.
-

Méhémet Ali

Méhémet Ali ou Mohammed Ali est un vice-roi d'Égypte, né à Kavala (Roumélie) en 1769, mort au Caire le 2 août 1849. Orphelin de bonne heure et sans fortune, il fut recueilli par un capitaine de janissaires, au service duquel il apprit vite l'art de commander, d'intimider et de tromper ses interlocuteurs, fut à la suite d'un riche mariage (1787) nommé officier de troupes irrégulières, se lia avec un négociant de Marseille, nommé Lion, et gagna beaucoup d'argent dans le commerce du tabac, ce qui ne l'empêcha pas de réaliser aussi de gros bénéfices comme chef de mercenaires dans sa province natale. Envoyé en Égypte (1798) pour combattre les Français, il fut mis à la tête d'une troupe de 300 janissaires et, par son audace et sa finesse, se distingua au point que Khosrew Pacha, qui représentait l'Empire Ottoman dans ce pays, l'éleva bientôt à l'emploi de général des Arnautes.

Après le départ des Français, Méhémet-Ali sut habilement, sans se brouiller avec les Turcs, exciter contre eux les Mamelouks, puis diviser ces derniers entre eux. C'est ainsi qu'à la suite de ténébreuses intrigues et de nombreux soulèvements militaires, il parvint à se débarrasser de Khosrew, qu'il renvoya à Istanbul (1804), et que, non content du titre de caïmacan, il se fit décerner par ses troupes celui de pacha d'Égypte, qu'il amena le sultan à lui confirmer (9 juillet 1809).

Il eut encore longtemps à lutter contre les Mamelouks, qui, mal soutenus en 1807 par une armée anglaise qu'il força bientôt à se rembarquer, furent enfin attirés par lui au Caire dans un guet-apens où leurs principaux chefs furent à peu près tous massacrés (1er mars 1814). Débarrassé de cette turbulente milice, Méhémet-Ali commença, sur l'ordre du sultan Mahmoud, contre les Wahhâbites d'Arabie une guerre qui, conduite d'abord par son fils Toussoun Pacha, puis par lui-même (1811-12), enfin par son autre fils Ibrahim Pacha, ne fut terminée qu'en 1818 et valut à Ibrahim la dignité de pacha de La Mecque.

Puis il tourna ses armes vers la Nubie, le Sennaar et le Kordofan, qu'il fit rapidement passer sous sa domination (1820). L'Égypte devenait sous sa vigoureuse administration une puissance militaire avec laquelle il fallait compter. La France, pour laquelle il avait une prédilection marquée, lui avait fourni un grand nombre d'officiers, d'ingénieurs, de savants, grâce auxquels il avait pu organiser dès 1815 son armée à l'européenne, créer une flotte de guerre considérable et augmenter rapidement, par le développement intelligent de l'agriculture et de l'industrie, les revenus de son pachalik.
-

Portrait de Mehemet Ali.
Mehemet Ali.

Après avoir triomphé sans peine en 1824 de la révolte des fellahs, il envoya au secours des Turcs, dont la cause déclinait alors visiblement en Grèce, son fils Ibrahim, qui s'empara de la Crète et obtint d'abord de grands succès en Morée (1825), mais qui, après le traité de Londres et la bataille de Navarin (1827), fut obligé par les Français d'évacuer ce pays (1828) (Le déclin de l'Empire ottoman). En retour des sacrifices qu'il venait de faire, Méhémet-Ali demanda pour sa famille l'hérédité de son pouvoir. Mais Mahmoud la lui refusa et accorda seulement à Ibrahim le pachalik de Candie (Crète). Aussi le pacha d'Égypte ne tarda-t-il pas à saisir un prétexte pour attaquer la Syrie (1831-32). Les troupes turques, plusieurs fois battues, durent évacuer ce pays, et Ibrahim pénétra en Asie Mineure, où il fut encore vainqueur à Konya (décembre 1832).

Les grandes puissances européennes l'arrêtèrent par leur diplomatie, mais Méhémet gagna encore au traité de Kutâhiyeh (février 1833) la possession de la Syrie et du district d'Adana. Comme il réclamait toujours sans succès l'hérédité et qu'il refusait de se soumettre aux lois générales de l'empire turc, un nouveau conflit ne tarda pas à se produire entre le vassal et son suzerain. Cette fois les Turcs attaquèrent. Mais ils furent encore défaits à Nézib (juin 1839). Presque dans le même temps la flotte turque était livrée à Méhémet, et Mahmoud laissait le trône à l'adolescent Abd-ul-Medjid. L'empire ottoman semblait à la merci du pacha. Mais l'Europe intervint de nouveau. 

Méhémet-Ali comptait sur l'appui de la France. Mais cette puissance, intimidée par la quadruple alliance de Londres (15 juillet 1840), se déroba. La Syrie s'insurgea; une flotte anglaise vint bombarder les ports de cette province. Le pacha se soumit par la convention d'Alexandrie (décembre 1840). Par un hatti-chérif (décret) du 13 février suivant, le nouveau sultan lui concéda seulement la possession héréditaire de L'Égypte, et encore à des conditions qui resserraient singulièrement son vasselage. Vieux et attristé, Méhémet-Ali vit mourir avant lui Ibrahim Pacha, comme la plupart de ses autres fils. Sa raison s'altéra dans les deux dernières années de sa vie. Il laissa le pouvoir à son petit fils Abbas, fils de Toussoun Pacha. (A. D.).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.