.
-

L'Insulinde
On donne le nom d'Insulinde (ou, dans les vieilles géographies, d'archipel Malais, de Malaisie et même d'Indonésie) à la région insulaire, qui se trouve au Sus-Est de l'Asie entre ce continent et l'Australie

Outre Singapour petit Etat insulaire à l'extrémité de la péninsule de Malacca, on y distingue trois groupes ou alignements :

1°celui du Sud formé des îles de la Sonde, Sumatra, Java et leurs dépendances, puis Bali, Lombok, Sumbawa, Flores, Samba, Timor, etc, qui appartiennent à l'Indonésie. On y peut joindre les îles Nicobar et Andaman, sises sur le prolongement Nord-Nord-Ouest de Sumatra, et rattachées politiquement à l'Inde;

2°le groupe du centre comprenant les grandes îles de Bornéo et Célèbes (Sulawesi); Les Célèbes et la plus grande partie de Bornéo (au Sud et à l'Est), nommée Kalimantan, appartiennent à l'Indonésie; la partie Nord et Nord-Ouest de Bornéo (nommée Sarawak) appartient à la Malaisie, à l'exception d'une petite enclave qui forme l'Etat de Brunei.

3°le groupe oriental comprenant les Philippines, ainsi plusieurs îles ou groupes d'îles faisant partie de  l'Indonésie : les Moluques (îles Banda), Amboine, Ternate, etc, auxquelles on pourra joindre la partie occidentale de la Nouvelle-Guinée (Irian Jaya).

L'équateur passe au milieu de l'Insulinde, par Sumatra, Bornéo, Sulawesi, Ternate. L'ensemble de ces îles embrasse environ 2 millions de km² (1 994 960). L'unité géologique, botanique et zoologique est importante. Il existe cependant une séparation nette entre les faunes situées de part et d'autre de la ligne de Wallace (voir plus bas).

Ces terres sont montagneuses et volcaniques, flanquées de récifs coralliaires; le noyau est cristallin (gneiss et micaschistes), recouvert de schistes et grès paléozoïques; le calcaire carbonifère se trouve à Sumatra et Timor, les sédiments secondaires et tertiaires sont peu développés; à Java, ces derniers reposent directement sur les formations cristallines. Le granit, la syénite, la diorite occupent de vastes espaces; les formations volcaniques plus récentes (andésite, trachytes, tufs basaltiques) abondent dans les îles de la Sonde; l'alignement du Sud et celui de l'Est renferment chacun une ligne de volcans dominant le rivage ou la plaine. Le climat est tropical et maritime, humide et uniforme; la température ne varie guère que de + 25°C à 27°C; les extrêmes sont +33,6°C et +20,6°C. L'alternance des moussons sépare la saison relativement sèche et la saison humide; au Nord de l'équateur, la saison des pluies va d'avril à octobre, celle de l'alizé du Nord-Est, de novembre à mars; au Sud de l'équateur, la mousson du Nord-Ouest amène la pluie, l'alizé du Sud-Est le beau temps. Il tombe à Singapour 240 cm d'eau ; 473 à Padang (Ouest de Sumatra); 187 à Djakarta, 446 à Buitenzorg (Java). Il pleut dans tous les mois, et il n'y a pas de véritable saison sèche. (A.-M. B.).

Carte de l'Insulinde.
La flore de l'Insulinde

Les îles de l'Insulinde sont généralement couvertes d'une végétation luxuriante, surtout dans les régions montagneuses et humides; les parties plates et naturellement peu irriguées sont moins fertiles. Les montagnes sont en général couvertes de forêts vierges atteignant quelquefois le sommet même; celles qui sont formées de roches primitives sont plus ou moins dénudées; les terrains primitifs, surtout les granitiques, et les terrains calcaires sont pou favorables à la végétation; les terres d'alluvion au contraire sont d'une fécondité exceptionnelle; parfois les deltas des fleuves forment d'immenses marécages qui rendent par exemple si insalubre une partie des côtes de Sumatra, malgré la luxuriante végétation qui les environne. La culture, dans les vallées et sur les alluvions, dispute le terrain aux forêts vierges tropicales. Ce qui frappe le plus lorsqu'on visite Java, Sumatra, etc., c'est de voir succéder à la végétation tropicale (Palmiers, Areca catechu, Barringtonia speciosa, Guttifères, Myrte, Figuier, etc., puis des Diptérocarpées, parmi lesquelles le Camphrier), sur les flancs des montagnes, des formes qui rappellent les montagnes de l'Europe. Ainsi la région alpestre offre une analogie frappante avec les zones similaires du continent, mais elle commence à une altitude d'autant plus élevée que la latitude est plus équatoriale. A Sumatra, qui s'étend de 2° de latitude Nord à 4° de latitude Sud, la région tropicale monte généralement jusque vers 2000 m; le Chêne y forme des forêts entières, mêlées de Diptérocarpées, le Pin (Pinus Merkusii) s'y étend de 1000 à 1500 m. La région tempérée (Ternstrœmiacées avec Podocarpus) s'étend de 2000 à 3000 m; puis c'est la végétation alpestre (Ericacées, etc.). Un cas particulier, c'est celui que présente, à 4° de l'équateur, le mont Gounong-Bonko, qui, dès 1700 m d'altitude, offre la flore alpestre (Vaccinium, Rhododendron, une Myrtacée, des Mousses épaisses, etc.). C'est à Sumatra qu'a été découvert l'extraordinaire Raflesia.

Bornéo est également couverte d'une riche végétation; à 7° de latitude Nord (Kina-Bala), la région forestière arrive jusqu'à environ 2800 mètres d'altitude; au-dessus, jusqu'à environ 3200 m, c'est la région alpine; plus haut c'est la roche nue avec quelques arbrisseaux clairsemés. 

Java, qui s'étend de 6° à 8° de latitude Sud, est la plus fertile et la plus boisée des îles de l'Insulinde. La région tropicale s'y élève jusque vers 2500 m et se divise, d'après Junghuhn, en région des Figuiers et des Anonacées jusque vers 650 m, avec une température moyenne de 22-19°C, ou région forestière des Rasamala (Altingia) de 650 à 1500 m avec une température moyenne de 19-15°, enfin en région des Chênes et des Podocartus, auxquels vient s'ajouter dans la partie orientale de l'île le Casuarina, de 1500 à 2500 m, avec une température de 15-10°C. Au-dessus on rencontre la région tempérée (Ericacées, dont Agapetes) de 2500 à 3500 m, avec une température de 10-7°C.

Dans les Philippines, Semper fait monter la région tropicale (Luçon, 15-18° de latitude Nord) Jusqu'à 800-1000 m, avec Tectona grandis et un grand nombre de Dipterocarpus; plus haut, c'est la région des Pins (Pinus insularis et P. Merkusii) qui s'élève à environ 2400 m.

Envisagée à un autre point de vue, on peut dire que la flore des îles de l'Insulinde présente toutes les transitions entre la flore asiatique et la flore australienne; le caractère australien est déjà prédominant à l'Est de la ligne de Wallace, qui passe entre les îles Bali et Lombok et par le détroit de Macassar.  (Dr L. Hn).

La faune de l'Insulinde

Comme nous l'avons dit en parlant de la faune de l'Asie, la faune de l'Insulinde forme une sous-région de, la région orientale ou indienne, et cette sous-région, la plus rapprochée de l'équateur, est celle qui présente les caractères les plus accusés, quand on la compare aux autres subdivisions de la région orientale. En dehors des particularités qui lui sont propres, en effet, la faune de l'Insulinde offre des rapports soit avec l'Afrique au Sud du Sahara, soit avec Madagascar; malgré sa situation insulaire, cette faune est très riche. On doit comprendre d'ailleurs dans cette sous-région la presqu'île de Malacca (au Sud du Tenasserim), puis les trois grandes îles de Sumatra, Java et Bornéo, enfin les Philippines. La limite entre la sous-région malaise et la région australienne est assez nettement indiquée par la ligne de Wallace qui passe entre Bali et Lombok, la première de ces petites îles n'étant qu'une dépendance de Java dont elle a la faune, tandis que Lombok se rattache à Timor et possède déjà les caractères de la faune australienne.

Bornéo et la partie orientale de Sumatra sont la patrie de l'Orang-outang (Simia satyrus), et les Gibbons. (Hylobates) y sont plus nombreux que sur le continent, car ce genre a huit espèces malaises, tandis que six seulement, dont plusieurs communes aux deux sous-régions indochinoise et malaise, se trouvent en Asie. Les Semnopithèques sont également plus nombreux que sur le continent. Les Macaques, au contraire, n'ont que trois espèces à Bornéo et Sumatra, et une quatrième formant un petit genre à part (Cynopithecus niger), dans les Célèbes. Les Chiroptères frugivores et insectivores sont très abondants. Quant aux Carnivores, le Tigre se trouve à Sumatra, à Java et même dans la petite île de Bali, mais non dans la grande île de Bornéo, ce qui explique peut-être l'abondance des Singes et de l'Orang lui-même dans cette île. Les autres Carnivores sont ceux du continent indien : la Panthère noire, variété méIanienne de la Panthère ordinaire, est assez commune à Java et à Sumatra : de petits Carnivores voisins des Civettes et des Blaireaux constituent les genres Gynogale, Hemigalea, Aretogale, Mydans. La faune des hautes montagnes de Sumatra et de Bornéo est presque identique à celle de l'Himalaya. A Sumatra on trouve Ursus malayanus, Felis Temmincka (ou Moormensis), Meles (Arctonyx) collaris, Nemorrhaedus rubidus, à Bornéo, Chimarrogale hirnaloyica, Musaraigne aquatique du plateau central de l'Asie, et beaucoup de types analogues mêlés à des espèces spéciales à cette région. Les Herbivores sont représentés par l'Eléphant dont la variété de Sumatra a été décrite comme une espèce spéciale (Elephas sumatranus), les Rhinoceros sondaicus et sumatrensis, le Tapir (Tapirus malayanus), type tertiaire qui ne se trouve qu'ici et en Amérique, des Sangliers (Sus verrucosus, S. vittatus, S. celebensis), et un genre distinct, le Babiroussa (Babirussa alfurus), qui se trouve dans toute l'Insulinde jusqu'à Sulawesi, et même à la Nouvelle-Guinée et à la Nouvelle-Irlande où il a dû être transporté par l'homme.

Les Ruminants ont un type très intéressant, l'Anoa (Anoa depressicorne) des Philippines et de Sulawesi, que l'on a considéré longtemps comme une Antilope, et qui semble représenter le type primitif du genre Boeuf. Le Buffle Bantang (Bibos sondaicus) est l'espèce qui vit à l'état sauvage dans les trois grandes îles de la Sonde, et qui a été domestiquée par les Malais. Le genre Nemorrhoedus occupe la niche écologique des Chamois européens sur les hautes montagnes de Sumatra comme au Tibet. Les Chevrotains (Tragulus), les plus petits et les plus primitifs de tous les Ruminants, ont leur centre de dispersion dans l'Insulinde. Les Cerfs de la même région semblent des variétés insulaires, c.-à-d. de taille amoindrie, des espèces d'Asie (Cervus philippensis, C. mariannus, C. molucensis), et cette dernière a été importée par les Malais jusqu'à la Nouvelle-Guinée. On trouve à Bornéo une race de chevaux domestiques (poneys), dont la taille ne dépasse pas celle d'un chien de montagne. La présence d'un Pangolin (Manis javanica) à Java est un lien de plus entre la faune de cette région et celle de l'Afrique.

Les Oiseaux nous offrent les types les plus caractéristiques de la faune orientale. Au premier rang se placent les Calaos (Bucerotidae) qui sont très variés et renferment les plus gros de tous les Passeriformes percheurs. Parmi les Gallinacés, l'Argus (Argusanus giganteas) est propre à la Malaisie, et les Gallus ferrugineus et G. Temmincki, de Java, sont probablement les progénileurs sauvages de des Coqs et Poules domestiques qu'on trouve en Europe. Mais, comme on le conçoit facilement, la ligne de Wallace n'a pas ici l'importance qu'elle présente pour les Mammifères ou les Poissons d'eau douce. Des types australiens tels que les Mégapodes, une espèce de Cacatoès, se trouvent jusqu'aux Philippines; un genre de Pigeon australien et océanien (Ptilopus) se répand jusque dans la Malaisie. En résumé, la faune ornithologique de cette sous-région relie la faune australienne à la faune de l'Afrique.

Les Reptiles et les Batraciens diffèrent peu de ceux de l'Inde, et les Poissons d'eau douce se rattachent à la faune indochinoise. La limite est ici très nette entre la région orientale ou indienne et la région australienne, comme on peut le constater en passant de Bali à Lombok. Les Cyprinidae ont encore vingt-trois genres à Java et à Bornéo, tandis que cette famille fait complètement défaut à Sulawesi et aux Moluques, à partir de Lombok, comme dans toute la région australienne. Le fait est d'autant plus frappant que les Mollusques terrestres different très peu de Bali à Lombok. ces Mollusques, très intéressants par leur grande taille et la variété de leurs formes, sont surtout abondants aux Philippines qui ne possèdent pas moins de 400 espèces: les genres Cochlostyla, Cyclophorus, Leptopoma sont les plus remarquables.

L'Insulinde est, après le Nord du Brésil (Amazonie), la région du globe la plus riche en Insectes de tous les ordres. Les Papillons les plus caractéristiques sont les genres Euploea, Hestia, Elymnias, Thamantis, Zeuxidia. etc. Les grands Ornithoptères aux couleurs brillantes s'étendent jusqu'au Nord de l'Australie. Les Coléoptères sont représentés par le genre spécial Mormolyce, des Buprestes géants (Catoxantha), des Lucanidae dont Odontolabis est le plus caractéristique, des Cétoines et surtout des Longicornes qui sont ici très abondants et de terme élégante comme dans toutes les régions de forêts (Euryarthrurn, Coelosterna, Agelesta, Astathes). En résumé, si la ligne de Wallace existe pour les Mammifères, les Poissons d'eau douce et même jusqu'à un certain point pour les Oiseaux, elle n'a plus la même importance pour les Reptiles, les Mollusques et les Insectes. Pour ces trois groupes, la faune de la Malaisie s'étend jusqu'à la Nouvelle-Guinée et au Nord de l'Australie.

Paléontologie

Tout indique que cette région est restée rattachée au continent asiatique jusqu'à la fin de la période tertiaire. La faune pliocène et quaternaire de Java et de Sumatra, étudiée au XIXe siècle par Martin et Dubois aux monts Kendeng, est identique à celle des Siwaliks dans le Nord de l'Inde. On trouve ici les genres Hyaena, Stegodon, Anoa, Hippopotamus, Sivatherium, qui caractérisent la faune des Siwaliks.  En 1891, Eugène Dubois a décrit, sous le nom de Pithecanthropus erectus ( = Homme de Java), des débris provenant du même gisement et indiquent la présence de représentants très archaïques de la lignée humaine. (E. Trouessart).



[La Terre][Cartotheque][Etats et territoires][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.