.
-

Les Gangas
Ptéroclididés
Les Gangas ou Ptéroclididés sont une famille d'oiseaux de l'ordre des Columbiformes, dont on distingue deux genres, le genre Pterocles (Gangas proprement dits) et le genre Syrrhaptes.

Les Gangas (Pterocles Tem.) autrefois classés parmi les Gallinacés, en ont été séparés pour constituer un groupe particulier par Huxley, qui y voyait une famille intermédiaire entre celle des Gallinacés vrais (Alectoromorphae) et celle les Pigeons (Peristeromorphae). En effet, si ces oiseaux offrent avec les Gallinacés des analogies incontestables dans la conformation du bec et de la boîte crânienne, dans la structure du larynx et dans la disposition du tube digestif et de ses annexes, ils rappellent les Pigeons par la forme des os coracoïdiens, de la fourchette, du sternum et des os du membre postérieur, par la disposition des glandes du ventricule succentarié et par la situation de la glande à huile qui est placée à découvert. En revanche, chez les Gangas, l'os canon ou tarso-métatarsien présente une toute autre forme que chez les Pigeons, et le pouce est rudimentaire.
-

Ganga cata.
Ganga cata (Pterocles setarius).

Dans leur aspect extérieur, leurs allures et leurs moeurs, les Gangas offrent aussi des caractères mixtes. Avec leur bec court, recourbé en dessus et percé à la base de petites ouvertures nasales à peine cachées sous les premières plumes frontales, leur poitrine large, leurs ailes longues et pointues, leur corps effilé en arrière, leurs pattes peu élevées et garnies, sur le devant du tarse, de plumes duveteuses, ils ressemblent à la fois aux Pigeons domestiques et aux Lagopèdes ou Perdrix de neige. Ils boivent comme les Pigeons et marchent comme eux, mais volent plutôt à la façon des Pluviers avec lesquels ils offrent aussi certaines affinités. Enfin leur plumage n'est pas sans analogie avec celui des Francolins et des Perdrix et par ses teintes fauves ou grisâtres, variées de noir, de blanc et de brun rougeâtre, s'harmonise toujours avec la couleur des steppes et des plaines sablonneuses qui constituent le séjour de prédilection de ces oiseaux.

Les Gangas ne sortent pas aujourd'hui des limites de l'ancien monde et se trouvent particulièrement répandus d'une part dans l'Afrique tropicale, qui, d'après D.-G. Elliot, serait même leur berceau, de l'autre, dans l'Asie centrale, dans l'Anatolie et en Palestine. En Europe, on ne rencontre (et encore seulement dans les régions méridionales) que deux espèces de ces groupes, savoir le Ganga des sables, Ganga unibande ou Perdrix d'Aragon (Pterocles arenarius Pall.), qui est à peu près de la grosseur d'un Pigeon et dont le mâle porte une livrée jaune et grise rehaussée par une écharpe noire, et le Ganga cata (Pterocles alchatus L. ou Pterocles setarius Temm), qui est un peu plus petit que le précédent et qui se distingue par la présence, chez le mâle, d'un rabat noir et d'une écharpe marron, frangée de noir.

En dépit de la perfection de leur vue qui leur révèle de très loin la présence d'un ennemi et de la puissance de leurs ailes qui leur permet de s'enlever brusquement et de filer à une assez grande hauteur, les Gangas ont beaucoup de peine à échapper aux dangers qui les menacent de toutes parts. Dans les déserts, ils sont en butte aux attaques des Faucons, des Renards et des Chacals, et ailleurs ils sont l'objet, de la part des Humains, d'une chasse très active en raison, des qualités de leur chair. Ceux que l'on prend vivants peuvent être gardés assez longtemps en captivité en les plaçant dans un endroit sec. 
-

Syrrhapte.
Syrhhapte paradoxal (Syrrhaptes paradoxes).

Tout à coté des Gangas et dans le même groupe se rangent les Syrrhaptes (Syrrhaptes Illig.), dont une espèce, le Syrrhapte paradoxal (Syrrhaptes paradoxes Pall.) est devenue célèbre par ses migrations d'Asie en Europe.

Les terrains tertiaires du bassin de l'Allier renferment les restes d'une espèce éteinte du genre Pterocles que A. Milne Edwards à décrite et figurée sous le nom de Pterocles sepullus et qui était intermédiaire entre le  Pt. alchatus et le Pt. gutturalis Smith, de l'Afrique australe. (E. Oustalet).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.