107
Indre
Cher
Loiret
Allier
Nièvre
Arroux
276
370
12
420
53
132

• Lay 120
• Sèvre-Niortaise 83

• Charente 381
Boutonne 99

• Gironde - Garonne 647
Garonne 523
Lot
Baïse 
Gers 
Tarn 
Gimone 
Save 
Touch 
Ariège
Louge 
Arize
Salat
Neste
485
188
175
381
136
149
75
 163
100
84
75
73
Dordogne 483
Dronne
Corrèze
201
95

• Adour 309
Nive
Midouze (Midou - Douze)
Gave d'Oloron
Gave de Pau
79
150
149
193

Péninsule Ibérique
• Bidasoa 69

• Nalon 129

• Navia 159

• Tambre 134

• Minho 314
Sil 233

• Duero 897
Tormes
Esla
Pisuerga
284
289
283

• Mondego 234

• Tage 1007
Guadiela 115
Jarama 190
Tajuña
Manzanares
Henares
254
92
158
Guadarrama
Alberche
Tietar
Alagon
132
177
170
205

• Guadiana 744
Záncara
Cigüela
Jabalon
Zujar
Ardila
167
225
160
214
166

• Tinto 100

• Odiel 121

• Guadalquivir 657
Guadiana Menor
Genil
Guadalimar
Corbones
182
359
167
177

• Guadalete 173

Le bassin de la mer du Nord 

Le bassin de la mer du Nord, composé de montagnes ou de hauts plateaux à sa partie méridionale, d'une vaste et basse plaine à sa partie septentrionale, sur le continent, d'une surface plane au sud de la Grande-Bretagne et montueuse au nord de cette île, reçoit :

Sur la côte britannique :

Le Tay, le Forth, le Tweed sont des fleuves qui  viennent des vallées étroites de l'Écosse;

La Tyne, la Tees, l'Humber, formé par la réunion de l'Ouse et du Trent, arrose la grande plaine d'York et débouche dans la mer à Hull; la Grande Ouse, qui, avec plusieurs autres cours d'eau se jetant dans le Wash, arrose la plaine centrale;

La Tamise (Thames), qui a un cours de 346 kilomètres et un bassin d'une superficie d'environ 12 900 km², est le fleuve qui baigne Londres.

Sur la côte des Pays-Bas :

L'Escaut.
L'Escaut (cours de 360 kilomètres; bassain : 21 900 km²) coule d'abord vers le nord dans une plaine marécageuse, reçoit la Scarpe, puis la Lys à Gand, se replie vers l'est, reçoit le Dender et le Rupel formé par la réunion de la Senne (qui arrose Bruxelles), de la Dyle et des deux Nèthes, devient, à Anvers, un large et profond fleuve capable de porter de gros navires et se jette dans la mer par plusieurs branches qui enveloppent une partie des îles de la Zélande.

La Meuse.
La Meuse (cours de 950 kilomètres; bassin de 36 000 km²) prend sa source au plateau de Langres, près des monts Faucilles. Elle coule au nord-ouest dans une étroite vallée, entre les deux lignes de faîte de l'Argonne, reçoit le Chiers, la Semoy, la Roer sur sa rive droite, l'Ourthe et la Sambre sur sa rive gauche, arrose Namur, Liège, Maastricht, où elle débouche en plaine, se recourbe bientôt vers l'ouest, confond ses eaux avec celles du Wahal, enveloppe de ses bras une partie des îles de la Zélande, inondant quelquefois les plaines basses qui s'étendent au dessous d'elle (le Biesboch « Mer des Joncs » est une terre que le fleuve transforma en archipel et en marécages), aujourd'hui desséchés, et arrosant de sa branche septentrionale, la plus importante, Rotterdam

Le Rhin.
Le Rhin (cours d'environ 1320 kilomètres; bassin 199 000 km²), formé par la réunion de plusieurs torrents qui descendent du Saint-Gothard et du mont Adula, coule d'abord vers le nord dans l'étroite et pittoresque vallée des Grisons, s'étale dans une plaine où il forme, entre les Alpes et la Forêt Noire, le lac de Constance, en sort en coulant à l'ouest au pied de la Forêt Noire, tombe, en aval de Schaffouse, d'une chûte de 20 mètres, qui est une des beautés naturelles les plus remarquables de la Suisse, reçoit l'Aar, qui lui apporte, par la Limmat, la Reuss, etc., presque toutes les eaux des lacs et des montagnes de la Suisse, arrose Bâle, où le Jura le contraint de tourner brusquement au nord et de couler dans une belle plaine qu'il a formée de ses alluvions et qui se trouve entre les hauteurs parallèles des Vosges et de la Forêt Noire; il y étale ses eaux rapides au milieu d'un dédale d'îles, et sa largeur, qui n'était que de 250 mètres à Bâle, atteint près de 2 kilomètres; il y reçoit l'Ill  et la Lauter sur sa rive gauche, et, sur sa rive droite, la Kinzig, surtout le Neckar grossi du Yaxt, et le Main, grossi de la Regnitz et de la Tauber; à Mayence, au confluent du Mein, son lit se resserre de nouveau entre des coteaux pittoresques; cependant, des gorges du terrain montueux qui l'enveloppe, lui arrivent plusieurs affluents; sur sa rive gauche, la Nahe et la Moselle qui est grossie de la Meurthe et de la Sarre, et dont le confluent est à Coblence; sur sa rive droite, la Lahn et la Sieg; à Bonn, il fait son entrée dans la plaine des Pays-Bas, coule dès lors entre des rives plates, arrose Cologne et Dusseldorf, reçoit la Ruhr, la Lippe; bientôt ses eaux alanguies se partagent en diverses branches; une partie s'écoule, par l'ancien canal de Drusus, dans l'Yssel (IJssel) et le Zuyderzee; la moindre partie continue son cours sous le nom de Rhin courbé et communique, d'une part, avec le Zuyderzee par le Vecht, et, d'autre part, se jette dans la mer du Nord par le vieux Rhin; mais la majeure partie de ses eaux s'écoule par le Leck et le Wahal, dans lesquels le Rhin les confond avec celles de la Meuse.
-

Le Rhin, au pied du chβteau de Lahneck.
Le Rhin, au pied du château de Lahneck, près de Coblence (Rhénanie-Palatinat).

Sur la côte allemande :

L'Ems.
L'Ems coule dans une région marécageuse, au Nord-Ouest de l'Allemagne, près de la frontière avec les Pays-Bas. Cours : 371 km; bassin  18 000 km². 

Le Weser.
Le Weser, formé par là réunion de la Werra et de la Fulda, sort de la région montagneuse par le défilé appelé « Porte Westphalique ». Il reçoit, dans la plaine, l'Aller grossi de la Leine sur sa rive droite, baigne Brême, et se jette dans la mer après un cours de 440 kilomètres du sud au nord; bassin : 41 000 km².

L'Elbe.
L'Elbe (nommé Labe en République Tchèque où est la première partie de son cours) prend naissance dans le quadrilatère de Bohème, au Riesen-gebirge. Il reçoit la Moldau et l'Eger, s'échappe du quadrilatère au défilé de Schandau, coule au nord-ouest en formant de nombreux replis et en semant son lit de bancs de sable et d'îles, baigne Dresde, Magdebourg, Hambourg, reçoit l'Elster, la Saale thuringienne et le Havel, qui lui-même a reçu les eaux de la Sprée, la rivière de Berlin, et se jette dans la mer par une large embouchure après un cours de 120 kilomètres environ. Bassin : 148 000 km².

Sur la côte scandinave :

Le Glommen, fleuve de Norvège, et le Göta älv, fleuve de Suède, effluent du lac Väner, se jettent dans les détroits situés entre la mer du Nord et la mer Baltique.

Principaux cours d'eau se déversant dans la mer du Nord (km)

• Numedalslågen 352

• Glomma 604

• Drammenselva - Begna 323

• Göta älv - Klarälven 750

• Elbe
Système Elbe - Vltava
1162
1231
Havel
Système Havel- Sprée
325
543
Sprée 400
Saale thuringienne
Eger (Ohre)
Vltava (Moldau)
413
316
430

• Weser 440
Aller 263

• Ems 371

• Rhin 1239
Lippe
Rhur
Moselle
Kinzig
Lauter
Aare
220
217
545
93
55
295
Affluents du Rhin (suite)
Lahn
Main
Neckar
246
527
367

• Meuse 950
Chiers
Semoy
Roer
Ourthe
Sambre
130
210
170
155
199

• Escaut (Scheldt) 360
Lys 209

• Tay 188

• Tweed 160

• Grande Ouse 230
Cam
Petite Ouse
64
60

• Tamise 346
Wey
Mole
Kennet
140
80
76

• Trent 298

Le bassin de la mer Baltique 

Le bassin de la mer Baltique est formé de pentes rapides et d'étroites vallées dans la Scandinavie, de plaines toutes semées de lacs et d'étangs dans la Finlande, de plaines unies, souvent marécageuses, et entrecoupées par de légères ondulations, dans la Russie occidentale et l'Allemagne du Nord.

Sur la côte scandinave (golfe de Botnie) :

Le Dal, l'Uméa, la Pitéa (Pite), la Tornéa (Torne), célèbre par ses cascades, et un grand nombre d'autres petits fleuves se dirigent au sud-est, coulant rapidement dans des gorges étroites, formant des chapelets de lacs oblongs, et descendant en cascades de terrasse en terrasse;

Sur les côtes des Pays Baltes et de l'Ouest de la Russie :

Tous les fleuves  de cette région coulent à l'ouest, à travers un pays plat, marécageux ou couvert de lacs, et semé de roches qui forment des rapides.

La Néva.
La Néva, fleuve de peu d'étendue (une soixantaine de kilomètres de longueur) baigne Saint-Pétersbourg et  déverse dans le golfe de Finlande les eaux de quatre des plus grands lacs de l'Europe (Ladoga, Onéga, Ilmen, Saïma); au final, elle draine un bassin de 284 000 km².

La Dvina occidentale.
La Dvina occidentale (120 kilomètres de longueur; bassin : 88 000 km²), qui vient des hauteurs du  de Valdaï (Valdaj) en Russie, a le derniuer tiers de son parcours en Lettonie, et se jette dans la mer à Riga;

Le Niémen.
Le Niémen (937 kilomètres), né au Sud de Minsk en Bielorussie, entre en Lituanie après Grodno, puis marque la frontière entre la Lituanie et l'enclave russe de Kaliningrad, arrosant sur son passage  Sovetsk (Tilsit), avant de se jeter dans la mer. Bassin : 98 000 km².

Sur la côte méridionale (Allemagne, Pologne) :

La Vistule.
La Vistule prend sa source à l'ouest du mont Tatra, coule au nord en formant, à travers les plaines de la Pologne, une vaste courbe vers l'est, reçoit la San et le Bug grossis de la Narev, baigne Cracovie, Varsovie, et, après un cours de 10470 kilomètres, se jette dans la mer par plusieurs bouches; sur la seule qui soit navigable est le port de Gdansk. Bassin : 192 000 km².

L'Oder.
L'Oder, qui, avec la Neisse de Lusace, marque sur une grande partie de son cours la frontière entre l'Allemagne et la Pologne, prend sa source dans les monts Sudètes, coule au nord-ouest, d'abord dans la vallée de la Silésie où il baigne Wroclaw, puis dans la plaine de la basse Allemagne, reçoit des monts Sudètes la Bober, les deux Neisse, etc., et, des plaines de l'est, la Warta grossie de la Netze, et se jette dans la mer, en Pologne, à peu de distance de Szczecin (Stettin), après un cours d'environ 1000  kilomètres. Bassin :  119 000 km².

Principaux cours d'eau se déversant dans la mer Baltique (km)

• Dal 542

• Ljusnan 443

• Ljungan 400

• Indals 430

• Ångerman 463

• Ume 460
Vindel 453

• Skellefte 410

• Pite 400

• Lule 461

• Kalix 461

• Torne  570

• Kemijoki 461

• Iijoki 470
Ounasjoki 302

• Neva
Système de la Neva
74
1020
:
Lac Ladoga
En amont du lac Ladoga : 
Svir 224
Lac Onéga
En amont du lac Onéga :
 Vodla - Ileksa 322
Vuoksi [ depuis le lac Saimaa ]
150
Volkhov 224
Lac Ill'men' (Illmen)
Msta - Cna
Lovat
Shelon

620
530
248
• Pregolia - Angrapa 292

• Luga 324

• Narva
Système de la Narva
77
547
Lac Peipus
En amont su lac Peipus :
Velíkaya
Emajõgi [depuis le lac  Võrtsjärv]
420

101


• Gauja 452

• Dvina Occidentale (Daugava) 1020
Aiviekste
Palata (Polota)
Kasplya
Mezha
Dysna
Perse
114
93
224
260
176
352

• Lielup - Memele 310

• Venta 346

• Niémen 937
Neris 
Shchara 
Šešupé 
Nevežis
Bérézina occidentale
510
310
300
209
226

• Vistule 937
Narew
Système Narew - Boug
484
796
Boug occidental 772
Pilica
Wieprz
San
342
303
433

• Oder (Odra)
Système Oder - Warta
866
1045
Warta(Varta)
Neisse de Lusace
808
256

Le bassin de la mer Noire

Les eaux que reçoit la mer Noire sur les côtes européennes se divisent en trois groupes : Le bassin du Danube présentant, dans sa partie supérieure, une vallée étroite et haute où débouchent, du massif alpin, de nombreuses vallées transversales, dans sa partie moyenne, une plaine basse et unie, la plaine de Hongrie, entourée d'un cirque de montagnes, et, dans sa partie inférieure, une longue plaine, également basse, entre les Carpates et les Balkans; Le groupe du golfe d'Odessa et celui de la mer d'Azov qui ont le même caractère, vaste plaine sans autre bordure que des plateaux, des marais et quelques collines, marais au nord-ouest dans un terrain bas, champs fertiles au sud-ouest, steppes au sud-est.

Le bassin du Danube.

Le Danube, le second fleuve d'Europe par sa longueur (2850 kilomètres), prend sa source dans la Forêt Noire, coule rapidement de l'ouest à l'est sur le flanc septentrional du massif alpestre, qui lui envoie l'Aller, le Lech, l'Inn grossi de la Salzach (225 km), l'Enns, le Traun, le Raab, tandis que des montagnes de l'Allemagne lui arrivent quelques affluents moins importants, l'Altmühl et le Naab, puis, du quadrilatère de Bohème et des Carpates, le Hron, le Vah; il arrose Ulm, où il devient navigable, Ratisbonne, Vienne, tourne brusquement au sud, un peu en avant de Budapest, à l'endroit où les monts  Bakony, dernier rameau du massif alpin, est coupé dans la même direction, coule alors lentement entre des rives basses et marécageuses et dans un large lit (500 à 650 mètres) entrecoupé de milliers d'îles sablonneuses, reçoit du versant oriental de ce même massif la Drave, grossie de la Muhr et la Save, grossie de l'Unna, reprend la direction de l'est, arrose Belgrade, et, accru des eaux de la Tisza (Theiss en allemand) qui lui apporte, avec le Körös, la Maros, la Ternes, le tribut des Carpates, des eaux de la Morava, qui lui apporte le tribut du Tchar-Dagh, passe par une série de rapides dans l'étroite tranchée qu'il a lui-même pratiquée aux Portes de fer entre les Carpates et le massif Hellénique, coule de nouveau large et profond entre des rives basses, au milieu d'îles boisées ou herbeuses, dans la plaine de Valachie, où il reçoit l'Olt ou Aluta (et l'Isker de Bulgarie), se courbe vers le nord, reçoit encore le Sereth (Siret) et le Prut, venant du flanc oriental des Carpates, et, dans un pays marécageux, tout formé de ses alluvions, parvient par plusieurs bouches dans la mer, dont il élève sans cesse le fond; pour rendre le chenal de la bouche Soulina praticable aux navires, on a dû prolonger de 100 mètres en pleine mer la digue qui le protège. Au total, le bassin du Danube a une superficie de près de 820 000 km².
-

Le Danube ΰ Devin (Slovaquie).
Le Danube à Devin (Ouest de la Slovaquie).

Le groupe du golfe d'Odessa :

Le Dniestr.
Le Dniestr (cours : 1411 km; bassin :  72 000 km²) a sa source, en Ukraine, dans les Carpates occidentales. Il roule rapidement ses eaux bourbeuses dans la direction du sud-ouest, et forme une suite de cataractes en franchissant le seuil granitique des steppes. La seconde moitié de son cours est en Moldavie.

Le Boug.
Le Boug, né dans le plateau de Volyno-Podolie, en Ukraine, a son embouchure peu après la vile de Nikolajev, à l'Est d'Odessa. Cours : 806 km; bassin  64 000  km².

--

Le Dniepr.
Le Dniepr à Smolensk.
Photo : Sergueï Prokoudine-Gorski, ca. 1910.

Le Dniepr.
Le Dniepr (près de 2300 kilomètres), un des trois plus grands fleuves d'Europe, qui naît, à l'Ouest de Moscou, dans un plateau peu élevé, le plateau central de Russie, faisant suite au plateau de Valdaï, arrose dans son cours supérieur Smolensk (Russie), puis  Mohilev (Biélorussie), en prenant entre ces deux villes la direction du sud, reçoit, sur sa rive droite, la Bérézina et le Pripet venu de la région marécageuse dite marais de Pinsk, sur sa rive gauche, la Desna, coule embarrassé par des roches granitiques qui déterminent des rapides, prend à Kiev (Ukraine) la direction sud-est, atteint dans cette partie une largeur de 400 mètres et arrose la plaine de l'Ukraine, dont la fertilité est proverbiale et où deux barrages lui font former de grands lacs, puis se replie vers le sud-ouest pour déboucher, au delà de Kherson, dans le même estuaire ensablé que le Boug. Bassin :  516 000 km².

Principaux cours d'eau se déversant dans la mer Noire (km)

• Danube 2850
Prut
Siret
Ialomita
Argesh
Osam
Olt
Iskar
Jiu
Grande Morava - Morava occidentale
Timis
Save
953
706
417
350
314
700
368
331

493
359
990

Tisza 1358
Maros(Muresh)
Körös (Crish)
761
568
Drave
Vah
Raab
Morava
Enns
Traun
Inn
Altmühl
Naab (Aziz)
749
413
322
358
254
153
517
220
165


 
• Dniestr 1411
Raut
Zbruch
Seret
Stryi
286
247
242
232


 
• Boug Méridional 806
Inhul 354
• Dniepr 2287
Inhulets
Samara
Vorskla
Psel
Sula
Ros
Desna
Teteriv
Oril
549
320
464
717
365
346
1130
360
346
Prípiat (Pripet) 710
Styr
Horyn
494
659
Soj
Berezina
648
613

Fleuves se jetant dans la mer d'Azov


• Don 1870
Manich - Kalaus
Sal (Džurak Sal)
Donets
Chir
Ilovlya
Medveditja
Khoper
Bitiug
Voronej
856
798
1078
317
358
745
1010
379
520



-
• Kouban 906
Belaya 
Urup 
Laba 
273
231
214

-
• Jeja 311

Le groupe de la mer d'Azov :

Le Don.
Le Don (cours ; 1870  kilomètres; nassin : 425 600 km²) prend naissance dans la plaine centrale de la Moscovie, se dirige lentement au sud-est, repliant en nombreuses sinuosités son lit sablonneux et peu profond, reçoit, sur sa. rive gauche, la Khoper et le Manytch souvent privé d'eau et, quelquefois dans les grandes crues, communiquant avec la mer Caspienne par un chapelet de lacs, sur la rive droite, le Donetz (Donec); et, après avoir pris la direction sud-ouest, se jette par plusieurs branches à l'extrémité bourbeuse de la mer d'Azov;

Le Kouban.
Le Kouban (Kuban), qui sort du mont Elbrouz (Elbourz), reçoit les eaux du Caucase occidental et s'épanche au Sud-Est de la mer d'Azov après avoir arrosé Krasnodar. Cours :  906 km; bassin 58 000 km². 

Le bassin de la mer Caspienne 

Le bassin européen de la mer Caspienne présente, comme le groupe précédent, l'aspect d'une grande plaine, large et médiocrement élevée au nord entre le plateau de Valdaï et l'Oural, traversée vers le sud par un léger rideau de collines, marécageuse, saline et plus basse que le niveau de l'Océan dans le voisinage de la mer Caspienne; il comprend :

La Volga.
La Volga, le plus grand fleuve d'Europe (3645kilomètres) prend sa source au plateau de Valdaï. Elle arrose Tver, puis, après plusieurs replis autour du plateau, elle coule à l'est, reçoit, sur sa rive droite, l'Oka qui, grossi de la Moskova, de la Mokcha, de la Pra et de la Kliazma, a son confluent au point où est bâti Nijni-Novgorod, et la Soura. Vers le confluent de la Kama, le plus important de ses affluents de gauche, elle tourne au sud, s'épand dans un très large lit, tigré d'îles innombrables, reçoit encore la Samara, baigne Saratov, passe au pied des collines de la Volga, se divise en plusieurs branches et va, avec la direction sud-est, se perdre par près de 72 bouches dans le dédale des îles bourbeuses de la Caspienne. Le cours de la Volga est généralement lent; car il n'y a entre l'embouchure et la source qu'une pente de 27 mètres, ce qui ne donne que 7 millimètres en moyenne par kilomètre; son bassin a une superficie de plus de 1 380 000 kilomètres carrés (près de trois fois la superficie de la France).
--

La Volga.
La Volga près de Staritsa.
Photo : Sergueï Prokoudine-Gorski, ca. 1910.

L'Oural.
L'Oural (2428  kilomètres) naît dans la fourche de l'Oural, sépare l'Europe de l'Asie, arrose Orenbourg, et, après avoir fait un long crochet vers l'ouest, va au sud se jeter dans la partie septentrionale de la Caspienne. Son bassin, qui n'est qu'en partie en Europe, a une superficie totale de  237 000 km².

Principaux cours d'eau se déversant dans la mer Caspienne (km)

• Samur 216


-
• Sulak
avec l'Andiskoye Koisu (Andi Koysu)
144

336



-
• Terek 623
Malka (Balyksu)
Urukh (Kharves)
Ardon
Gizeldon
Sunzha
210
105
102
81
278


-
• Kuma 802


-
• Volga 3960
Akhtouba
Irguiz
Chapayevka
537
675
298
Samara 594
Bolshói Kinel
Tok
437
306
Sok 364
Kondurcha 294
Bolchoï Tcheremchan 336
Kama 1805
Viatka 1370
Kilmez
Pizhma
Moloma
Cheptsa
Kobra
270
306
419
501
324
Affluents de Volga (suite)
Ik 571
Belaya 1420
Tanyš
Dema
Ufa
Chusovaya
Yaiva
Víshera - Kolva
345
535
918
592
304
520
Sviyaga
Bolchaïa Kokchaga
Vetluga
375
297
889
Sura 841
Alátyr
Piana
307
436
Kerzhenets 290
Oka 1500
Kliazma
Mokcha
Tiosha
Pra
Pronia
Moskova
Ugra
Upa
570
656
331
170
336
502
400
345
Unzha
Kostroma
Mologa
Suda
Système Sheksna - lac Béloye - Kema - lac Kémkoye - Soydo - lac Soydozero
426
354
456
185
 

441



-
• Oural 2534
Sakmara 798

Affluents asiatiques :

Ilek
Or
623
322

Le bassin de l'océan Glacial Arctique

Ce bassin, qui ne s'étend guère au delà de la région arctique et qui est très boisé dans sa partie méridionale, mais très marécageux au nord et partout très peu cultivé et très peu habité, comprend : La Petchora (cours : 1809 km; bassin :  322 000 km²),  tributaire de l'océan Glacial Arctique, le Mezen (cours 857 km;  bassin : 79 000 km² ), la Dvina septentrionale (1300 kilomètres en comptant la longueur de son affluent la Vycegda; bassin drainé : 357 000 km²), qui arrose Arkhangelsk, et l'Onéga, tributaires de la mer Blanche, la Kara, de peu d'importance, et qui sert de limite entre l'Europe et l'Asie. Les deux premiers coulent d'abord au milieu d'une contrée couverte de forêts, ensuite au travers d'immenses marécages,  « toundras », et entièrement inhabitables. 

Principaux cours d'eau se déversant dans l'Océan arctique (km)

• Kara 257

• Petchora 1809
Usá
Izhma
Sula
Šapkina
Ilych
Pizama
Cylma
Laja
Šcugor
565
531
353
499
411
389
374
332
300

• Mezen 857
Vashka
Peza
605
363

• Dvina septentrionale 744
(Dvina S.-Vycegda (1840 km); 
Dvina S. -Sukhona -  lac Kubenskoye-Kubena (1302 km)
Pinega 779
Jula 314
Vaga 575
Ustia 477
Affluents de la Dvina septentrionale (suite)
Vycegda (Vytchegda) 1130
Sysola
Vim
Vileda
487
499
321
Yug 574
Sukhona 558
lac Kubenskoye
Kubena
55
368

• Onega - lac Lacha - Cert - lac Vozha - Vozhega 714
Onega 416

• Kem - Cirka-Kem 410

• Tulom - lac Notozero - Lotta 324

• Ponoï 426

• Pasvikelva - lac Inari - Ivalo 360

•  Tana - Anarjohka 372
Tana 318

Les lacs

L'Europe compte plus de 100 lacs naturels dont la superficie dépasse 10 km² et, en outre, un grand nombre de petits lacs de montagne. Il est à remarquer que les 14 plus grands (mise à part la mer Caspienne, 371 000 km²), dont la superficie dépasse 900 km², sont tous situés dans l'Europe septentrionale, en Finlande (Saimaa; Päijänne, ; Inari), dans les pays baltes (Peipus en Estonie) en Russie (Ladoga,Onega,Vygózero, Béloye, Topozero; Illmen; Segozero), ou en Suède (Vänern, Vättern, Mälar). La majorité des autres grands lacs appartient au système alpin. 

Superficie (en km²) des principaux lacs d'Europe du Nord

Ladoga
Onega
Vänern
Saimaa
Peipus
Vättern
Vygózero
18 130
9890
5545
4380
, 3555
1893
1250
Mälar
Béloye
Päijänne
Inari
Topozero
Illmen
Segozero
1140
1125
1080
1040
986
982
906

Les lacs sont formés, en général, par des cours d'eau qui, traversant des dépressions profondes et encaissées de toutes parts, les ont remplies avant de déborder à l'extrémité inférieure et de continuer leur marche. C'est surtout dans les montagnes granitiques que sont ces dépressions profondes et ces vallées n'ayant qu'une étroite issue; c'est là aussi que le terrain imperméable ne laisse pas s'infiltrer les eaux. On trouve aussi des lacs, mais moins profonds, dans les plaines dont le sous-sol est argileux, et, par conséquent, imperméable.

Dans les Alpes, les lacs du versant méridional, tous profondément encaissés, d'une profondeur qui descend bien au dessous du niveau de la mer (655 mètres pour le lac Majeur), et allongés du nord au sud, dans le sens des vallées : le lac Majeur, le lac de Lugano, le lac de Côme, le lac de Garde, le plus grand des lacs de cette région (470 km²), et les lacs du versant septentrional, dont un seul (lac de Brienz) descend au dessous du niveau de la mer, orientés presque tous de l'est à l'ouest; le Lac de Genève ou Léman, formé par le Rhône, le plus grand des lacs de Suisse (600 km²), ayant une profondeur de plus de 300 mètres, les lacs de Thun et de Brienz au pied de l'Oberland, le lac des Quatre-Cantons (ou lac de Lucerne), de Zug, de Wallenstadt, de Zurich, au pied des montagnes d'Unterwald et de Schwitz, le lac de Constance, formé par le Rhin.

Superficie (en km²) des principaux lacs Alpins

Léman
Lac de Constance
Lac de Garde
Neusiedl
Neuchâtel
Lac Majeur
Lac de Côme
Lac de Lucerne
581
541
370
315
218
212
146
114
Lac Bolsena (Vulsinio)
Lac de Zurich
Lac de Lugano
Lac de Thun (Thoune)
Lac de Zug (Zoug)
Lac de Brienz 
Lac de Walenstadt
Lac de Morat
114
89
49
44
38
30
24
23

On peut rattacher à ce groupe le lac de Neuchâtel, le lac de Morat, qui, avec tous les lacs précédents du versant septentrional (moins le lac de Genève), se déversent par diverses rivières dans le Rhin, et les lacs de la Bavière qui portent leurs eaux au Danube. On peut y rattacher aussi les lacs de Pérouse (Trasimène) et de Bolsena dans les Apennins, et les lacs de Scutari (Skadar, Shkodër, Shkodra), d'Ochrida, etc. dans la péninsule Hellénique.

Sur le flanc oriental du massif alpin, le lac Balaton (592 km²), lac de plaine basse, d'eau saumâtre, entouré de marécages, n'étant pas traversé par un cours d'eau qui le renouvelle, est d'une tout autre nature.
-

Lough Erne.
Le Lough Erne.

Dans les îles Britanniques sont de nombreux lacs, de peu d'étendue en général, mais sauvages et pittoresques, tels que le lac Lomond en Écosse, le lac Neagh (380 km²), le lac Corrib, le lac d'Erne en Irlande.

La Scandinavie est toute semée de lacs; presque tous ses cours d'eau en forment des chapelets pour ainsi dire continus, disposés d'étage en étage sur les terrasses granitiques de la chaîne et reliés par des cascades ; les plus grands se trouvent dans la région méridionale, le lac Vänern, les lacs Vättern et Mälar.

Superficie (en km²) d'autres lacs importants

Balaton
Razelm
Scutari
Lough Neagh
Mjøsa
Ohrid
Prespa
Derdap (Portes de fer)
Lough Corrib
592
415
390
388
362
358
273
253
200
Trasimène
Lough Derg
Müritz
Sniardwy
Kerkini
Lough Erne
Lough Ree
Mamry
Loch Lomond
124
118
117
114
110
105
105
104
70

Le terrain granitique de la Finlande, quoique peu élevé (160 mètres en moyenne), est également couvert par une multitude de lacs, dont le principal est le lac Saïmaa, et qui semblent témoigner de l'existence d'un bras de mer qui unissait jadis l'océan Glacial Arctique et la mer Baltique; les deux plus grands lacs d'Europe se trouvent sur la limite méridionale de cette masse granitique, dans les terrains quaternaires : le lac Onéga et le lac Ladoga ; plus loin au sud sont des lacs, très importants aussi, lacs Béloye, d'llmen, de Peipus (Peïpous), au milieu d'une contrée toute semée d'autres lacs plus petits.

Dans les terrains bas et modernes, on peut encore signaler les étangs et les lacs de la Pologne et du Brandebourg, et les lacs salés des bords de la mer Caspienne. (E. Levasseur).

Superficie (en km²) des principaux lacs artificiels d'Europe
(tous en Russie ou en Ukraine)

Réservoir de Kubyshev
Réservoir de Rybinsk
Réservoir de Volgograd
Réservoir de Tsimliansk
Rés. de la Kama Inférieure
Réservoir de Cheboksary
Réservoir de Kremenchuk
6450
4580
3120
2700
2580
2275
2252
Réservoir de Kajovka
Réservoir de la Kama
Réservoir de la Kuma
Réservoir de Saratov
Réservoir de Sheknsna
Réservoir de Gorki
Réservoir de Votkinsk
2155
1915
1910
1893
1831
1590
1120



[La Terre][Cartotheque][Etats et territoires][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2016. - Reproduction interdite.